Présentation NHL 2015/2016 : Division Metropolitaine (1/4)

La National Hockey League reprend ses droits, et ses trente franchises sont bien déterminées à soulever la coupe Stanley. Qui succèdera aux Chicago Blackhawks ?

 

nhl logoUne reprise à trente donc, car le processus d'expansion avance très doucement. Las Vegas et Québec, seuls candidats, franchissent progressivement chaque étape, mais rien n'est acquis pour autant et tout se décantera sans doute en décembre, pour une intégration éventuelle en 2017.

La ligue a cependant son lot de nouveautés. Tout d'abord, la prolongation se joue désormais à trois contre trois, une mesure destinée à limiter le recours à la séance de fusillade. L'expérience fut concluante en AHL l'an dernier et toutes les équipes ont eu droit à une ou deux séquences de test en pré-saison. Les entraîneurs peuvent par ailleurs utiliser un temps mort pour contester une décision arbitrale, notamment pour les cas de but litigieux (obstruction sur le gardien, hors jeu au départ de l'action). Si la révision vidéo donne raison à l'entraîneur, il conserve son temps mort. Enfin, la ligue a modifié le réglement pour les mises au jeu, forçant le centre de l'équipe en défense à placer sa palette en premier sur la glace, décision visant là encore à favoriser l'attaque.

Hors glace, Gary Bettman est toujours autant critiqué. En cause, sa gestion des affaires "hors glace" qui ont secoué la ligue cet été. Entre l'accident de Ryan O'Reilly, qui, ivre, percutait un fast-food, l'affaire de moeurs impliquant Patrick Kane ou les multiples rumeurs d'affaires de cocaïne, la NHL a été servie. Ce n'est pas le décès de l'ancien bagarreur Todd Ewen qui arrange les choses : la ligue reste sous le feu des critiques pour son approche dilettante envers le problème des commotions cérébrales... Pour couronner le tout, l'ancien défenseur Aaron Ward, consultant pour la chaîne TSN, est lui aussi victime d'une affaire pour violences, un an après l'affaire Voynov...

L'intersaison fut très intéressante, avec quelques mouvements phares (Saad, Kessel). La tendance est au rajeunissement et un très grand nombre de vétérans ont du se contenter d'une simple invitation au camp, à l'essai. Sur la quarantaine de joueurs concernés, moins de dix ont décroché un contrat, mettant sur le carreau beaucoup d'expérience.

Malgré cela, la saison 2015-2016 propose un tableau très excitant. Les équipes n'ont jamais semblée aussi proches les unes des autres et bien peu de formations échapperont à la lutte pour les phases finales. L'arrivée des deux prodiges Connor McDavid et Jack Eichel promet d'annoncer une nouvelle ère, dix ans après l'entrée de Sidney Crosby et Alexander Ovechkin sous le feu des projecteurs...

Commençons ce tour d'horizon par la division Métropolitaine.

 

150px Logo Flyers Philadelphie.svgPour sa deuxième saison à la tête des Flyers de Philadelphie, Ron Hextall doit gérer une situation délicate : l’effectif qui a manqué les playoffs frôle le maximum du plafond salarial. L’héritage de son prédécesseur Paul Holmgren n’arrange pas les affaires, à l’instar des 4,5 millions annuels de Vincent Lecavalier et ses 20 points l’an dernier, ou ses contrats pesants pour les défenseurs Mark Streit, 37 ans, et Andrew MacDonald, fort de ses 5 millions pour être reversé au ballotage... De nombreux joueurs, dont Jakub Voracek, devront être rapidement resignés, limitant encore un peu plus les solutions du manager général.

Hextall a donc paré au plus pressé, avec un nouvel entraîneur, Dave Hakstol. Ce dernier n’affiche aucune expérience professionnelle ; après cinq ans en tant que joueur dans la défunte IHL, il a entrainé en USHL puis pendant onze ans l’équipe NCAA de North Dakota. C’est le premier entraîneur depuis Bob Johnson en 1982 à effectuer un tel saut... Il aura la lourde tâche de donner un meilleur départ à une équipe qui a pris l’habitude de prendre du retard dès le mois d’octobre.

Pour ce faire, les Flyers devront compter sur leur gardien Steve Mason et son masque de zombie. L’ex-Blue Jackets reste sur une saison brillante, mais son entraîneur Jeff Reese est parti, remplacé par l’ancien consultant des gardiens des Kings, Kim Dillabaugh. Mason sera secondé par Michal Neuvirth, voire Jason LaBarbera en cas de pépin.

