Grenoble - Rouen (Ligue Magnus, 5e journée)

Grenoble impuissant face à Rouen

Après deux déplacements bien négociés samedi à Angers (victoire 5-1 en Ligue Magnus) et mardi à Villard-de-Lans (victoire 4-1 en coupe de France), les Brûleurs de Loups retrouvent Pôle Sud avec l’envie de confirmer à domicile leur bonne série dans un grand classique de ce championnat face aux Dragons de Rouen.

Encore convalescents après leur élimination en coupe de la ligue, les Grenoblois ont besoin d’un match référence pour se situer et la venue de Rouen tombe à pic. Ils récupèrent Sébastien Bisaillon, de retour après trois matchs de suspension.

2015 10 17 Grenoble Rouen1Du côté des Dragons, la défaite concédée à domicile face à Gap samedi dernier (3-4) a représenté une première déception dans un début de saison jusqu’ici sans accroc. On peut s’attendre à une réaction des joueurs de Fabrice Lhenry, désireux de récupérer les points perdus sur la glace de l’Ile Lacroix. À noter quelques « curiosités » dans ce match avec la présence des frères Treille, formés à Grenoble, dans l’alignement rouennais ou encore celle des jumeaux Thinel qui se font face-à-face : Marc-André du côté des Dragons et Sébastien du côté des Brûleurs de Loups.

Dès le début de la rencontre, Barlock se fait pénaliser. À part un tir de Chakiachvili bien bloqué par Muštukovs, les Rouennais n’ont pas beaucoup d’occasions à se mettre sous la dent. De retour à cinq contre cinq, ils se font même surprendre sur une contre-attaque bien emmenée par Labrecque qui décale au dernier moment Petr Kalus devant le slot. L’attaquant tchèque ouvre le score (1-0, 03'42").

Cette entame parfaite des Brûleurs de Loups semble prometteuse, d’autant plus que Muštukovs est au diapason avec un splendide arrêt devant Yorick Treille qui avait une cage grande ouverte puis une succession d’arrêts spectaculaires. Rouen pousse pour égaliser mais le portier grenoblois se montre pour l’instant impérial. Les locaux mettent beaucoup d’intensité dans les duels et la rencontre se dispute sur un bon rythme.

2015 10 17 Grenoble Rouen2Mais un premier tournant semble faire basculer le match : Olivier Dame-Malka, copieusement sifflé par le public grenoblois à chaque fois qu’il touche le palet (en souvenir des play-offs houleux face à Dijon l’an dernier), effectue une grosse charge sur Tartari le long de la bande. L’arbitre n’hésite pas et lui donne une pénalité de match.

Rouen doit donc défendre pendant cinq minutes en infériorité numérique. Une très belle opportunité pour les Brûleurs de Loups qui ne se montrent pas à la hauteur. En cinq minutes, Grenoble se procure deux occasions notables : une reprise à bout portant de Harty, très bien captée par Sabourin, et une autre complètement manquée de Gauthier, pourtant face à une cage vide. La défensive rouennaise fait le reste et sort finalement sans encombre de cette période délicate.

Mieux, les Dragons « fêtent » leur retour à cinq contre cinq par une égalisation de Jason Krog dont le tir lointain en ras de glace surprend étonnamment Muštukovs, déséquilibré par Gervais au moment de faire l’arrêt (1-1, 14'13").

2015 10 17 Grenoble Rouen3Dès lors, les Rouennais vont être en complet contrôle du palet. Comme sonnés par la tournure des événements, les hommes d’Edo Terglav ne touchent plus le palet. Et Loïc Lampérier concrétise parfaitement cette période de domination rouennaise par un tir en lucarne côté fermé alors que Muštukovs voit le palet passer au-dessus de son épaule (1-2, 17'47").

Rouen passe devant au score pour la première fois de la partie mais doit encore défendre en infériorité numérique lorsque Sabourin bouge une nouvelle fois sa cage. Mais ces deux nouvelles minutes ressemblent à s’y méprendre aux cinq précédentes : le power-play grenoblois ne propose pas grand-chose si ce n’est un tir de Bisaillon, proprement capté par Sabourin sans rebond, ou une déviation de Perret, là encore arrêtée avec un beau réflexe de la jambière par Sabourin.

Grenoble est à l’attaque au retour des vestiaires avec une occasion énorme sur le coup d’envoi pour Sébastien Thinel mais Sabourin réalise un petit arrêt miracle. Une illusion car l’emprise rouennaise sur le jeu continue de plus belle dans cette seconde période. Les Brûleurs de Loups subissent le jeu et ont toutes les peines du monde à sortir proprement le palet de leur zone. Muštukovs se remet dans le match après sa fin de premier tiers difficile et réalise un arrêt compliqué en deux temps. Une pénalité de Chakiachvili offre deux minutes supplémentaires au power-play local, toujours aussi stérile et improductif. Whitecotton aurait même pu marquer en infériorité sur une échappée.

