Épinal - Mulhouse (match amical)

Pour terminer l'été en beauté

Cela fait maintenant deux ans qu’Épinal et Mulhouse ne se sont plus affrontés et c’est en guise d’ultime répétition générale qu’ont lieu ces retrouvailles à Poissompré. L’occasion, pour les Scorpions, de confirmer leurs bonnes dispositions ; eux qui restent sur deux victoires face à l’Étoile noire en prolongation.

CeKralik quatrième derby en huit jours (après la réception de Fribourg et la double confrontation avec Strasbourg) finalise non seulement la pré-saison des Alsaciens, mais aussi celle des Vosgiens, dont on retiendra qu’ils remportèrent la première victoire de l’ère Barin le 21 août dernier... dans le Bas-Rhin (4-2) ! Une heureuse coïncidence pour le nouvel entraîneur spinalien, qui sait désormais de quoi son effectif sera fait. La dernière pièce du puzzle venant de s’assembler avec la toute récente arrivée du jeune attaquant tchèque Lukáš Králik (appelé à remplacer un David Klímek trop limité).

Aziz Baazzi étant parti outre-Rhin, Stéphane Barin attendait également qu’un défenseur supplémentaire vienne gonfler les rangs lorrains. C’est désormais chose faite avec l’engagement d’un ex-NHLer expérimenté. Il faudra toutefois patienter avant de voir l’imposant Tomáš Klouček (35 ans, 1,91 m pour 100 kg) patiner sous ce maillot "Gamyo" que son compatriote Jiří Klimíček étrenna quinze jours plus tôt.

L’essai du jeune arrière tchèque s’étant avéré concluant, ce sont donc pas moins de dix joueurs slaves (!) qui défendront les couleurs d’Épinal cette saison. Du jamais vu à Poissompré, même lorsque les Dauphins bataillaient dans la même division que les Scorpions. Un passé commençant sérieusement à dater, même si la D1 reste d’actualité côté mulhousien, où l’on semble plutôt s’appuyer sur une "défense de fer" (avec seulement trois buts encaissés lors de leurs quatre dernières sorties) que sur une attaque de feu.

VINATIERFaire mieux que l’EHC Freiburg (DEL 2) et l’Étoile noire de Strasbourg, c’est donc le défi proposé à ces Spinaliens combatifs à souhait, mais peinant (eux-aussi) à trouver le chemin des filets. Il faut toutefois reconnaître que les Vosgiens n’ont pas choisi la facilité en allant disputer la Coupe des Bains, où les attendaient les Finlandais de l’Ilves Tampere, les Suédois de Karlskrona et les Slovaques de Banská Bystrica. Autant de gros morceaux pour les Gamyo, qui n’auront pas démérité sur l’ensemble du tournoi. Une bonne impression confirmée, dans la foulée, à La Chaux-de-Fonds (1-3), où il leur fallut pourtant composer sans Ken Ograjenšek et Maxime Moisand, deux des tous meilleurs éléments d’un contingent préparant activement le prochain déplacement à Rouen.

Pas question, pour autant, de négliger cet ultime match de préparation. Un derby que les Spinaliens débutent de la meilleure des façons, bien aidés, il est vrai, par l’énorme bourde du gardien des Scorpions. En l’occurrence, Mickaël Muller, qui a vu la frappe très lointaine de Ján Plch s’enfiler entre ses jambières (1-0 à 02'50"). Le vétéran, voyant le changement de lignes s’opérer, a tiré des vingt-cinq mètres pour gagner du temps, en prévision de son retour sur le banc...


