Angers - Grenoble (Ligue Magnus, 4e journée)

Une classe d'écart

Pour la première fois de la saison, la patinoire du Haras affiche complet. Il faut dire que l'armada grenobloise a de quoi faire déplacer les foules. De plus, le public angevin a l'occasion de revoir son ancien défenseur "chouchou" Jonathan Harty (saison 2012-2013). En revanche, pas de retour au Haras pour Sébastien Bisaillon, suspendu.

Jordann PerretLe match débute sur un rythme soutenu et les Ducs vont vite se retrouver en situation de supériorité numérique, consécutif à un cinglage de Petr Kalus. Alors qu'Angers installe son jeu de puissance, la rondelle est ressortie par Christophe Tartari qui trouve chanceusement Jordann Perret. Le jeune attaquant de poche des Brûleurs de Loups file en un contre un contre Jeff May. Le défenseur angevin, assez passif sur cette action, laisse tirer le numéro 94 grenoblois qui trouve la lucarne d'un Alexis Neau complètement masqué (0-1, 02'10").

Grenoble continue sa marche en avant et impose son rythme. Techniquement et physiquement, les joueurs d'Edo Terglav sont un cran au-dessus de ceux de Jean-François Jodoin. Malgré tout, les Ducs tentent de jouer proprement.

C'est un peu contre toute attente qu'Angers égalise. C'est - une nouvelle fois - l'attaquant canadien Josh Lunden qui aide les Ducs à se remettre sur les rails. Après une montée côté droit, le numéro 59 trouve la lucarne d'Ervins Mustukovs dans un angle très fermé (1-1, 10'46").

Dès lors les débats s'équilibrent quelque peu. La défense angevine contient assez bien les assauts grenoblois et Alexis Neau - titulaire pour la deuxième fois consécutive - rassure ses partenaires sur les quelques palets qu'il négocie. Il en est de même pour son homologue isérois. C'est donc tout naturellement que les équipes rentrent au vestiaire sur ce score de un partout.

Jean-François Jodoin a dû remobiliser ses troupes puisque les Ducs contrôlent la rondelle durant la première partie du deuxième tiers. Très présents défensivement, les Angevins ne laissent pas beaucoup d'opportunités à leurs adversaires.

Ils campent de plus en plus dans la zone adverse mais, il faut bien l'avouer, sans réel danger pour le portier des Brûleurs de Loups. Ce dernier est serein et annihile toutes les tentatives peu tranchantes des Angevins. Sur une de leurs rares actions dangereuses, Robin Gaborit - décidément hors du coup depuis le début de saison - loupe inexplicablement une cage vide (34').

Angers, malgré sa légère domination, n'est pas parvenu à prendre l'avantage. Les manques de l'attaque angevine, récurrents depuis le début de la saison, ont été criants lors de ce deuxième tiers. Les bonnes performances du portier visiteur et de sa défense (notamment Jonathan Harty et Ryan Barlock) ne sont toutefois pas à négliger.

Jonathan HartyLa débauche d'énergie du deuxième tiers semble peser dans les jambes des Angevins. En tout état de cause, Grenoble prend le jeu à son compte et ne laisse que des miettes à son adversaire. Totalement dominés techniquement et physiquement, les Angevins vont craquer alors que leurs adversaires sont en power-play. Petr Kalus, relativement discret dans cette rencontre, reprend un palet au second poteau et ajuste Alexis Neau (1-2, 45'30").

Le jeune portier angevin, à l'instar de ses coéquipiers, semble résolu et s'incline une nouvelle fois. Ryan Barlock trouve le petit filet opposé d'un Alexis Neau bien mal positionné sur cette action (1-3, 48'42").

Les Brûleurs de Loups ne gèrent pas et insistent sur le but angevin. Les Ducs, outrageusement dominés, commettent inévitablement des fautes. Sur une de celles-ci, Robin Gaborit laisse les siens à quatre contre cinq. Il faudra une poignée de secondes à Jordann Perret pour signer un doublé (1-4, 55'34").

La messe est dite et Angers n'a plus les ressources nécessaires. Jean-François Jodoin le sait et sort son gardien en toute fin de match pour tenter de réduire l'écart. Sur un engagement en zone offensive, Angers perd le palet et Nicolas Favarin lance en direction du but adverse sans grande conviction. La trajectoire "incurvée" de la rondelle fait mouche (1-5, 59'38").

Une victoire largement méritée pour des Grenoblois plus affûtés et plus talentueux que leurs adversaires. Et pourtant, on sent que le "rouleau compresseur" isérois n'est pas encore à 100%.

Pour Angers, le premier vrai gros choc de la saison a fait ressortir les carences du groupe. La défense a montré des gages de sécurité lors des deux premiers tiers. Elle a néanmoins craqué lors de la dernière période, comme toute l'équipe. Le plus inquiétant est tout de même le rendement offensif. Il n'y a pas de vrai leader dans cette attaque où seul Josh Lunden surnage.

Étoiles du match : *** Jordann Perret (Grenoble), ** Ryan Barlock (Grenoble), * Ervins Mustukovs (Grenoble).

 

Angers - Grenoble 1-5 (1-1, 0-0, 0-4)
Samedi 10 octobre 2015 à 18h30 à la patinoire du Haras. 1100 spectateurs.
Arbitres : Joris Barcelo assisté de Yann Furet et Charlotte Girard.
Pénalités : Angers 26' (4', 0', 22') ;  Grenoble 12' (4', 2', 6').
Tirs cadrés : Angers  23 (6, 15, 2) ; Grenoble 25 (5, 10, 10).

Évolution du score :
0-1 à 02'10" : Perret assisté de Tartari (inf. num.)
1-1 à 10'46" : Lunden assisté de Lacroix et Frécon
1-2 à 45'30" : Kalus assisté de Gauthier et Favarin (sup. num.)
1-3 à 48'42" : Barlock assisté de Perret et Tartari
1-4 à 55'34" : Perret (sup. num.)
1-5 à 59'38" : Favarin assisté de Labrecque (cage vide, inf. num.)