Lyon - Épinal (Ligue Magnus, 1re journée)

Spectacle, buts et suspense : une belle affiche pour la reprise 

Après plus de 6 mois, la Ligue Magnus fait enfin son retour à la patinoire Charlemagne. Après une intersaison riche en rebondissements, les Lyonnais, sauvés en play-downs en février dernier, reçoivent le finaliste 2014-2015. Les problèmes de licences semblent enfin réglés pour les deux formations, si bien que les effectifs sont presque complets. Côté Gamyo, Charpentier et Moisand sont absents, tandis que côté lyonnais, seul manque O'Donnell suspendu.

 

Acte I – La vague orange

La rencontre débute par un dégagement interdit lyonnais. Une mauvaise relance permet aux Spinaliens de s'installer en zone offensive. Plch prend un tir repoussé par Virtanen, Cacciotti à la bataille avec Tomko prend le rebond et glisse le palet entre le poteau et la jambière de Virtanen (00'45", 0-1). Les Lyonnais ne sont pas rentrés dans leur match, et le pressing haut des Spinaliens ne les laisse pas souffler, à l'image de Kloucek qui tire, puis Offret prend le rebond et manque de tromper Virtanen.

Eric Galbraith parvient à prendre Kloucek de vitesse, qui fait la faute derrière la cage spinalienne. Lyon peut enfin reprendre son souffle et s'installer dans la zone du Gamyo, mais Hocevar fait le job.

2015 09 19 Lyon Epinal1La première ligne lyonnaise s'illustre par Laberge qui s'insinue devant la cage et parfaitement placé reprend une passe de Lebey pour trouver le fond du filet (06'43", 1-1).

Kloz se fait sanctionner deux minutes pour accrocher, mais Lebey se fait à son tour prendre par la patrouille pour avoir retenu la crosse de Susanj. Les 2 formations évoluent donc à quatre joueurs de champ. Épinal tue sa pénalité puis prend ses quartiers dans la zone lyonnaise. La défense des Lions manque de prendre l'eau, Plch parvient à prendre un tir et son propre rebond, les défenseurs lyonnais ne s'imposent pas suffisamment devant leur cage.

Épinal ne quitte pas la zone lyonnaise, Klimicek passe à Rapenne tout seul devant la cage de Virtanen, qui cueille le gardien finlandais (12'26", 1-2). Moins d'une minute plus tard, Sabatier profite d'une erreur défensive de Tomko et Custosse qui se regroupent tous les deux sur Plch, en recevant une passe de celui-ci en échappée pour se retrouver seul face à Virtanen. Il décale au dernier moment et même en extension, Virtanen ne peut pas dévier le palet qui finit au fond (13'16", 1-3).

Il y a péril en la demeure, la défense n'est pas en place et Épinal peut s'infiltrer trop facilement, François Dusseau prend donc son temps mort.

Les Lyonnais se regroupent un peu plus en défense pour stopper l'hémorragie, les attaquants participent à l'effort. En reculant devant le slot, Cacciotti trébuche sur Virtanen et prend deux minutes pour obstruction, Lyon peut de nouveau tenter sa chance en supériorité. Parent sur le côté de la cage, passe à Lippojoki plein axe, Hocevar fait un magnifique arrêt réflexe de la mitaine.

Épinal a réalisé une très bonne entame de match, sur un rythme que les Lyonnais n'ont pas su suivre. La défense n'est pas en place et Lyon le paie au niveau du score, malgré un nombre de tirs cadrés très similaire.

 

Acte II – Ô Capitaine, mon Capitaine

Au retour de la pause, Landry Macrez remplace Tommi Virtanen, qui semble avoir pris un coup lors de la collision avec Cacciotti en fin de premier tiers. Les Lyonnais démarrent sur à plein régime, avec une présence immédiate en zone spinalienne. Lebey derrière la cage, passe à Laberge devant, qui décale pour To-Landry à l'autre poteau. Hocevar est battu, et To-Landry trouve le fond du filet (20'35", 2-3).

SIVIC MitjaSivic rate l'occasion d'égaliser, il rate un rebond laissé par le portier spinalien en lui remettant le palet dessus. Les formations jouent bien dans les deux sens de la patinoire, Hocevar et Macrez sont sollicités tour à tour. La ligne Lebey - Laberge - To-Landry se montre dangereuse par sa capacité à accélérer le jeu.

