Canada - Russie (Mondiaux 2015, finale)

C'est la finale espérée. Une finale "évidente", entre les deux superpuissances du hockey, qui n'a pourtant eu lieu qu'une fois aux Jeux olympiques (à Albertville) et deux fois aux championnats du monde, en 2008 et en 2009, les deux premiers titres russes après la traversée du désert.

Depuis lors, les deux pays se sont croisés trois fois en quart de finale, pour une victoire canadienne à Vancouver et deux victoires russes en championnats du monde (2010 et 2011), toutes sous l'ère Bykov. Depuis quatre ans que celui-ci a été démis de ses fonctions, les deux pays ne s'étaient jamais plus affrontés.

 MG 0449 700

Crosby contre Ovechkin (et Malkin) dans une finale, c'est une affiche qui fait rêver tout le monde du hockey sur glace. Ils ne se sont affrontés qu'une fois dans ce contexte, en finale des Mondiaux juniors 2005, pour ce qui avait viré à la démonstration canadienne. Dix ans plus tard, les deux (ou trois) superstars de leur génération sont normalement au faîte de leur carrière, et ces retrouvailles font saliver.

IMG 2199 Crosby vs MalkinSidney Crosby et Evgeni Malkin, les deux coéquipiers des Penguins de Pittsburgh (photo), sont chacun au centre de la deuxième ligne dans l'ordre d'apparition. Le premier face-à-face tourne en faveur de la ligne de Crosby, avec une passe aveugle de Jordan Eberle pour Taylor Hall qui oblige Bobrovsky à un premier arrêt.

Le premier tir russe est un lancer en angle d'Ovechkin parti en contre-attaque. Smith ne lâche aucun rebond, mais sur la mise au jeu, Mozyakin signe une déviation redoutable.

Aucun coaching spécifique ne vient perturber la rotation, et ce sont donc toujours les mêmes trios que se font face avec une régularité horlogère. En dix minutes, aucune des lignes n'a vraiment pris le dessus sur sa rivale : l'équilibre reste respecté et on assiste bien au grand match attendu.

Le Canada domine globalement la possession et construit les meilleures attaques collectives, tandis que la Russie, gênée par l'échec-avant rouge, réplique essentiellement par des contre-attaques solitaires de Mozyakin ou d'Ovechkin qui dribblent les défenseurs et se créent seuls des positions de lancer.

IMG 2147 But CanadaUne première grosse occasion arrive sur une mise au jeu en zone offensive : après un premier tir de Tyler Toffoli, le rebond de Sean Couturier frôle la transversale de Bobrovsky qui était à terre.

Il s'agit de la quatrième ligne canadienne, où trois ailiers alternent pour deux places. Cette ligne remet ça en fin de tiers-temps quand un tir en pivot de Tyler Ennis est dévié involontairement par le patin de Cody Eakin (1-0, 18'10", Eakin fête son but en photo avec l'édenté Couturier). Ce but traduit la prise pouvoir progressive du Canada.

La quatrième ligne canadienne n'en a pas fini. Au début de la deuxième période, Tyler Ennis - qui a débuté comme treizième attaquant ! - fixe le jeune défenseur Andrei Mironov, le déborde et complète un tour de cage sur lequel le gardien Bobrovski s'est complètement laissé avoir (2-0, 21'56", photo ci-dessous).

IMG 2172 But Ennis 700

En quelques secondes, deux actions à 2 contre 1 s'enchaînent, pour Malkin avec Ovechkin, puis pour Seguin avec Duchene : dans chaque cas, le premier nommé préfère tirer que passer, mais manque de précision...

IMG 2231 But CrosbyLa domination canadienne est nette dans les bandes, où le travail de sape fait merveille pour empêcher les Russes de sortir de leur zone. Et c'est cette force dans les duels de la paire Hamhuis-Burns qui fait sortir le palet vers le capitaine Sidney Crosby, qui marque dans le haaut du filet de Bobrovsky (3-0, 27'22", photo)

L'autre capitaine, un Ilya Kovalchuk en grande difficulté, trébuche en zone offensive. Claude Giroux part alors en contre-attaque, embarque gardien et défenseur et enroule une magnifique passe aveugle vers Tyler Seguin au poteau opposé (4-0, 28'06").

La première pénalité du match est infligée à Evgeni Malkin pour une obstruction sur le gardien Mike Smith. Les Canadiens restent en contrôle, sans forcer pendant deux minutes.

