États-Unis - Suisse (Mondiaux 2015, quart de finale)

Une première place de poule n'est pas toujours une garantie de qualification, le Canada s'en est rendu compte l'an passé. Une défaite des États-Unis contre la Suisse n'est pas forcément à exclure.

Après leurs victoires initiales sur la Finlande et la Russie, les Américains ont en effet connu des difficultés, notamment défensives. La Suisse, au contraire, a semblé monter doucement en puissance face aux grosses équipes après un début de tournoi très décevant dans la manière. On sait que depuis leur médaille d'argent de 2013, les Suisses n'ont plus de complexes dans les phases finales. Ils se souviennent avoir nettement battu les États-Unis en demi-finale à l'époque. C'était le seul affrontement entre les deux pays dans un match à élimination directe.

BERRA Reto 150502 008La Suisse ayant la moins bonne attaque du tournoi, la performance de son gardien est capitale. Glen Hanlon a admis avoir eu une décision difficile en choisissant comme titulaire Reto Berra (87,6% d'arrêts et quatre défaites jusqu'ici) et non pas Leonardo Genoni qui dispose des meilleures statistiques du tournoi avec 95,5% de tirs arrêtés (devant Connor Hellebuyck, le jeune gardien américain). Berra a tout de même fait un bon dernier match contre la République Tchèque, et le fait qu'il joue en NHL au Colorado a certainement fait pencher la balance, car il est plus habitué au jeu nord-américain.

La déception vient des nombreux sièges vides à Ostrava, bien plus nombreux que pendant les rencontres de poule. Inexplicable alors qu'on rentre dans la phase décisive ? En fait, le prix des places a presque doublé pour ce quart de finale, et à un horaire aussi tôt en semaine, les gens travaillent, car l'Ascension n'est pas un jour férié en République Tchèque.

Si les Américains n'ont pas convaincu malgré leur première place, c'est parce que leurs attaquants n'ont toujours pas appris à se replier pour compenser les montées de leurs défenseurs. Un symptôme qui apparaît de nouveau avec un 2 contre 1 immédiat : Justin Faulk bloque heureusement avec le patin la passe de Hollenstein destinée à Brunner. Le premier trio suisse joue son rôle et mène l'offensive, avec une puissante reprise de Brunner sur passe de derrière le cage de Romy. Le bon début suisse pourrait pâtir d'une crosse haute maladroite de Kevin Fiala en zone offensive, mais le jeu de puissance américain est désorganisé. Il s'installe poussivement, jusqu'à ce que Bonino perde le palet.

Bizarrement timorés, les Américains subissent le jeu, mais au moins ils ne concèdent plus d'occasions. Sauf quand un joueur au-dessus du lot s'en crée une lui-même... Ce joueur, c'est bien sûr Roman Josi. Parti du milieu de glace, il met dans le vent Jake Gardiner et, un genou à terre, trouve une lucarne parfaite (0-1, 13'04"). Gardiner n'est que septième défenseur depuis le début du tournoi (alors qu'il était sur la deuxième paire l'an passé), et il sera cloué sur le banc jusqu'à la fin de période après cette action. Lee donne un coup de coude à Brunner, mais les Américains tuent la pénalité et finissent un peu mieux le tiers-temps. Juste un peu. Pas de quoi remettre en cause le résultat.

GARDINER Jake 140510 571On pourrait faire la fine bouche sur les quatre petits tirs de la Suisse en première période, mais elle en met plus du double en moins de six minutes à la reprise ! Dominés dans les duels, battus en vitesse, les Américains n'ont guère d'arguments en leur faveur. Seth Jones tente bien de faire "une Josi" (son coéquipier à Nashville) en perçant dans l'axe, mais la défense suisse se coordonne bien pour lui fermer la porte.

La première fois où la Suisse sort de son plan de match idéal, c'est quand Eric Blum tente de dribbler Arcobello en zone neutre et se fait voler le palet. Et comme les Américains, les Helvètes sont "trahis" par leur septième défenseur : Romain Loeffel, au faible temps de jeu, est hors de position au pire moment et laisse ainsi Ben Smith seul dans l'enclave pour reprendre la passe de derrière la cage de Jimmy Vesey (1-1, 30'17"). Dans la foulée, le lancer de la bleue de Seth Jones est dévié par le joker Charlie Coyle (2-1, 31'14").

La Nati, d'une situation tactique maîtrisée, se retrouve menée sans même comprendre ce qui lui arrive ! Et encore peut-elle se consoler en se disant que cela aurait pu être pire... Jimmy Vesey rate le palet alors qu'il n'a plus qu'à l'envoyer dans le but vide après un tir contré dans ses patins ! Coyle tire dans le petit filet alors qu'il a lui aussi une cage grande ouverte grâce à une feinte de lancer de John Moore transformée en passe parfaite au second poteau. Kevin Fiala, nonchalant, perd aussi le palet dans sa zone défensive face à Moses. Les Américains auraient donc pu tuer le match en quelques minutes, ils ne l'ont pas fait. Mais ils conservent le contrôle du palet jusqu'à la pause.