L’autre chantier en cours, c’est la défense. Mark Streit reste le n°1 de l’équipe et encadrera Nick Schultz et le jeune et rugueux Radko Gudas, ainsi que l’offensif Michael Del Zotto, resigné après une saison à 10 buts. Philadelphie est aussi allé chercher le vétéran russe Yevgeni Medvedev, 33 ans et sept saisons de KHL, médaillé d’argent à Prague et au tir ravageur. Mais la défense ne fait pas rêver : Luke Schenn ou Andrew MacDonald ne convainquent guère, le premier étant même proche du ballotage au profit de Brandon Manning, le deuxième n’y coupant pas. Le staff a préféré jouer la prudence avec les meilleurs espoirs du club : Travis Sanheim, Ivan Provorov, Shayne Gostisbehere et Samuel Morin ont tous été renvoyés en junior ou en AHL.

L’ambition de l’équipe reste d’améliorer le jeu de transition, largement déficient. Hakstol vise un style plus « compact », destiné à soutenir le talent de Claude Giroux et Jakub Voracek, ainsi que le physique Wayne Simmonds. Le trio a mis 75 des 212 buts de l’équipe l’an dernier, avec l’Autrichien Michael Raffl comme seul autre joueur de 20 buts. Il est impératif que l’attaque trouve de nouvelles sources de points. Sean Couturier, 22 ans, doit franchir un cap, aux côtés de Matt Read et Brayden Schenn – ce dernier, comme son frère, faisant l’objet de rumeur de transferts. L’acquisition de Sam Gagner en juin pourrait apporter de la profondeur de banc, mais le staff ne sait finalement pas trop à quel poste l’aligner : centre, son poste naturel ? ailier droit ? ou ailier gauche, point faible de l’équipe ? Il a peu convaincu au camp et devrait débuter la saison en tribunes ! La quatrième ligne, autour de Pierre-Edouard Bellemare, devra également contribuer. Ryan White et Chris VandeVelde apportent de l’énergie, mais cela ne suffira peut-être pas. La pré-saison a démontré les limites de l’équipe, faible aux mises au jeu, à égalité numérique et manquant de constance dans l’effort. Les progrès affichés par le jeune Scott Laughton compliquent l’équation et pousseront sans doute Lecavalier ou Umberger en tribunes. MacDonald, Luke Schenn, Lecavalier : 13,1 millions en tribunes. Hextall a de quoi s’arracher les cheveux...

Les supporters risquent de montrer de l’impatience. En tout cas, le derby Pennsylvanien promet : des supporters des Flyers ont déjà lancé un « crowfunding » pour racheter les Penguins !

Arrivées : entraîneur Dave Hakstol, C Sam Gagner, D Yevgeni Medvedev, G Michal Neuvirth, G Jason LaBarbera
Départs : entraîneur Craig Berube, D Nicklas Grossmann, D Carlo Colaiacovo, G Ray Emery, G Rob Zepp

Alignement prévisionnel
Attaquants
M. Raffl - C. Giroux - J. Voracek
B. Schenn - S. Couturier - W. Simmonds
M. Read - Scott Laughton – RJ Umberger
C. VandeVelde - P. Bellemare - R. White
S. Gagner, V. Lecavalier, Nick Cousin
Défenseurs
N. Schultz - M. Streit
M. Del Zotto - Y. Medvedev
Luke Schenn - R. Gudas
A. MacDonald, Brandon Manning
Gardiens
S. Mason
M. Neuvirth

****

130px Logo Devils New Jersey.svgAucune équipe n’a connu autant de changements à l’intersaison que les Devils du New Jersey. Lou Lamoriello, manager général depuis 1987, a cédé sa place après quatre saisons sans playoffs sur les cinq dernières. Il a surpris son monde en nommant son successeur, Ray Shero, pour devenir président du club... avant de filer à Toronto quelques semaines plus tard !
Shero a rapidement imposé sa patte sur les Devils. Finie, l’équipe à part de la NHL. New Jersey entre enfin dans le troisième millénaire : autorisation des comptes twitter pour les joueurs, pas de restriction pour le port de la barbe et de la moustache, pas d’amende si les joueurs s’échauffent sans casque, public admis pour les matchs du camp des rookies, utilisation du numéro 13 (Cammalleri)... Les petits détails de gestion, si stricts sous Lamoriello, apparaissent assouplis. Pavel Zacha, drafté au premier tour en juin, a même reçu un bonus à la performance dans son contrat, une première dans l’histoire des Devils – même Adam Larsson, ancien n°4 de draft, n’y avait pas eu droit.

Shero a donc transformé les habitudes, mais aussi le staff, en se séparant d’une bonne partie des scouts, dont le chef David Conte, arrivé quasiment en même temps que Lamoriello. Préparateurs physiques, responsables matériels... tout y est passé. Le nouveau manager général avait connu le succès à Pittsburgh avec un style rapide et explosif ; il a choisi pour l’adapter dans le New Jersey un nouvel entraîneur, John Hynes, 40 ans. Il sera le plus jeune entraîneur de la NHL cette saison, après avoir entraîné la réserve de Pittsburgh, où il avait donc côtoyé Shero. Il a déjà séduit les supporters comme les joueurs.