Déjà qu’ils peinaient à exister (en dehors des montées orchestrées par un Michal Jeslínek débordant de vivacité), les Alsaciens vont dès lors éprouver les pires tourments, subissant de plus en plus dangereusement les assauts incessants de Spinaliens se montrant très entreprenants. De véritables vagues oranges que les défenseurs mulhousiens essayent tant bien que mal d’endiguer, parvenant bien à bloquer quelques lancers (02'30" et 03'15") sans pour autant réussir à éloigner durablement le danger.

fujerikIl faut dire que les Gamyo contrôlent le jeu et maîtrisent leur sujet, forts d’individualités se trouvant sans difficultés. On pense notamment au trio Hordelalay-Le Blond-Sabatier (aussi présent défensivement qu’actif offensivement) ou à ce tandem Kuralt-Ograjenšek ayant visiblement trouvé, en Dominik Fujerik, le meilleur des alliés. Le Slovaque, rapide et technique, s’avère très complémentaire d’un duo formant toujours une sacré paire.

Pourquoi donc s’étonner de les retrouver tous trois associés sur le premier bloc d’un powerplay utilisant Gašper Sušanj en qualité de canonnier. Le grand défenseur slovène dispose, il est vrai, d’un gros lancer. Un slap qu’il ne manque pas de déclencher par deux fois (04'53" et 05'18"). Mickaël Muller les arrête, avant d'être suppléé par son montant gauche, contre lequel est venue s’écraser la reprise de Ken Ograjenšek, pourtant parfaitement décalé par Anže Kuralt à l’opposé (06'16").

La pénalité de Klejna, qu’Épinal est passé tout près d’abréger, sera finalement tuée par les hommes de Jan Procházka, qui n’hésitent pas à tirer dès qu’une occasion vient à se présenter. Des tentatives trop lointaines ou trop excentrées pour mettre Hočevar en difficulté.

Reste qu’à trop se livrer, les Gamyo finiront par se faire contrer. Une échappée rondement menée par un Michal Jeslínek résistant au retour de Maxime Moisand pour s’en aller dribbler le portier, d’une feinte droite-gauche destinée à prendre Andrej Hočevar à contre-pied. Mais c’est sans compter sur la réactivité du Slovène, qui enraye ce break de fort belle manière, en tendant parfaitement sa jambière (09'45")...

HOCEVAR présaisonAtteint au niveau de la visière par un coup de crosse involontaire (10'43"), Florian Sabatier voit César Joffre rallier le banc des pénalités. Une belle occasion de corser l’addition, qui manque d’ailleurs de profiter à Matthieu Le Blond, parvenu à dévier le lancer de Gašper Sušanj sans le mettre au fond (10'56").

Ce n’est que partie remise pour les Gamyo. Dominik Fujerik s’empare d’un palet traînant dangereusement aux abords du filet pour marquer dans un angle fermé, entre les jambières d’un Mickaël Muller décidément peu inspiré (2-0 à 12'28").

Les Scorpions, moribonds, retrouvent un peu de piquant en fin de premier tiers temps, profitant d’une pénalité infligée à Farina (sanctionné pour avoir retenu Ten Braak suite à un duel perdu, 14'19") pour installer leur powerplay. Un jeu de puissance s’appuyant essentiellement sur la vista de son maître à jouer, l’ex-Briançonnais Michal Jeslínek, qui cherche la faille sans la trouver. Le Tchèque parvient toutefois à trouver un Ondřej Poživil démarqué, mais n’appuyant pas suffisamment son lancer (15'06"). C’est finalement le deuxième bloc mulhousien, venu prendre le relais du premier, qui sera le plus près d’arriver à ses fins. Un slap de Martin Obuch provoque non seulement un cafouillage devant la cage, mais surtout un rebond sur lequel Michal Kápička sera le plus prompt. L’ailier tchèque est alors bien placé pour réduire le score... mais Hočevar, d’un retour désespéré, viendra lui fermer la porte au nez (16'03") !Moisand et Jurik

Mickaël Muller, qui a suivi tout ça de loin, essuiera pour sa part une dernière pluie de lancers (dont un one-timer de Sabatier terminant sur le montant, 19'29") avant céder sa place à Guillaume Richard. Un changement ne bouleversant aucunement la physionomie de ce derby. Les Spinaliens ayant clairement le match en main.