JOSI Roman 150509 936La Suisse, en position si confortable pendant une moitié de match, saura-t-elle faire le jeu et forcer son destin ? Ses premiers mouvements en troisième période sont brouillons et précipités. Robin Grossmann attrape la jambe de Jack Eichel en entrée de zone et part en prison. Oublié devant le but, Nick Bonino tire dans la mitaine de Berra.

Le compteur suisse est bloqué à zéro tir à la huitième minute, quand Brunner centre pour Almond, qui subit un coup de crosse de Torey Krug sur le bras au moment de lancer. Cette pénalité arrive à un moment providentiel. Mark Streit - qui "fête" son 200e match international - se fait pourtant enfermer et perd le palet. L'autre défenseur offensif Roman Josi amène une bien meilleure impulsion sur l'autre ligne de supériorité numérique, mais son équipe n'obtient qu'un maigre tir de Kevin Fiala dans la mitaine de Connor Hellebuyck. Et au retour à cinq contre cinq, les Américains ajoutent un but par... Jake Gardiner. Celui qui a failli être le bouc émissaire de la défaite est revenu dans l'alignement depuis le deuxième tiers-temps, et se rattrape du but encaissé initialement par ce lancer de la ligne bleue (3-1, 50'33").

Dylan Larkin accroche Denis Hollenstein, mais Hellebuyck repousse cette fois de la jambière le tir de Fiala, et cette pénalité est également tuée. Damien Brunner, théoriquement le buteur patenté, rate maintes fois le dernier geste quand il est mis en bonne position. Les Américains s'appliquent à ressortir proprement les palets, et même si Glen Hanlon sort son gardien à plus de deux minutes de la fin, ses hommes ne pourront plus renverser une situation compromise.

Quel contraste entre cette Suisse tranquille pendant trente minutes, et cette équipe incapable de réagir dès qu'elle a été menée au score ! Son inefficacité offensive est irrémédiable pour arriver dans le dernier carré d'un championnat du monde. Les Américains, eux, devront élever le niveau d'un cran en demi-finale face au vainqueur de Suède-Russie. Un début aussi apathique que dans ce match ne leur sera pas pardonné.

Désignés joueurs du match : John Moore junior pour les États-Unis et Roman Josi pour la Suisse.

Commentaires d'après-match

Damien Brunner (attaquant de la Suisse) : "C'était un beau but de Roman [Josi], peut-être le but du tournoi. Mais nous avons peiné à mettre le deuxième but. Dans le troisième tiers-temps, nous avons essayé de les presser offensivement, mais nous n'avons pas pu obtenir beaucoup de tirs de qualité. Dans les dernières supériorités numériques, je me suis retrouvé dans des positions de tirs, sur lesquelles j'aurais vraiment dû marquer un but."

 

États-Unis - Suisse 3-1 (0-1, 2-0, 1-0)
Jeudi 14 mai 2015 à 15h15 à la CEZ Arena d'Ostrava. 6495 spectateurs.
Arbitrage de Vyacheslav Bulanov (RUS) et Jyri Rönn (FIN) assistés de Jimmy Dahmén (SUE) et Bevan Mills (CAN).
Pénalités : États-Unis 6' (2', 0', 4'), Suisse 4' (2', 0', 2').
Tirs : États-Unis 24 (9, 7, 8), Suisse 22 (4, 12, 6).

Évolution du score :
0-1 à 13'04" : Josi
1-1 à 30'17" : Smith assisté de Vesey et Arcobello
2-1 à 31'14" : Coyle assisté de Jones et Lee
3-1 à 50'33" : Gardiner assisté de Coyle et Lee


États-Unis

Attaquants :
Anders Lee (+1, 2') - Nick Bonino - Charlie Coyle (+1)
Ben Smith (+1) - Mark Arcobello (+1) - Jimmy Vesey (+1)
Brock Nelson - Jack Eichel (+1) - Trevor Lewis (A)
Matt Hendricks (C) - Dylan Larkin (2') - Steve Moses
Jeremy Morin [1 présence]

Défenseurs :
Torey Krug (2') - Justin Faulk (A, +1)
Mike Reilly - Seth Jones
John Moore jr (+1) - Connor Murphy (+1)
Jake Gardiner (+1)

Gardien :
Connor Hellebuyck

Remplaçant : Jack Campbell (G). En réserve : Alex Lyon (G), Zach Redmond (D), Dan Sexton (A).

Suisse

Attaquants :
Denis Hollenstein - Kevin Romy (-1) - Damien Brunner
Reto Suri - Cody Almond - Julian Walker (-1)
Matthias Bieber (-1) - Andres Ambühl (A, -1) - Simon Bodenmann (-1)
Reto Schäppi (-1) - Morris Trachsler - Kevin Fiala (2')
Dino Wieser [3 présences]

Défenseurs :
Roman Josi (A, +1) - Eric Blum (+1)
Mark Streit (C, -2) - Patrick Geering (-2)
Robin Grossmann (-1, 2') - Timo Helbling
Romain Loeffel (-1)

Gardien :
Reto Berra

Remplaçant : Leonardo Genoni (G). En tribunes : Daniel Manzato (G). Blessés : Félicien Du Bois (D, doigt cassé), Dean Kukan (D, épaule).