Épinal - Rouen (Coupe de la Ligue, match en retard de la 2e journée, poule B)

L’envie n’a pas suffi

Affronter Rouen, c’est tout simplement faire face à la plus belle armada du championnat. Une grosse cylindrée d’autant plus redoutable qu’un fort esprit de revanche est censé l’animer pour son grand retour à Poissompré. Les Thinel, Guénette, Coulombe et autres Lampérier ayant, en effet, vu leur saison 2014/15 prématurément s’y arrêter le 3 mars dernier...

Générant une profonde remise en question, cette élimination conditionna l’intersaison des DKROGJason 01102015ragons, poussant notamment les Normands à se doter d’une plus grande profondeur de banc. Le potentiel offensif de Rouen n’est donc plus seulement concentré sur deux gros trios, mais désormais décliné sur quatre lignes de haute volée (du moins sur le papier). Un alignement revu et corrigé dans lequel Jason Krog, vétéran canadien de 39 ans, fait dorénavant étalage de son talent.

Passé ces dernières années par quelques-uns des plus grands championnats européens, cet ancien finaliste de la Coupe Stanley (en 2003 avec les Mighty Ducks d’Anaheim) est l’un des deux ex-NHLers (avec le gardien Dany Sabourin) venus gonfler les rangs normands cet été. Un engagement nous confortant dans l’idée que les Dragons se sont effectivement donné les moyens d’assouvir leur insatiable soif de trophées, comme en témoigne également les arrivées d’étrangers solidement référencés (Labelle, Whitecotton, Dame-Malka) et de plusieurs internationaux français (de Yorick et Sacha Treille à Florian Chakiachvili, en passant par Damien Raux et Nicolas Arrossamena).

C’est donc en favoris que les Dragons ont rallié Poissompré, rejoints dans la journée par tous leurs "bleuets" (Houeix, Papillon et Colotti, qui défendirent -mardi et mercredi- les couleurs de l'équipe de France U20 à Morzine). La première étape d’un long voyage pour les Rouennais, appelés à disputer le premier de leurs quatre matchs en six jours sans leur défenseur offensif Tero Konttinen (blessé au genou), mais avec Jason Krog et Dany Sabourin, absents lors d’un match aller (3-0). Le leader incontesté de cette poule B a vaincu de son "meilleur ennemi" (Amiens, 7-2) mardi pendant que les Spinaliens perdaient pied dans le Bas-Rhin (1-7).

KLOUCEKTomas01102015Pour la première fois en quatre ans, l’ICE devrait donc rater la qualification pour le tour suivant. Et à moins d’un exploit (dans le temps réglementaire) face au "grand" Rouen et d’une victoire mardi prochain contre Amiens, les hommes de Stéphane Barin devraient même terminer derniers de cette poule B. On comprendrait donc qu’Épinal ne veuille pas jeter toutes ses forces dans la bataille, d’autant qu’un lointain déplacement à Bordeaux attend les Gamyo. Un week-end s’annonçant également très chargé pour les Dragons, qui défieront les Lions à Lyon avant de s’attaquer aux Comets d’Utica, équipe d’AHL effectuant actuellement son camp d’entraînement entre Saône et Rhône (dans le cadre de la "Hockey Week").

Voilà pour les tenants et aboutissants de ce match décalé voyant l’imposant Klouček réaliser ses grands débuts à Poissompré. Une première toute en sobriété pour ce blueliner tchèque très expérimenté, pas très rapide mais souvent bien placé au côté d’un Moisand soutenant parfaitement chaque montée d’un trio Kuralt-Fujerik-Ograjenšek pour le moins remuant. Le "cannonier" Dame-Malka a beau déclencher les hostilités (d’un de ces slaps surpuissants dont il a le secret, 01'59"), ce sont donc bien les Vosgiens qui mettront Sabourin à contribution. Ken Ograjenšek se montrant doublement menaçant (03'04", 03'08") face au grand gardien canadien, encore paré des couleurs de son précédent club autrichien (Graz).

