Canada - République Tchèque (Mondiaux 2015, demi-finale)

Toute la République Tchèque savoure par avance ce grand défi qui attend son équipe nationale : affronter l'impressionnant Canada, dont chacune des quatre lignes tourne à au moins un but par match de moyenne dans ce tournoi !

IMG 0181 PlekanecPour beaucoup de Tchèques, c'est l’événement de leur vie. Tomáš Plekanec (photo), le joueur pour lequel le staff était prêt à attendre jusqu'au dernier moment, est arrivé en joker après avoir été éliminé mardi dernier avec Montréal. Il résout la question du centre adapté à Jágr puisque les deux joueurs originaires tous deux de Kladno sont amis et complices depuis longtemps. Jiří Novotný est donc déplacé à l'aile et retourne sur une quatrième ligne à vocation défensive. Tant pis pour les jeunes : Simon est treizième attaquant, et Hertl en tribune. On ne pense plus au renouvellement quand l'heure est aussi capitale.

Cette équipe du Canada a une incitation financière supplémentaire puisque l'IIHF a annoncé ce midi un nouveau "jackpot" sponsorisé par Infront, le partenaire marketing de la fédération internationale qui offre un million de francs suisses à toute équipe devenant championne du monde en ayant gagné toutes ses rencontres dans le temps réglementaire. Une performance qui n'a été réussie que trois fois depuis la chute de l'URSS, par le Canada en 1994 et par les Russes en 2012 et en 2014.

Il faut plutôt voir ça comme une méthode pour "marquer le coup" et saluer les équipes dominantes, car ce magot est en fait une paille pour les joueurs concernés. Rappelons que le salaire annuel cumulé des vingt-et-un Canadiens est de 90,5 millions de dollars (soit 82 fois le "jackpot"). Et encore, si le montant est inférieur à 100, c'est uniquement parce que les joueurs les plus jeunes (Aaron Ekblad, Nathan McKinnon et Tyler Toffoli) sont encore maintenus au "salaire d'entrée" de moins d'un million de dollars pendant leurs trois premières années dans la NHL. Ils feront tous la culbute par la suite.

IMG 0268Quand Jaromír Jágr annonçait après le quart de finale que la seule chance de son équipe était d'essayer de mettre le Canada KO d'entrée, ce n'était pas des paroles en l'air. Jouer le plus possible en zone offensive, telle a été la consigne de l'entraîneur tchèque Vladimír Růžička.

Dès la première minute, Roman Červenka reçoit à la ligne bleue une passe transversale de Jágr et se présente seul devant Mike Smith, qui remporte ce face-à-face. Oublié dans le slot, Martin Erat hérite aussi de la rondelle, que le gardien canadien lui enlève d'un bon poke-check. Jágr récupère aussi un palet en zone neutre et décale son compère Plekanec, qui bute à son tour sur Smith. Sur la présence suivante, Jan Kovář échoue à bout portant. Cinq minutes, et déjà quatre occasions pour les Tchèques !

Les erreurs défensives du Canada n'ont pas été exploitées, mais la première erreur tchèque est proche de virer à la catastrophe : Michal Jordán perd le palet dans sa zone défensive, Taylor Hall déclenche aussitôt un tir du poignet en pivot, et le palet, dévié par une crosse tchèque, frappe la transversale. Dans la minute qui suit, Martin Zaťovič manque la cage vide sur une relance ratée de Mike Smith, car les défenseurs canadiens se sont jetés.

Dans ce début de match haletant, c'est un certain Sidney Crosby (mais si, vous savez, le seul joueur de son équipe au +/- négatif...) qui fait la différence. Le capitaine canadien trouve une passe en profondeur vers Jordan Eberle qui, arrivant devant Pavelec, sent derrière lui son coéquipier Taylor Hall et lui offre une cage ouverte (1-0). Une magnifique action collective de ce trio (photo ci-dessous).

IMG 0281 But Canada 1Le gardien canadien Mike Smith signe encore un arrêt décisif de la jambière sur un rebond de Jiří Novotný. Son vis-à-vis Ondřej Pavelec n'est pas en reste avec un formidable arrêt en extension du bout de la botte face à Ryan O'Reilly, servi entre les cercles par un centre du coin de Jake Muzzin. La fin du premier tiers-temps est en effet dominée par le Canada, et après un tour de cage de Tyler Ennis, le rebond est propulsé du revers paar Cody Eakin... sur la transversale ! La sirène met fin à vingt minutes de très haute volée, la meilleure période de hockey sur glace de la saison. On ne s'est pas ennuyé une seule seconde. Les Tchèques ont tiré 10 fois et les Canadiens... 19 !

