Bilan NHL (11/30) : Florida Panthers

Hockey Archives vous présente un bilan détaillé de la saison de chaque équipe de la NHL. Suite de ce tour d'horizon avec le milieu de tableau : les Panthers de Floride.

L’avenir est déjà là

Tenaces jusqu’au bout, les Panthers de Floride échouent à sept longueurs de la dernière place qualificative en playoffs. Encore une fois, dira-t-on, tant cette franchise échoue saison après saison : seulement trois qualifications en phases finales depuis 1996 ! Cette fois, l’optimisme reste de mise dans une formation à la moyenne d’âge très basse, la 8e plus jeune au départ de la saison - statistique faussée par l'âge canonique de quelques joueurs. Florida apparait finir à sa place, dans le ventre mou de la NHL dans presque toutes les catégories, pas vraiment aidé par des équipes spéciales décevantes. C’est sans doute là que la saison s’est jouée. La défense fut plutôt compétitive, l’attaque a manqué de tranchant. Néanmoins, les promesses affichées peuvent offrir un petit rayon de soleil. Les nouveaux dirigeants du club effectuent un gros travail pour tenter d’attirer du monde à la patinoire : la réforme de la billetterie et la fin des tickets « cadeau » a certes donné lieu à de piteuses affluences (environ 8000 spectateurs en octobre contre Ottawa), mais seuls les succès feront revenir le public dans l’aréna. Aussi peu de réussite sportive depuis la création de l’équipe n’encourage pas vraiment la création d’une base de supporters enthousiastes. Les jeunes valeurs montantes comme Bjugstad, Huberdeau, Barkov et Ekblad joueront assurément un rôle majeur pour rendre le hockey plus populaire en Floride.

Pts Buts + Buts - Tirs+
/match
Tirs-/match Sup.Num. Inf.Num. Min. Pén. Fusillade
(V-D)
Mises au jeu Corsi Fenwick
91 206 223 30,7 29,6 16,3% 80,0% 733 8-10 48,6% 51,3% 51,0%
20e 25e 18e 14e 15e 24e 24e 10e 7e 23e 15e 16e


Corsi : Tirs + Tirs hors cadre + Tirs bloqués (pourcentage entre tirs lancés/subis) à 5 contre 5
Fenwick : Tirs + Tirs hors cadre (pourcentage entre tirs lancés/subis) à 5 contre 5

1415 flo pts

Après une pré-saison sans victoire, Florida peine à entrer dans le championnat avec un mois d’octobre poussif (3-2-3). Novembre est un peu meilleur, tout comme décembre. Le petit recul en janvier-février, avec des fiches aux environs des 50% de victoire, laisse cependant Florida dans le coup et les dirigeants décident de renforcer l’équipe. L’arrivée de Jaromir Jagr à la date limite des transactions transforme l’équipe, qui connait un mois de mars remarquable (8-5-2). Malheureusement, le trou était trop gros à combler. Au final, une saison moyenne...


Une fin de saison convaincante

1415 flo butscontre

Avec 48 matchs sur 82 qui se sont joués à un but d’écart, Florida est resté globalement compétitif, mais a manqué de tranchant pour faire la différence. Cela s’est vu en défense, où Roberto Luongo réalise une saison exceptionnelle, bien secondé par un premier duo défensif de haut vol, Ekblad-Campbell. Au total, la défense a concédé deux buts ou moins lors de la moitié des matchs (41), une bonne partie en fin de saison (18 après février).

1415 flo butspour

En revanche, l’attaque a connu des difficultés. Elle a été limitée à 2 buts ou moins dans 44 matchs, et même un but ou aucun à 23 reprises. La fin de saison se révèle bien meilleure. 18 des 38 matchs à plus de trois buts ont eu lieu à partir de février.

Gardiens

1415 flo gk

À 36 ans, Roberto Luongo ne présente aucun signe de déclin et termine encore une fois au-delà des 92% d’arrêts. Le gardien d’origine cubaine Alvaro Montoya a moins réussi en tant que remplaçant, avec la moins bonne saison de sa carrière. L’anecdote à ce poste est survenue le 3 mars contre Toronto. Luongo quitte le match sur blessure, mais Montoya se blesse à son tour quelques minutes plus tard. Le match s’arrête dans la confusion et les Panthers cherchent une solution, préparant même le coach des gardiens, Rob Tallas, à jouer pour la première fois depuis 14 ans. Luongo, à l’hôpital lors de la blessure de son collègue, retourne finalement en jeu... Florida organisera dans les jours qui suivent un mini-camp d’essais pour trouver un gardien d’appoint ! Dan Ellis assurera un intérim correct le temps que les deux titulaires se remettent.