Sur la glace, les modifications sont tout aussi radicales. Shero n’a conservé aucun agent libre : exit les Gomez, Bernier, et autres Ryder. Seul Tootoo a gardé sa place, resigné par Lamoriello juste avant son départ. Shero a aussi racheté le contrat de Dainius Zubrus, plus utile à l’effectif en tant que DJ que sur la glace. Bryce Salvador a pris sa retraite, handicapé par une commotion et des soucis au dos, alors que Ryane Clowe, encore sous contrat, n’a plus le feu vert des médecins pour jouer après cinq commotions en deux ans. Bref, New Jersey reconstruit...

Fort heureusement, le poste de gardien reste très solide. Cory Schneider s’est montré exceptionnel l’an dernier, et son remplaçant Keith Kinkaid a gagné ses galons après de bonnes performances pour ses débuts NHL.
La défense affiche un potentiel considérable. Andy Greene, 32 ans, promu capitaine, est l’ancien du groupe et l’un des défenseurs les plus sous-estimés de la ligue. Jon Merrill (23), Damon Severson (21) et Eric Gelinas (24), forment un savant mélange de qualité offensive et de mobilité. Adam Larsson a reçu une extension de six ans, confirmant la confiance envers le potentiel du jeune suédois de 22 ans, qui a explosé une fois Pete DeBoer parti... Pour renforcer ce groupe prometteur, Shero a déniché John Moore (24 ans) et David Schlemko (28), deux bourlingueurs. Le grand Seth Helgeson, entrevu l’an dernier, a gagné la dernière place aux dépens de l’offensif Marc-André Gragnani, revenu de Suisse.

Des paris en défense pour compléter l’effectif : il en est de même en attaque. Ray Shero a un peu gratté les fonds de tiroirs, signant Jiri Tlusty et le vétéran Lee Stempniak, ce dernier gagnant son contrat après le dernier match de pré-saison. Les deux joueurs apporteront un peu de profondeur à la 28e attaque de la saison dernière, dont on imagine mal un rebond majeur. Mike Cammalleri, seul pur buteur du club, parait bien seul. Certes, Adam Henrique a le potentiel pour une saison de 20 buts et 50 pts après avoir fini meilleur marqueur l’an dernier, mais l’attaquant de 26 ans ne pourra pas tout faire. New Jersey doit impérativement compter sur un rebond du coûteux Travis Zajac, précieux en défense ou aux mises au jeu, mais totalement inefficace devant la cage. Patrik Elias, 39 ans, a manqué le camp et manquera le début de saison, touché au genou.

La clé sera donc l’évolution des jeunes. Kyle Palmieri, natif de la région, est arrivé d’Anaheim à la draft contre un deuxième tour et s’est imposé dès la pré-saison comme le favori des supporters, grâce à sa vitesse et son audace. On attend l’explosion de Jacob Josefson. Le Suédois de 24 ans, séduisant au mondial de Prague, a enfin connu une saison sans blessure et affiché de réels progrès en fin de saison. Aucun autre joueur n’a reçu autant de compliments du staff pendant le camp. Josefson en a été récompensé par un temps de jeu accru, y compris en première ligne, et a même porté le « A » à une occasion. Enfin, deux jeunes ont gagné leur place au camp : le teigneux Steffan Matteau, qui ne peut être renvoyé en AHL sans passer par le ballotage, et le sniper Reid Boucher. Ce dernier a subi une commotion lors du tournoi rookie à Buffalo, mais est revenu au jeu et s’est mis en valeur en pré-saison, en tant que buteur, mais aussi par son jeu défensif, critiqué depuis deux ans. Enfin, Sergei Kalinin, 24 ans et capitaine de l’Avangard Omsk, débarque de la KHL et a bien fini le camp, apportant énergie et agressivité vers la cage. Kalinin, Josefson, Boucher, Matteau : les quatre jeunes joueurs vont-ils progresser suffisamment pour relayer les vétérans ? En cas de coup dur, Joseph Blandisi, 21 ans et 3e pointeur de l’OHL l’an dernier, pourrait être rapidement rappelé après avoir brillé en présaison. Enfin, Pavel Zacha, 18 ans, a effectué un bon camp, accompagnant l’équipe jusqu’au bout : il reste cependant un peu juste pour une saison complète en NHL et a été renvoyé en junior. Shero s’est enfin emparé de Brian O’Neill le dernier jour : star AHL et champion avec la filiale de Los Angeles, l’attaquant de 27 ans n’a jamais joué en NHL.