Quant à la première faute canadienne, un cinglage de Hall sur Kulyomin, elle est annulée grâce à Claude Giroux qui va travailler jusqu'au fond de la zone russe et se fait retenir contre la bande par Yakovlev. Sur la petite phase résiduelle à 5 contre 4, Taylor Hall offre une cage ouverte à Tyler Seguin qui tire... sur la transversale !

IMG 2282Les Russes peuvent aussi être heureux qu'une dernière pénalité pour surnombre n'ait pas prêté à conséquence. Très frustrés à l'instar d'une charge énervée de Malkin après la sirène, ils rentrent piteusement aux vestiaires : ils ont été menés 14 tirs à 1 dans cette deuxième période.

Le troisième tiers-temps s'ouvre par un coup de sifflet contre Ryan O'Reilly, car la crosse de Tarasenko casse (toute seule) sur l'engagement. Les arbitres appellent la pénalité, font asseoir le joueur canadien en prison... puis discutent entre eux et le font sortir !

On aura surtout noté sur cette mise au jeu qu'Anisimov et Tarasenko ont été envoyés avec Ovechkin sur la première ligne. Kovalchuk reçoit comme coéquipiers Tikhonov et Shirokov, treizième attaquant sorti du banc pour les vingt dernières minutes. La ligne du SKA est amputée de Dadonov, blessé au genou, qui joue sous infiltrations depuis près d'une semaine.

IMG 2338Pendant une séquence à 4 contre 4, Claude Giroux met dans le vent un joueur en zone neutre et décale Tyler Toffoli dont le tir du poignet frappe le poteau. Un palet dégagé par-dessus le plexi par Tikhonov sale encore un peu plus l'addition : sur l'avantage numérique, la passe de Crosby pour Giroux est parfaite (5-0, 48'58").

La mitaine de Sergei Bobrovsky lâche ensuite un tir de Nathan McKinnon (6-0, 49'50"). Znarok ne change toujours pas de gardien pour autant...

À sept minutes de la fin, la Russie sauve l'honneur par un lancer de la bleue Sergei Mozyakin dévié devant la cage par Evgeni Malkin (6-1, 52'47"). Tardivement, les Russes montrent une réaction d'orgueil. Sergei Plotnikov prend le palet avec hargne à Eakin derrière le but et le donne en retrait à Anton Belov, pour un ultime arrêt de Smith.

Le score final est donc le même qu'au Mondial junior de 2005 : dix ans plus tard, Ovechkin et Malkin ont de nouveau la tête basse, tandis que Sidney Crosby peut se réjouir avec les coéquipiers. Beaucoup de Russes quittent la glace pendant la cérémonie de remise de trophée, mais certains (Ovechkin, Malkin, Dadonov, Mironov, Panarin, Kulikov et Tikhonov) montrent plus de classe et restent voir Crosby recevoir la coupe avant de rejoindre leurs coéquipiers une minute plus tard.

IMG 2776 Crosby"Sid" est le 26e joueur à entrer dans le "Triple Gold Club" après avoir remporté les Jeux olympiques, la Coupe Stanley et les championnats du monde. Il est aussi le premier joueur à avoir eu ces trois titres comme capitaine.

Mais ce n'est pas un joueur qui a gagné, c'est un collectif où personne n'a failli. Le déblocage du score par la quatrième ligne, à un moment où il y avait encore un match (car la première période augurait encore d'un vrai match), en est la meilleure preuve. Et pourtant, la quatrième ligne russe affichait le capitaine Kovalchuk et le dixième marqueur de la saison de NHL (Tarasenko)...

C'est toute entière, aussi, que la Russie a sombré. Les 12 tirs cadrés, dans une finale de championnat du monde, sont un résultat humiliant pour une équipe avec autant de puissance de feu offensive. Mais, sans non plus s'attarder un gardien qui a deux buts pour lui et aura vécu le même calvaire que ses prédécesseurs, le talon d'Achille des Russes se situent dans une défense incapable de sortir de bons palets. Ce secteur est déjà le plus faible au complet, et quand comme cette année les blessures s'accumulent, il souffre. Les Russes n'ont jamais su se remettre du premier but et ont toujours du mal à inverser les spirales négatives.

Désignés joueurs du match : Claude Giroux pour le Canada et Sergei Mozyakin pour la Russie.

Commentaires d'après-match

IMG 1978

Vladimir Tarasenko (attaquant de la Russie) : "Nous avons été simplement surclassés. C'est tout. Aucune excuse à chercher."

Evgeni Dadonov (attaquant de la Russie) : "Même en première période, on sentait les Canadiens plus confiants. Peut-être que l'excitation nous a affectés, ou le manque d'expérience. Ils étaient plus prêts psychologiquement que nous."

