Bilan NHL (19/30) : New York Islanders

Hockey Archives vous présente un bilan détaillé de la saison de chaque équipe de la NHL. Suite de ce tour d'horizon avec les battus du premier tour des playoffs : les New York Islanders.

L’étoile filante

Battu au premier tour. Le triste bilan de ces playoffs 2015 hantera longtemps les esprits des supporters des Islanders de New York. Renaissante, la franchise a retrouvé sa fierté tout au long de la saison, fort d’un départ canon. L’équipe de Long Island a tout simplement signé le meilleur départ de l’histoire de la franchise – mieux que les générations titrées au début des années 1980 ! En lutte pour le trophée du Président, les Islanders ont malheureusement accusé le coup vers la fin de la saison et se sont heurtés au froid réalisme des Capitals de Washington, victorieux en sept manches. Les deux équipes comptaient 101 points en saison régulière, mais les Cap’s bénéficiaient de l’avantage de la glace sur le fil...
L’adieu au Nassau Coliseum s’est donc produit au match 6, remporté 3-1. Le déménagement à Brooklyn devrait apporter de nouvelles émotions, car l’équipe, encore assez jeune, affiche un potentiel certain. Les choix opérés par Garth Snow lors de l’intersaison 2014 ont clairement portés leurs fruits. Il faudra tout de même resserrer la défense et le jeu en infériorité numérique... Ces deux aspects figurent dans les profondeurs du classement, pour une équipe résolument offensive : 2e en tirs au but, New York a dominé son sujet à cinq-contre-cinq, avec un excellent ratio de possession de palet.

 

Pts Buts + Buts - Tirs+
/match
Tirs-/match Sup.Num. Inf.Num. Min. Pén. Prol./fusillade (V-D) Mises au jeu Corsi Fenwick
101 252 230 33,8 28,3 18,7% 78% 700 7-6 49,2% 52,7% 54,1%
10e 4e 22e 2e 7e 16e 26e 25e 9e 18e 6e 2e


Corsi : Tirs + Tirs hors cadre + Tirs bloqués (pourcentage entre tirs lancés/subis) à 5 contre 5
Fenwick : Tirs + Tirs hors cadre (pourcentage entre tirs lancés/subis) à 5 contre 5

1415 nyi ptsmarques

Les Islanders commencent tambour battant avec quatre victoires de suite, avant de descendre un peu de leur nuage. Octobre (6-4-0) reste le meilleur départ depuis 2001-2002... L’arrivée de novembre se révèle positive : une série de cinq succès, une défaite, puis encore une série de cinq victoires, placent l’équipe en tête de la ligue (11-3-0, dont 6-0-0 à domicile). Le mois de décembre reste positif et, si le rythme tombe un peu, les coéquipiers de John Tavares parviennent à réussir quelques belles séries (cinq victoires en six matchs début janvier par exemple). New York est en tête de la division fin décembre, une première depuis 27 ans. Février est tout aussi positif, avec six victoires en sept matchs (8 au 19 février). Tavares brille au All-Star Game avec un quadruplé, et lutte pour la première place du classement des marqueurs. Toujours dans les premiers du classement, les joueurs de Jack Capuano accusent cependant le coup en mars, lorsque le défenseur Nick Leddy se blesse (9 mars). L’énergie vient à manquer dans la dernière ligne droite et toute l’avance prise fond comme neige au soleil dans une série noire : sept défaites en huit matchs entre le 10 et le 28 mars. Le titre de division qui échappe à la franchise depuis vingt ans s’envole et les Islanders terminent 3e de la division Métropolitaine. Les 101 points constituent le meilleur total de l’équipe depuis... 1983-1984.

Les playoffs furent un duel au couteau avec Washington. Après s'être imposés en déplacement au match 1 (4-1), les Islanders perdaient le deuxième (4-3). A domicile, New York signait sa première victoire en prolongations en playoffs depuis 1993 grâce à Tavares (2-1), mais les Capitals enchaînaient par deux vicoires (2-1 ap., 5-1). La victoire à domicile 3-1 transformait la série en quitte ou double : Holtby tenait bon, et Washington s'imposait 2-1 à domicile au match 7 sur un but de Kuznetsov à sept minutes de la fin du match.


Une attaque explosive

1415 nyi butscontre

La défense new-yorkaise n’a pas vraiment brillé cette saison. Elle a encaissé trois buts ou plus lors de 45 des 82 rencontres, contre 18 matchs à zéro ou un but (6 blanchissages). Le manque de constance affiché dans cet exercice est criant, les bonnes séries défensives étant généralement interrompues par un carton.

1415 nyi butspour

La deuxième attaque de la ligue a fait trembler les filets par vagues, marquant quatre buts ou plus à 29 reprises, dont un 7-5 contre Dallas (25 octobre) et un 7-4 contre Philadelphie (19 janvier). A l’inverse, elle n’a été blanchie que deux fois (Colorado, 30 octobre ; Vancouver, 22 février) et limitée à un seul but à douze reprises, dont deux victoires 1-0. Malgré tout, on constate un souci offensif en fin de saison, en parallèle de blessures importantes (Leddy, Okposo).


