Caen – Val Vanoise (Division 1, 2e journée)

Retour aux sources

Val Vanoise qui se déplace à Caen, c’est avant tout le retour d’Alexis Gomane dans la patinoire bas-normande où il a évolué 12 saisons. On aurait pu croire qu’il prendrait des fonctions au sein du club après sa carrière sportive, mais le destin l’a entrainé jusqu’aux montagnes. Dès lors, nombreux sont les Caennais à avoir voulu saluer son retour en mémoire du joueur, de l’entraîneur du mineur, de l’animateur. Alexis a revêtu bien des visages à Caen, mais il revient capitaine d’une nouvelle équipe, avec un nouveau projet.

Donc, cette 2e journée de championnat voit s’opposer les Bouquetins, promus de D2 aux Drakkars, relégués de Ligue Magnus. Les logiques des deux équipes s’opposent également dans leurs compositions : Caen mise essentiellement sur la jeunesse (moyenne d’âge 24 ans) et 4 lignes, Val Vanoise a un banc plus court et se repose sur un effectif expérimenté (moyenne d’âge 27,7 ans).

Luc Chauvel avait annoncé que cette rencontre pourrait très facilement devenir un piège. En effet, la jeune garde caennaise pourrait se laisser entraîner par de vieux briscards qui connaissent la musique comme Lukas Pek ou Dorian Duchosal. Comme pour donner raison à l’entraîneur local, Val Vanoise réalise un début de match très opportuniste. Après avoir donné le rythme de la rencontre pendant les trois premières minutes, les Savoyards subissent la pression. Ils doivent reserrer la garde autour de leur gardien et s’employer en contre. C’est ainsi que Kalinovic réussit à déborder la défense et prendre un tir à la bleue qui fait teinter la lucarne gauche de Kello, pris à froid. Le rebond est sortant, et les arbitres délibèrent avant de rendre leur verdict : but accordé (2-1 à 08'15").

En milieu de match, de même, les visiteurs réduisent l’avance à un maigre point sur une action collective bien orchestrée mais pas forcément impressionnante (3-2 à 30'26"). Enfin, les Bouquetins vont marquer un troisième but en fin de match. En supériorité, Zmeskal profite d’un écran sur le gardien pour conclure une fiche d’équipe plutôt réaliste de 3 buts en 17 tirs (7-3 à 51'57"). 

Effectivement, Caen a mis du temps à faire le break bien que dominant le jeu assez largement. Le moral aurait pu en prendre un coup en début de deuxième période avec deux buts concédés en moins de huit tirs cadrés. D’autant plus que Minarik se voit refuser un but sur ce même tiers. Mais ce match a vu certaines figures se révéler au bénéfice du collectif des Drakkars.

D’abord Karl Léveillé a prouvé qu’il n’avait pas qu’un bon tir. Il a aussi un mental, une envie qui lui permettent de faire la différence. C’est lui qui ouvre le score (1-0 à 03'46"). C’est aussi lui qui vient réveiller l’équipe en début de troisième tiers, après 15 minutes de domination stérile (6-2 à 48'47"). C’est enfin lui qui vient conclure au rebond l’action de son bloc de supériorité (8-3 à 53'35"). Son talent de buteur est tout ce qu’il y a de plus réel, et il compte bien marquer la D1 de son empreinte.

Udo Marie est la seconde figure qui se détache de cette rencontre. Depuis l’arrivée d’André Ménard dans l’équipe et sur son duo, il vient renforcer la première ligne. Il assume les responsabilités, comme l’affirme le “A” qui orne l’avant de son maillot. Plus à l’aise pour développer du jeu à l’offensive en D1, Udo est capable de remonter seul le palet derrière le but, puis de trouver la bonne passe à Mathias Arnaud, seul devant l’enclave (2-0 à 07'43"). Ou bien Gliga sur le même poste (7-2 à 50'30"). Il peut également analyser le traffic pour prendre un tir masqué s’il le faut (5-2 à 37'03"). Comme Mathias Arnaud, il réalise une fiche de 4 points (1 but, 3 assistances). Mais c’est avec Karl Léveillé qu’il se retrouve à la tête des pointeurs de D1.

Et puis, la force de Caen cette saison, c’est de pouvoir compter sur sa formation locale. La quatrième ligne ne marque pas en cette deuxième journée, mais elle joue dans le ton. Sur le deuxième bloc, Hugo Damy signe son premier but en sénior et presque le but victorieux (3-1 à 16'52").

En conclusion, Luc Chauvel a pu prouver la cohérence de son recrutement. L’objectif de créer du spectacle est atteint, le HCC espère donc un retour du public en masse. Mais attention à ne pas relacher la vigilance. “Aucun adversaire n’est là par hasard!” a tenu à rappeler Val Vanoise en jouant sa chance à fond
 

Caen - Val Vanoise 8-3 (3-1, 2-1, 3-1)
Samedi 12 Septembre à 20h30 à la patinoire de Caen-la-mer. 750 spectateurs
Arbitrage de Nicolas Crégut assisté de Matthieu Loos et Leevan Thiebault.
Pénalités : Caen 8' (2', 0', 6') ; Val Vanoise 16' (0', 2', 14')
Tirs : Caen 36 (10,11,15) ; Val Vanoise 17 (4,4,9)

1-0 à 03'46" : Leveillé
2-0 à 07'43" : Arnaud assisté de Marie
2-1 à 08'15" : Kalinovic assisté de Nikkila
3-1 à 16'52" : Damy assisté de Pain et Geffroy
3-2 à 30'26" : Kalinovic assisté de Nikkila et Gomane
4-2 à 35'18" : Sternberg assisté de Marie et Arnaud
5-2 à 37'03" : Marie assisté de Chauvel
6-2 à 48'47" : Leveillé assisté de Gerstakis et Sternberg
7-2 à 50'30" : Gliga assisté de Marie et Arnaud (sup. num.)
7-3 à 51'57" : Zmeskal assisté de Nikkila et Stoklasa (sup. num.)
8-3 à 53'35" : Leveillé assisté de Dorey et Arnaud (sup. num.)

Caen

Attaquants :
Karl Léveillé - Roberto Gliga - Mathias Arnaud
Erwan Pain - Thibault Geffroy (C) - Hugo Damy
David Minarik - Brice Chauvel (A) - Alexandre Palis
Axel Guezet - Damien Grendka - Yoann Robert

Défenseurs :
Udo Marie (A) - André Ménard
Aurelien Dorey - Zach Sternberg
Bobby Gertsakis - Martin Ropert

Gardien : Quentin Kello.

Remplaçants : Grégoire Blanc (G), Jean-Yves Barnes, Thomas Dubourg.

Val Vanoise

Attaquants :
Lukas Pek - Martin Kalinovic - Roope Nikkila
Dorian Duchosal, Mathis Filatre, Petr Stoklasa, Maxence Wagret
Lucas Bonnardel, Baptiste Bruyas, Hubo Blum, Leonard Naliod-Izacard, Maxime Martin

Défenseurs :
Alexis Gomane (C) - Jan Zmeskal
Jiri Matajicek - Maxime Favre-Felix
Pierre Lathuillière

Gardien : Vladislav Koutsky.

Remplaçant : Pablo Briand (G).