2015 10 17 Grenoble Rouen5Une obstruction de Harty sur Labelle offre enfin une supériorité numérique à Rouen. Les Dragons campent pendant deux minutes dans la zone offensive ! Labelle aurait pu concrétiser, mais Muštukovs réalise un arrêt réflexe à bout portant pour éviter à son équipe de prendre l’eau. Pour essayer d’obtenir une révolte de ses coéquipiers, Harty lâche les gants et passe sa frustration sur Léo Guillemain. Les deux joueurs prennent dix minutes de méconduite.

Coulombe retient Tartari, sans grand effet pour Grenoble qui a pourtant déjà passé onze minutes de jeu à cinq contre quatre !

Un but de retard avec vingt minutes à jouer, c'est à la fois très peu et énorme pour des Brûleurs de Loups totalement impuissants face à une machine rouennaise très solide et sans faille. Les locaux semblent même baisser les bras dans une troisième période loin d’atteindre l’intensité du début de match. Les Dragons sont « faciles » avec des remontées de palet bien plus fluides et rapides que celles de leurs adversaires.

2015 10 17 Grenoble Rouen6Du côté grenoblois, tout manque de précision, à commencer par les passes et les contrôles qui ne permettent pas de développer des actions construites. Et certains palets « donnés » à l’adversaire, comme celui offert par Labrecque à Coulombe, auraient même pu avoir des conséquences très fâcheuses au tableau d’affichage sans la présence de Muštukovs.

Et c’est au moment où Grenoble se procure sa meilleure occasion du tiers, un tir de Labrecque bien détourné par la jambière de Sabourin, que la rencontre bascule : sur la contre-attaque, Sacha Treille s’échappe sur l’aile droite loge le palet dans la lucarne d’un splendide tir croisé (1-3, 47'56").

Cette fois, c’en est fini des chances des Grenoblois, toujours aussi maladroits en attaque à l’image d’un deux contre un avec Perret très mal négocié par Chouinard. Une charge de Bisaillon sur Manavian, qui termine au fond de la cage grenobloise, n’arrange pas les affaires grenobloises.

Les dix dernières minutes du match sont pénibles pour une équipe iséroise incapable de mettre la pression sur la cage rouennaise. Il n’y a que Perret qui, en gagnant un palet à l’énergie au forecheck, permet à Labrecque d’avoir une bonne occasion face à la cage, mais ce dernier tergiverse et ne déclenche même pas de tir. Le temps mort de Terglav et la sortie de Muštukovs dans la dernière minute ne changeront rien à cette impuissance totale des Grenoblois. La conclusion se fera même par Chakiachvili d’un lancer dans la cage vide depuis sa zone défensive (1-4, 59'11").

2015 10 17 Grenoble Rouen7Les Brûleurs de Loups avaient bien débuté la rencontre avec une ouverture du score précoce et un gros engagement dans les duels. Mais ils se sont progressivement éteints, payant le fait de n’avoir pu concrétiser la supériorité numérique de cinq minutes qui a suivi la pénalité de Dame-Malka. Le power-play fut un des gros points noirs de cette rencontre tant il a été stérile et peu dangereux. Mais d’une manière générale, c’est toute l’attaque grenobloise qui s’est enrayée face à une équipe rouennaise très bien en place et qui arrivait à couper facilement les lignes de passes des Grenoblois.

Le changement de lignes opéré par Terglav en cours de match n’a pas changé grand-chose : le collectif grenoblois ne fonctionnait pas ce soir et les attaquants grenoblois ont été aux abonnés absents à l’exception de Kalus ou de Perret qui ont le plus tenté. Mais les leaders offensifs (Chouinard, Bouchard, Labrecque, Thinel, Gauthier) se sont montrés trop effacés. Quant à Muštukovs, il a alterné l’excellent avec quelques arrêts reflexes étonnants et le très moyen avec deux premiers buts évitables. Une grosse remise en question s’impose avant le déplacement à Chamonix la semaine prochaine.

Rouen a de son côté dégagé une solidité collective impressionnante, notamment sur le plan défensif avec un excellent Sabourin et un jeu en infériorité numérique particulière efficace. Les Dragons se sont montrés patients et ont finalement validé leur succès en marquant ce troisième but par Sacha Treille. Le doute qui envahi les esprits rouennais après la rencontre perdue face à Gap n’aura guère duré. Voilà les favoris de la Ligue Magnus repartis de l’avant.

