Brest – Briançon (Ligue Magnus, 3e journée)

Les Diables (lanterne) Rouges 

Rien ne va plus chez le champion 2014, dernier du classement après deux défaites en autant de journées pour amorcer ce championnat et une élimination en Coupe de la Ligue dès la phase de poule. Ramener trois points de Bretagne leur ferait un bien fou mais les Albatros sont bien déterminés à leur maintenir la tête sous l’eau. Ces derniers bénéficient de l’arrivée de Lukas Kralik, à l’essai pour octobre après avoir été libéré par Epinal et débarqué sur le quai de la gare la veille.

Mathieu Gagnon et Antoine Bonvalot (titularisé ce soir) retrouvent leurs anciens coéquipiers pour une rencontre dont le coup d’envoi fictif est donné par le fraîchement « retraité » David Hennebert. L’ancien taulier défensif, brestois à peine sorti de la glace, assiste à une entame de match expéditive. Un gros oubli défensif sur l’aile droite permet à Balint Magosi d’alarmer immédiatement Bonvalot qui repousse le danger (0’31’’). Le jeu bascule de l’autre côté et Sébastian Idoff ne peut que constater le meilleur réalisme adverse qui fait mouche dès le premier tir par l’intermédiaire de Martin Hujsa (1-0 à 0’47’’).

L’entame de match est idéale pour les Bretons et ils ne paniquent pas dans les minutes suivantes lorsque Briançon tente de pointer le bout de son nez sans occasion franche. Sérieux et appliqués, les Albatros sont logiquement récompensés après un gros pressing de leur premier bloc qui accule les Diables Rouges en zone défensive et sont en difficulté pour changer de joueurs. Le quatrième bloc visiteur est fraîchement monté sur la glace mais ne peut rien pour empêcher Quesnel de creuser l’écart suite à un bel embouteillage devant la cage d’Idoff (2-0 à 8’16’’).

Un retard de jeu briançonnais (11’45’’) ne donne rien malgré quelques belles passes du powerplay local (12’57’’). Les Hauts-Alpins se contentent de deux tirs dans cette première période, mais cela ne les empêche pas de roder dangereusement par courtes séquences autour de Bonvalot, notamment le Hongrois Magosi qui manque le cadre (14’20’’).

Les Brestois parachèvent ces premières vingt minutes quasi parfaites par un but splendide. Alexandre Quesnel effectue un énorme travail le long de la bande et s’engouffre vers le but d’Idoff malgré plusieurs défenseurs qui essaient de l’en empêcher. Il adresse un centre lumineux qui passe entre les patins d’un adversaire et trouve Charles Landry en embuscade au deuxième poteau qui croise parfaitement son tir pour le 3-0 (17’48’’).   

Le matelas d’avance est confortable mais on sait à quel point les choses peuvent aller vite au hockey. D’autant plus que Brest a montré une certaine fébrilité pas plus tard qu’il y a une semaine dans une situation similaire. Pour Briançon la crosse haute de Pierre-Antoine Devin sanctionnée par un 2+2 (20’20’’) n’est qu’une tuile de plus a priori.

C’est pourtant cela qui leur permet de reprendre espoir. Profitant de Brestois qui dégarnissent leurs arrières pour tenter de concrétiser cette supériorité numérique, Steve Reese orchestre un 3 contre 1 où seul Charles Landry a fait un repli défensif suffisamment tôt. Le défenseur canadien ne peut qu’assister au tir impeccable côté plaque qui déjoue Bonvalot (3-1 à 23’22’’). Les Diables Rouges s’offrent par la suite quelques contres profitant des espaces offerts par Brest y compris à égalité numérique.

Un coup du sort va finalement leur coûter cher. Tandis que Briançon est installé en zone offensive, Otto Jaksch loupe son lancer frappé à hauteur de la ligne bleue. Sa crosse se brise et permet à Jonathan Avenel au pressing de chiper le palet en compagnie de Jérémie Romand sur son aile pour une contre-attaque qui fait mouche. En deux contre un (voir 0,5 car le défenseur est sans crosse), Jonathan Avenel centre pour Romand qui ajuste Idoff de près (4-1 à 29’43’’).

La tendance commençait à apparaître peu avant ce but mis se confirme clairement par la suite : Brest passe en mode « on gère l’avance ». La conséquence fâcheuse de laisser l’adversaire venir est que les Albatros subissent clairement le jeu dans la deuxième moitié du tiers. Les situations dangereuses pour eux s’enchaînent. Seul un manque criant de réalisme offensif briançonnais et un festival d’Antoine Bonvalot maintiennent la marque. Magosi (32’, 33’) et Karlsson (36’) sont omniprésents mais leurs tentatives sont sans réussite.