Une bonne relance des locaux permet à Sivic de rentrer le palet en zone offensive. En arrivant au niveau du but, il passe en retrait et reçoit un coup de crosse de Kloucek en travers du bras gauche, qui l'envoie finir sa course dans la bande. Le jeu se poursuit quelques secondes, bras levé de Jérémy Rauline, avec de la confusion devant le but spinalien. Finalement le jeu est arrêté, et l'on constate que Mitja Sivic est toujours allongé le long de la bande, visiblement dans une très grande souffrance. Il fait à plusieurs reprises signe qu'il ne peut pas bouger son bras gauche, et c'est le visage tordu de douleur qu'il est enfin placé sur la civière et évacué de la patinoire. Kloucek est exclu du match, et les Lyonnais entament une période de supériorité numérique de 5 minutes.

Chaque arrêt de jeu est tendu, les Lyonnais pressent les Spinaliens, sous le coup de l'adrénaline et de la sortie de leur capitaine. Épinal multiplie les dégagements pour gagner du temps et changer les lignes. Une chute de Tomko sur la crosse de Hordelalay à la bleue offensive laisse le palet en zone neutre, palet repris par Le Blond qui part à la cage. Arrivé au niveau des cercles d'engagement, il passe à gauche à Hordelalay qui trompe Macrez dans la lucarne gauche. Le banc lyonnais réclame une pénalité sur le départ de l'action, mais le but est validé (31'35", 2-4). Épinal reprend deux buts d'avance avec cette réalisation en infériorité numérique.

Les Lions prennent d'assaut le but spinalien, notamment avec la première ligne, et sont enfin récompensés sur un tir de Parent, Hocevar laisse un rebond que Vitton-Mea parvient à reprendre et à mettre au fond (34'35", 3-4).

Lippojoki est sanctionné pour accrocher, et Épinal peut à son tour installer son power play. Macrez est sollicité et doit s'allonger pour bloquer le palet. Plch reste un peu trop longtemps sur Macrez au goût de Custosse, qui l'attrape par le col et se fait sanctionner 2 minutes. Cacciotti vient accrocher Custosse et prend également la direction de la prison. Tous les deux sortent deux minutes pour dureté.

Un deuxième tiers de bien meilleure facture pour les Lyonnais qui y ont perdu leur capitaine. Les deux équipes ont fait jeu égal, malgré une tension croissante, et l'issue du match est toujours bien incertaine.

 

Acte III – N'éveillez pas le lion qui dort

Comme à chaque tiers ce soir, un but est marqué dans la première minute de jeu. Et pour la deuxième fois, ce but est lyonnais. L'engagement à droite de la cage est gagné par Lyon, Galbraith parvient à conserver la rondelle, la passe à Parent qui tourne derrière le but spinalien, il prend un tir masqué dévié par Susanj, mais Galbraith a fait le tour de la cage et se trouve sur sa gauche lorsque la rondelle arrive dans sa palette, il n'a plus qu'à l'envoyer entre le poteau et Hocevar (40'42", 4-4).

2015 09 19 Lyon Epinal2Kralik est sanctionné deux minutes pour une mauvaise charge contre Correia, mais Épinal parvient à tuer la pénalité malgré de nombreuses occasions lyonnaises. La tension est palpable, le match peut basculer d'un côté comme de l'autre à tout moment.

Plus le chronomètre défile et plus la pression monte, les deux formations doivent se créer des occasions tout en ne s'exposant pas en défense. La première ligne lyonnaise se rappelle très rapidement au bon souvenir d'Hocevar. Macrez est également sollicité de l'autre côté de la patinoire. Galbraith, maintenant bien dans son match, emmène régulièrement sa ligne à la cage, sans toutefois parvenir à convertir.

Avec à peine plus de 5 minutes à jouer, Tomko s'infiltre en zone offensive et provoque la faute de Le Blond, pris de vitesse. To-Landry sert Laberge qui bute sur la jambière d'Hocevar. Sur l'action suivante, une passe de Correia sur Tomko déviée par une crosse spinalienne oblige celui-ci à se replier très vite pour éviter un contre, il croise pour Custosse, qui envoie devant à Correia. Celui-ci passe la bleue et trouve Galbraith sur sa droite, qui prend le temps d'ajuster la lucarne droite pour un doublé lors de son premier match de Ligue Magnus (56'01", 5-4).

Le public lyonnais exulte, il reste moins de 4 minutes à jouer et les locaux mènent au score pour la première fois. Dès la remise en jeu, Burlin envoie Ograjensek au tapis. Un bien mauvais moment pour une pénalité. Les Lyonnais sont performants sur les engagements, et parviennent ainsi à se dégager assez facilement, ils se paient même le luxe d'une échappée à trois contre un en infériorité, ce qui fait réagir Stéphane Barin sur le banc du Gamyo. Métais reprend un palet en zone défensive et le monte à la cage, il passe à gauche en retrait pour Correia qui repasse à Métais au lieu de prendre un tir, mais celui-ci trouve la jambière gauche d'Hocevar qui a eu le temps de bien fermer son angle. Cela permet aux locaux de gagner un temps précieux en cette fin de match sous tension.

