Dunkerque - Mulhouse (Division 1, 1re journée)

La défaite en prolongation face à l'Hormadi a au moins rassuré les Corsaires sur leur potentiel offensif, après une entame timide la semaine précédente. Aucun relâchement n'est toléré à l'heure où un autre poids lourd, Mulhouse, visite Raffoux. Les Alsaciens arrivent forts de deux victoires avec autant de buts d'avance face à La Roche et Tours, mais restent toutefois sur deux revers en terre nordiste.
 
Son capitaine Clément Thomas encore diminué, Antoine Richer doit également faire sans ses défenseurs Will Côté, reparti au Québec pour raisons familiales, et Francis Ballet, blessé. Ils sont remplacés par Benjamin Bataille et Clément Derepper, habitué ces derniers temps, avec l'attaquant Antoine Houque, à fouler les glaces de Division 3. Dans le sud de l'Alsace, les soucis sont de nature différente, car un exil forcé à Colmar a été décrété, faute de glace praticable en début de semaine. Situation heureusement temporaire, et le spectre de la saison dernière ne devrait pas rejaillir sur la troupe de Jan Prochazka.
 
La rencontre revêt une saveur particulière pour César Joffre et Joé Dubé, qui se sont croisés cet été, le second ayant rejoint Marc-André Martel, révélé aux yeux du public français lors de son arrivée dans la cité du Bollwerk. Elle démarre en trombe. Dès sa première présence, Younes Baazzi, à la reprise d'un essai de Simon, presse la cage gardée cette semaine par Richard, mais si plusieurs lancers nordistes s'ensuivent, les plus grosses frayeurs sont pour les Maritimes. Ceux-ci essuient en effet plusieurs salves. Dans la foulée de Vigners, Michal Kapicka se heurte à un portier rapidement déporté sur sa gauche et au secours d'une défense prise de vitesse lorsque Psurny expédie vers le fond un palet récupéré par Klejna. César Joffre teste à son tour son ancien cerbère, du revers, Martin Obuch préférant la puissance. Suite à un nouveau tir, signé Michal Psurny de la droite, Michaël Buonincontri inaugure la prison en se rendant coupable d'un cinglage sur le gant de Guillaume Richard.
 
Les Scorpions ne parviennent pas à porter le danger sur l'autre cage et ne peuvent ensuite enrayer légalement le numéro de leur ancien partenaire Joé Dubé. L'occasion pour les Corsaires de retrouver la zone offensive. D'abord sur une passe ratée de Lafrance, toutefois récupérée par Mikusovic, ensuite sur une percée de Janik à gauche, reprise par Brachet vers un Richard solide par deux fois. Borysenko puni à son tour alors que le premier bloc souffre depuis plusieurs secondes, Guillaume Richard sort, de l'épaule, un lancer millimétré de Buonincontri, décalé à gauche par Dubé, et n'est pas perturbé par une déviation de son équipier Galkins, qui dévie l'essai de Young, monté sur l'autre aile. En bloquant le missile de Janik, il permet aux siens de regagner le vestiaire sur un score vierge.
 
On retrouve les mêmes protagonistes à la reprise, une montée de Young étant suivie par Dubé, puis Galkins riposte d'un tir en force dans le casque de Martel. Les Scorpions prennent le contrôle du jeu ; à la recherche d'une solution derrière le but, Milan Jurik pousse Mikusovic à la faute. Vite adapté à la Division 1, Michal Jeslinek initie une percée seulement stoppée par la faute de Jonathan Lafrance. La double supériorité met un peu plus à mal Marc-André Martel, en grand danger sur un lancer de Martin Obuch, finalement écarté par ses défenseurs. Un adversaire de retour, Michal Psurny butte à son tour sur le Canadien, par ailleurs auteur d'une parade spectaculaire sur un rebond échu à César Joffre.
 