La plupart des sites de paris positionnent New Jersey dans les profondeurs du classement pour cette prochaine saison. Autant dire que les joueurs ont à cœur de déjouer les pronostics. Le jeu proposé en pré-saison fut plutôt prometteur, bien qu’un peu indiscipliné. L’ajustement au style Shero-Hynes est en bonne voie...

Arrivées : entraîneur John Hynes ; AD Kyle Palmieri, AD Sergey Kalinin, AG Jiri Tlusty, D John Moore, D Vojtech Mozik, D David Schlemko, AD Lee Stempnial, C Joseph Blandisi, AD Brian O’Neill
Départs : AD Steve Bernier, C Scott Gomez, AD Dainius Zubrus, D Mark Fraser, F/D Peter Harrold, AG Ryane Clowe, D Bryce Salvador

Alignement prévisionnel
Attaquants
M. Cammalleri - T. Zajac - K. Palmieri
P. Elias - A. Henrique - J. Tlusty
T. Ruutu - J. Josefson - J. Tootoo
S. Matteau - S. Gionta – L. Stempniak
R. Boucher, S. Kalinin
Défenseurs
A. Greene - A. Larsson
D. Severson - E. Gelinas
J. Moore - J. Merrill
S. Helgeson, D. Schlemko
Gardiens
C. Schneider
K. Kinkaid


****

logo carolinaChampions il y a dix ans, les Hurricanes de Carolina restent sur six saisons sans playoffs et personne n’imagine un instant que la spirale négative va s’arrêter cette saison. La 27e attaque de la ligue la saison dernière affiche un mélange expérimental entre vétérans en déclin et jeunes pousses prometteuses mais pas vraiment prêtes.

Le manager général Ron Francis en est bien conscient et continue son opération « rajeunissement », tentant de dénicher de bonnes affaires, visant un plan à long terme. Une bonne draft, un bon développement des jeunes, afin de viser les playoffs chaque année. Son entraîneur Bill Peters a apporté de l’enthousiasme dans sa première saison, avec un jeu discipliné basé sur un rythme élevé. Malheureusement pour lui, son effectif affiche des faiblesses à tous les postes, et deux cadres voient leur contrat expirer en juin prochain, Cam Ward et Eric Staal.

Dans les cages, Ward n’a plus d’excuses. Le vétéran a certes un trophée Conn Smythe à son actif, mais n’a jamais vraiment confirmé depuis, régulièrement handicapé par des blessures. Il sera le n°2 cette saison, au profit de l’ancien remplaçant des Canucks, Eddie Lack. Les deux hommes devaient se partager le temps de jeu équitablement, et, étant tous les deux en fin de contrat, le duel à distance s’annonçait piquant... sauf que Lack a resigné pour deux ans juste avant la fin du camp.

La défense ne rassure pas vraiment non plus. A 23 ans, Justin Faulk s’est imposé comme le leader de l’équipe, apportant 49 pts sans briller réellement défensivement. Le vétéran Ron Hainsey est encore là, et James Wisniewski débarque : mobile et offensif, le vétéran a inscrit 51 pts il y a deux ans, mais a fini dans les tribunes l’an dernier à Anaheim. Et par pure malchance, il s’est gravement blessé au genou en fin de préparation et risque de manquer toute la saison ! Il n’y a guère de confiance envers John-Michael Liles non plus. Quant à Ryan Murphy, 22 ans, il a des prédispositions offensives rares, mais des lacunes sérieuses défensivement. Il parait difficile d’envisager le jeune Noah Hanifin, 5e choix de la dernière draft, bonifier immédiatement l’équipe dès 18 ans, mais le junior a réussi un bon camp et gagné sa place. Ce n’est pas le cas du premier choix 2014, Haydn Fleury, sagement renvoyé en junior.

Offensivement, les frères Staal, Eric et Jordan, seront au rebond, tout comme le rapide – mais fragile – sniper Jeff Skinner, qui n’a encore que 23 ans. Eric Staal est en fin de contrat et on se demande s’il ne sera pas échangé avant la fin... Un esprit de revanche est indispensable si Carolina veut retrouver le chemin des filets, car le reste de l’équipe n’enthousiasme guère. Si Victor Rask et Elias Lindholm ont affiché quelques promesses l’an dernier, on imagine mal les autres joueurs affoler les compteurs. Andrej Nestrasil, Riley Nash et Chris Terry restent sur une première saison honnête. Le petit Nathan Gerbe apporte toujours de la vitesse. Mais cela parait bien trop faible au total par rapport aux autres formations de la division. L’arrivée de l’expérimenté Kris Versteeg, tout juste champion pour la deuxième fois avec Chicago, ne suffira pas à transformer une attaque anémique en démolisseur offensif. En tout cas, Carolina a réussi à se défaire du gros contrat d’Alexander Semin. Le président Don Waddell a eu cette triste formule : « nous avons payé 14 millions de dollars pour le voir partir... »

Au final, le spectacle sera sans doute plus souvent dans les coulisses que sur la glace. Carolina ne compte que neuf joueurs sous contrat pour la saison 2016-2017. Plus de la moitié de l’équipe pourrait donc être échangée à la date limite des transferts si la saison tourne mal...

