Wasquehal - Asnières (Division 2, poule A, 6e journée)

Jeu, set et match Asnières
 
Revenus de deux déplacements à Limoges et Evry-Viry avec autant de défaites malgré six buts marqués, les Lions espèrent ouvrir leur compteur avec la réception des Castors d'Asnières, corrigés par Cergy et Limoges après deux victoires initiales aux Courtilles. Le nouvel entraîneur Dave Thériault attend un sursaut de ses hommes, renforcés par plusieurs jeunes Gothiques, venus prêter main-forte aux renforts québécois arrivés cet été.
 
La première frayeur pour les locaux vient d'un centre de Rouyer vers Rhéaume. La pression demeure en raison d'un surnombre, Charley Marcos bloqué devant son banc ne pouvant sortir du jeu à temps. Le jeu de puissance francilien ne parvient pas à contourner des Wasquehaliens ; seul le défenseur Robin Stalin peut tirer avant de redescendre pour empêcher Axel Canaguier de marquer en infériorité. Sortis sans encombre de cette péripétie, les Lions n'ont toujours pas employé Corentin Cunsolo que Martin Domian reçoit le palet sur la droite, repique vers le centre et ajuste le jeune gardien (1-0 à 06’14").
 
Les Castors pressent rapidement leurs adversaires, au positionnement défensif aléatoire. Ce dont aurait pu profiter Thomas Merbah, dont la reprise manque de puissance. Après un arrêt de la mitaine de Gilles Beck face à Daniel Sevcik, Adrien Josse, aligné aux côtés de l'expérimenté slovaque, voit son lancer heurter le poteau. Monté aux avant-postes, Dimitri Bogus a bien senti le coup (1-1 à 07’33").
 
Asnières doit ensuite tuer sa première pénalité, concédée par Christophe Archambault face à Benjamin N'Guyen, très actif au centre du glaçon. Bogus est surpris par un rebond contre la balustrade et ne peut empêcher Martin Domian de tirer vers un Cunsolo contraint de détourner le palet avant que N'Guyen ne lance sur l'extérieur du poteau. Hormis ces deux actions, le jeu en supériorité tarde à se mettre en place, à cause d'hésitations criantes notamment au moment de relancer.
 
Revenu au complet, Asnières punit une deuxième fois les Nordistes, en retard face à la paire Rhéaume-Blackburn, deux attaquants aperçus en LHJMQ et alignés aux côtés du fidèle Emilien Rouyer. Michael Rhéaume ayant donné pour la première fois l'avance à ses nouvelles couleurs (1-2 à 11’07"), Rouyer prend le relais dans les secondes suivantes pour employer Gilles Beck, abandonné par sa défense.
 
Récupérant plusieurs palets assez haut, parfois sur des offrandes locales, les Alto-séquanais paraissent désormais lancés, mais ils concèdent le deuxième surnombre de la partie. Passée une alerte née d'une relance de Gilles Beck sur Adrien Josse, peut-être surpris de la situation au moment de défier le portier alsacien, Benjamin Turpin engage un slalom dans la défense francilienne, contrainte à la faute. En double supériorité pendant 57 secondes, les Lions se heurtent à la vigilance de Corentin Cunsolo, par N'Guyen et Di Pietro, dont la tentative est interceptée par la mitaine. Un surcroît de travail guette le Picard en fin de période car, après avoir écarté une nouvelle menace venue de Domian, il voit son attaquant Michael Rhéaume puni en zone offensive. Une seule opportunité s'ouvre cependant quand Axel Canaguier passe en revue la défense, secourue par un gardien bien en place.
 
Asnières a également l'occasion de faire évoluer la marque dans la dernière minute, lorsque Rhéaume contrôle la passe de son compatriote Fillion pour viser le dessous de la barre, zone bien protégée par Beck. Les visiteurs y parviennent au retour des vestiaires après une obstruction de Cvejn sur Proutat, juste devant un banc avide de signaler au trio arbitral la faute du défenseur slovaque. Servi sur la droite, Christophe Archambault tente de surprendre Gilles Beck, dont la défense laisse Daniel Sevcik seul devant la cage ouverte (1-3 à 21’39").
 
Mené de deux buts, Wasquehal oublie Michael Rhéaume, servi devant la cage par son compère Blackburn, obligeant le dernier rempart à une nouvelle parade. Les Métropolitains reviennent dans la partie sur un coup du sort, un lancer de Marc-Antoine Herbet heurte Florian Aurat, touché au poignet, avant de revenir sur Benjamin N'Guyen (2-3 à 25’18"). Mais ils perdent leur principale force offensive, Martin Domian, sorti pour 10 minutes après une explication musclée face à Émilien Rouyer, exclu pour sa part (26'38").
 
