Des Phénix toujours en cendres

Le feuilleton estival des Phénix de Reims a finalement connu un dénouement douloureux : il ne sera pas possible de voir à l'oeuvre les seniors dès la rentrée. 

Logo Phénix de Reims 2012Le néo-président Laurent Hutasse, successeur de Benoît Vrielynck après le dépôt de bilan du Reims Champagne Hockey, a publié un communiqué après plusieurs mois de bataille avec la mairie. Trois points essentiels sont à retenir : le club s'est désengagé de Division 3, le hockey mineur est tout de même conservé sur la cité des sacres et une tentative de fusion avec l'autre club champenois, le Hockey Club Châlons-en-Champagne, est à l'étude pour la rentrée 2016.

Suite au calvaire de la dissolution du RCH, Laurent Hutasse, déjà membre de l'organisation, et son équipe avaient pris les devants en constituant rapidement un dossier pour concourir en Division 3. Ce dossier du nouveau-né Reims Métropole Hockey a alors été accepté par la Fédération Fançaise de Hockey sur Glace. Mais le feu vert de la mairie s'est fait attendre et, malgré la réactivité et les relances du nouveau dirigeant, malgré les garanties de nouveaux partenaires, l'implication des bénévoles, l'équipe de Laurent Hutasse a dû jeter l'éponge. 

Depuis le début de cet épisode, la ville de Reims a clairement affiché de la frilosité quant à voir un nouveau club de hockey à Reims. Et la nouvelle patinoire Albert Ier, outil attendu depuis un an et demi par les hockeyeurs rémois, ne semble pas prête à accueillir du hockey de haut niveau. La vitrine prônée par Laurent Hutasse en a pris un sacré coup, elle n'était pas une priorité. Les sections juniors, toujours d'actualité, ne pourront d'ailleurs bénéficier que de quelques créneaux en début de saison à Albert Ier et devront migrer par la suite à la petite patinoire Barot, actuellement en rénovation. 

Pour les seniors, l'option souhaitée par la municipalité de Reims est donc une fusion, une initiative déjà réalisée au basket en 2010 entre l'ESPE Châlons et le RCB de Reims. L'avenir du hockey champenois sera donc à Châlons, à quarante kilomètres de Reims, où les dirigeants des Gaulois semblent favorables à un éventuel partenariat puisque les négociations ont bien avancé. Une chose est sûre, le hockey rémois, tel qu'il a existé depuis 46 ans, est mort. Les nostalgiques des années Flammes bleues puis des années Phénix sont orphelins. En attendant un nouveau club ambitieux, départemental cette fois-ci, à l'horizon 2016... 

Communiqué du président Laurent Hutasse

Article de Julien Lampin pour Radio Jeunes Reims