Statshot - Influence des points individuels sur les points d'une équipe - Ligue Magnus 2014-2015

Dans les statistiques offensives d'une équipe, deux tendances peuvent se dégager en fonction notamment du turnover des lignes, du temps de glace accordé, des choix stratégiques : certains clubs se retrouvent avec une infime poignée de joueurs qui font l'essentiel des points individuels de l'équipe, d'autres avec des statistiques plus diffuses, concernant un effectif plus important.

Car au delà même de la quête du trophée Ramsay du meilleur pointeur en Ligue Magnus, il est intéressant de voir quels sont les joueurs qui possèdent la plus grande "influence chiffrée" (entendons nous bien) sur les statistiques de leur propre formation.
La réponse en image avec ce nouveau tableau que vous propose Hockey Archives :

points indiv sur points total

Apparaissent ici les 39 joueurs qui ont inscrit plus de 10% des points individuels de leur équipe lors de cette saison régulière. Dans une telle recherche, on constate que sont favorisés les meilleurs marqueurs des équipes à l'influence statistique moyenne voire faible (nombre de buts marqués...). Pour les clubs du haut de tableau, très prolifiques, il faut d'autant plus peser sur les statistiques individuelles quand les coéquipiers ont eux mêmes une grosse influence.
Ainsi, le caennais Jean-Christophe Gauthier apparait assez largement en tête de ce classement avec 16.67% des points marqués des Drakkars marqués par lui. Rouen a certes été l'équipe avec le plus de points individuels cette saison (336), mais le vainqueur du trophée Ramsay Julien Desrosiers parvient à se hisser à la 3e place de ce tableau avec près de 14% des points rouennais inscrits : la performance n'en est que plus grande.

Si toutes les équipes sont représentées dans ce tableau, trois d'entre elles (Briançon, Gap et le HCMAG) ne comptent qu'un seul joueur à plus de 10% des points individuels de l'équipe. Une mauvaise chose ? Pas forcément, car ces équipes présentent pour autant un nombre de points individuels plutôt bons (et à plus grande échelle, des résultats satisfaisants voir très satisfaisants pour les Rapaces). Il faut plutôt lire cela comme un signe d'homogénéïté entre les lignes offensives, permettant un développement plus important du nombre de joueurs pointeurs.