Lebey est le prochain joueur au tapis côté lyonnais, sur une charge qui semble plus que régulière dans la bande mais qui le laisse secoué. Épinal a moins de trois minutes pour égaliser, dont moins d'une minute en supériorité numérique. Les locaux se regroupent dans une défense très solidaire. De retour à cinq joueurs de champ, les Lions tentent d'étouffer les Spinaliens, et surtout de conserver le contrôle du palet pour retarder au maximum la sortie d'Hocevar et l'entrée d'un sixième joueur de champ du côté des visiteurs.

À 48 secondes du buzzer, Épinal prend son temps mort. Stéphane Barin donne ses consignes pour la fin du match et la sortie d'Hocevar. Lyon met une énorme pression en zone neutre pour empêcher l'entrée du palet dans sa zone défensive, ce qui permet de gagner de précieuses secondes. Hocevar ne parvient pas à sortir avant quinze secondes de la fin du match, et à 8 secondes du terme, un hors jeu stoppe les plans spinaliens. To-Landry prend le dernier tir du match sur la cage vide, mais rate le filet.

Lyon se sort d'un match bien mal engagé, qui révèle beaucoup d'approximations dans la défense. À part l'association Lebey - Laberge - To Landry, les autres lignes ont eu bien du mal à se faire remarquer, mais cette équipe lyonnaise a de la volonté et n'a rien lâché jusqu'à la fin du match, à l'image d'Eric Galbraith auteur des deux derniers buts pour les Lions.

Épinal a subi sa faible profondeur de banc, accrue par l'expulsion de Kloucek après la charge sur Sivic. Avec si peu de défenseurs, difficile de tenir le rythme jusqu'à la fin de la rencontre.

 

Depuis la fin du match, des nouvelles nous sont parvenues concernant l'état de santé de Mitja Sivic. Il souffre de multiples fractures de l'humérus et du coude gauches. Après opération chirurgicale, il annonce via sa page Facebook un arrêt de 4 mois minimum.

2015 09 19 Lyon Epinal3

Photos d'Emmanuel Giraudeaux

 

Lyon – Épinal 5-4 (1-3, 2-1, 2-0)
Samedi 19 septembre 2015 à 15h à la patinoire Charlemagne, Lyon. 2 245 spectateurs.
Arbitrage de Jérémy Rauline assisté d'Anne-Sophie Boniface et Jérémy Metais.
Pénalités : Lyon 10' (4', 4', 2'); Épinal 37' (6', 2'+25', 4')
Tirs : Lyon 39 (13, 15, 11); Épinal 27 (12, 7, 8)

Évolution du score
0-1 à 00'45" : Cacciotti assisté de Plch
1-1 à 06'43" : Laberge assisté de Lebey et To Landry (sup. num.)
1-2 à 12'26" : Rapenne assisté de Klimicek et Offret
1-3 à 13'16" : Sabatier assisté de Plch et Cacciotti
2-3 à 20'35" : To Landry assisté de Laberge et Lebey
2-4 à 31'35" : Hordelalay assisté de Le Blond (inf. num.)
3-4 à 34'35" : Vitton Mea assisté de Metais et Langelier Parent
4-4 à 40'42" : Galbraith assisté de Langelier Parent et Joly
5-4 à 56'01" : Galbraith assisté de Langelier Parent (sup. num.)

Lyon

Attaquants
Julien Lebey – Jonathan Laberge (A) – Vikhael To-Landry
Mitja Sivic (C) – Loup Benoit – Julien Correia
Eric Galbraith – Maxime Langelier-Parent – Fabien Metais
Damien Bourguignon – Maxime Joly – Victor Vitton-Mea

Défenseurs
Nicolas Lehericey – Johan Burlin
Slavomir Tomko – Cedric Custosse
Jules Breton (A) – Jarno Lippojoki

Gardiens
Tommi Virtanen puis à 20'00" Landry Macrez

Remplaçants : Oliver Styf, Thomas Lapointe. Absent : Conor O'Donnell (suspension)

Épinal

Attaquants
Steven Cacciotti (A) – Florian Sabatier – Jan Plch (C)
Anze Kuralt – Dominik Fujerik – Ken Ograjensek
Yannick Offret (A) – Hugo Vinatier – Anthony Rapenne
Lukas Kralik – Matthieu Le Blond – Pierre-Charles Hordelalay

Défenseurs
Tomas Kloucek – Thibault Farina
Gaspr Susanj – Jiri Klimicek
Vojtech Kloz

Gardien
Andrej Hocevar (59'52")

Remplaçants : Maxime Martin, Nathan Ganz, Thomas Leonard, Lucas Savoye (G). Absents : Maxime Moisand (blessure), Martin Charpentier.