Arrivées : G Eddie Lack, AD Kris Versteeg, D James Wisniewski, D Noah Hanifin
Départs : AD Alexander Semin, G Anton Khudobin, AD Patrick Dwyer

Alignement prévisionnel
Attaquants
K. Versteeg - E. Staal - E. Lindholm
N. Gerbe - J. Staal - R. Nash
J. Skinner - V. Rask - C. Terry
Joakim Nordstrom - J. McClement - A. Nestrasil
B. Malone
Défenseurs
R. Hainsey - J. Faulk
N. Hanifin - J. Wisniewski
J-M. Liles - R. Murphy
M. Jordan, Jaccob Slavin, Brent Pesce
Gardiens
E. Lack
C. Ward

 

****


150px Islanders logoLes New York Islanders ont quitté leur île pour Brooklyn. Fini le Nassau Coliseum de Long Island, utilisé depuis 43 ans : les joueurs, qui n’ont pas déménagé, prennent désormais le train pour aller travailler au Barclay Center, l’arène des Nets, équipe de basket. Le déménagement n’a guère le soutien des supporters, qui déplorent des sièges inconfortables et pas toujours très bien placés. La vue est obstruée par des piliers, l’écran géant n’est pas centré... Bref, ce n’est pas la fête ! Après de nombreuses plaintes, les fans ont juste eu gain de cause pour la sirène lancée à chaque but. Celle du Barclay Center n’a pas fait long feu et on a rapatrié celle du Nassau Coliseum, au grand dam des dirigeants du club, très critiques envers les supporters...

Sur la glace, l’équipe conserve fière allure. Jaroslav Halak a connu une bonne saison et cherchera à confirmer. Un élément crucial pour les Islanders, 23e défense de la ligue et 26e en infériorité l’an dernier. Même si la défense a bien limité les tirs concédés, New York a été plombé par un poste de backup fragile. Thomas Greiss, remplaçant à Pittsburgh, débarque donc pour faire mieux que les 88,7% d’arrêts de ses prédecesseurs...

Devant eux, la défense n’a pas vraiment bougé. Le vétéran Lubomir Visnovsky parti, les lignes arrières seront contrôlées par Nick Leddy et Johnny Boychuk, ainsi que Travis Hamonic et Calvin De Haan. Le staff a en revanche jeté l’éponge pour l’ancien premier choix Griffin Reinhart, échangé à Edmonton. Les Islanders espèrent avoir renforcé leur défense avec le vétéran offensif tchèque, Marek Zidlicky. Thomas Hickey manquera en revanche le premier mois de compétition, blessé.

Le manager général Garth Snow et son staff s’imposent une politique très stricte : un joueur sans contrat ne participe pas au camp d’entraînement, et donc à la saison. Brock Nelson a tenté le bras de fer, avant de resigner pour trois ans la veille du début du camp. En revanche, le grand espoir Joshua Ho-Sang a appris la leçon. Arrivé en retard, il a immédiatement été renvoyé en junior sans même passer la visite médicale. Nelson sera donc là et apportera un grand soutien à la star John Tavares, privé du trophée de meilleur marqueur à la dernière journée, et qui reste sur trois places de finaliste pour le titre de joueur de l’année. Tavares dispose d’un bon groupe à ses côtés, entre Ryan Strome, Kyle Okposo (en fin de contrat) et Anders Lee, notamment. Frans Nielsen, lui aussi en fin de contrat, sera le pilier du jeu défensif. L’acquisition de l’expérimenté Steve Bernier, auteur de la meilleure saison de sa carrière dans le New Jersey la saison dernière, renforce des lignes d’échec physiques. Enfin, le staff a réussi à se débarasser de Michael Grabner, décevant depuis deux ans, en récupérant un bon groupe de joueurs de ligue mineure de Toronto.

Il faudra compter avec les Islanders cette saison... si la défense remonte la pente.

