Finlande - République Tchèque (Mondiaux 2015, quart de finale)

Les championnats du monde sont déjà une réussite pour les organisateurs tchèques puisque le record d'affluence, établi l'an dernier à Minsk, a été d'ores et déjà repris par Prague et Ostrava. Mais pour que l'évènement reste un grand souvenir pour le public tchèque, il manque encore un ingrédient essentiel : que l'équipe locale bataille jusqu'à la fin pour le podium.

IMG 9416Le moment de vérité pour la République Tchèque, c'est ce quart de finale. Seulement troisième de son groupe, elle a le privilège du pays organisateur de ne pas avoir à se déplacer. Il était prévu que les Tchèques jouent toujours à Prague, et ce sont donc les Finlandais qui doivent faire le voyage depuis Ostrava. Ils doivent découvrir un nouvel environnement, avec cette O2 Arena où la chaleur a pesé sur les organismes depuis le début de la compétition. Même si les températures ont chuté dehors, on peut compter sur les spectateurs chauffés à blanc pour faire monter la pression !

La star tchèque Jaromír Jágr est bien là. Il a expliqué avoir choisi de se retirer contre la Suisse en raison d'une douleur aux adducteurs, mais c'était pour mieux se préserver pour le match le plus important. Růžička aligne donc le trio Červenka-Novotný-Jágr qui était prévu contre la Suisse... mais qui n'aura du coup joué ensemble que les vingt dernières minutes contre l'Allemagne ! Même Jakub Klepiš est de retour après dix jours de blessure... et il atterrit directement en première ligne. L'espoir Tomáš Hertl reste quant à lui sur le banc comme treizième attaquant. Cela signifie donc une énième modification des trios offensifs.

Chez les joueurs tchèques avant ce match, un nom revient comme un mantra : Pekka Rinne, qu'ils citent tous comme un des trois meilleurs gardiens du monde. Ils devront trouver une solution pour le perturber malgré le système défensif très au point de l'entraîneur Kari Jalonen.

IMG 9434Et pour être défensif, il est défensif. La Finlande n'effectue aucun tir en dix minutes et ne fait que courber l'échine sous la domination des Tchèques, qui ne demandent que ça pour prendre confiance.

Le but arrive du joueur qu'on n'attendait pas, Jan Kovář, dont les excellentes statistiques en club (à Magnitogorsk comme en Extraliga tchèque) ont toujours contrasté avec son inefficacité en équipe nationale. Il reçoit une passe de Klepiš dans les bandes et, arrivant lancé, prend aussitôt un tir du poignet qui passe entre les jambes de Rinne (1-0, 08'56"). La patinoire vibre et le mythe du gardien invincible en prend un coup.

La crosse d'Aaltonen est brisée net par un lancer adverse, et il la lâche rapidement, sans doute dès qu'il s'en rend compte, mais apparemment pas assez au goût des arbitres. Une pénalité heureusement sans conséquence, car Pekka Rinne pare du gant le lancer du cercle gauche de Sobotka.

La Finlande peut ensuite penser à attaquer, mais pour cela il faut commencer par prendre possession d'un palet presque exclusivement tchèque pour l'instant. Une timide offensive finlandaise aboutit à... un 2 contre 1 pour Vondrka et Kovář. Le centre Jarkko Immonen revient juste à temps gêner le buteur et l'empêcher de marquer un doublé.

Et pourtant, les Finlandais vont égaliser dès leur première occasion ! L'action part d'un palet que Červenka, derrière sa cage, ne réussit pas à sortir de la zone. Le lancer de la bleue de Kontiola est contré par la crosse de Čáslava, mais le palet arrive dans la palette de Tuomo Ruutu, qui tire dans l'angle ouvert puisque Pavelec s'était avancé (1-1, 17'19", photo). Un silence s'abat soudain dans la salle. Soudain déchaînés, les blancs mettent même le feu dans la dernière minute.

IMG 9543 But Finlande 700

Comment les Tchèques vont-ils réagir après cette domination si mal payée ? Ils partent encore fort en deuxième période, et le vétéran Jágr montre l'exemple avec sa protection de palet et un tour de cage sur son revers, bien repoussé par Rinne.

IMG 9593 But Finlande 2Mais la Finlande a encore la chance avec elle : c'est encore un tir contré - de Lepistö - qui atterrit dans la crosse d'un joueur décalé - Jussi Jokinen - avec une cage ouverte (2-1, 23'45", photo).

