Bilan NHL (12/30) : Dallas Stars

Hockey Archives vous présente un bilan détaillé de la saison de chaque équipe de la NHL. Suite de ce tour d'horizon avec le milieu de tableau : les Stars de Dallas.

Tout pour l’attaque

Les Stars de Dallas ont fait trembler les filets cette année... des deux côtés ! Les Stars ont assuré le spectacle avec la deuxième attaque de la ligue – à deux unités de Tampa Bay. La franchise texane n’a pourtant pas réussi à se qualifier en playoffs malgré une bonne fin de saison. Le souci majeur est clairement venu d’un secteur défensif friable, avec la 26e défense seulement de toute la NHL. Au final, Dallas avait pris trop de retard et termine à sept longueurs des phases finales. Pourtant, le compteur de tirs concédés se place plutôt dans le deuxième tiers ; la faute en revient donc principalement au poste de gardien, assez décevant toute la saison. Dallas a dominé en possession, en tirs, en supériorité, mais a craqué défensivement.

Pts Buts + Buts - Tirs+
/match
Tirs-/match Sup.Num. Inf.Num. Min. Pén. Fusillade
(V-D)
Mises au jeu Corsi Fenwick
92 261 260 31,2 29,9 19% 80,7% 789 4-3 51,8% 52,1% 52,3%
19e 2e 26e 7e 19e 12e 19e 17e 22e 8e 10e 8e


Corsi : Tirs + Tirs hors cadre + Tirs bloqués (pourcentage entre tirs lancés/subis) à 5 contre 5
Fenwick : Tirs + Tirs hors cadre (pourcentage entre tirs lancés/subis) à 5 contre 5

1415 dal pts

Dallas a échoué dans son objectif de playoffs principalement à cause de son départ délicat. Si le mois d’octobre a été moyen, marqué par quatre défaites après le temps réglementaire (4-2-4), novembre a placé les Stars sur le reculoir (5-8-1), avec de grosses difficultés à domicile : quatre défaites de rang entre le 1er et le 8 novembre, puis encore trois autres quelques jours plus tard. Une série de trois succès fin novembre ne relance pas l’équipe, qui s’incline encore quatre fois de suite. Dallas a déjà du retard mais réagit en décembre : entre le 6 décembre et le 3 janvier, les Texans enchaînent 9 succès en 11 matchs. L’inconstance se poursuivra toute la saison, les séries de succès suivants les séries de défaites. Le coup d’arrêt fatal survient fin février : entre le 14 février et le 1er mars, Dallas perd 7 de ses 8 matchs. La blessure de Seguin, victime d’une mauvaise charge de Kulikov, joue un grand rôle dans ce moment délicat. La réaction d’orgueil dans le sprint final permet aux fans de rêver un peu, car les Stars finissent en feu : à partir du 3 mars, la fiche est de 14 victoires pour seulement 5 défaites. Trop tard. On pourra déplorer à Dallas le bilan calamiteux intra-division (8-14-7) et médiocre à domicile (17-16-8).


Une défense trop friable

1415 dal butscontre

La saison des Stars n’est qu’une longue litanie de buts encaissés. Dallas a en effet encaissé trois buts ou plus dans 55 matchs, et plus de cinq à vingt reprises ! Difficile de gagner dans ces conditions, même quand l’attaque se distingue comme l’une des plus prolifiques de la ligue. Le spectacle a en tout cas été au rendez vous, puisque presque la moitié des matchs de la saison ont offert au public plus de sept buts dans la rencontre... Parmi ces matchs, Dallas a réussi à perdre 5 des 6 rencontres à plus de 10 buts dans la partie (6-5 contre les Flyers, 7-5 contre les Islanders, 6-4 contre Carolina, 7-6 contre Detroit et 7-5 contre St. Louis)... La défense reste le coupable principal de l’échec de la saison.

1415 dal butspour

Après un début mitigé, l’attaque trouve la bonne carburation en décembre et hausse son niveau sur la fin de saison. La deuxième offensive de la NHL a marqué trois buts ou plus à 50 reprises, dont 37 fois plus de 4 buts, et 17 fois à cinq ou plus. Une performance, d’autant que l’essentiel de ces « cartons » est arrivé après le 21 décembre. Treize des vingt derniers matchs ont vu les attaquants des Stars franchir le cap des quatre buts dans la partie. L’attaque a fait son travail.


Gardiens

1415 dal gk

Le triste bilan de la saison se situe avant tout dans les cages. Le Finlandais Kari Lehtonen a connu une triste saison : son pourcentage de 90,3% le classe 41e sur 45 gardiens à plus de 25 matchs. Une prestation catastrophique, qui a coûté très cher. Ceci dit, Dallas n’a pas vraiment eu d’autres solutions. Anders Lindback s’est montré encore pire, et de très loin. Son échange vers Buffalo contre Jhonas Enroth a été intéressant, le Suédois signant des prestations plus respectables – bien que le pourcentage d’arrêts n’ait pas vraiment décollé non plus. Lehtonen devra impérativement rebondir l’an prochain.


