Épinal - Amiens (Coupe de la Ligue, poule B, 6e journée)

C'est toujours bon à prendre !

Loin de l’image de joueur rugueux et excessivement pénalisé qui lui colle à la peau, c’est celle d’un buteur libérateur que Tomáš Klouček a ramené de Bordeaux, d’où sont revenus victorieux les Gamyo (2-1 a.p.). Des Spinaliens retrouvant Poissompré pour en terminer avec une Coupe de la Ligue ne présentant, à leurs yeux, plus aucun intérêt. Les hommes de Stéphane Barin, derniers de cette poule B, sont d’ores et déjà éliminés d’une course aux quarts concernant encore leur adversaire du soir... qu’un succès dans les Vosges suffirait à qualifier !

CHAMPAGNEJoel06102015

Toujours en quête d’une première victoire à l’extérieur cette saison, les Gothiques (qui viennent d’engager Jaka Ankerst) déplorent encore de nombreux absents (Hrdel, Bourgeois, Luke, Fauchon, Smith), mais bénéficient du retour de leur gardien Mitch O’Keefe, qu’une blessure à la cheville priva du dernier déplacement grenoblois. Une indisponibilité passagère que Barry Smith tenait absolument à pallier, quitte à froisser certaines susceptibilités en signant, comme pigiste, un Charles Lavigne fraîchement évincé d’Angers.

Cette décision, prise sur fond de tensions entre le coach américain et son entraîneur-adjoint (Olivier Duclos), n’aura pourtant pas permis aux Amiénois de l’emporter malgré le onzième but (en huit matchs) d’un Joël Champagne n’en finissant plus de marquer.

À défaut de pourvoir tourner à quatre lignes, les Gothiques peuvent donc compter sur l’un des attaquants les plus prolifiques du moment. Un centre très complet alliant puissance physique, qualité technique et sens du jeu dont Amiens fait, depuis l’an passé, son atout offensif numéro un. Une menace toute trouvée pour un Andrej Hočevar enchaînant actuellement les performances de choix...

C’est d’ailleurs sous l’impulsion de Champagne qu’Amiens se fait rapidement pressant, sans que cela ne pose de réelles difficultés aux Gamyo, bien en place derrière (à l’image d’un Kloz diablement rassurant) et se projetant toujours aussi facilement vers l’avant. Un palet bien ressorti, puis dévié par Steven Cacciotti dans la course de Ján Plch, permet même au vétéran d’alle défier le portier. Mais la légende vivante du hockey spinalien, après avoir vainement tenté de glisser la rondelle entre la jambière et le montant, se prend un vilain coup de crosse à retardement (01'02"). Un mauvais geste qui serait sûrement resté impuni sans l’intervention d’un Cacciotti empoignant aussitôt Leclerc dans l’arrondi... où le petit défenseur amiénois jouera des coudes avant d’être envoyé sur le banc des pénalités (01'08") !

PLChJan06102015Doublement sanctionné (pour coup de coude et dureté), Nicolas Leclerc laisse donc ses coéquipiers affronter un powerplay bien huilé où Anže Kuralt passe, par deux fois, bien près de marquer. L’ailier slovène bute sur O’Keefe à bout portant (02'42") avant qu'un bon relais de Klouček ne le mette en excellente position (entre les deux cercles d’engagement). Mais Kuralt, qui voulait nettoyer le haut du filet, voit son tir s’envoler dans les instants précédant un lourd slap de Moisand (02'19")...

Solide de près comme de loin, Mitch O’Keefe aura donc contribué à tuer une pénalité dont Paul Crowder aurait pu profiter. Mais le grand centre canadien, lancé en un-contre-un avec Gašper Sušanj, se fera "manger" physiquement par un défenseur utilisant toujours son gabarit à bon escient (3e).

Une intervention qui en dit long sur le degré d’implication des Gamyo, qui jouent le coup à fond et se procurent les meilleures occasions. D’excellentes opportunités, comme ce décalage favorable à Le Blond (5e) ou ce puck flippé profitant à Vinatier (04'41"), mais débouchant sur des tirs trop fermés pour surprendre un gardien toujours bien placé. Il y a pourtant fort à parier qu’O’Keefe aurait été fusillé à bout portant par Maxime Moisand si Tim Crowder n’avait pas poke-checké pour écarter le danger. Une action défensive lançant une contre-attaque aussitôt menée par son frère aîné, qui trouve Champagne à l’opposé... sans que celui-ci ne puisse cadrer (05'23") ! Anže Kuralt, dans la foulée, file se frayer un chemin jusqu’au but d’Amiens... sans trouver cette lucarne tant désirée (05'39") !