FARINAThibaut01102015Marc-André Thinel s’étant vu sanctionner d’un accrocher en zone offensive (pour tenter de se rattraper d’un contrôle raté, 04'00"), ce sont donc les Gamyo qui ont bénéficié du premier temps fort de la soirée. Un jeu de puissance débouchant sur une frappe de Sabatier repoussée, mais générant plusieurs rebonds restant inexploités malgré l’obstination de Plch et Cacciotti (04'43").

Dany Sabourin, du haut de ses 59 matchs de NHL, a gardé sa porte fermée, même devant Anže Kuralt qui s'est emparé du rebond d’un slap non cadré (05'29"). Un tir puissant déclenché par Tomáš Klouček, qui remettra ça dans la foulée (06'02") avant que François-Pierre Guénette ne dévie malencontreusement une passe spinalienne sous le nez de son portier... sans que celui-ci en soit surpris (06'26") ! Une déviation de Le Blond (sur un tir de Farina) manquant également de tromper la vigilance du Québécois (06'36").

À l’image d’un Krog très discret ou d’un Thinel totalement transparent, les "stars" rouennaises peinent à se mettre en avant dans ces premiers instants. En fait, seul le troisième trio normand pèse un tant soit peu sur le jeu, porté par la vista et le métier d’un Whitecotton appuyant parfaitement ses ailiers (Arrossamena et Lampérier).

Les Gamyo, bien en place, laissent il est vrai peu d’espaces et de solutions aux Dragons, forcés de s’en remettre à des tirs trop ouverts (et surtout trop lointains) pour inquiéter leur gardien. Hočevar captant de la mitaine une tentative de Chakiachvili (06'50") avant de s’y reprendre à deux fois pour bloquer l’essai d’Arrossamena (06'53"). Dustin Whitecotton profite, lui, d’un revirement pour adresser une bonne frappe, elle-aussi repoussée (07'46").

ARROSSAMENANicolas01102015Moins bien secondé par une défense se laissant trop souvent déborder, Dany Sabourin doit lui constamment veiller au grain (comme sur ce tour de cage tenté par Fujerik, 09'14"). Mais loin d’être avare de rebonds, le Canadien laisse entrevoir trop d’opportunités aux attaquants spinaliens. Un tir lointain de Farina, qu’il laisse filer, profite ainsi à Kuralt, qui va aussitôt remiser sur Ograjenšek, totalement démarqué devant le filet. Le palet "sautera" toutefois devant l'international slovène... qui verra ce "caviar" lui échapper (09'39") !

Un raté d’autant plus regrettable qu’il sera suivi du premier but rouennais de la soirée. Vojtěch Kloz ayant à peine rejoint le banc des pénalités (10'25") qu’Antonin Manavian trouvera Yorick Treille, oublié sur la droite du portier. L’ancien Grenoblois, qui tournait le dos au premier poteau, pivote pour glisser la rondelle dans un tout petit trou de souris (0-1 à 10'40")...

Pas de quoi toutefois décourager des Spinaliens sérieux, appliqués et très spontanés dans leurs prises de lancers, à l’image d’un Sušanj ne se faisant pas prier pour dégainer. Un slap rasant dévié au ras du montant (11'58") presqu’aussitôt suivi d’un slap détourné (12'08") par Sabourin, qui verra une troisième tentative du Slovène déviée devant son filet (12'23").

Mais Rouen, par le seul talent de ses meilleures individualités, peut se montrer menaçant à tout moment, comme sur cette transition bien orchestrée par un Thinel lançant Krog loin devant. L’ex-NHLer, excentré côté droit, renversant le jeu sur Chakiachvili, dont la tentative, déviée par Labelle, frôlera la lucarne opposée (13'13"). Une action bien construite, créatrice d’un premier surnombre en zone offensive, aussitôt suivie d’un débordement de Chakiachvili (13'31") bien repoussé par un Hočevar bloquant ensuite fermement la tentative de Manavian (13'42").