Au retour du dernier banni, Mulhouse ne profite pas d'une erreur de transmission du défenseur Ondrej Janik. Pire, en voulant repartir de sa zone, Michal Psurny est gêné par l'un des arbitres. Le palet retourne au fond de la zone, Buonincontri s'en empare et le transmet à Vit Budínský, dont le tir soudain fait mouche (1-0 à 26’32"). Moins d'une minute s'écoule qu'Aleksandrs Galkins, pressé dans le coin droit, voit impuissant Michaël Buonincontri servir Joé Dubé, seul dans l'enclave. L'ancien Mulhousien prend le temps de contrôler pour doubler la mise (2-0 à 27’22"). Menés sans être forcément dominés, les joueurs de Jan Prochazka ont vite l'occasion de réduire cet écart car Michal Kapicka s'échappe à son tour. Le Tchèque ne peut trouver le fond des filets, repris illégalement qu'il est par Jonathan Lafrance. Occasion pour Psurny de s'illustrer à ras glace face à la jambière de Martel, toujours solide aux devants d'Obuch, avant de se coucher sur un tir de Galkins, sa défense regroupée empêchant tout assaillant d'entrevoir le rebond.
 
Ce deuxième tiers-temps à l'avantage des visiteurs dans le jeu voit les Dunkerquois cumuler les passages en geôle, devant parfois patiner derrière le palet, à l'image de Benjamin Bataille. Celui-ci puni, la quatrième séquence en supériorité est la bonne. Pas pour Rolands Vigners, déjoué par un gant solide, mais pour Michal Klejna, opportuniste sur un rebond concédé par un portier il est vrai gêné par l'écran de Milan Jurik (2-1 à 34’04").
 
Relancés, les Alsaciens commettent à leur tour une faute dans la foulée d'une action victorieuse, conséquence d'une relance ratée de Martinka. Les efforts de Janik se heurtent à un Richard bien placé, y compris devant le buteur Budínský, à l'affût d'un tir de son défenseur. Sur une contre-attaque menée par Galkins à gauche, Bryan Ten Braak passe proche de l'égalisation, repoussée par le bâton de Martel. L'ancien Nantais attend le retour des locaux au complet pour mieux les surprendre, d'une tentative en angle fermé sur laquelle Martel, masqué, est trompé (2-2 à 39’08").
 
Remontés comme la semaine dernière après avoir mené de deux buts, les joueurs d'Antoine Richer reprennent les devants en début de troisième période. Guillaume Richard bloque les velléités de Younes Baazzi, parti défier Ondrej Pozivil. La mise au jeu s'effectue sur sa droite, d'où Joé Dubé réussit un coup de maître en lançant directement vers le dessous de la barre, sitôt le disque remis en jeu (3-2 à 42’21"). Pris de court, Richard retrouve ses esprits devant Mikusovic, dont la déviation était recherchée par son compère Janik. Son vis-à-vis reste chaud quand Jurik vient le défier à son tour, et s'apprête à souffrir car la ligne Vigners-Kapicka-Jeslinek monopolise le caoutchouc au détriment du troisième bloc nordiste, contraint de résister par tous les moyens, comme l'illustre le plongeon de Derepper. Marc-André Martel multiplie les parades, mais est une deuxième fois surpris par Bryan Ten Braak, positionné dans son dos (3-3 à 45’35").
 
Enthousiaste, le public de Raffoux craint revivre le scénario vécu la semaine précédente, faute pour ses protégés d'avoir pu préserver leur avance. L'assistance retrouve de l'allant à la faveur d'une montée de Lafrance, mal dégagée par la défense mulhousienne. Posté derrière le but, Loïc Destoop trouve Antoine Houque, habile dans la conclusion vers la lucarne opposée (4-3 à 50’27"). Court avantage sitôt contesté par une nouvelle accélération de Jeslinek, accroché par Janik. Le danger revient donc sur la cage de Martel, solide sur un lancer haut d'Obuch mais plus hésitant sur une sortie à la crosse qui aurait pu bénéficier à Lucas Bini. La pénalité tuée, la pression reste intense, et l'on voit les attaquants maritimes se consacrer désormais aux tâches défensives. Loïc Destoop intercepte un palet convoité par Pozivil, Dubé en récupère un autre aux abords d'une cage que tente enfin de contourner Michal Jeslinek.
 