La République Tchèque ne se laisse pas abattre par ce sort contraire. Les mises en échec se durcissent de part et d'autre (Pihlström, Novotný). Jiří Novotný dévie face au but un centre de la gauche de Jágr, mais Rinne est encore
à la parade.

Michal Jordán se tient le visage sur un coup de poing de Lepistö, mais les arbitres ont vu qu'il avait donné le premier coup et envoient les deux joueurs en prison. La séquence à 4 contre 4 semble plus favorable à la vitesse finlandaise. Leo Komarov y essaie - vainement - de surprendre Pavelec en choisissant le tir sur un 3 contre 1. Juhamatti Aaltonen reçoit aussi deux passes de derrière la cage de Joonas Kemppainen : son premier tir est repoussé par le gardien, le second par la défense.

IMG 9661 But Jagr 1À cinq contre cinq, les Tchèques retournent s'installer en zone offensive. Jan Kovář applique les consignes en se plaçant pour masquer le gardien, et Anssi Salmela lui met la crosse entre les jambes. La supériorité numérique est alors transformée. Après un tir contré de Voráček, la rondelle arrive dans le slot à Jágr, qui la décale sur son revers pour la lever dans le haut du filet (2-2, 33'51", photo). Les Finlandais, eux, se lamentent d'un cinglage non sifflé d'Erat sur Kemppäinen dix secondes avant le but.

Une échauffourée éclate alors sur la mise au jeu au centre de la glace, provoquée par Jarkko Immonen face à Vladimir Sobotka. Les deux centres sont envoyés dans la geôle, mais on l'a dit, le 4 contre 4 est favorable aux Finlandais : stratégie volontaire d'Immonen ? Si c'est le cas, elle est contre-productive : Hietanen marque, mais le but est annulé pour une obstruction de Kontiola qui a poussé Jordán avec sa crosse jusqu'à le faire atterrir sur les fesses. Au lieu d'un but, c'est donc une pénalité, qui fait hurler le banc finlandais...

IMG 9697 But KovarLes Tchèques se retrouvent donc dans une configuration très favorable à 4 contre 3. Après une circulation de palet parfaite qui vise à faire conclure Jágr dans l'enclave, le palet ricoche sur le patin du défenseur Ohtamaa et revient côté gauche à Jan Kovář qui inscrit son troisième point et devient un peu plus le héros du soir (2-3, 35'28", photo).

Il reste encore vingt minutes dans ce match à rebondissements. La Finlande a décidé d'accentuer l'impact physique et de tirer au but dans toutes les positions. Pavelec a compris de son côté qu'il ne fallait plus leur laisser de rebond.

Sur un palet récupéré en zone neutre, Vladimír Sobotka s'échappe au but, mais Pekka Rinne lui enlève le palet d'un poke-check décisif. Une minute plus tard, en effet, Aleksander Barkov égalise en reprenant une passe de derrière la cage de son capitaine Jussi Jokinen (3-3, 44'24").

IMG 9785Jan Kovář n'est plus du tout le héros car c'est lui qui était en retard au marquage sur Barkov sur le but. Et c'est encore lui qui se fait pénaliser en faisant trébucher Lepistö. Les Tchèques gèrent parfaitement cette infériorité numérique : Erat intercepte un palet en zone neutre pour retarder la construction finlandaise, et Petr Čáslava nettoie un rebond sur le seul moment dangereux.

Plus personne n'a le droit à l'erreur et les deux équipes deviennent plus prudentes. L'une recule beaucoup plus, c'est la Finlande. L'autre presse encore, c'est la République Tchèque. Et parfois, il peut y avoir une justice dans le hockey sur glace. On réengage dans le camp finlandais après un dégagement interdit, Pesonen perd le palet dans les bandes, Jaromír Jágr en hérite, contourne la cage et trouve un trou de souris sous le bras gauche de Rinne (3-4, 55'30").


Les Tchèques interceptent tous les palets en zone neutre, et la Finlande n'a plus de solutions. C'est à un peu plus d'une minute de la fin qu'elle s'installe enfin en zone offensive et sort son gardien. Après une action chaude sur la cage de Pavelec à trente secondes de la fin, Kari Jalonen demande son temps mort. Un duel s'annonce au point d'engagement, entre les deux mêmes joueurs qui se sont cherchés des noises au milieu du match. Jarkko Immonen, une référence dans les mises au jeu, fait face à Vladimír Sobotka, qui y excelle aussi... et qui le prouve en gagnant ce palet et en l'envoyant finalement dans la cage vide (3-5, 59'37").