Les Gamyo poussent...MOISANDTREILLE01102015

Les Dragons ont donc fini par se procurer quelques occasions. Mais ce sont bien les Spinaliens qui auront surtout laissé filer de belles opportunités. Un "but gag" aurait même pu venir les récompenser de leurs efforts mais ce rebond capricieux contre la bande (au niveau de l’arrondi) ne fera que longer une ligne de but désertée par un Sabourin sorti jouer le palet (14'12"). Et si ce diable d’Arrossamena repiquera dans l’axe pour adresser un bon lancer qu’Hočevar parviendra à bloquer (avant de se faire bousculer, 15'31"), les Gamyo auront encore plusieurs chances d’égaliser. Mais de loin comme de près, ni Hordelalay (15'40"), ni Moisand (15'50") ne trouveront le chemin des filets. Pierre-Charles Hordelalay, pourtant bien lancé dans la profondeur, voit même son tir s’envoler (16'44"). Et que dire de cette frappe de Moisand repoussé par Sabourin sur Fujerik, qui ne va pas manquer de décaler Ograjenšek. Une cage grande ouverte... mais pourtant ratée à bout portant (19'12") !

Seule l’efficacité fait donc défaut aux Gamyo dans cette partie, qui les voit dominer des Rouennais abordant ce tiers médian dans la continuité du premier. Les Spinaliens, autrement plus entreprenants, poursuivent sur leur lancée, comme sur cette belle remontée impulsée par Maxime Moisand. Le capitaine vosgien combine avec Kuralt pour viser la lucarne gauche d’un Sabourin repoussant de l’épaule (20'49"). Steven Cacciotti, ligne de fond, trouve ensuite Ján Plch au premier poteau, qui reprend néanmoins dans un angle trop fermé pour tromper le gardien (21'30").

OGRAJENSEKKan01102015Dany Sabourin concède encore deux gros rebonds (sur des slaps de Klimíček et Farina) avant de bloquer la tentative d’Anthony Rapenne (qu’avait attendu Le Blond, 23'09"). Mais sur le tir en pivot de Tomáš Klouček (qui a bénéficié d’un contre favorable en zone offensive), l’ancienne doublure de Marc-André Fleury à Pittsburgh (de 2007 à 2008) relâche de nouveau le palet, dont s’empare Yannick Offret... pour mieux en faire profiter à Maxime Martin, qui égalise de près (1-1 à 23'53") !

Il n’en fallait pas davantage pour transcender des Spinaliens déjà survoltés. Une irrésistible marche en avant que les Dragons, étonnement impuissants, s’avèrent incapables d’entraver. Vojtěch Kloz, parti de son camp, va même se fendre d’un slalom géant, passant toute la défense en revue pour s’essayer d’un joli tir croisé (24'14"). Une frappe repoussée par un Sabourin ayant fort à faire contre un tel adversaire, qui déverse un flot incessant de lancers, récupère un nombre incalculable de palets et profite de la moindre brèche pour s’y engouffrer. Un deux-contre-un mené par Sabatier manque d’ailleurs de profiter à Plch, qui va envoyer dans la mitaine du portier (25'52"). Olivier Labelle, en se jetant au-devant d’un lancer déclenché par Maxime Moisand, permet néanmoins aux Rouennais de souffler. Le rouquin canadien parvient à contre-attaquer, sans pour autant parvenir à trouver Marc-André Thinel à l’opposé (Moisand s’étant entre temps replié, 26'05")...

... Sabourin repousse !

LABELLEOlivier0102015Sans cesse pris de vitesse, les patineurs des bords de Seine se font systématiquement contrer. Se raccrochant aux branches, ils ne tiennent plus qu’aux seuls arrêts de leur portier, forcé d’enrayer un énième deux-contre-un (26'19"), puis de frustrer Rapenne (26'35") et Le Blond (26'38"), en bonne position.

De quoi pousser Fabrice Lhenry à prendre un temps mort (27'58"), sans que ses paroles ne soient suivies de faits. Les Dragons, toujours aussi peu inspirés, continuent à balbutier leur hockey.

