Dominic Jalbert veut poursuivre son expérience européenne

Dominic Jalbert en a parcouru du kilométrage depuis la fin de son stage junior avec les Saguenéens de Chicoutimi.

Jalbert

Après des passages à Ottawa, Reading (en Pennsylvanie), Jonquière et St-Georges (au Québec), le défenseur s'est exilé en France, à Grenoble pour vivre l'expérience européenne, avant de signer pour la saison à venir à Chamonix. Retour sur le parcours du Québécois, qui est un synonyme de persévérance en plus d'exceller sur les bancs d'école. 

Le joueur originaire de Hull, au Québec, a disputé quelques rencontres dans le Midget AAA avec l'équipe locale, l'Intrépide de Gatineau. N'ayant jamais été sélectionné par un des 18 clubs de la LHJMQ, il a reçu en 2006, à l'âge de 17 ans,  une invitation au camp des Saguenéens de Chicoutimi. Jalbert a gagné son pari et s'est taillé une place avec l'équipe du Saguenay, disputant 60 rencontres où il a amassé 13 points. Toutefois, comme joueur de 18 ans l'année suivante, il fut retranché avant le début de la saison.

Loin d'abandonner, il a pris part à 29 rencontres avec les Braves de Valleyfield dans le Junior AAA où il a noirci son nom à 28 reprises. Ses succès lui ont permis d'être rappelé durant les fêtes de fin d'année et il n'a plus jamais regardé en arrière par la suite. En 228 rencontres de saison régulière dans le circuit Courteau, l'athlète de 1m80 et 86 kg a récolté 131 points. En plus d'être performant sur la patinoire, l'arrière l'était tout autant à l'école, lui qui a remporté le titre de joueur-étudiant de l'année dans la LHJMQ (trophée Marcel-Robert), au niveau de la Ligue canadienne de hockey (LCH) ainsi que le prix d'excellence Guy-Lafleur à sa dernière saison junior en 2010.

Une expérience enrichissante pour le principal intéressé : « J'ai adoré mes années au niveau junior. J'étais fier d'avoir su faire ma place comme joueur invité à 17 ans, mais d'avoir été retranché l'année suivante a été très difficile. J'ai pensé tout lâcher, tant qu'à jouer Junior AAA, et me consacrer à mes études. Heureusement, j'ai été rappelé et tout s'est bien déroulé par la suite. Mon titre de joueur-étudiant a été la cerise sur le sunday ! Disons que ça complétait bien mon passage dans cette ligue. »

GeeGeesLogo.svgÉtant récipiendaire de nombreuses bourses d'étude qui lui ont rapporté plus de 10 000 $ (7200 €) au fil des années, le Québécois a décidé de s'engager avec l'Université d'Ottawa où il a passé trois saisons, de 2010 à 2013, le temps de compléter son baccalauréat en commerce.

Celui qui était assistant au capitaine lors de sa dernière année universitaire a marqué 22 buts et fait 54 passes décisives pour 76 points en 75 joutes avec les Gee-Gees : « J'ai mieux aimé jouer universitaire que dans le junior majeur, car j'avais un meilleur équilibre de vie. Avec seulement 28 rencontres contrairement à 68, je pouvais mieux combiner travail, études et vie sociale avec le hockey que lorsque je jouais à Chicoutimi. Également, le calibre de jeu est plus relevé que la LHJMQ puisque les joueurs sont plus vieux, plus gros et ont plus d'expérience. Vraiment, c'est le secret le mieux gardé au Canada que le hockey universitaire », a déclaré celui qui a été nommé à deux reprises sur la première équipe d'étoiles de la CIS, le circuit universitaire.

505c7ewews1ahihwvfzyh3t0eDominic Jalbert n'a pas attendu trop longtemps avant de rechausser les patins à la suite de son dernier match universitaire. L'ancien des Braves a signé un contrat avec les Reading Royals, un club de la Ligue de hockey de la Côte Est (ECHL en anglais) basé en Pennsylvanie. Il a ainsi rejoint ses nouveaux coéquipiers pour la fin de la saison, y disputant 10 matchs.

En séries éliminatoires, le club-école des Flyers de Philadelphie a enlevé les grands honneurs, mettant la main sur la Coupe Kelly. Un premier championnat professionnel qui a fait le bonheur de l'étudiant-athlète : « J'ai adoré mon court séjour avec cette organisation. J'avais des doutes au début, car la ECHL était reconnue pour être une "ligue cimetière". J'avais reçu quelques offres de cette ligue à la fin de mon parcours universitaire et je me disais que j'avais plus de chance de me rendre loin en séries avec cette formation. J'avais vu juste et c'est toujours agréable d'avoir une bague de championnat même si je n'ai disputé que 25 matchs au total avec cette équipe », a exprimé le sympathique joueur.

Plutôt que de signer un autre contrat aux États-Unis, Jalbert est revenu au Québec pour compléter une maîtrise à l'Université Laval en relations publiques. Au niveau hockey, l'homme de 1m80 a disputé une année dans la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH) avec les Marquis de Jonquière et le Cool-FM de Saint-Georges. 

Cette année, l'ancien du circuit Courteau s'est envolé vers l'Europe, plus précisément vers Grenoble où il a signé un contrat d'une saison avec les Brûleurs de Loups. Bien que Grenoble n'ait pas remporté les séries de la Ligue Magnus, Jalbert et ses coéquipiers ont remporté une autre épreuve, la Coupe de la Ligue en décembre dernier.

Franceligue2015

Cependant, une luxation à l'épaule est venue mettre un terme à la saison du Québécois : « Jouer en Ligue Magnus est une très belle expérience. Le style de jeu est très différent qu'en Amérique du Nord puisqu'il mise surtout sur les habiletés et la vitesse plutôt que la robustesse. J'ai bien aimé le rythme au fil de la campagne puisqu'il y avait plusieurs rencontres par semaine. Gagner la Coupe de la Ligue de France a été un très beau moment, même si le but à chaque année est de remporter la Ligue Magnus ! Ma luxation à l'épaule a été un moment difficile qui est arrivé à un bien mauvais temps. Je vais me préparer pour être fin prêt pour le début de la prochaine saison », a promis celui qui voulait découvrir l'Europe plutôt que d'évoluer au pays de l'oncle Sam. 

Pour l'an prochain, le hockeyeur de 25 ans débutera une nouvelle aventure, cette fois-ci avec l'équipe de Chamonix. Bien qu'il pense tranquillement à ce qu'il fera une fois ses patins accrochés, le défenseur se donne encore quelques années pour jouer à son sport fétiche et visiter le vieux contient. Peu importe ce qu'il entreprendra, avec sa persévérance et son éthique de travail irréprochable, Dominic Jalbert saura se tailler une place dans son milieu.