Désignés meilleurs joueurs du match : Petr Kalus (Grenoble) et Sacha Treille (Rouen)

(Photos Philippe Crouzet : http://www.ipernity.com/doc/182273/album/833526) 

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « On a joué cinq minutes en début de match. Ensuite on était à cinq contre quatre mais on avait l’impression que c’était Rouen qui jouait à cinq contre quatre. On n’arrivait à pas s’installer, les gars n’arrivaient pas à jouer ensemble, on courrait après le palet. On n’a pas eu de grosses opportunités. C’est une déception, Rouen est une belle équipe avec beaucoup de profondeur. Ils ont fait des choses simples, ils étaient organisés. Les occasions qu’on leur a données, avec l’expérience qu’ils avaient, ils ont marqué. C’est suffisant pour gagner. Les joueurs sont des professionnels, ils n’ont pas d’excuse. Je n’aime pas comment certains joueurs se comportent sur la glace. Il faut patiner plus, être plus agressifs. Après la bagarre de Harty, on a eu un peu plus de momentum, mais ce n’est pas assez. »

Yorick Treille (attaquant de Rouen) : « On a connu une défaite à domicile contre Gap, le résultat était important, la manière aussi. On a joué comme on est capable de jouer, on a été intelligent et on a su gérer même si on est capable d’être meilleurs offensivement, notamment sur les power-plays. Mais on est content du résultat. Grenoble a fait un bon premier tiers, ils sont venus assez fort. Pour nous, c’était un bon match à l’extérieur, on n’a pas essayé d’être spectaculaire, on a essayé de ne pas leur donner de surnombre, mis à part le premier but où ils ont fait un très beau jeu. Notre infériorité numérique a été bonne car on a été pas mal testé avec pas mal de pénalités. Ce succès fait plaisir, je ne vais pas mentir. »

Jonathan Harty (défenseur de Grenoble) : « Je me suis battu car j’ai senti que c’était le moment de mettre la pression sur Rouen. Cette défaite fait mal face à l’une des meilleures équipes du championnat. On ne peut pas être satisfait de ça. On doit apprendre de tout ça. »


Grenoble – Rouen 1-4 (1-2, 0-0, 0-2)
Samedi 17 septembre 2015 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3000 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez assisté de Yann Furet et Sébastien Geoffroy
Pénalités : Grenoble 20' (2’, 6’+10’, 2’), Rouen 45' (2’+5’+20’, 8'+10’, 0’)
Tirs cadrés : Grenoble 18 (8, 5, 5), Rouen 39 (18, 8, 13)

Évolution du score :
1-0 à 03'42" : Kalus assisté de Labrecque et Bouchard
1-1 à 14'13" : Krog assisté de M.A.Thinel
1-2 à 17'47" : Lampérier assisté de Coulombe et Guillemain
1-3 à 47'56" : S.Treille assisté de Y.Treille et Manavian
1-4 à 59'11" : Chakiachvili assisté de Sabourin (cage vide)

Grenoble

Attaquants :
Sébastien Thinel [puis Kalus] – Dave Labrecque – Danick Bouchard
Petr Kalus [puis Perret] – Sébastien Gauthier – Eric Chouinard (C)
Jordann Perret [puis Thinel] – Christophe Tartari (A) – Julien Guillaume [puis Baylacq]
Julien Baylacq [puis Guillaume] – Romain Chapuis – Robin Lamboley.

Défenseurs :
Jonathan Harty (6’+10’) – Nicolas Favarin
Ryan Barlock (2’) – Stéphane Gervais
Sébastien Bisaillon (A) (2’) – Arnaud Faure

Gardien :
Ervīns Muštukovs (sorti de à 58’43’’ à 59’11’’)

Remplaçants : Victor Goy (G), Quentin Scolari, Lucas Bonnardel.

Absents : Arthur Montenoise (convalescent), Aubin Lamirault

Rouen

Attaquants :
Sacha Treille – François-Pierre Guénette (A) – Yorick Treille (A)
Marc-André Thinel – Jason Krog – Olivier Labelle
Nicolas Arrossamena – Dustin Whitecotton – Loïc Lampérier
Dan Koudys – Damien Raux – Fabien Colotti.

Défenseurs :
Florian Chakiachvili (2’) – Aurélien Dorey
Patrick Coulombe (C) (2’) – Antonin Manavian
Olivier Dame-Malka (5’+20’) – Léo Guillemain (4’+10’)

Gardien :
Dany Sabourin (2’)

Remplaçant : Julien Gaubert (G)

Absents : Tero Konttinen.