La première pénalité du match n'arrive qu'en deuxième période, quand Petr Čáslava retient Matt Duchene. Les Tchèques ont été décevants en infériorité depuis le début du tournoi (dixièmes), mais ils disposent d'un nouveau spécialiste avec Plekanec, qui se procure même une contre-attaque. C'est beaucoup plus difficile quand il quitte la glace. Sidney Crosby et Taylor Hall ont tous deux une cage vide, mais le premier est contré par la crosse de Novotný, qui a plongé, et le second rate le palet ! Une ultime déviation de Tyler Ennis touche même le poteau au moment où la pénalité s'achève.

Les Tchèques reprennent ensuite leur souffle. Après un poteau, deux transversales et un bombardement de Pavelec au rythme d'un lancer à la minute, ils sont encore vivants dans ce match. C'est la première fois dans cette rencontre qu'on se permet un moment de respiration.

Ce faux rythme est un piège. Sur une action anodine, le meilleur marqueur du tournoi Jason Spezza tire à ras glace entre les jambes du défenseur Jakub Krejčík (photo ci-dessous)... et du gardien Pavelec (2-0).

IMG 0412 But SpezzaDéjà, en phase préliminaire, les Tchèques avaient été menés de deux buts par le Canada, et ils avaient remonté ce retard. Mais ce genre de renversement de situation est moins probable en phase finale où les Canadiens ne concèdent plus rien et ne commettent plus la moindre faute.

Au contraire, Petr Koukal prend une pénalité bête, et pour le moins sévère, en accrochant Couturier qui en rajoute. Et c'est pendant cette supériorité numérique que Taylor Hall écope de la première punition canadienne, pour une crosse haute ayant touché le visage de Pavelec. À 4 contre 4, Giroux prend la crosse de Čáslava en pleine face et reste à terre, mais cette faute-ci, bien plus évidente que les deux autres, a curieusement échappé aux arbitres. Ces pénalités sont sans conséquence car le Canada continue de presser en zone offensive même quand le cinquième joueur tchèque revient sur la glace.

En fin de deuxième période, une pénalité de Spezza, qui a donné un coup de crosse à Pavelec, est également tuée sans le moindre tir sur la cage de Smith. La boîte agressive du Canada a fait merveille, avec une interception de Brent Burns ou encore un dégagement de Tyler Toffoli.

N'en déplaise à Jágr, ce sont maintenant les Tchèques qu'on sent KO ! Ils se relèvent sur un lancer gagnant de la ligne bleue de Michal Jordán, mais ce but inattendu est refusé parce que Petr Koukal (photo), présent pour masquer le gardien sans le toucher, a un de ses pieds dans la zone bleue. Koukal en frappe le plexi avec sa crosse et Jágr est furieux contre les arbitres.

IMG 0514 But refuseLa règle (186 iv) est la règle, mais sa stricte application est parfois frustrante. Un certain Dominik Hasek aurait bien aimé qu'elle ait été appliquée aussi rigoureusement en d'autres circonstances... Aujourd'hui, ce but serait accordé en NHL, mais pas dans le règlement IIHF.

Les Tchèques ont-ils encore les ressources physiques et psychologiques pour revenir au troisième tiers-temps ? Une fantastique remontée de glace de l'éternel Jaromír Jágr suggère que oui. Après vingt minutes de moins bonne facture, et entrecoupées de décisions litigieuses, le match reprend comme il avait commencé : à toute allure. Aaron Ekblad envoie Tyler Toffoli en contre-attaque solitaire, mais en repiquant devant la cage, son revers échoue dans les bottes de Pavelec.

Le Canada est très bien regroupé dans son enclave et ne laisse aucune ligne de passes. Ils ne laissent donc qu'un tir adverse en neuf minutes, en l'occurrence une tentative de Voráček surgi du fond après avoir passe en revue la défense dans une accélération fulgurante. Pas vraiment un danger pour Mike Smith qui avait bien fermé l'angle.

Il ne reste plus que sept minutes... Jiří Novotný parvient à dribbler joliment en entrée de zone, avant un tir mi-distance que Mike Smith parvient à repousser. Personne n'est là pour reprendre la passe de derrière la cage du capitaine Voráček. Les patrouilleurs canadiens veillent toujours pour écarter ces palets, et les attaquants tchèques sont peu précis dans leurs lancers.

IMG 0291Trois minutes... Roman Červenka, décalé par Tomáš Plekanec, dribble le dernier défenseur Brent Burns... qui fait un tour sur lui-même et enlève le palet avec la crosse alors que la position de tir semblait parfaite. Les Tchèques prennent tous les risques, le Canada part à 2 contre 0, mais Pavelec a encore un bon arrêt-réflexe de la jambière face à Sean Couturier.