Gardiens

1415 nyi gk

Jaroslav Halak avait été recruté à prix d’or pour être le numéro 1 : il n’a pas déçu, battant le record de la franchise détenu par le mythique Billy Smith avec 38 victoires. Appelé de dernière minute au All-Star Game, le Slovaque réalise une excellente saison. Le gros problème des Islanders fut en revanche le poste de remplaçant. Halak ne pouvait bien évidemment pas jouer tous les matchs et son backup, Chad Johnson, n’a pas du tout convaincu. Il a été échangé à la date limite des transactions au profit de Michal Neuvirth, qui n’a pas vraiment fait beaucoup mieux.


Défense

1415 nyi def

La reconstruction de la défense par Garth Snow fut particulièrement astucieuse. Le manager général a profité des ennuis salariaux des autres pour récupérer Nick Leddy (Chicago) et Johnny Boychuk (Boston) à la toute fin du camp d’entrainement. Les deux hommes furent de loin les meilleurs défenseurs des Islanders cette saison. Leddy a apporté par sa qualité de patinage et sa relance, signant un record de carrière (37 pts). A 24 ans, il a encore sept ans de contrat... Boychuk,31 ans, a lui aussi reçu un contrat de sept ans et son impact physique fut décisif. Mieux, il a signé 15 pts en supériorité, lui qui n’en avait compté que cinq en 317 matchs avec les Bruins ! Ce duo a joué l’essentiel du temps. En deuxième paire, Travis Hamonic s’est contenté d’un rôle strictement physique et défensif, jouant de plus en plus en fin de saison. Calvin de Haan, 24 ans, a confirmé son potentiel avec de bonnes statistiques de possession. Travis Hickey a beaucoup apporté en troisième paire, avec près de 19 minutes de jeu. Il a parfois eu du mal à défendre face aux meilleurs attaquants adverses, cependant. Il n’a pas vraiment été aidé par les joueurs qui ont évolué à ses côtés : Brain Strait et Matt Donovan, notamment. Le jeune Griffin Reinhart avait fait l’équipe au camp mais fut rapidement renvoyé en AHL. Enfin, le vétéran Lubomir Visnovsky a eu un impact très positif, mais a manqué un bon tiers de la saison sur blessure.


Attaque

1415 nyi att

John Tavares est passé tout près : il échoue à un seul petit point de Jamie Benn (Dallas), battu pour le titre de meilleur marqueur de la NHL à cause de la soirée à quatre points du « Stars » à la dernière journée. Le Canadien fut l’arme fatale des Islanders toute la saison, notamment en supériorité. Kyle Okposo a évolué à ses côtés une bonne partie de la saison. Il a cependant manqué 22 matchs (blessure à la rétine) et a peiné à retrouver son niveau au retour. La bonne nouvelle est venue de Ryan Strome. Le 5e choix 2011 avait débuté l’an dernier, et s’est imposé dès le camp de septembre. Il atteint le plateau des 50 pts en dépit d’une deuxième moitié de saison difficile. Frans Nielsen, réputé pour son jeu défensif, a affronté les meilleurs trios adverses et signe une saison très honorable. Sur les ailes, Brock Nelson a confirmé avec une saison de 20 buts et 42 pts. Cependant, il a inscrit 27 pts en 33 matchs en début de saison, avant de s’éteindre peu à peu (15 en 49 matchs). Anders Lee, rappelé en cours de saison, avait intrigué en fin de saison dernière. Il s’est définitivement installé en confirmant son profil atypique, celui de pur finisseur. Il termine avec 25 buts, ce qui lui en donne 35 en 100 matchs NHL !

La profondeur de banc des Islanders a poussé Nikolai Kulemin et Mikhail Grabovsky sur la troisième ligne avec Josh Bailey. Bailey signe un record de carrière (41 pts) et de bonnes dispositions défensives. Kulemin a fait de même, jouant beaucoup en infériorité, avec un total de 15 buts. Grabovsky a connu de nombreux pépins physiques, dont une commotion. Il porte bien le jeu vers l’avant mais a manqué de réalisme. Le rapide Michael Grabner continue à descendre dans l’alignement, sa vitesse ne compensant plus trop les carences dans les autres domaines du jeu. Blessé les deux tiers de la saison, l’Autrichien voit sans doute sa place menacée. L'acquisition de Tyler Kennedy en fin de saison a permis de compenser quelques blessures, mais l'ex-Shark n'a pas eu d'impact décisif. Enfin, les Islanders doivent beaucoup au jeu de leur quatrième ligne. Le combattif Matt Martin joue encore les premiers rôles en mises en échec et en pénalités. Son indiscipline a coûté une suspension, mais son rôle reste précieux. Il en est de même pour l’autre spécialiste des mises en échec, Cal Clutterbuck. Ces deux « punisseurs » ont beaucoup pesé sur le jeu et ouvert la porte à Casey Cizikas, un centre rapide et travailleur qui a battu son record de carrière avec 18 pts.


Bilan

Jack Capuano n’a désormais plus que le mythique entraîneur Al Arbour devant lui en nombre de matchs à la tête des Islanders. Il a redonné de la fierté à tout un public, avec un effectif encore jeune et prometteur. Les bons choix de Snow ont permis de réaliser la meilleure saison régulière depuis vingt ou même trente ans, mais l’échec de justesse au premier tour des playoffs a montré les limites de l’équipe. Il faudra assurément un renfort défensif, un meilleur backup et plus de rigueur en infériorité numérique pour enflammer la future patinoire de Brooklyn... et créer une nouvelle légende.