Défense

1415 flo def

L’information majeure de la saison fut l’incroyable début NHL du n°1 de la dernière draft, Aaron Ekblad, 18 ans. Le pilier des Barrie Colts (OHL) termine avec 12 buts et 39 pts, soit le meilleur total de points pour un arrière de cet âge depuis... Bobby Orr ! Une prestation monstre, avec le deuxième temps de jeu de l’équipe, récompensé par le trophée Calder de meilleur débutant. D’une maturité rare, Ekblad a enchaîné avec la médaille d’or à Prague où il a fait parler son patinage et sa qualité de tir. Un futur grand – déjà un grand ! Florida a donc de quoi se réjouir pour le futur. L’entente du prodige avec le vétéran Brian Campbell, lui aussi très mobile, a parfaitement fonctionné. Campbell démontre saison après saison des qualités de relance précieuses, qui lui offrent des statistiques de possession équivalentes aux meilleurs de la ligue. Ekblad a en revanche été protégé en infériorité numérique, rôle finalement dévolu au capitaine d’expérience Willie Mitchell, secondé par Dmitry Kulikov et le solide Erik Gudbranson. Ces deux derniers sont encore jeunes et paraissent avoir encore progressé. En revanche, Dylan Olsen n’a pas confirmé sa prometteuse saison 2013-2014 et a quitté l’équipe à mi-saison, ne souhaitant pas rejoindre l’AHL, en accord avec les Panthers, pour se ressourcer chez lui. Alex Petrovic l’a remplacé avec des apparitions correctes : il devrait lutter pour une place l’an prochain avec l’ex-Bruins Steven Kampfer et le meilleur espoir défensif, l’universitaire Mike Matheson.


Attaque

1415 flo att

Il y a clairement eu un avant et un après Jagr en Floride. L’arrivée de la légende tchèque a survolté l’offensive. Le vétéran a inscrit 18 pts en 20 matchs, et s’est trouvé rajeuni aux côtés des deux gamins, Huberdeau et Barkov. Le Finlandais a démontré de belles qualités d’attaquant-défensif et a signé 14 pts dans les 17 derniers matchs aux côtés de Jagr. Huberdeau, pour sa part, a fini avec 21 pts en 20 matchs, terminant meilleur marqueur de l’équipe et faisant oublier une saison 2013-2014 décevante. Jagr, Barkov et Huberdeau dominaient leur sujet comme aucune autre ligne dans la NHL en fin de saison, avec une conservation de palet rare. En revanche, les autres lignes ont moins brillé. Jussi Jokinen a plutôt joué le passeur, avec un pourcentage aux tirs très bas. Il offre une solution de complément très utile. Le grand pivot Nick Bjugstad a porté l’équipe une bonne partie de l’année, avec 17 buts à égalité numérique, 24 au total. Une confirmation après une saison-révélation l’an dernier. Le vétéran Brad Boyes s’est posé comme joueur de complément, bien loin de ses meilleures années. La surprise de l’année fut Brandon Pirri, qui termine comme l’un des deux seuls joueurs de l’ère moderne à dépasser les 20 buts avec moins de 5 passes. Véritable sniper, appelé en cours d’année, Pirri dépasse les 15% de réussite au tir. Pas sûr qu’il parvienne à confirmer. Signé à prix d’or à l’intersaison, Dave Bolland a encore été souvent blessé et n’a guère produit. Son contrat devient un boulet, alors que des joueurs comme l’ailier Jimmy Hayes et le jeune Vincent Trocheck ont produit tout autant pour beaucoup moins cher. Hayes a cependant mal terminé l’année, avec seulement 2 buts sur ses 25 derniers matchs. En quatrième ligne, les Panthers ont fait confiance à Derek MacKenzie, pilier du jeu en infériorité numérique et décisif aux mises au jeu. Le bagarreur Shawn Thornton apparait en bout de course, pour sa part. Quant à Scotty Upshall, le meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière n’a pas trop convaincu.


Bilan

Florida est donc resté dans le ventre mou une bonne partie de la saison, pas très loin des playoffs, mais jamais en position de déloger une équipe du top-8. L’arrivée de Luongo et l’intégration ridiculement facile d’Ekblad à l’arrière ont au moins apporté une certaine constance défensive et permis à l’équipe de s’accrocher à chaque match. Malheureusement, le manque de percussion offensive empêchait l’équipe de passer l’épaule pour faire basculer un match. Fort heureusement en contrepartie, les Panthers disposent d’une jolie collection de jeunes talents émergents. L’apport de l’expérience de Jaromir Jagr, qui a décidé rapidement de rempiler en Floride, devrait beaucoup apporter : le Tchèque est un monstre de professionnalisme et de préparation physique, qui devrait donc apprendre à cette bande de gamins à se hisser au plus haut niveau.