Vladimír Růžička utilise son temps mort, puis sort son gardien, mais les Canadiens ne les laissent pas pénétrer leur camp et s'appliquent à dégager en cloche sans commettre l'erreur de chercher à viser la cage. Le seul à le faire (car il est devant la ligne rouge), Sean Couturier, rate la cible.

Les Tchèques ont fait ce qu'ils ont dit et ont essayé de prendre le Canada par surprise. Mais comme ils n'ont pas marqué dans leurs cinq bonnes premières minutes, le rouleau-compresseur s'est mis en marche. Après une démonstration de puissance offensive pendant trente minutes, les Canadiens ont ensuite démontré leur compétence défensive pour protéger leur deux buts d'avance et bloquer les initiatives adverses. Toutes les qualités d'un potentiel champion du monde, en somme. Mais il reste encore une marche à gravir pour la conquête de l'or, la plus difficile.

Désignés joueurs du match : Mike Smith pour le Canada et Ondřej Pavelec pour la République Tchèque.

IMG 0307 700

Commentaires d'après-match

Tomáš Plekanec (attaquant de la République Tchèque) : "Nous avons bien joué en début de match. Dommage que n'ayons pas marqué un but en première période. Nous avons eu une bonne chance de leur faire, et le match aurait alors été complètement différent. En zone offensive, ils sont très dangereux, ils se connaissent et jouent exactement comme ils y sont habitués en NHL. Ils ont un talent offensif énorme et font de beaux lancers."

Jason Spezza (attaquant du Canada) : "C'est énorme. Notre équipe s'est rassemblée. Le Canada a une opportunité incroyable et nous devons la saisir. Nous avions dit que nous ne pouvions pas obtenir la victoire uniquement par l'attaque. Parfois, il faut aussi défendre. Aujourd'hui, après avoir marqué deux buts, nous l'avons fait et nous n'avons pas laissé l'adversaire s'approcher de la cage. Je ne vois pas beaucoup de différence entre les Russes et les Américains. Ceux qui atteindront la finale se battront pour l'or aussi férocement que nous. Ce sera un grand match."

IMG 0346 700

 

Canada - République Tchèque 2-0 (1-0, 1-0, 0-0)
Samedi 16 mai 2015 à 15h15 à l'O2 Aréna de Prague. 17383 spectateurs (guichets fermés).
Arbitrage de Marcus Vinnerborg (SUE) et Viacheslav Bulanov (RUS) assistés de Paul Carnathan et Fraser McIntyre (USA).
Pénalités : Canada 4' (0', 4', 0') ; République Tchèque 4' (0', 4', 0').
Tirs : Canada 41 (19, 16, 6) ; République Tchèque 23 (10, 8, 5).

Évolution du score :
1-0 à 08'40" : Hall assisté d'Eberle et Crosby
2-0 à 29'02" : Spezza assisté de Duchene et Hamhuis


Canada

Attaquants :
Ryan O'Reilly - Claude Giroux - Tyler Seguin
Taylor Hall (+1, 2') - Sidney Crosby (C, +1) - Jordan Eberle (+1)
Nathan MacKinnon (+1) - Matt Duchene (+1) - Jason Spezza (A, +1, 2')
Tyler Ennis - Sean Couturier - Tyler Toffoli
Cody Eakin

Défenseurs :
Dan Hamhuis (A, +1) - Brent Burns (+1)
Jake Muzzin - Tyson Barrie
Patrick Wiercioch (+1) - Aaron Ekblad (+1)
David Savard

Gardien :
Mike Smith

Remplaçant : Martin Jones (G). En tribunes : Brayden Schenn (A).

République Tchèque

Attaquants :
Jakub Klepiš (-1) - Vladimír Sobotka (-1) - Jakub Voráček (C, -1)
Roman Červenka - Tomáš Plekanec - Jaromír Jágr (A)
Martin Erat (-1) - Jan Kovář (-1) - Michal Vondrka (-1)
Martin Zaťovič - Petr Koukal (2') - Jirí Novotný
Dominik Simon

Défenseurs :
Jan Hejda (A) - Michal Jordán
Jan Kolář (-1) - Jakub Nakládal (-1)
Petr Čáslava (-1, 2') - Jakub Krejčík (-1)

Gardien :
Ondřej Pavelec [sorti à 58'48"]

Remplaçants : Alexander Salák (G), Ondřej Nemec. En tribunes : Jakub Kovář (G), Tomáš Hertl (A), Radek Smolenák (A).

IMG 0537 700