IMG 9856Dans une ambiance incroyable, la République Tchèque poursuit son rêve : elle jouera une demi-finale de prestige contre le Canada. L'équipe qui est le plus allée de l'avant l'a logiquement emporté, et elle a pu compter sur un Immortel, portant le numéro 68, qui a forgé un peu plus sa légende.

Désignés joueurs du match : Jussi Jokinen pour la Finlande et Jaromír Jágr pour la République Tchèque.

Commentaires d'après-match

Jaromír Jágr (attaquant de la République Tchèque) : "Tout le monde nous voit sous une lumière déformante. Le public pense que nous sommes une bien meilleure équipe que le Canada. Aujourd'hui, j'avais le sentiment que ce serait honteux de perdre... Le seul moment où nous avons été en difficulté, c'est quand nous avons arrêté de patiner. Tout est dans le patinage. Ce n'est pas une question d'intentions, mais d'avoir la force physique de les concrétiser. Les Canadiens sont des hockeyeurs excellents, mais ils restent jouables. Si on leur témoigne trop de respect et qu'on joue le positionnement comme les autres, on prendra dix buts. Avec eux, il ne faut pas boxer douze rounds, on doit essayer le KO au premier round."

IMG 9930 700

 

Finlande - République Tchèque 3-5 (1-1, 1-2, 1-2)
Jeudi 14 mai 2015 à 20h15 à l'O2 Aréna de Prague. 17383 spectateurs (guichets fermés).
Arbitrage de Konstantin Olenin et Roman Gofman (RUS) assistés de Gleb Lazarev (RUS) et Fraser McIntyre (USA).
Pénalités : Finlande 10' (2', 8', 0') ; République Tchèque 6' (0', 4', 2').
Tirs : Finlande 22 (4, 8, 10) ; République Tchèque 32 (12, 13, 7).

Évolution du score :
0-1 à 08'56" : Kovář assisté d'Erat et Klepiš
1-1 à 17'19" : Ruutu assisté de Kontiola et Lepistö
2-1 à 23'45" : Jokinen assisté de Lepistö et Donskoi
2-2 à 33'51" : Jágr assisté de Voráček et Kovář (sup. num.)
2-3 à 35'28" : Kovář assisté de Jágr et Voráček (sup. num.)
3-3 à 44'24" : Barkov assisté de Jokinen
3-4 à 55'30" : Jágr
3-5 à 59'37" : Sobotka (cage vide)


Finlande

Attaquants :
Tuomo Ruutu (A, +1) - Petri Kontiola (+1, 2') - Ossi Louhivaara (+1)
Jussi Jokinen (C) - Aleksander Barkov - Joonas Donskoi
Antti Pihlström - Jarkko Immonen (-1, 2') - Leo Komarov
Janne Pesonen (-1) - Joonas Kemppainen (-2) - Juhamatti Aaltonen (-1, 2')

Défenseurs :
Sami Lepistö (A, +2, 2') - Juuso Hietanen (+1)
Esa Lindell (+1) - Anssi Salmela (+1, 2')
Atte Ohtamaa (-2) - Topi Jaakola (-2)
Jyrki Jokipakka - Tuukka Mäntylä

Gardien :
Pekka Rinne [sorti de 58'38" à 59'37"]

Remplaçant : Juuse Saros (G). Non utilisés : Atte Engren (G), Juha-Pekka Hytönen (A), Teemu Hartikainen (A).

République Tchèque

Attaquants :
Jakub Klepiš (-1) - Vladimír Sobotka (2') - Jakub Voráček (C)
Roman Červenka (+1) - Jirí Novotný - Jaromír Jágr (A)
Martin Erat - Jan Kovář (2') - Michal Vondrka
Martin Zaťovič - Petr Koukal - Dominik Simon

Défenseurs :
Jan Hejda (A, +1) - Michal Jordán (2')
Jan Kolář (+1) - Jakub Nakládal
Petr Čáslava (-1) - Ondrej Nemec (-1) [jusqu'à 20']
Jakub Krejčík

Gardien :
Ondřej Pavelec

Remplaçants : Alexander Salák (G), Tomáš Hertl. En tribunes : Jakub Kovář (G), Radek Smolenák (A).

IMG 9606 700