Arrivées : D Marek Zidlicky, G Thomas Greiss
Départs : D Lubomir Visnovsky, D Griffin Reinhart, G Michal Neuvirth, AD Michael Grabner

Alignement prévisionnel
Attaquants
Anders Lee - John Tavares - Ryan Strome
Josh Bailey - Frans Nielsen - Kyle Okposo
Mikhail Grabovski - Brock Nelson - Nikolay Kulemin
Matt Martin - Casey Cizikas - Cal Clutterbuck
Steve Bernier
Défenseurs
Nick Leddy - Johnny Boychuk
Calvin de Haan - Travis Hamonic
Brian Strait - Marek Zidlicky
Thomas Hickey
Gardiens
Jaroslav Halak
Thomas Greiss

 

****


Washington Capitals logoLes Capitals de Washington s’inquiètent du temps qui passe. Alexander Ovechkin fête ses 30 ans et, après dix ans dans la ligue, il n’a toujours pas soulevé la coupe Stanley, ni même disputé de finale de conférence. La saison dernière, l’équipe avait bien géré son premier tour, avant de gaspiller l’occasion au second. Menant 3 victoires à 1, les Capitals s’étaient finalement inclinés face aux Rangers.

Le manager général Brian McLellan et l’entraîneur Barry Trotz, pour leur deuxième saison, ont donc pris des mesures choc. L’arrivée du sniper TJ Oshie, spécialiste en fusillade, et surtout de Justin Williams, recordman de points dans les matchs 7, a clairement pour but d’apporter de la profondeur de banc et une efficacité en phases finales. L’attaque s’en trouve plus forte, bien que rajeunie vu que plusieurs vétérans ont disparu : Eric Fehr, Joel Ward, Curtis Glencross et Troy Brouwer n’ont pas été retenus. Les clés vont être confiées à des plus jeunes. Evgeny Kuznetsov, 37 pts l’an dernier et assez en vue en playoffs, et le tout jeune Andre Burakovsky, auront des rôles accrus. Le bagarreur Tom Wilson passe pour sa part en troisième ligne, avec un rôle en infériorité. Les 53 buts d’Ovechkin, brillant en jeu de puissance, ne seront pas simples à rééditer, mais tout est possible avec le dynamiteur russe. Il devra évoluer sans Nicklas Backstrom dans les premières semaines, le Suédois se remettant d’une opération de la hanche cet été.

La défense a peu changé, à l’exception du départ de Mike Green. Le défenseur offensif, candidat au Norris il y a quelques années, reste sur des saisons noires, entre blessures et méformes. L’offensif John Carlson est bien le n°1 de l’équipe, avec de l’expérience derrière lui, dont le défenseur pur Brooks Orpik ou encore Matt Niskanen. Washington retrouve enfin son jeune Russe Dmitri Orlov, qui n’a quasiment pas joué depuis deux ans, victime de soucis au poignet. Au final, Washington est passé de 240 à 203 buts encaissés en un an. Le staff espère continuer la baisse, en travaillant notamment le jeu en infériorité, seulement 15e de la ligue l’an dernier.

Dans les cages, Braden Holtby a reçu une extension de contrat spectaculaire : 5 ans, 30,5 millions de dollars. Le gardien fut brillant l’an dernier et a répondu présent en phases finales. A lui de pérenniser son statut de gardien phare de la NHL. Il devrait encore exploser les minutes, ses remplaçants, Philipp Grubauer et Justin Peters, n’ayant guère convaincu.

Arrivées : AD Justin Williams, AD T.J. Oshie
Départs : D Mike Green, C Eric Fehr, AD Joel Ward, AD Troy Brouwer

Alignement prévisionnel
Attaquants
A. Ovechkin - N. Backstrom - T. Oshie
M. Johansson - E. Kuznetsov - J. Williams
B. Laich - A. Burakovsky - T. Wilson
J. Chimera - M. Latta - J. Beagle
Défenseurs
B. Orpik - J. Carlson
M. Niskanen - K. Alzner
N. Schmidt - D. Orlov
Gardiens
B. Holtby
P. Grubauer

****

150px Penguins de Pittsburgh.svgLes Pittsburgh Penguins fêtent leur dixième saison avec Sidney Crosby. Ils ont choisi un joli cadeau pour leur capitaine : Phil Kessel. Le franc-tireur de Toronto débarque contre trois joueurs et deux choix de draft, fort de cinq saisons au-delà des 30 buts. Une acquisition clairement destinée à offrir une profondeur de banc qui a cruellement fait défaut aux Penguins ces dernières saisons.
Depuis le titre 2009, Pittsburgh peine à franchir le premier tour. En 2012, les Penguins avaient cédé contre les Flyers dans une opération « portes ouvertes ». Les trois dernières éliminations au premier tour n’ont pas mis en cause la défense (seulement 2,2 buts encaissés par match en 16 rencontres, et trois buts encaissés seulement deux fois), mais l’attaque : 1,5 but marqué par match ! Derrière Crosby et Evgeny Malkin, qui pour marquer ? C’est LA question que tous les supporters se posent.
L’arrivée de Kessel n’est pas la seule, même s’il a « rajeuni » Crosby, plus motivé que jamais et qui n’a jamais paru en aussi bonne forme. Le staff des Penguins a complété l’alignement avec Nick Bonino, Matt Cullen et Eric Fehr, tous capables de marquer entre 15 et 20 buts, si ce n’est plus. Le manager général Jim Rutherford parait avoir répondu aux attentes sur ce plan, même s’il a perdu le centre défensif Brandon Sutter en retour. La signature de Sergei Plotnikov, buteur de KHL, complète un alignement soudain plus menaçant.