Inquiété par une accélération de Steven Cacciotti (suivie d’un one-timer de Sabatier, 29'28"), Dany Sabourin verra sa tâche compliquée par l’emprisonnement d’Olivier Labelle, sanctionné pour une charge contre la bande (29'45"). Mais le powerplay spinalien bute sur une boîte resserrée, qui ne le laissera pas s’exprimer. Dan Koudys profitant même d’un dégagement de Patrick Coulombe pour s’en aller presser le portier, sorti jouer le puck loin de son filet (31'06"). Même cause même effet pour le jeu de puissance rouennais (activé par une obstruction de Sušanj, 33'07"), qui ne pourra tirer qu’une seule fois, gêné par l’impeccable échec-avant des attaquants (Offret et Vinatier notamment).

SABOURINDany01102015Montrant toujours autant d’entrain, les hommes de Stéphane Barin jouent parfaitement le coup et tiennent bon jusqu’au bout, regagnant les vestiaires sur un score de parité ne reflétant pas vraiment la physionomie de cette partie. Les visiteurs peuvent même s’estimer heureux de ne pas être lourdement menés au vu du nombre élevé (27) de lancers jusqu’alors concédés.

ais les Dragons vont finir par réagir, sans qu’Arrossamena ne mène à bien son échappée (41'54"). L’attaquant saint-pierrais échouant là où Marc-André Thinel réussira, en se jouant de Vojtěch Kloz pour s’en aller marquer, d’un shoot nettoyant la lucarne côté bouclier (1-2 à 44'04"). Un but assassin, qui va laisser planer la menace d’un "hold-up" rouennais...

Retrouvant un niveau de jeu plus conforme à leurs possibilités, les Normands se font alors plus pressants. Florian Chakiachvili (44'26") et Olivier Dame-Malka (45'22") faisant parler leurs "gros" lancers, bloqués (ou détournés) par un Andrej Hočevar suivant bien le mouvement de Jason Krog, parti derrière la cage tenter le tir de contournement (46'58"). L’international slovène pare ensuite du bouclier la demi-volée d’un Yorick Treille bien décalé par son frère cadet (47'11"). Mais au lieu d’enfoncer le clou, les Dragons se font contrer. Anže Kuralt, sur le reflux, se voit lancé côté droit dans un débordement parachevé d’un tir sec filant entre les bottes du portier (2-2 à 47'25").

DAMEMALKAolivier01102015Presque inespérée, cette égalisation ô combien méritée redonne un second souffle aux Gamyo, qui retrouvent toute leur capacité à combiner pour accélérer le jeu. Sabatier remisant sur Cacciotti, qui va lancer un Plch parvenant (malgré Coulombe) à se frayer un chemin jusqu’au gardien (48'06"). Une action entraînant l’incarcération d’Antonin Manavian (puni d’un retard de jeu). Mais alors que le powerplay spinalien opère, Kuralt est déséquilibré sans qu’aucune pénalité ne soit appelée. Un "oubli" suscitant l’indignation d’un Barin aussitôt épinglé par l’arbitre en chef de la soirée (49'07"). Cette sanction n’empêchepas Kloz d’armer un lancer suivi d’un gros rebond manquant de profiter à Cacciotti (49'42"). Lequel sera, ensuite, un poil trop court pour reprendre le centre d’un Ján Plch ayant bénéficié du parfait relais de Florian Sabatier (51'27").

C’est d’ailleurs sur une action quasi-similaire qu’interviendra le mauvais geste de la soirée, œuvre d’un Dame-Malka chargeant violemment Plch... qui aura juste eu le temps de centrer avant de se faire emboutir par l’ancien Dijonnais (52'12"). Un "attentat" valant au rugueux défenseur franco-canadien - qui revient tout juste de suspension ! - une pénalité mineure (assortie d’une méconduite)... et toute l’inimitié de Poissompré !

S’en tirant sans dommage, Ján Plch reprendra sa place au sein du deuxième trio spinalien, mais sans véritablement aider ses coéquipiers, confrontés à un box-play bien regroupé. Rouen tue cette pénalité avant qu’Olivier Labelle (qui chauffe la mitaine d’Hočevar, 54'34"), puis Marc-André Thinel (qui cherche la lucarne depuis le slot, 54'49") ne se fassent plus pressants. Une combinaison Plch-Klimíček libère Sabatier entre les cercles, qui fusille un Sabourin détournant du bout de la mitaine à bout portant (56'49").