MARTINMaxime03102015Le premier but de la soirée finit pourtant bien par arriver, dans la continuité d’une passe en retrait mal assurée, que Klimíček (à la bleue) parvient à récupérer. Le défenseur tchèque voit son lointain lancer dévié par Anthony Rapenne sur Mitch O’Keefe, sans que le danger soit véritablement écarté. Romain Bault, en transmettant à Nicolas Leclerc derrière la cage, ne pensait pourtant pas mettre les siens en difficulté. Mais Vinatier, en fonçant sur Leclerc, lui fait perdre le palet revenant sur un Martin qui ne se fait pas prier pour prendre O’Keefe à contre-pied (1-0 à 06'56")...

Comme face à Rouen jeudi dernier, le buteur spinalien n’est donc pas forcément celui que l’on attendait. Mais force est de constater que Maxime Martin, redevenu douzième attaquant depuis l’éviction du décevant Lukáš Králík (dont l’ICE s’était délestée en début de semaine passée), mord dedans à pleines dents au sein d’un quatrième trio tenant parfaitement son rang. Le duo Vinatier-Offret, précieux dans tous les aspects du jeu sans palet, pèse également offensivement en se montrant régulièrement menaçant. Un danger que tente également d’apporter un Fabien Kazarine combatif à souhait, qui profite d’une récupération de Romain Carpentier pour déclencher une frappe qu’Andrej Hočevar détourne du bouclier (07'56").

Mais ne nous y trompons pas. C’est bien Mitch O’Keefe qui a le plus à faire devant son filet, d’autant que Tim Crowder commet un cinglage (08'24"). Cette faute amplifie la menace d’un powerplay s’appuyant sur Gašper Sušanj, qui ne va pas manquer de faire parler son gros lancer. Un slap qu’O’Keefe repousse de la botte (08'54") avant que le solide arrière slovène ne décale Plch devant la cage, forçant le gardien canadien à sortir tout un arrêt de près (09'12"). Kuralt, en combinant rapidement avec Moisand, prend lui un lancer contré que Fujerik passe tout près d’exploiter (10'16").

BEROnGrégory06102015Circulant vite et bien côté spinalien, le palet paraît en revanche beaucoup plus "fuyant" chez les Gothiques d’Amiens, qui peuvent néanmoins compter sur un ancien Spinalien très motivé. Un Grégory Beron omniprésent, repositionné derrière mais toujours partant pour aller de l’avant. Le Picard ne manque pas de faire apprécier sa dextérité en emmenant le palet d’un contrôle orienté lui permettant d’aller défier le portier, dans un angle toutefois trop fermé (11'47").

Rien à voir avec ce que Mitch O’Keefe doit essuyer, entre ce break de Martin Charpentier qui lui faut enrayer (12'05") et cette frappe de Tomáš Klouček (12'13"), qu’il bloque d’une mitaine assurée. Sans parler de cet enchaînement Sabatier-Plch-Cacciotti libérant l’Italo-canadien, qui sera toutefois servi trop près d’un gardien suivant parfaitement chaque mouvement (13'19").

Contrôlant les opérations, les hommes de Stéphane Barin maîtrisent leur sujet et dominent des Amiénois trop souvent dépassés. Mais s’ils s’évertuent à ne rien laisser passer, les Spinaliens voient leur étreinte se desserrer sous l’effet d’un échec-avant devenant plus contrariant. Sušanj, sous pression dans son camp, perd ainsi un palet que Kazarine s’empresse de lancer au filet (16'33").

C’est surtout quand Joël Champagne est en jeu que les Gothiques se montrent les plus dangereux. Le Canadien, non content de rafler tous les engagements, agit en véritable point d’ancrage pour allonger les présences en zone offensive, fort du soutien d’un Bruijsten manœuvrant essentiellement aux abords d’une cage sans cesse attaquée.

FILLMANMitch061020155Le deuxième trio amiénois prend le relais du premier, sous l’impulsion des frères Crowder, qui passent tout près d’égaliser. Tim, après avoir pressé Sušanj derrière le filet, trouve son aîné dans la zone de vérité, qui reprend à bout portant (18'56"). Une frappe repoussée par Hočevar, à nouveau menacé par une longue ouverture de Champagne mettant Matima sur les rails d’un break-away. Le jeune ailier picard, jaillissant rapidement entre Sušanj et Farina, prend l’intervalle pour s’en aller défier l’homme masqué... mais sans trouver autre chose que la mitaine du portier (19'43").