Sidney Crosby (capitaine du Canada) : "On ne s'attend pas à gagner un tel match 6-1. On s'attendait à un match serré. Regardez la demi-finale : 2-0, elle aurait pu basculer de chaque côté. Aujourd'hui, nous avons joué un grand match. Nous avons concrétisé nos occasions. Nous avons démontré notre profondeur. Beaucoup d'attaquants ont contribué, nos défenseurs ont soutenu l'offensive et notre gardien a été solide. Un grand effort collectif tout au long du match. Nous avons gardé le meilleur pour la fin. Nous nous sommes poussés les uns les autres pour être meilleur à chaque match. Remonter un déficit de 3-0 contre la Suède a été une étape importante dans la construction de l'équipe. Notre confiance était vraiment élevée, et nous étions sûr de pouvoir surmonter toutes les équipes et tous les défis."

Oleg Znarok (entraîneur de la Russie) : "Pas assez d'émotion et de forces après le match d'hier. Nous avons une défense très jeune. 5 des 6 défenseurs sont nés après 1990. Ils ont acquis une expérience inestimable. Les Canadiens jouent dans leurs schémas, c'est le même système que dans leurs équipes juniors. Ce championnat a été très difficile, c'est bien que les joueurs ait montré du caractère et atteint la finale. Nous avons la médaille d'argent, mais nous n'avions pas la force pour plus."

IMG 1977 700

 

Canada - Russie 6-1 (1-0, 3-0, 2-1)
Dimanche 17 mai 2015 à 20h45 à l'O2 Arena de Prague. 17383 spectateurs (guichets fermés).
Arbitrage de Tobias Wehrli (SUI) et Vladimir Sindler (TCH) assistés de Paul Carnathan (USA) et Miroslav Lhotsky (TCH).
Pénalités : Canada 4' (0', 2', 2') ; Russie 10' (0', 6', 4').
Tirs : Canada 37 (15, 14, 8) ; Russie 12 (5, 1, 6).

Évolution du score :
1-0 à 18'10" : Eakin assisté d'Ennis et Muzzin
2-0 à 21'56" : Ennis assisté d'Eakin et Couturier
3-0 à 27'22" : Crosby assisté d'Eberle et Hamhuis
4-0 à 28'06" : Seguin assisté de Giroux et Barrie
5-0 à 48'58" : Giroux assisté de Crosby et O'Reilly (sup. num.)
6-0 à 49'50" : MacKinnon assisté de Savard
6-1 à 52'47" : Malkin assisté de Mozyakin et Kulikov


Canada

Attaquants :
Ryan O'Reilly (+1) - Claude Giroux (+1) - Tyler Seguin (+1)
Taylor Hall (+1, 2') - Sidney Crosby (C, +1) - Jordan Eberle
Nathan MacKinnon - Matt Duchene - Jason Spezza (A, +1)
Tyler Ennis (+2) - Sean Couturier (+2, 2') - Tyler Toffoli ou Cody Eakin (+2)

Défenseurs :
Dan Hamhuis (A, +1) - Brent Burns (+1)
Jake Muzzin (+2) - Tyson Barrie (+2)
David Savard (+1) - Aaron Ekblad (+1)
Patrick Wiercioch

Gardien :
Mike Smith

Remplaçant : Martin Jones (G). Non utilisé : Brayden Schenn (A).

Russie (2' pour surnombre)

Attaquants :
Aleksandr Ovechkin (-1) - Viktor Tikhonov (-1, 2') - Sergei Plotnikov
Sergei Mozyakin - Evgeni Malkin (A, 2') - Nikolaï Kulyomin (-1)
Artemi Panarin (-1) - Vadim Shipachyov (-1) - Evgeni Dadonov (-1)
Ilya Kovalchuk (C, -2) - Artyom Anisimov (-2) - Vladimir Tarasenko (-2)
puis Sergei Shirokov à 40'00"

Défenseurs :
Anton Belov (-2, 2') - Yegor Yakovlev (-3, 2')
Dmitri Kulikov - Viktor Antipin
Maxim Chudinov (-1) - Andrei Mironov (-2)

Gardien :
Sergei Bobrovsky

Remplaçant : Anton Khudobin (G). Non utilisés : Konstantin Barulin (G), Evgeni Biryukov (D, fracture de la mâchoire), Evgeni Medvedev (D, déchirure musculaire), Danis Zaripov (A, épaule).

 MG 0486 Champions 700