Brest – Angers (Coupe de la Ligue, Poule A, 6e journée)

Un ticket pour les quarts 

Ultime journée de cette phase de poule de la Coupe de la ligue et une qualification en quarts de finale à décrocher au bout pour les deux protagonistes de ce soir. L’équation est simple, le vainqueur poursuit l’aventure. Brest, invaincu à domicile cette saison mais battu deux fois consécutives par Angers, compte bien inverser la tendance de ce quasi derby (les Ducs sont les adversaires les plus proches des Bretons).

Il manque à l’appel brestois les précieux Mathieu Gagnon et Martin Hujsa, ce qui n’empêche pas Sébastien Oprandi d’offrir un peu de temps de jeu à son quatrième bloc. Sauf qu'une équipe comme Angers peut s’offrir le luxe d’aligner l’international Brian Henderson sur son dernier bloc, alors que les Albatros y font notamment évoluer Thibault Kervella et Jérémy Cormier de la réserve de Division 3...

Le round d’observation est assez long et offre des premières minutes de jeu plutôt stériles. Sur la première véritable occasion franche, Angers profite d’une grosse faute défensive de la paire Jessey-Dikis pour s’offrir un bon lancer de Braden Walls repoussé par Léo Bertein mais récupéré par Cody Campbell qui exploite le rebond (0-1 à 7’24’’). Les défenseurs brestois ont complètement dégarni leurs arrières en pressant de manière imprudente à deux le porteur du palet, ce qu’ils ont payé cash.

Le deuxième bloc local et notamment cette paire défensive Jessey-Dikis souffre face à leurs homologues adverses menés par un impressionnant Josh Lunden. Le défenseur letton fait ce qu’il peut pour défendre face à Braden Walls derrière le but de Bertein, mais le manque flagrant de soutien, notamment de la part de Jessey, ne l’aide pas vraiment (13’). Bref, quand il ne faut pas aller à deux ils y vont, et quand il ne le faut pas ils le font !

Les Albatros se procurent quelques occasions, mais le verrou défensif adverse est solide malgré un Alexis Neau généreux en rebonds. Le jeu est engagé physiquement avec des joueurs qui n’hésitent pas à terminer leurs boites, notamment Ouellet.

Nous avons mentionné un peu plus haut Josh Lunden. Ce dernier avait déjà fait mal aux Albatros en championnat. Lui qui évoluait l’an passé au Rubin Tyumen, un club souvent bien placé en VHL (le 2e échelon russe), n’a aucun mal à étaler toute sa technique impressionnante sur le glaçon brestois ce soir. Une mauvaise relance défensive de Dikis est bien évidemment fatale face à un tel joueur, qui exécute Bertein à bout portant d’un lancer du poignet ultra puissant après avoir mystifié le pauvre Dikis d’une feinte magistrale à une vitesse d’exécution sidérante (0-2 18’27’’). Certainement un des buts (voire le but) le plus spectaculaire vu à Brest cette saison.

Régulièrement au marquage à la culotte de ce sacré client on retrouve le jeune Gaëtan Cannizzo, qui bénéficie d’un temps de jeu important ce soir. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le Brestois s’en sort bien jusqu’à agacer le Canadien qui lui touche deux-trois mots doux à un arrêt de jeu (24’).

Les choses s’enveniment un peu sur une situation plutôt comique. Tandis qu’une pénalité différée est en cours à l’encontre des Albatros, le palet revient en zone angevine. Le premier sur le palet est Christian Ouellet qui, au lieu de se contenter de toucher le palet, ne peut résister à la tentation de tirer dans le but laissé vide par Neau pour créer un surnombre. Bien évidemment ce n’est pas au goût des visiteurs et cela provoque une bagarre, notamment entre Quesnel et Faure (qui ne passeront pas leurs vacances ensemble), et aboutit à une double supériorité numérique pour Angers. Une situation exploitée en seize secondes chrono par Matthieu Frécon, bien positionné au premier poteau (0-3 à 28’57’’).

Les petites frictions ont au moins le mérite d’animer la faible affluence (653 spectateurs, de pire en pire). Cody Mathieu en remet une couche en projetant un paquet de glace sur Neau par un freinage provocateur. Lahesalu lui signifie son mécontentement, le géant de deux mètres n’en attendait pas moins pour entamer une escarmouche avec l’Estonien mais aussi avec Henderson venu fourrer son nez (33’). La tactique brestoise visant à provoquer l’adversaire a cette fois fonctionné puisque seul Lahesalu va au cachot, mais elle est non exploitée puisque le powerplay des bleu ciel est installé mais stérile.