Les Spinaliens, qui semblaient avoir le match en main, se sont laissés déborder et vont reprendre là où ils en étaient restés. Dans leur zone, sous la menace d’Amiénois trouvant, sans tarder, le chemin des filets. Joël Champagne profite d’un palet traînant dangereusement pour trouver Rudy Matima, démarqué devant le filet. L’international U20 ne se fait pas prier pour expédier la rondelle dans la lucarne opposée (1-1 à 20'16").

Tout est donc à refaire pour les Gamyo, qui s’en remettent encore à la mitaine de leur portier (suite à un déboulé côté droit de Thomas, 22'20"). Un petit vent d’inquiétude rapidement dissipé par Yannick Offret, à l’origine puis à la conclusion d’une belle action. L’ex-Amiénois, après s’être chargé de l’entrée en zone, emmène le palet au moyen d’un dribble parfaitement exécuté. La rondelle continue à circuler pendant qu’Offret se replace entre les cercles, où le sert Vinatier. L’assistant-capitaine, sitôt servi, frappe pour marquer, d’un tir croisé à mi-hauteur, côté bouclier (2-1 à 22'52").

HORDELALAYPierreCharles06102015Fêté comme il se doit, ce joli but décuple l’ardeur de ses coéquipiers, qui vont subitement retrouver tout leur mordant. Mais Mitch O’Keefe est sur tous les lancers, des tirs déviés (23'22") aux occasions plus marqués, comme sur cette échappée de Dominik Fujerik parachevée d’une frappe déviée de la mitaine (23'44"). Kuralt, après avoir repiqué vers la cage, verra encore la lucarne opposée lui échapper (24'01") avant qu’Ograjenšek, en deux-contre-un, ne bute encore sur le portier (24'20"). Mitch Fillman donnera un peu de répit à son gardien en remontant lui-même le palet. Mais l’ex-universitaire canadien, déséquilibré dans son approche, ne pourra arriver à ses fins (25'18"). Pas plus Paul Crowder d’ailleurs, qui ne pourra dévier le centre de Grégory Beron au fond des filets (25'58")...

Un cinglage de Maxime Martin (26'38") permet aux Gothiques de s’établir plus durablement à l’avant, sans que leur powerplay ne trouve la faille dans une défense bien regroupée. Hočevar n’aura donc pas été trop inquiété pour ses dernières minutes de jeu. Lucas Savoye finit, comme prévu, par le remplacer (29'38") dans les secondes suivant l’intervention décisive d’un Mitch O’Keefe ayant su garder les bottes fermées devant Ken Ograjenšek (qui avait bien combiné avec Kuralt). Le gardien canadien d’Amiens repousse, ensuite, un slap de Sušanj repris par Plch, puis Cacciotti (30'18").

OKEEFEMitch06102015Mais la plus belle parade de ce deuxième acte sera signée Lucas Savoye, bien inspiré de repousser la tentative d’un Paul Crowder très bien placé (30'35"). Une intervention aussitôt suivie d’une énorme occasion d’Hordelalay, lancé dans un face-à-face avec O’Keefe. Un duel perdu par l’ailier spinalien, qui ne pourra cadrer (30'43").

Le rythme élevé de cette partie, jouée sans aucun répit, a grandement entamé les ressources physiques des Gothiques, contraints d’effectuer de longues présences en raison de leurs rotations limitées. Fabien Kazarine, qui a fait l’effort de se replier, fait ainsi trébucher Ograjenšek après de longues, très longues secondes passées sur le glaçon (35'39"). Une nouvelle épreuve pour Mitch O’Keefe, tout près d’être surpris par un slap (de Kloz) dévié dans le trafic (36'48") mais suffisamment réactif pour repousser la frappe d’un Tomáš Klouček pourtant parfaitement décalé (36'33"). Cette pénalité est tuée quand Champagne dégage du revers loin devant, sur un Kazarine sortant du banc. Le grand espoir picard, parti en deux-contre-un, remise alors sur Carr, qui a bien suivi. Mais avant même d’être servi, l’ancien Caen
nais se verra repris, puis contré. Moisand lance aussitôt Ograjenšek, qui tente vainement de dribbler Beron en un-contre-un (35'57")...

Que d’actions, que d’occasions durant ce deuxième tiers-temps, qui s’achève sur un "plaquage" de Paul Crowder à l’encontre de Dominik Fujerik. Une pénalité différée que les Gamyo s’empressent d'exploiter. Le palet tourne à l’avant jusqu’à ce qu’Anže Kuralt, depuis le cercle gauche, l’expédie en pleine lucarne, d’un tir aussi précis que puissant (3-1 à 39'19").