L’attaque a priori réglée – même si le précieux meneur Pascal Dupuis est encore forfait, blessé après s’être remis d’un caillot sanguin dans la jambe – l’autre question concerne la défense. Pittsburgh n’a pu aligner ses quatre meilleurs défenseurs que 16 matchs ensemble l’an dernier. Paul Martin et Christian Ehrhoff sont partis au cours de l’été vers San Jose et Los Angeles. Les Penguins espèrent que Kris Letang et Olli Maatta seront bien remis de leurs pépins physiques. Les jeunes Ian Cole et Derrick Pouliot auront un rôle accru. En revanche, le vétéran Sergei Gonchar, à l’essai lors du camp, n’a pas été conservé.

Enfin, le controversé Marc-André Fleury reste numéro 1. Le Québécois reste sur d’excellentes saisons, mais ne rassure pas certains supporters, en dépit de prestations solides en phases finales. Fleury n’est pas la cause des trois dernières éliminations.

L’entraîneur Mike Johnston, pour sa deuxième saison, va devoir composer son effectif avec ces nombreux nouveaux arrivants. A lui de trouver la bonne formule pour éviter une qualification au 82e match, comme l’an dernier, et franchir au moins le premier tour...

Arrivées : AD Phil Kessel, C Eric Fehr, C Nick Bonino, AG Sergei Plotnikov, C Matt Cullen
Départs : D Paul Martin, D Christian Ehrhoff, C Brandon Sutter, C Nick Spaling, G Thomas Greiss

Alignement prévisionnel
Attaquants
C. Kunitz - S. Crosby - P. Kessel
D. Perron - E. Malkin - P. Hornqvist
S. Plotnikov - E. Fehr - P. Dupuis
M. Cullen - N. Bonino - B. Bennett
Défenseurs
O. Maatta - K. Letang
I. Cole - D. Pouliot
B. Lovejoy - R. Scuderi
B. Dumoulin
Gardiens
M. Fleury
J. Zatkoff

****

bluejackets 2010 logo 1 whiteLes Blue Jackets de Columbus ont été décimés par les blessures l’an dernier et ont manqué les phases finales pour neuf points. La franchise de l’Ohio a pourtant fini en feu : une fois l’effectif au complet, les Blue Jackets ont enchaîné quinze victoires sur les dix-sept derniers matchs ! Les attentes sont donc très fortes cette saison, pour retrouver les phases finales.

Jarmo Kekalainen a fait fort à l’intersaison pour solidifier ce potentiel. A l’affût des soucis de masse salariale de Chicago, il a récolté Brandon Saad – au prix de son grand espoir Marko Dano et du centre vétéran Artem Anisimov. L’attaquant de 23 ans a marqué 52 pts l’an dernier, 8 buts en playoffs et compte déjà deux coupes Stanley et 67 matchs de playoffs. Une expérience précieuse pour toute l’équipe et le potentiel pour aller encore plus haut. Saad devrait faire merveille aux côtés de la valeur montante, Ryan Johansen, 23 ans également, qui a compté 71 pts l’an dernier dans une progression exponentielle. Avec en outre le capitaine Nick Foligno (73 pts), le rugueux Scott Hartnell et les jambes rapides de Cam Atkinson ou Boone Jenner, l’expérience de David Clarkson et Brandon Dubinsky, Columbus affiche une ligne d’attaque variée, savant mélange de vitesse et d’agressivité. La clé viendra de la bonne santé de tous les joueurs, tous touchés à des degrés divers au cours de la saison dernière.

Car outre Ryan Johansen, seul le défenseur David Savard a disputé les 82 matchs. La défense a elle aussi multiplié les tours à l’infirmerie. Savard, Ryan Murray, Jack Johnson et Fedor Tyutin constituent un carré solide pour protéger Sergei Bobrovsky, mais les observateurs se montrent plus mesurés sur la troisième paire et la relève. Surtout, la santé de Ryan Murray pose question. Le 2e choix de la draft 2012 ne compte même pas 80 matchs en trois ans et n’a disputé que 12 matchs l’an passé. La 25e défense de la saison 2014-2015 doit impérativement verrouiller le jeu pour viser mieux.

Columbus dispose toutefois de sérieux arguments pour secouer la hiérarchie de la division Métropolitaine. La première ligne, Saad-Johansen-Foligno, a explosé la pré-saison, inscrivant 10 buts et 15 passes en... trois matchs ! La profondeur de banc de l’attaque fait peur. Si Bobrovsky tient le choc et compense une défense un peu moins emballante, le canon célébrant chaque but dans la Nationwide arena risque de tonner à un rythme record...

