Brest – Bordeaux (Coupe de la Ligue, groupe A, 2e journée)

Les Albatros se relancent

En attendant la reprise officielle de la saison régulière, Brestois et Bordelais disputent leur deuxième rencontre en Coupe de la Ligue. Une compétition où les deux équipes comptent bien aller le plus loin possible. Les Albatros arborent même un troisième maillot bleu ciel spécialement dédié à cette compétition et à la Coupe de France.

Défaits 4-1 à Angers mardi dernier, les Bretons ont tout intérêt à l’emporter ce soir pour rester au contact des Boxers, victorieux face à Caen dans le même temps. Giflés à domicile (2-6) par les futurs vainqueurs du Summer Ice Trophy Bauer, les Aquitains comptent bien prendre leur revanche. Ils devront néanmoins se passer des services importants des internationaux Jonathan Janil et Julien Desrosiers.

C’est un départ tonitruant qu’offrent les deux équipes. Peter Valier trouve la barre transversale de Bertein après seulement quinze secondes de jeu. Brest récupère le palet et répond dans la foulée. Mathieu Gagnon à la bleue offensive profite d’un vrai boulevard pour trouver Christian Ouellet devant l’enclave qui marque d’une déviation impeccable (1-0 à 0’42’’).

Brest se montre très pressant dans les premières minutes et domine globalement Bordeaux. Alexandre Quesnel échoue par deux fois sur Sébastian Ylönen pour un deuxième but très proche. Les Boxers sont donc tout heureux de profiter d’une très mauvaise relance dans l’axe de Doug Jessey interceptée par Lionel Tarantino qui égalise d’un tir ras glace (1-1 à 4’29’’).

Le jeu développé par Brest est radicalement différent de celui des saisons passées en Ligue Magnus. Il est maintenant bien plus porté sur des passes courtes et nombreuses que sur l’attente d’une contre-attaque. La déviation devant le but est très régulièrement recherchée et a déjà fait mouche une fois.

Sur un palet balancé au fond, Ylönen est obligé de sortir loin de son but. Gêné par le bon pressing de Jérémie Romand il ne dégage pas le palet suffisamment loin pour le faire sortir de sa zone défensive. Le disque est récupéré par les locaux qui se ruent sur le but. Romand manque son tir mais pas Graham Avenel (2-1 à 7’37’’).

La première pénalité est pour le capitaine bordelais François Paquin (8’09’’). L’occasion de voir un jeu de puissance brestois très altruiste à quatre attaquants et un défenseur, qui profitent au maximum des nouvelles dimensions des zones de jeu à défaut de beaucoup tirer. La pénalité est tuée et Bordeaux se montre plus à son avantage en fin de tiers.

Nouvelle frayeur pour le public brestois sur une sortie hasardeuse de Charles Landry qui utilise un rebond sur la balustrade derrière son but pour tenter de dégager le danger. Sauf que le palet échoue directement dans une crosse adverse permettant un puissant lancer sur Léo Bertein qui repousse avant de voler Peter Valier présent au rebond (16’15’’). Rebelote peu après, une mauvaise tentative sortie de zone par Thibaut Kervella est exploitée par les visiteurs. Nicolas Mariage confirme le bon travail de sa ligne et égalise au deuxième poteau (2-2 à 17’43’’). Score de parité dans cette première période où Brest aura démarré fort mais payé cash deux erreurs défensives.

La deuxième période voit les Albatros reprendre le contrôle de la partie. Souvent porté par le premier bloc où seul Roman Vondracek n’est pas canadien, le danger peut également venir du deuxième trio offensif 100% slovaque. Martin Hujsa, qui n’a pas encore trouvé tous ses repères sur la glace, est frustré par une mitaine autoritaire de Ylonën (24’02’’).

Le portier bordelais paraît néanmoins coupable sur le troisième but breton inscrit par Alexandre Quesnel (et non pas Christian Ouellet comme l’indique la feuille de match). Le tir du Canadien sur l’aile gauche avec Aymeric Gillet en opposition ne paraissait pas dangereux outre mesure (3-2 à 30’41’’). À moins que le gros gabarit de son défenseur ait masqué la vue de l’ancien gardien de Rouen.

L’indiscipline de Bordeaux (cinq pénalités dans ce deuxième tiers) rend sa tâche encore plus délicate. Avec deux de leurs meilleurs défenseurs en prison (Nicolas Besch à 34’19 et Kevin Dusseau à 34’42’’) et réduits à trois contre cinq, les Boxers résistent un temps à la supériorité numérique brestoise.