SAVOYELucas06102015C’est donc nantis de deux buts d’avance que les Gamyo reviennent des vestiaires, sans Cacciotti, touché par un lancer (au niveau de la cuisse ?) et remplacé par un Klouček devant s’improviser attaquant. Un poste inédit pour l’ex-NHLer, lancé par Ján Plch dans la profondeur, mais sans parvenir à glisser la rondelle entre les jambières du portier (45'15"). Une occasion suivie d’un tir de Klimíček repris par Hordelalay (45'22"), puis par une échappée d’Offret, poke-checké au moment de tirer.

Mitch Fillman, de son côté, teste les réflexes d’un Lucas Savoye détournant du bouclier (47'37") avant de jouer de la botte sur une reprise de Tim Carr (48'17"). Le Gapençais garde sa cage inviolée, même sur une pénalité infligée à Matthieu Le Blond (48'59") durant laquelle ne manquera pas de frapper Grégory Beron (49'39")...

Pas en reste, O’Keefe sort lui aussi les arrêts qu’il faut en gardant ses angles bien fermés devant Hordelalay (50'32"), Plch (51'11") ou même Sabatier (53'04"), qui n’ont manqué de venir le titiller. Autant d’interventions qui entretiennent le maigre espoir de Picards luttant désormais contre le temps. La victoire de l’Étoile noire face à Rouen (3-1) condamne pratiquement les visiteurs, qui feront un premier pas vers l’exploit en réduisant l’écart : Mitch Fillman, monté aux avant-postes, coupant imparablement le centre de Tim Crowder (3-2 à 58'21"). Mais Lucas Savoye, en tenant bon jusqu’au bout, jouera les rabat-joie...

Les Gothiques, qu’un succès pouvait qualifier, se retrouvent donc éliminés d’une Coupe de la Ligue ayant vécu son ultime soirée à Poissompré. Une compétition que les Spinaliens quittent sur une victoire méritée. Y avait-t-il meilleure façon de préparer la prochaine réception de Briançon ?

 

Épinal - Amiens 3-2 (1-0, 1-1, 1-1)
Mardi 6 octobre à 20h15 à la patinoire de Poissompré. 700 spectateurs.
Arbitrage de Damien Bliek, assisté de Yann Furet et Jérémy Metais.
Tirs : Épinal 36 (12, 13, 11) ; Amiens 42 (14, 14, 14)
Pénalités : Épinal 6’ (2’, 2’, 2’) ; Amiens 8’ (6’, 2’, 0’)

Évolution du score :
1-0 à 06'56" : Martin assisté de Vinatier
1-1 à 20'16" : Matima assisté de Champagne
2-1 à 22'52" : Offret assisté de Vinatier et Martin
3-1 à 39'19" : Kuralt assisté de Fujerik et Sabatier (pen. différée)
3-2 à 58'21" : Fillman assisté de T. Crowder et P. Crowder

Épinal

Attaquants :
Anže Kuralt - Dominik Fujerik - Ken Ograjenšek
Steven Cacciotti [puis Klouček à 40'] - Florian Sabatier - Ján Plch (A)
Anthony Rapenne - Matthieu Le Blond - Pierre-Charles Hordelalay
Maxime Martin - Hugo Vinatier - Yannick Offret (A)

Défenseurs :
Jiří Klimíček - Vojtěch Kloz
Tomáš Klouček - Maxime Moisand (C)
Gašper Sušanj - Thibaut Farina
Martin Charpentier

Gardiens :
Andrej Hočevar, puis Lucas Savoye à 29'38".

Amiens

Attaquants :
Rudy Matima - Joël Champagne (C) - Kevin Bruijsten
Fabien Kazarine - Paul Crowder - Tim Crowder
Rémi Thomas - Marius Serer - Romain Carpentier

Défenseurs :
Grégory Beron (A) - Tim Carr
Nicolas Leclerc - Romain Bault
Axel Prissaint - Mitch Fillman

Gardien :
Mitch O’Keefe (sorti de sa cage à 58'20").

Remplaçants : Guillaume Duquenne (G), Adrien Josse. Absents : Jeff Smith, Zbyněk Hrdel (fracture du poignet), Fabien Bourgeois (fracture du scaphoïde), Shane Luke (commotionné), Quentin Fauchon (blessé), Jaka Ankerst (non qualifié).

FILLMANMitch06102015