MOISANDMaxime01102015Un air de K-O flotte maintenant sur Poissompré, où la vitesse des attaquants spinaliens cause toujours autant de torts aux défenseurs rouennais. Ainsi Klouček répond-il à l’appel de Kuralt, qui se retrouverlancé dans la zone de vérité. Problème, le Slovène tombe sur l’imposant Manavian... qui ne mordra pas dans son "spin-o-rama" (58'23") !

Conscient de l’impérieuse nécessité de l’emporter avant la fin du réglementaire (pour entretenir leur maigre espoir de qualification), Stéphane Barin fait alors sortir son gardien (58e), jouant ainsi son va-tout. La supériorité numérique de ses Gamyo se retrouve même doublée avec ce cross-check de François-Pierre Guénette (59'09"). Mais Florian Chakiachvili, après avoir récupéré le palet derrière son filet, parviendra à l’expédier loin devant, dans une cage ouverte à tous vents (2-3 à 59'22")...

Les Spinaliens auront donc tout tenté, sans finalement parvenir à décrocher un succès qui aurait été largement mérité. Frustrant, mais forcément encourageant pour la suite des événements...

Réactions d'après-match (dans Vosges Matin)

Sacha Treille (attaquant de Rouen) : "Cela n’a pas été facile face à une bonne équipe d’Épinal qui nous a donné du fil à retordre comme toujours à domicile. On sortait aussi de huit heures de bus. Cela nous permet de bien débuter notre road trip avec quatre matchs en six jours."

 

Épinal - Rouen 2-3 (0-1, 1-0, 1-2)
Jeudi 1er octobre à 20h15 à la patinoire de Poissompré. 900 spectateurs.
Arbitrage de Jérémy Rauline, assisté de Yann Furet et Anne-Sophie Boniface.
Pénalités : Épinal 16’ (2’, 2’, 2’+10’) ; Rouen 20’ (2’, 2’, 6’ +10’)
Tirs : Épinal 35 (12, 15, 8) ; Rouen 37 (13, 9, 15)

Évolution du score :
0-1 à 10'40" : Y. Treille assisté de Manavian (sup. num.)
1-1 à 23'53" : Martin assisté d'Offret et Klouček
1-2 à 44'04" : Thinel
2-2 à 47'25" : Kuralt assisté d'Ograjenšek et Sušanj
2-3 à 59'22" : Chakiachvili (cage vide)

Épinal

Attaquants :
Anže Kuralt - Dominik Fujerik - Ken Ograjenšek
Steven Cacciotti - Florian Sabatier - Ján Plch (A)
Anthony Rapenne - Matthieu Le Blond - Pierre-Charles Hordelalay
Maxime Martin - Hugo Vinatier - Yannick Offret (A)

Défenseurs :
Tomáš Klouček - Maxime Moisand (C)
Jiří Klimíček - Vojtěch Kloz
Gašper Sušanj - Thibaut Farina

Gardien :
Andrej Hočevar (sorti de sa cage à la 58e).

Remplaçants : Lucas Savoye (G), Martin Charpentier.

Rouen

Attaquants :
Marc-André Thinel - Jason Krog - Olivier Labelle
Sacha Treille - François-Pierre Guénette (A) - Yorick Treille (A)
Nicolas Arrossamena - Dustin Whitecotton - Loïc Lampérier
Fabien Colotti - Damien Raux - Dan Koudys

Défenseurs :
Patrick Coulombe (C) - Antonin Manavian
Florian Chakiachvili - Brieuc Houeix
Olivier Dame-Malka - Léo Guillemain

Gardien :
Dany Sabourin

Remplaçant : Quentin Papillon (G). Absents : Tero Konttinen (entorse du genou), Aurélien Dorey (non inscrit en Coupe de la Ligue), Vincent Nesa.