Très altruistes, les Albatros demeurent stériles dans cette situation de jeu jusqu’à un énorme lancer frappé de Mathieu Gagnon qui transperce Ylönen (4-2 à 35’55). Ce dernier ainsi que Paquin sont furieux, étant donné que la cage n’était pas en place au moment où le palet est rentré. Mais le but du break est malgré toutes les protestations validé.

Il reste une période pour les visiteurs pour revenir au score. Le corps arbitral rééquilibre la balance et pénalise les Albatros trois fois de suite (38’07’’, 41’16’’, 49’31’’). Brest assoie définitivement sa victoire en se montrant serein et intraitable en infériorité numérique face à des Bordelais à court de solution offensive.

Cet ultime tiers moins intense et plus avare en occasions est définitivement scellé par la reprise plein axe d’un beau centre de Quesnel par Ouellet qui inscrit un doublé en poteau rentrant (5-2 à 53’52’’).

Brest se relance donc dans cette poule A en l’emportant face à des Boxers à qui l’indiscipline et les absences importantes de Janil et Desrosiers auront fait mal. Les Albatros se sont surtout démarqués par leur premier bloc qui s’est avéré efficace avec à la baguette un Alexandre Quesnel véritable homme du match. Il est d’ailleurs dommage que la feuille de match officielle ne lui crédite qu’un petit point alors qu’en réalité il en récolte au moins deux voire trois ce soir. Son but qui a été accordé à Ouellet offre à son camarade un coup du chapeau « virtuel ».

Les Albatros ont montré des choses très intéressantes dans la construction du jeu. Ceci offre des perspectives intéressantes pour le futur. Il reste toutefois des réglages à faire sur les relances défensives qui ont coûté deux buts ce soir. L’équipe peut néanmoins se satisfaire d’avoir la paire défensive Gagnon-Landry qui a démontré une très belle solidité en plus d’inscrire leurs noms sur la feuille de match à plusieurs reprises.

Place maintenant au championnat où Brest retourne à nouveau à Angers sur la glace du Haras qui ne leur a jamais réussi dans l’histoire récente. Un départ du bon patin dans cette Ligue Magnus coupe gorge serait idéal.



Brest – Bordeaux 5-2 (2-2, 2-0, 1-0)
Samedi 12 septembre 2015 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 853 spectateurs
Arbitrage de Savice Fabre assisté de Charles-Édouard Salmon et Charlotte Girard.
Pénalités : Brest 10' (0’, 4’, 6’), Bordeaux 14' (2’, 10’, 2’).
Tirs : Brest 26 (9, 12, 5), Bordeaux  22 (9, 7, 6)

Évolution du score :
1-0 à 00’42’’ : Ouellet assisté de Gagnon et Landry
1-1 à 04’29’’ : Tarantino assisté de Cadren
2-1 à 07’37’’ : G. Avenel assisté de Romand et Aubé
2-2 à 17’43’’ : Mariage assisté de Tarantino et Cadren
3-2 à 30’41’’ : Quesnel assisté de Vondracek et Gagnon
4-2 à 35’55’’ : Gagnon assisté de Romand et Ouellet (sup. num.)
5-2 à 53’52’’ : Ouellet assisté de Quesnel et Landry

Brest

Attaquants :
Alexandre Quesnel (A) - Roman Vondracek - Christian Ouellet
Martin Hujsa - Jaroslav Prosvic (C) - Michal Dian
Jonathan Avenel  - Graham Avenel - Jérémie Romand
Dimitri Motreff - Cody Mathieu - Thibault Kervella

Défenseurs :
Mathieu Gagnon - Charles Landry
Aurélien Gréverend (A) - Edgars Dikis
Florent Aube - Doug Jessey
Gaëtan Cannizzo

Gardien :
Léo Bertein

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G), Marlo Chapron. Absents : Quentin Berthon, Nicolas Motreff.

Bordeaux

Attaquants :
Thomas Decock - Jean Christophe Gauthier - Peter Valier
Mathieu Cyr - Félix Petit - Francis Charland
Lionel Tarantino - Vincent Cadren - Nicolas Mariage
Romain Horrut - Gautier Lafrancesca - Aïna Rambelo

Défenseurs :
Andreï Esipov - Kevin Dusseau
François Paquin - Nicolas Besch
Jan Majercak - Aymeric Gillet

Gardien :
Sébastian Ylönen

Remplaçant : Mickaël Gasnier (G). Absents : Julien Desrosiers, Jonathan Janil.