SabatierAussi l’acte médian s’ouvre-t-il sur les mêmes bases que le précédent, avec des Gamyo toujours aussi sérieux, appliqués et prompts à contre-attaquer. Démonstration sur cette passe en retrait mal contrôlée par Ondřej Martinka, mais récupérée par un Anže Kuralt finissant par s’échapper. Un deux-contre-un vient alors à se dessiner, si parfaitement joué qu’il permettra à Ken Ograjenšek de s’en aller défier le portier. Mais s’il parviendra à éliminer le gardien, le Slovène verra sa manœuvre échouer d’un tout petit rien (20'49").

Gavés d’espaces jusqu’à plus soif, les hommes de Stéphane Barin bénéficient ainsi de plusieurs opportunités. Et si Králik rate l’excellente passe d’Hordelalay, Sabatier ne manque quant à lui pas l’occasion d’enfiler son tout premier but à Poissompré. L’ex-Rémois, qui s’est fait oublier au second poteau, profite du caviar d’Hordelalay pour nettoyer le haut du filet (3-0 à 25'13").

Une division sépare les Gamyo des Scorpions sur le papier. Pourtant, sur la glace, l’écart paraît beaucoup plus conséquent, ce qui laisse à penser que les Spinaliens vont ne faire qu’une bouchée des grands gabarits mulhousiens. Mais gare à ne pas trop s’enflammer. Une mise en garde qu’Anže Kuralt aurait mieux fait d’écouter au lieu de se mettre à "tricoter" derrière son propre filet. L’ailier slovène, qui tente de se frayer un chemin, finit par perdre un palet revenant sur Jeslínek. S’ensuit un lancer, puis un rebond profitant finalement à Rolands Vīgners, l’attaquant letton (3-1 à 25'13"). Un but d’autant plus contrariant qu’il fait suite à une pénalité tuée...

HordelalayN’allez toutefois pas imaginer que cette partie s’en trouve relancée. Matthieu Le Blond, à la conclusion d’une belle combinaison en première intention, reprefd victorieusement dans une cage ouverte à tous vents. Un décalage né d’une triangulation initiée par Pierre-Charles Hordelalay et parfaitement relayée, côté droit, par Thibaut Farina (4-1 à 26'47").

Incapables de prendre à défaut la solide défense des Gamyo, les Alsaciens se font quasiment contrer sur chacune de leurs montées. Mais si rien ne va, ils n’en baissent pour autant pas les bras, à l’image d’un Michal Kápička parvenant à s’infiltrer, sans toutefois tromper la vigilance d’un Lucas Savoye venant de faire son entrée (29'21").

Le Gapençais, solide au poste, réussira d’ailleurs à garder sa cage inviolée jusqu’à l’entracte, contrairement au portier basque des Scorpions, qui se verra encore fusillé de près. Kuralt, du coin droit, remisant sur un Fujerik reprenant à bout portant (5-1 à 32'50"). Un one timer aussi précis que puissant, qui s’enfilera sous la barre d’un Richard manquant, par la suite, de voir sa lucarne gauche nettoyée par l’excellent coup de poignet d’Hordelalay (39'27")...

Guillaume RichardCe troisième poteau de la soirée rend l’addition moins salée pour les Scorpions. Il ne faut pourtant pas attendre très longtemps pour voir à nouveau Poissompré se lever suite à un débordement de Ján Plch parachevé d’un centre malencontreusement dévié par Aleksandrs Galkins au fond de ses propres filets (6-1 à 41'24"). Une action difficile à digérer pour le solide arrière letton...

Servi dans l’intervalle par Matthieu Le Blond, Pierre-Charles Hordelalay s’en ira fixer le gardien... sans trouver le cinquième trou (42'15") ! Richard répond une nouvelle fois présent sur un centre de Králik repris par Cacciotti (43'53"), pendant que Sušanj et Jeslínek calment leurs ardeurs sur les bancs d’infamie (42'50"). Une prison spinalienne bien remplie (comprenant Sušanj, le substitut Martin et Klimíček) lorsque l’ex-Bordelais Martin Obuch trompe Lucas Savoye d’un tir excentré à mi-hauteur, côté bouclier (6-2 à 46'43").