Arrivées : AG Brandon Saad, C Gregory Campbell
Départs : C Artem Anisimov, C Mark Letestu, AD Marko Dano, AG Jeremy Morin, AD Corey Tropp, AD Jack Skille

Alignement prévisionnel
Attaquants
B. Saad - R. Johansen - N. Foligno
B. Jenner - B. Dubinsky - D. Clarkson
S. Hartnell - A. Wennberg - C. Atkinson
M. Calvert - G. Campbell - R. Bourque
W. Karlsson, K. Rychel
Défenseurs
Ryan Murray - David Savard
Fedor Tyutin - Jack Johnson
Kevin Connauton - Dalton Prout
J. Falk, C. Goloubef
Gardiens
Sergei Bobrovsky
Curtis McElhinney

***
150px Logo Rangers New York.svgVainqueurs du trophée du Président, les Rangers de New York ont encore atteint le carré final la saison dernière. Même s’ils ont gaspillé l’avantage de la glace en perdant dans leur antre face à Tampa Bay, la saison fut encore une réussite. Sauf que... Le manager général Glen Sather a beaucoup sacrifié l’avenir pour le présent et la fenêtre du succès ne sera pas ouverte éternellement. New York n’a pas drafté au premier tour depuis 2012 et ne compte aucun choix à ce stade avant... 2017 !

Le temps défile et Henrik Lundqvist approche des 34 ans. Le portier ne donne aucun signe de ralentissement et reste l’un des tous meilleurs portiers de la ligue. Sa performance constante au plus haut niveau reste vitale au succès de son équipe. Il faudra bien le reposer et, avec le départ de Cam Talbot vers Edmonton, le staff est allé chercher Antti Raanta, excellent à Chicago mais battu par Scott Darling pour le poste de n°2.

S’il n’y avait que Lundqvist, marquer un but aux Rangers serait jouable. Mais avec un tel top-six défensif devant lui... Le capitaine Ryan McDonagh mène une escouade inégalée dans la ligue. Marc Staal, Kevin Klein, Dan Boyle, Dan Girardi et Keith Yandle constituent la plus belle brigade de la NHL, même si les deux derniers cités peuvent se montrer un peu friables. Yandle apportera quoiqu’il en soit énormément en jeu de puissance, le seul gros point faible de New York l’an dernier (21e). Pour le poste de septième défenseur, Raphael Diaz a été battu par le teigneux Dylan McIlrath, un ancien premier choix de draft.

Un grand gardien, une grande défense... mais pas un jeu spectaculaire. Si Rick Nash a battu son record de carrière (42 buts), il est bien seul offensivement, en témoigne la longue série de victoires 2-1 lors des derniers playoffs. Avec la retraite de Martin St. Louis et le départ de Carl Hagelin, New York va devoir s’appuyer lourdement sur sa jeune garde pour libérer la pression de Nash. Chris Kreider, Derek Stepan et Mats Zuccarello seront bien là. Kreider a même gagné une popularité inattendue en... Corée, lorsque le groupe DIA s’est affiché avec son maillot dans un clip. Le Norvégien Zuccarello revient un peu miraculeusement, après une sévère fracture du crâne subie lors des derniers playoffs. Jesper Fast, Kevin Hayes, Emerson Etem, JT Miller doivent franchir un nouveau palier. Enfin, Derrick Brassard, l’un des joueurs les plus efficaces de l’équipe en phases finales, apparait comme le joker précieux des Rangers. Le camp d’entrainement a révélé une nouvelle surprise : Oscar Lindberg. Le jeune Suédois a impressionné en pré-saison et débute 2015-2016 en NHL, en marquant trois buts lors de ses trois premiers matchs...

L’entraîneur Alain Vigneault, éternel perdant en phases finales, affiche un bilan exceptionnel en saison régulière : 98 victoires, 53 défaites et 13 défaites après les 60 minutes. Vigneault et son approche calme et mesurée parviendront-ils à atteindre enfin le Graal ?

Arrivées : C Jarret Stoll, AD Emerson Etem, AG Viktor Stalberg, D Raphael Diaz, G Antti Raanta
Départs : AD Martin St. Louis, AG Carl Hagelin, G Cam Talbot

Alignement prévisionnel
Attaquants
R. Nash - D. Brassard - M. Zuccarello
C. Kreider - D. Stepan - K. Hayes
V. Stalberg - O. Lindberg - J.T. Miller
D. Moore - J. Stoll - J. Fast
Défenseurs
R. McDonagh - D. Girardi
M. Staal - D. Boyle
K. Yandle - K. Klein
D. McIlrath
Gardiens
H. Lundqvist
A. Raanta