Match de gala entre Finlandais et Russes avant les quarts

C'est une année un peu particulière pour le hockey finlandais puisque l'on fête cette année les vingt ans du premier titre mondial, obtenu en 1995 sur la glace hostile de Stockholm.

Alors, entre ce sentiment de nostalgie et les dernières bonnes performances des "Leijonat", on rêve plus que jamais de la médaille d'or au pays suomi. Car après une première déroute - comme en 1995 - la Finlande a redressé la barre en flirtant avec l'histoire. Quatre jeux blancs consécutifs d'une équipe aux Championnats du monde, ce n'était plus arrivé depuis 1939, ce fut à l'époque les États-Unis. Les Finlandais l'ont fait en 2015.

Cette succession de blanchissages a mis en valeur Pekka Rinne, auteur de trois des quatre jeux blancs, et qui a donc décroché le record d'invincibilité pour un gardien aux Championnats du monde : 237 minutes et 5 secondes, il aura tenu une demi-heure de plus que l'ancien recordman, le Slovaque Ján Lašák.

RUUTU Tuomo 110513 416aFinlandais et Russes se rencontrent pour connaître leur position définitive dans le groupe B et ainsi leur adversaire en quart de finale. Cela dit, le gagnant devra affronter le chaudron de l'O2 Arena et ses Tchèques à domicile, avant peut-être de défier le Canada en demi-finales. Est-ce réellement un sort plus favorable que d'affronter les Suédois, puis les Américains (ou les Suisses) ?

Le phénomène Pekka Rinne défie aujourd'hui Sergei Bobrovsky. Il se pourrait bien que le titre de meilleur gardien se joue entre ces deux-là. Touché au menton avec une dizaine de points de suture, le défenseur Maksim Chudinov est bel et bien présent.

Les Russes annoncent la couleur dès le début. L'inévitable Artemi Panarin s'offre une première occasion après à peine une trentaine de secondes de jeu tandis que Malkin met à terre Salmela d'une monstrueuse mise en échec.

L'équipe de Kari Jalonen répond avec de superbes actions offensives. À la 4e minute, Tuomo Ruutu, en zone neutre, jaillit sous le nez de Yakovlev, c'est un 2 contre 0, Ruutu passe mais Teemu Hartikainen rate totalement son tir. Sur une séquence suivante, le trio Pesonen – Kemppainen – Aaltonen met le feu dans la défense russe mais Bobrovsky veille. Enfin, la plus belle phase intervient à la 8e minute avec une contre-attaque rapide et un jeu en triangle Hartikainen - Kontiola - Ruutu mais la star du New Jersey loupe l'angle qui s'était totalement ouvert.

La Russie obtiendra elle un 2 contre 1, Sergei Shirokov fait le choix du tir au détriment de la passe mais cela manque de peu le cadre. Quant à Artemi Panarin, il touche la plaque de Rinne à la 9e minute. Six minutes plus tard, Antipin fait trébucher Hartikainen. Malgré quelques lancers réalisés rapidement, les hommes de Kari Jalonen n'arrivent pas à s'installer durablement, pénalité tuée.

La Russie ouvre le score en fin de tiers. Evgeni Malkin conserve bien le puck le long de la bande, le ressort et sert Sergei Mozyakin, placé plein axe, qui reprend de volée (0-1, 18'04"). Une trentaine de secondes plus tard, une action litigieuse va faire couler beaucoup d'encre : Leo Komarov assène une lourde charge qui ne semble pas particulièrement dangereuse. Le corps arbitral tarde à communiquer le verdict et siffle un coup de genou... imaginaire ! Komarov écope alors d'un sévère 5'+20'.

Cinq minutes de jeu de puissance continu pour la Russie entre la fin du premier et le début du deuxième tiers, voilà l'occasion de doubler la mise. Mais la Finlande résiste malgré les tentatives russes, notamment celles de Mozyakin et Medvedev. Et les nordiques auraient même pu égaliser en infériorité numérique grâce à une belle occasion du défenseur Juuso Hietanen.

À la 25e minute, Ilya Kovalchuk déborde dangereusement, mais Anisimov fait faute sur le gel du palet. Et la Finlande profite de cet avantage numérique en seulement... neuf secondes. Jussi Jokinen frappe, le défenseur Anton Belov bloque une première fois mais le jeune Aleksander Barkov parvient à profiter du rebond (1-1, 24'54").

Après ce but égalisateur, la Russie tente de reprendre le match à son compte. Yakovlev touche le poteau et Rinne doit s'interposer devant une déviation de Kovalchuk puis une autre d'Anisimov. La Finlande demeure toutefois très rigoureuse, elle domine un peu plus à la fin de la deuxième période mais le score reste bloqué.

MALKIN Yevgeni 120520 420Au début de la troisième période, Salmela se retrouve au sol à cause de Malkin à proximité du but de Rinne. Mais, sans grand danger, les Finlandais ne pourront profiter de cette pénalité. Quelques instants plus tard, Bobrovsky doit tout de même intervenir sur une double occasion Jokinen / Barkov.

Dans ce match, le jeu défensif est maîtrisé. À l'image de Belov qui coupe la dernière passe d'une combinaison Donskoi / Barkov côté gauche qui aurait pu être fatale. Néanmoins, Juhamatti Aaltonen parvient à se glisser dans le dos de la défense russe après une mise en jeu gagnée par la Finlande en zone offensive, Aaltonen se présente seul mais Bobrovsky met fin à cette échappée en détournant de la jambière.