SAVOYEAccablés par un arbitrage ne leur laissant plus rien passer, les Gamyo (privés d’un Ograjenšek sorti en cours de partie) vont dès lors collectionner les pénalités. Le très offensif Klimíček se fait sanctionner pour un duel "épaule contre épaule" jugé irrégulier (47'22"), prolongeant ainsi la séquence des Scorpions en supériorité. Mais les Spinaliens, qui font bloc devant leur jeune gardien, tiendront bon jusqu’au bout, parvenant non seulement à tuer la pénalité du Tchèque, mais aussi celle d’Offret (52e). Rolands Vīgners, opportuniste, se sera pourtant montré plus d’une fois menaçant dans la zone de vérité...

En poussant Bryan Ten Braak à le faire trébucher, Anže Kuralt va lui provoquer l’ultime pénalité de la soirée. Une dernière supériorité rondement menée par un powerplay bien en place et faisant rapidement circuler le palet jusqu’à ce que Gašper Sušanj, à la pointe, ne fasse parler son lancer. Un slap à mi-hauteur, côté bouclier (7-2 à 58'57"), pour donner un peu plus d’ampleur à une victoire largement méritée. Les Scorpions, trop souvent dépassés, ayant pris le bouillon à Poissompré...

 

Épinal - Mulhouse 7-2 (2-0, 3-1, 2-1)
Vendredi 4 septembre à 18h00 à la patinoire de Poissompré. 500 spectateurs.
Arbitrage de Benjamin Gremion, assisté de Christophe Moncozet et ?.
Pénalités : Épinal 26’ (4’, 2’, 10’ + 10’) ; Mulhouse 12’ (4’, 4’, 4’).
Tirs : Épinal 28 (9, 12, 7) ; Mulhouse 29 (8, 9, 12).

Évolution du score :
1-0 à 01'50" : Plch
2-0 à 12'28" : Fujerik assisté d'Ograjenšek (sup. num.)
3-0 à 22'27" : Sabatier assisté d'Hordelalay
3-1 à 25'13" : Vīgners assisté de Jeslínek
4-1 à 26'47" : Le Blond assisté de Farina et Hordelalay
5-1 à 32'50" : Fujerik assisté de Kuralt et Farina
6-1 à 41'24" : Plch assisté de Králik
6-2 à 46'43" : Obuch (double sup. num.)
7-2 à 58'57" : Sušanj assisté de Klimíček et Králik (sup. num.)

Épinal

Attaquants :
Anže Kuralt - Dominik Fujerik - Ken Ograjenšek [puis Rapenne à la 35e]
Steven Cacciotti - Lukáš Králik - Ján Plch (A)
Pierre-Charles Hordelalay - Matthieu Le Blond - Florian Sabatier
Anthony Rapenne [puis Maxime Martin à la 35e] - Hugo Vinatier - Yannick Offret (A)

Défenseurs :
Martin Charpentier - Maxime Moisand (C)
Jiří Klimíček - Gašper Sušanj
Vojtěch Kloz - Thibaut Farina

Gardiens :
Andrej Hočevar, puis Lucas Savoye à 29'03".

Absent : Tomáš Klouček (pas encore arrivé).

Mulhouse

Attaquants :
Rolands Vīgners - Michal Jeslínek - Michal Pšurný
Michal Kápička - Milan Jurik - Michal Klejna
Lucas Bini (C) - César Joffre - Bryan Ten Braak
Leyland Plaire - Kevin Ottino - Miguel Cavuella

Défenseurs :
Ondřej Poživil - Ondřej Martinka (A)
Ruslan Borysenko (A) - Aleksandrs Galkins
Maxime Lutz - Martin Obuch

Gardiens :
Mickaël Muller, puis Guillaume Richard à 20'01".

Absent : Raphaël Papa.

telescopage