Défense

1415 dal def

Dallas a construit une défense plutôt expérimentale cette saison. Les deux joueurs d’expérience, Trevor Daley et Alex Goligoski, ont encadré des arrières extrêmement jeunes. De quoi tâtonner : Sergei Gonchar échangé dès le 11 novembre, puis Brenden Dillon envoyé aux Sharks contre un défenseur plus offensif, Jason Demers, qui s’est installé dans le top-4 avec de bonnes prestations. Dallas comptait sur Patrik Nemeth, mais le jeune Suédois s’est blessé dès fin octobre dans un contact avec RJ Umberger, coupé au bras. Out toute la saison, il a vu son compatriote John Klingberg, 22 ans, rappelé. Ce dernier a réalisé une saison exceptionnelle au point d’être nommé dans la All-Rookie Team. Avec 11 buts, 40 pts et trois buts gagnants, Klingberg est la révélation de la saison à Dallas, avec le troisième temps de jeu en défense et des statistiques de possession intéressantes. Malheureusement, le reste n’a pas été à la hauteur. Daley s’est fait manger en possession toute la saison, poussé dans son propre camp, avec sans doute un temps de jeu bien trop important pour ses épaules, même s’il a atteint un record de carrière offensivement. Jordie Benn n’est qu’un défenseur d’appoint, utile en infériorité numérique. Quant aux autres, le grand Jamie Oleksiak ainsi que Jyrki Jokkipakka, ils ont affiché leur jeune âge et leur inexpérience. Quoiqu’il en soit, le secteur apparait très prometteur, même s’il n’a pas fait le boulot cette année, peut-être trop tourné vers l’avant.


Attaque

1415 dal att

Difficile de trouver un duo plus prolifique que Jamie Benn et Tyler Seguin. Les deux hommes ont affiché leur complémentarité et allumé les gardiens les uns après les autres. Grâce à un sprint final de feu, Jamie Benn s’offre même le titre de meilleur marqueur de la NHL au tout dernier match avec une soirée à quatre points. Un titre que Tyler Seguin aurait pu lui disputer sans une mauvaise charge de Dmitri Kulikov, qui lui fit manquer 10 matchs. Avec 72 buts à eux deux, ils ont assuré le spectacle. La question reste de trouver le « troisième » et pour le coup, Lindy Ruff a eu du mal. Jason Spezza a plus ou moins joué ce rôle en supériorité numérique, avec une certaine efficacité. Cody Eakin s’est imposé au centre de la deuxième ligne grâce à son abattage défensif face aux meilleurs trios adverses, tout en produisant offensivement. Ales Hemsky a démarré la saison timidement, puis a reçu un temps de jeu famélique au fil du temps. Les autres lignes ont toutes contribué au pointage, sans que l’on distingue vraiment une troisième et une quatrième ligne. Le travail défensif est revenu à Vernon Fiddler, auteur d’une saison intéressante. L’autre vétéran, Shawn Horcoff, a lui aussi apporté son écot. On attendait sans doute plus d’Antoine Roussel, en revanche : très productif en début de saison, il s’est peu à peu éteint, peut-être perturbé dans son jeu par deux suspensions. Son ratio +/- catastrophique peut inquiéter. Des soucis qui ont aussi concerné son comparse Ryan Garbutt : on a l’impression que le duo a parfois été orphelin de Eakin, promu dans l’alignement. Patrick Eaves et Colton Sceviour ont eu aussi parfois joué sur de meilleures lignes et ont répondu présents. L’espoir Brett Ritchie, 21 ans, a brillé en AHL et effectué un tiers de saison prometteur en NHL. Enfin, on notera la courte présence du jeune Russe Valeri Nichushkin : en vue l’an passé, il a connu de sérieux pépins physiques (hanche) et n’a pu participer qu’à huit matchs cette saison. Déçus de ne pas jouer les playoffs, Seguin, Eakin et Spezza ont rejoint le Team Canada à Prague et ont largement contribué au titre de leur pays. Spezza y termine meilleur marqueur avec 14 pts en 10 matchs, recevant le titre de meilleur attaquant et une place dans l’équipe-type. Eakin termine avec 4 buts et Seguin 9, le meilleur total du tournoi... Les attaquants de Dallas étaient en forme cette saison !


Bilan

Après la qualification en playoffs en 2013-2014, les attentes étaient élevées à Dallas. L’échec de cette saison reste donc frustrant, mais le bilan n’est pas si négatif. Les Stars ont montré des prédispositions offensives rares, et l’effectif reste globalement très jeune. La principale question se pose sur le poste de gardien : Lehtonen avait réussi trois bonnes saisons avant de connaître des difficultés cette saison. Est-ce un accident de parcours ? Comment encadrer ce réservoir rare de jeunes talents en défense ? Klingberg, Nemeth, Jokkipakka ou Oleksiak vont batailler pour du temps de jeu – le nouveau contrat de sept ans pour Klingberg indique assez les espoirs placés en lui ! – et le jeune premier choix 2014 Julius Honka pourrait aussi se mêler à la bagarre. Une défense jeune et prometteuse... une attaque qui devra compenser... comme cette année ?