Bilan NHL (2/30) : Arizona Coyotes

Hockey Archives vous présente un bilan détaillé de la saison de chaque équipe de la NHL. Suite de ce tour d'horizon en bas de tableau : les Arizona Coyotes.

On efface tout et on recommence

Ce fut encore une longue saison dans le désert. Arizona n’a jamais été dans le coup et, englué en bas de tableau, s’est séparé de trois joueurs majeurs en fin de saison. Privé de plusieurs autres titulaires, blessés, les Coyotes ont terminé la campagne avec une équipe digne de la ligue américaine. Malheureusement pour eux, la loterie n’a pas été favorable et les Coyotes ratent les deux talents générationnels, Connor McDavid et Jack Eichel.

Pts Buts + Buts - Tirs+
/match
Tirs-/match Sup.Num. Inf.Num. Min. Pén. Prol./fusillade (V-D) Mises au jeu Corsi Fenwick
56 165 267 29,2 33,2 20% 76,7% 776 10-8 51,8% 48,7% 47,9%
29e 29e 28e 23e 27e 7e 29e 15e 15e 7e 22e 23e


Corsi : Tirs + Tirs hors cadre + Tirs bloqués (pourcentage entre tirs lancés/subis) à 5 contre 5
Fenwick : Tirs + Tirs hors cadre (pourcentage entre tirs lancés/subis) à 5 contre 5

1415 ariz pts

Arizona entame la saison timidement, avec deux premiers mois légèrement en dessous des 50% de victoires. Le trou se creuse petit à petit, avec un mois de décembre délicat. Le changement du calendrier à 2015 coule complètement l’équipe, qui ne va gagner que 10 matchs à partir de janvier. L’équipe connaît même une série de dix défaites consécutives entre le 10 février et le 3 mars. Le retour à domicile ne change pas vraiment la donne. Du 3 au 22 mars, Arizona dispute 9 de ses 10 matchs sur sa glace, mais ne parvient à remporter qu’une seule victoire, en fusillade. L’attaque surtout disparait de la circulation. Après le 10 janvier, les Coyotes ne dépassent les trois buts marqués qu’à cinq reprises en 41 matchs. L’incapacité de la franchise du désert à gagner se traduit aussi par une statistique effarante : après le 5 février, l’équipe ne remporte qu’un seul match dans le temps réglementaire, le 4 avril !


Une défense friable, une attaque anémique

1415 ariz butscontre

L’inconstance de la défense apparait nettement sur ce graphique. Le blanchissage contre Vancouver le 14 novembre est le seul de la saison. L’équipe a encaissé deux buts ou moins à vingt-neuf reprises, dont onze après février, lorsque Mike Smith a retrouvé la forme. À l’inverse, la défense a concédé quatre buts ou plus à trente-sept occasions, dont vingt-quatre avant février. Le système implémanté par Dave Tippett depuis plusieurs saisons atteint-il ses limites ? S’il a permis à l’équipe d’atteindre la finale de conférence Ouest en 2012, il ne fonctionne plus vraiment depuis, dépendant trop de la forme du gardien. Le jeu en infériorité numérique a par ailleurs coûté beaucoup de points. Malgré une discipline correcte (15e de la ligue), les Coyotes n’ont pas su tuer les pénalités (29e).

1415 ari butspour

L’attaque des Coyotes a sérieusement manqué de mordant cette saison : les attaquants n’ont pas réussi à marquer le moindre but à onze reprises, et n’en ont marqué qu’un seul dans vingt-six matchs. Hormis quelques soirées explosives qui font plutôt figure d’anomalie, l’équipe a donc connu de grosses difficultés offensives, surtout après la date limite des échanges (2 mars). Une fois les cadres partis, les Coyotes ont rarement marqué plus de deux buts.
Pire, l’essentiel de l’attaque provient de l’excellent jeu de puissance. Arizona termine septième de la ligue dans ce secteur de jeu avec 20% de réussite, porté par Oliver Ekman-Larsson. Le défenseur suédois inscrit 23 buts et mène l’équipe en buts, points et buts gagnants, avec pas moins de huit buts de mieux que le deuxième !


Gardiens

1415 ari gk

Mike Smith s’est taillé la part du lion en disputant 62 rencontres. L’alternance avec Devan Dubnyk a pris fin en janvier lorsque l’ex-Oiler a été échangé dans le Minnesota, où il a littéralement explosé. Smith s’est retrouvé sans aucune concurrence, ne cédant sa cage qu’à quelques reprises pour les débuts NHL du Québécois Louis Domingue, débuts tout à fait corrects. En difficulté en début de saison, Smith a mieux fini l’année et s’offre une belle médaille d’or à Prague avec le Team Canada.