Avec moins de deux minutes à jouer, Jan Prochazka profite d'un temps-mort pour rappeler Guillaume Richard. Si Milan Jurik est pris en tenaille, une nouvelle faute est sifflée à l'encontre d'Ondrej Janik. Le palet circule jusqu'à Martin Obuch, en entrée de zone, mais l'ancien Bordelais manque le cadre. En voulant accélérer à la ligne bleue, Michal Kapicka trébuche pour sa part. Les secondes s'écoulent et la dernière fenêtre de tir n'est pas exploitée par Rolands Vigners, dernier à se casser les dents devant l'abnégation défensive dunkerquoise.
 
Très reconnaissants en fin de rencontre envers leurs supporters et le public local, les Scorpions cèdent notamment à cause de la prestation solide de deux de leurs anciens pensionnaires, après avoir cru être en mesure de prendre les devants à l'aube du dernier vingt. Antoine Richer emporte son premier succès officiel au HGD. Avec un effectif diminué, ses hommes ont réussi à tenir tête, pour la deuxième semaine de suite, à une référence du championnat. Comme un symbole, Antoine Houque est l'auteur du but victorieux, son premier filet en Division 1 depuis la saison 2011-2012.
 
 
 
Dunkerque – Mulhouse 4-3 (0-0, 2-2, 2-1).
Samedi 26 septembre 2015 à 18h30 à la patinoire Michel Raffoux.
Arbitrage de Stéphane Rousselin assisté de Sueva Torribio et Jérémie Collin.
Pénalités : Dunkerque 14' (2’, 8’, 4’), Mulhouse 6' (4’, 2’, 0’).
Tirs : Dunkerque 34 (16, 8, 10), Mulhouse 36 (7, 15, 14).
Évolution du score :
1-0 à 26’32" : Budínský assisté de Buonincontri
2-0 à 27’22" : Dubé assisté de Buonincontri
2-1 à 34’04" : Klejna assisté de Psurny et Obuch (sup. Num.)
2-2 à 39’08" : Ten Braak assisté de Jeslinek et Martinka
3-2 à 42’21" : Dubé
3-3 à 45’35" : Ten Braak assisté de Joffr et Bini
4-3 à 50’27" : Houque assisté de Destoop et Lafrance
 
 
Dunkerque
 
Attaquants :
Maxime Brachet - Marek Mikusovic - Vit Budínský
Michael Buonincontri – Joé Dubé – Younes Baazzi
François Moretti - Loïc Destoop - Antoine Houque
 
Défenseurs :
Adam Young - Lionel Simon (A)
Jonathan Lafrance (A) - Benjamin Bataille
Ondrej Janik – Clément Derepper
 
Gardien :
Marc-André Martel
 
Remplaçants : Pierrick Boudot (G), Clément Thomas, Victor Théry. Absents : Francis Ballet (déchirure), Antoine Vanwormhoudt, Brendan Martial (en rééducation).
 
Mulhouse
 
Attaquants :
Lucas Bini (C) - César Joffre - Bryan Ten Braak
Rolands Vigners - Michal Jeslinek - Michal Kapicka
Michal Psurny - Milan Jurik - Michal Klejna
Raphaël Papa - Leyland Plaire – [Kapicka]  (au premier tiers-temps)
 
Défenseurs :
Aleksandrs Galkins - Ruslan Borysenko (A)
Ondrej Pozivil - Ondrej Martinka (A)
Martin Lucka - Martin Obuch
 
Gardien :
Guillaume Richard (sorti à 58’10").
 
Remplaçants : Michael Muller (G), Maxime Lutz, Kevin Ottino, Miguel Cavuella.