Un faible espoir renaît pour les locaux en toute fin de période sur un 3 contre 1 offrant à Dikis, bien servi par Dian, un slap sur réception détourné par Neau. La rondelle échoue derrière le but et le malicieux Dian tire à l’instinct de l’arrière et réussit à viser la jambière du gardien angevin. Encore en déséquilibre après son arrêt initial, Neau dévie involontairement le disque dans son propre but (1-3 à 39’01).

Et pourtant, malgré cette réduction d’écart, une belle sérénité se dégage chez les Ducs qui gèrent très bien leur avance dans la dernière période. Ils vont même l’aggraver par Frécon auteur d’un doublé (1-4 à 50’47’’) qui assure tranquillement la qualification pour les quarts de finale.

Décidément, 4-1 est le tarif habituel dans ces duels de volatiles, puisque pour la troisième fois consécutives les Ducs s’imposent sur ce score face aux Albatros. Les Bretons menaient pourtant encore la poule A il y a deux journées et n’avaient besoin que d’une victoire pour assurer leur qualification. Face aux deux adversaires les plus costauds de la poule, elle n’est jamais venue. Ils ne pourront donc plus étrenner leur troisième maillot qu’en Coupe de France, et cela commence dans une semaine à Nantes. Avant cela un autre rendez-vous les attend face aux Lions de Lyon qui sortent d’une Hockeyweek qui a été une nouvelle fois un succès.

Angers poursuit logiquement l’aventure et c’est mérité au vu de leur prestation ce soir. Ils ont sans nul doute tiré le gros lot en recrutant Josh Lunden, attaquant spectaculaire dans tous les bons coups. Les amateurs de hockey brestois ont repéré "le moustachu" et se délectent d’avance de sa prochaine venue au Rïnkla Stadium en championnat. Léo Bertein et Antoine Bonvalot beaucoup moins sans doute.


Brest –Angers  1-4 (0-2, 1-1, 0-1)
Mardi 6 octobre 2015 à 20h00 au Rïnkla Stadium. 653 spectateurs
Arbitrage de Charles-Edouard Salmon assisté de Jérémie Douchy et Laurent Garbay.
Pénalités : Brest 22' (0’, 8’+10’, 4’), Angers 18' (0’, 6’+10’, 2‘).
Tirs : Brest  20 (10, 4, 6), Angers 21 (7, 6, 8)

Évolution du score :
0-1 à 07’24’’ : Campbell assisté de Walls et Busto
0-2 à 18’27’’ : Lunden
0-3 à 28’57’’ : Frecon assisté de Lacroix et May (sup. num)
1-3 à 39’01’’ : Dian assisté de Dikis et Vondracek
1-4 à 50’47’’ : Frecon assisté de Busto et Lunden

Brest

Attaquants :
Alexandre Quesnel (A) - Roman Vondracek - Christian Ouellet
Lukas Kralik - Jaroslav Prosvic (C) - Michal Dian
Jonathan Avenel  - Graham Avenel - Jérémie Romand
 Thibault Kervella - Cody Mathieu – Jeremy Cormier

Défenseurs :
Florent Aubé - Charles Landry
Doug Jessey - Edgars Dikis
Aurélien Gréverend (A) - Gaëtan Cannizzo

Gardien :
Léo Bertein

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G), Dimitri Motreff. Absents : Quentin Berthon, Nicolas Motreff, Martin Hujsa, Mathieu Gagnon.

Angers

Attaquants :
Dimitri Thillet - Cody Campbell - Braden Walls
Josh Lunden – Maxime Lacroix – Matthieu Frecon
Julien Albert (C) – Valentin Claireaux – Robin Gaborit
Maxime Pilote Griet – Brian Henderson – Gautier Alvau  

Défenseurs :
Raphaël Faure - Lauri Lahesalu  
Gary Leveque (A) - Michael Busto (A)
Jeff May -  Nolan Julseht-White

Gardien :
Alexis Neau

Remplaçants : Raphaël Girard (G), Sébastien Valade.