Défense

1415 ari def

2014-2015 sera donc la saison d’Oliver Ekman-Larsson. Mobile et offensif, le Suédois a battu le record NHL de son pays avec 23 buts depuis les lignes arrières. Il a également brillé en fusillade et fut l’homme à tout faire de l’équipe, avec plus de 25 minutes par match. Les départs à la date limite des transactions de Keith Yandle et Zbynek Michalek n’ont pas vraiment aidé le secteur. Yandle a beaucoup apporté par sa qualité de passe, mais son jeu défensif pur a sévèrement été critiqué. Michalek avait pour sa part manqué une partie de la saison sur commotion. Seuls deux joueurs ont dépassé les 70 matchs : Michael Stone, l’un des plus anciens de l’équipe, et le jeune Connor Murphy, pour sa première vraie saison complète – avant une médaille de bronze à Prague. Murphy a beaucoup souffert dans les statistiques de possession, mais c’est le cas de tous les défenseurs à l’exception d’Ekman-Larsson... Stone s’installe durablement dans le top-4 et, avec plus de 175 tirs bloqués et 175 mises en échec en près de 21 minutes de jeu, il s’est taillé un rôle précieux en couverture. Le staff a cherché la bonne combinaison derrière ces cadres, en utilisant huit défenseurs avec peu de succès. L’ancien premier choix Brandon Gormley, 23 ans, n’arrive toujours pas à saisir sa chance. L’arrivée de John Moore dans l’échange Yandle a offert une solution, de même que Klas Dahlbeck, acquis dans l’échange Vermette et qui a fini la saison avec 19 minutes par match, ou Andrew Campbell, pris au ballotage. Mais Moore n'a pas convaincu et n'a même pas reçu une offre de qualification, le rendant ainsi agent libre au 1er juillet. La défense reste en construction.

Attaque

1415 ari att

L’acquisition de Sam Gagner a produit des résultats intéressants. L’ancien Oiler signe 41 pts et 15 buts, soit le meilleur bilan de l’équipe côté attaquants, en ne manquant qu’un seul match. Un total régulier pour lui puisqu’il tourne à environ 40 pts lors de six des sept dernières saisons. Le manque de banc fut cependant criant. Le vétéran Shane Doan, capitaine historique de la franchise, arrive en bout de course. Martin Erat ne vaut guère mieux, mais il mène cependant l’équipe en statistiques de possession. Le départ du meilleur attaquant-défensif, Antoine Vermette, a laissé un grand vide, accentué par les blessures de Mikkel Boedker et Martin Hanzal. Les deux attaquants devaient devenir les meneurs de l’équipe, mais ont raté la moitié de la saison. La bonne surprise est venue de l’Allemand Tobias Rieder, auteur de 13 buts et très présent au tir – si son pourcentage augmente, cela promet -, ou encore de Mark Arcobello. Le petit centre a joué pour quatre équipes cette saison entre échanges et ballotage, mais a trouvé une bonne place dans l’Arizona avec 16 pts en 27 matchs pour finir la saison, dont neuf buts. On passera sous silence la longue litanie des autres joueurs utilisés : très peu paraissent avoir un avenir en NHL... Parmi les jeunes à suivre, l’ancien sniper de la WHL Brendan Shinnimin ou celui de l’OHL Lucas Lessio. Parmi les rares points positifs, le bilan aux mises au jeu avec une septième place. Presque tous les centres terminent au-delà des 51% de mises au jeu gagnées, ce qui a permis de limiter la casse en possession de palet (22e place).


Bilan

La saison 2014-2015 est donc à oublier. Mais la date limite des transactions a surtout permis d’acquérir de très nombreux espoirs ou choix de draft pour lancer l’opération reconstruction. La saison prochaine devrait permettre de lancer Max Domi et Anthony Duclair en attaque, voire Lucas Lessio et Brendan Perlini. Mike Smith ne devrait pas se montrer aussi décevant deux ans de suite, mais il devra être mieux protégé. On imagine mal les Coyotes postuler aux playoffs l’an prochain à moins d’une amélioration drastique en défense. Dans un monde parfait, ils parviendraient à piocher Auston Matthews en premier choix 2016 : un natif de l’Arizona chez les Coyotes, ne serait-ce pas idéal ?