Et quelques instants plus tard, la Russie égalise : frappe de Maksim Chudinov, rebond pour Evgeni Dadonov devant le demi-cercle qui passe subtilement à sa droite où se trouve Artemi Panarin qui loge le puck sous la barre (1-2, 54'54"). Une fois de plus dans ce Mondial, les forces du SKA Saint-Pétersbourg font la différence... jusqu'à l'égalisation finlandaise. Seulement trois minutes plus tard, Joonas Donskoi, dos au but, hérite de la rondelle, se retourne et marque du revers (2-2, 57'41").

Deux lignes s'illustrent dans les derniers instants de la rencontre, Mozyakin / Malkin / Kulyomin et Donskoi / Jokinen / Barkov, mais les deux gardiens préservent le score de parité. De même qu'en temps supplémentaire. Mention tout de même à l'équipe suomi qui se crée l'occasion la plus franche : en bénéficiant d'une passe en retrait de Jussi Jokinen, Sami Lepistö voit sa tentative contrée de justesse par le sacrifice Yakovlev alors que Bobrovsky était battu. Place à la fusillade !

Pekka Rinne et Sergei Bobrovsky réalisent chacun une performance solide, et ils n'ont pas décidé de flancher. Les premiers tireurs le constatent, les Panarin, Immonen, Mozyakin, Jokinen, Tarasenko, Barkov, Kovalchuk ne réussissent pas à forcer la porte. Loupant totalement son premier essai, Joonas Donskoi est reconduit. L'attaquant de Kärpät s'élance et, après quelques dribbles, réussit à placer le puck entre les jambes de Bobrovsky. Panarin échoue de nouveau, c'est une victoire finlandaise.

Spectacle très agréable à Ostrava entre les champions du monde russes et les outsiders finlandais au final disciplinés. Les prémices d'une revanche en finale ? En quart, la Russie affrontera la Suède alors que la Finlande décroche donc la République Tchèque à domicile.

Désignés joueurs du match : Aleksander Barkov pour la Finlande, Evgeni Malkin pour la Russie.


Finlande - Russie 2-2 (0-1, 1-0, 1-1, 0-0) / 1-0 aux tirs au but.
Mardi 12 mai 2015 à 20h15 à la CZE Arena d'Ostrava. 8812 spectateurs.
Arbitrage de Mikael Nord (SUE) et Tobias Bjork (SUE) assistés de Vit Lederer (TCH) et Andre Schrader (ALL).
Pénalités : Finlande 25' (5'+20', 0', 0', 0'), Russie 6' (2', 2', 2', 0').
Tirs : Finlande 30 (6, 6, 13, 5), Russie 35 (12, 12, 9, 2).

Évolution du score :
0-1 à 18'04" : Mozyakin assisté de Malkin et Kulyomin
1-1 à 24'54" : Barkov assisté de Pesonen et Jokinen (sup. num.)
1-2 à 54'54" : Panarin assisté de Dadonov et Chudinov 
2-2 à 57'41" : Donskoi assisté de Barkov et Jokinen

Tirs au but :
Finlande : Immonen (arrêté), Donskoi (non cadré), Jokinen (arrêté), Barkov (arrêté), Donskoi (réussi).
Russie : Panarin (arrêté), Mozyakin (arrêté), Tarasenko (arrêté), Kovalchuk (arrêté), Panarin (arrêté).


Finlande

Attaquants :
Tuomo Ruutu (A, -1) – Petri Kontiola (-1) – Teemu Hartikainen (-1)
Jussi Jokinen (C) – Aleksander Barkov – Joonas Donskoi
Juha-Pekka Hytönen – Jarkko Immonen – Ossi Louhivaara
Janne Pesonen – Joonas Kemppainen – Juhamatti Aaltonen
Leo Komarov (5'+20')

Défenseurs :
Sami Lepistö (A, -1) – Juuso Hietanen (-1)
Esa Lindell – Anssi Salmela 
Jyrki Jokipakka – Tuukka Mäntylä
Topi Jaakola 

Gardien :
Pekka Rinne

Remplaçant : Juuse Saros (G). En tribune : Atte Engren (G), Atte Ohtamaa (D), Antti Pihlström (A). 

Russie

Attaquants :
Artemi Panarin (+1) - Vadim Shipachyov (+1) - Evgeni Dadonov (+1)
Ilya Kovalchuk (C) - Artyom Anisimov (2') - Vladimir Tarasenko 
Sergei Mozyakin - Evgeni Malkin (A, +1, 2') - Nikolaï Kulyomin (+1)
Sergei Shirokov - Viktor Tikhonov (-1) - Sergei Plotnikov (-1)

Défenseurs :
Anton Belov (+2) - Yegor Yakovlev (+1)
Maxim Chudinov - Evgeni Medvedev (A)
Dmitri Kulikov - Viktor Antipin (2')
Andrei Mironov (-1)

Gardien :
Sergei Bobrovsky

Remplaçant : Anton Khudobin (G). En tribune : Konstantin Barulin (G). Blessés : Evgeni Biryukov (D, fracture de la mâchoire), Danis Zaripov (A, épaule).