La dernière période conserve cette physionomie et s’intensifie même avec trois petits tirs pour Brest seulement. Le public et les joueurs attendent clairement que le chrono défile mais la baisse d’intensité locale finit par être sanctionnée par un but plus que logique. Le patinage affûté de Peter Bourgaut qui déborde son vis-à-vis avant de repiquer vers le centre crée une belle opportunité que Devin ne manque pas de pousser au fond (4-2 à 47'28’’).

Deux buts d’avance, l’étau se resserre et c’est mérité tant la passivité bretonne méritait une sanction que Bonvalot n’a fait que repousser le plus longtemps possible. Hélas pour Briançon, la tentative de remontée tourne court. Jusque là vierge de toute pénalité dans la rencontre, Brest écope en l’espace de 21 secondes de 36 minutes de prison ! Doug Jessey écope de 2’, et surtout Mathieu Gagnon, qui s’en prend verbalement à l’arbitre, écope d’une méconduite de match.

Réduits à trois avec deux défenseurs au cachot, les Albatros jouent gros sur les 1’38’’ qui arrivent. Pareille configuration leur a coûté le match mardi à Bordeaux. Cette fois les Bretons tiennent le choc avec l’aide précieuse de Bonvalot malgré de multiples rebonds. Briançon laisse passer sa chance et les trois points. La sortie d’Idoff en fin de match (57'11'') ne fonctionne pas et permet même à Jonathan Avenel de planter le cinquième but du milieu de terrain (5-2 à 58’29’’).

Brest continue de faire le plein de points à domicile, l’objectif est donc atteint. La très bonne entame de match a clairement mis les Albatros dans de bonnes dispositions et a au contraire fait douter leurs adversaires. La deuxième moitié de match fut plus axée sur la gestion de l’avance construite dans le premier tiers mais, sans un grand Bonvalot, Briançon aurait très bien pu revenir.

Que dire du champion 2014 ? Ils n’ont pas été suffisamment présents dès le coup d’envoi et il y a eu des carences flagrantes au niveau de la finition en zone offensive. Leur ancien portier leur joue un bien vilain tour ce soir en sortant une grosse prestation. Lanterne rouge après trois journées, il y a urgence à réagir du côté des Hautes-Alpes.



Brest – Briançon 5-2 (3-0, 1-1, 1-1)
Samedi 2 octobre 2015 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 803 spectateurs
Arbitrage de Jérémy Douchy assisté de Jimmy Bergamelli et Charles-Édouard Salmon.
Pénalités : Brest 34' (0', 0', 4'+10'+20'), Briançon 6' (2', 4', 0').
Tirs : Brest 25 (11, 11, 3), Briançon 23 (2, 12, 9)

Évolution du score :
1-0 à 00'47" : Hujsa assisté de Prosvic et Dian
2-0 à 08'16" : Quesnel assisté de Landry et Vondracek
3-0 à 17'48" : Landry assisté de Quesnel et Vondracek
3-1 à 23'22" : Reese assisté de Di Dio Balsamo et Sterbak
4-1 à 29'44" : Romand assisté de J. Avenel
4-2 à 47'28" : Devin assisté de Bourgaut et Jaksch
5-2 à 58'29" : J. Avenel assisté de Cannizzo et G. Avenel


Brest

Attaquants :
Alexandre Quesnel (A) - Roman Vondracek - Christian Ouellet
Martin Hujsa (Kralik à 49’) - Jaroslav Prosvic (C) - Michal Dian
Jonathan Avenel  - Graham Avenel - Jérémie Romand
Cody Mathieu – (alternance de centres) - Lukas Kralik

Défenseurs (rotation à sept) :
Mathieu Gagnon - Charles Landry
Aurélien Gréverend (A) - Edgars Dikis
Florent Aubé - Doug Jessey
Gaëtan Cannizzo

Gardien :
Antoine Bonvalot

Remplaçants : Léo Bertein (G), Dimitri Motreff, Marlo Chapron. Absents : Quentin Berthon, Nicolas Motreff.

Briançon

Attaquants :
Peter Bourgaut – Pierre-Antoine Devin – Balint Magosi
Norbert Abramov – Toby Lafrance (C) – Sonny Karlsson
Kevin Bernillon – Steve Reese – Cédric Di Dio Balsamo
Loïc Farnier – Robin Colomban – Paul Bahain

Défenseurs :
Andrej Mrena – Christopher Aspeqvist
Marcel Sterbak – Brice Mansouri
Kevin Igier (A) – Otto Jaksch

Gardien :
Sebastian Idoff (sorti de 57'11" à 58'29")

Remplaçant : Julian Junca (G). Absents : Tomas Larsson, Benjamin Villot