Le jeu à quatre contre quatre offre des espaces dans lesquels s'engouffre Christophe Archambault. Le très offensif défenseur, revenu en Europe quelques années après avoir tâté le niveau junior finlandais avec les Jokerit, propose deux lancers puissants auxquels Beck oppose la crosse puis la botte. Les Lions font preuve de plus de réalisme sur une montée de Lukas Cvejn, repoussée sur Axel Canaguier (3-3 à 30’49"), mais un cinglage de Benjamin Turpin offre l'occasion aux hommes de Dave Thériault de reprendre les devants. Sur la pénalité différée, Simon-Claude Blackburn décoche un lancer frappé de la gauche, intercepté du gant par Gilles Beck, face à qui Archambault positionné devant l'enclave se heurte. Robin Stalin, sur une percée, et Loïc Coulaud, d'un tir précis vers la lucarne, ne sont pas plus heureux. À armes égales, la plus belle opportunité échoit en contre-attaque à Rhéaume, qui expédie au-dessus du but un palet de Blackburn repoussé par le gardien des Lions.
 
Wasquehal réagit encore par ses défenseurs et croit au but sur un tir lointain de Benjamin Louf, refusé dans le doute par le corps arbitral, avant que Joe Di Pietro ne trouve le casque de Corentin Cunsolo. Installés en zone offensive, les hommes de Frédéric Nilly se font surprendre quand Axel Canaguier est dépossédé de la rondelle, vite arrivée à Michaël Rhéaume sur la gauche. Le lancer croisé du Québécois, entre Gilles Beck et le premier poteau, n'est que freiné par l'ancien cerbère de l'Etoile Noire (3-4 à 39’54").
 
Si l'offensive paire Archambault – Stalin maintient la défense nordiste sous pression, les Castors cèdent sur une action de Canaguier, parti de la droite pour trouver un meilleur angle de tir, Corentin Cunsolo étant totalement surpris par la trajectoire du palet (4-4 à 46’21").
 
Cependant les locaux ne retrouvent pas leur sérénité pour autant. Gilles Beck cède sur un beau lancer décoché par Christophe Archambault à la ligne bleue (4-5 à 46’48"), avant de retrouver sa vigilance sur un palet récupéré par Rhéaume aux dépens de Di Pietro. Lancé, Simon-Claude Blackburn prend, en vain, son temps dans le dernier geste. Heureusement, Christophe Archambault revient pour réparer l'impair de son compatriote, d'un deuxième filet victorieux, en force (4-6 à 48’50").
 
Vexé, l'Amiénois du camp wasquehalien Marc-Antoine Herbet expédie un lancer frappé vers la botte de Corentin Cunsolo. Le palet revient sur un autre ancien Gothique, Charley Marcos, dont la reprise relance le suspense (5-6 à 49’23"). Le buteur est puni deux minutes plus tard pour un cinglage sur une situation chaude devant la cage de Franciliens sanctionnés à leur tour pour retard de jeu sur l'engagement suivant. Impérial sur la précédente séquence à quatre contre quatre, Christophe Archambault s'illustre cette fois par une chute très mal venue car elle ouvre un boulevard à Joe Di Pietro. Cunsolo ne tombe finalement pas dans la feinte du défenseur américain, repoussée de la botte. Coulaud et Blackburn, laissés libres, manquant à leur tour le coche face à Gilles Beck, la partie demeure indécise. Jusqu'à une contre-attaque du deuxième défenseur québécois, Michaël Fillion, stoppée illicitement par Fronty. Benoît Proutat force la décision sur un rebond concédé sur un tir en angle du capitaine Guillaume Pfeiffer (5-7 à 58’06").
 
En voyant Simon-Claude Blackburn venir défier Gilles Beck sur un énième face-à-face, on pense le sort des Lions définitivement scellé. Très calme, le numéro 22 fait l'arrêt et permet aux siens de repartir de l'avant. Axel Canaguier abandonne le palet à Joe Di Pietro, qui lance victorieusement à travers l'écran d'un défenseur (6-7 à 59’17").
 
Avec une quarantaine de secondes à jouer, les Lions parviendront-ils à décrocher leur premier point ? Joe Di Pietro accélère inlassablement vers la zone offensive et lance vers Corentin Cunsolo, qui repousse en dehors des limites. Encore onze secondes et le palet revient sur le défenseur venu de NCAA, très en vue, mais son dernier essai est contré par Christophe Archambault. Comme un symbole, l'arrière des Castors ponctue sa solide soirée par une intervention décisive. Avec 4 points, il fut l'un des hommes forts de visiteurs passés par tous les états dans une rencontre très ouverte, grâce notamment à des errements défensifs bien plus nombreux chez des Wasquehaliens désormais en plein doute.
 
Commentaires d’après-match
 
Dave Thériault (entraîneur d'Asnières) : "On savait que Wasquehal cherche une victoire désespérément, heureusement les gars ont travaillé fort aujourd'hui. À chaque fois que nous prenions un peu d'avance, Wasquehal revenait et mérite du crédit pour cela. Offensivement on peut être satisfait. J'ai bien connu mes recrues au Québec et je sais que ce sont des joueurs talentueux, je suis content de leur intégration auprès des joueurs français ainsi que dans leur vie personnelle. Ils ont toutefois encore besoin d'acquérir de l'expérience, par rapport à un joueur comme Domian. On a pour objectif d'être bien placé, même si Cergy et Limoges ont actuellement de l'avance sur le reste des équipes, mais le championnat est encore long. Le groupe est encore jeune, avec les éléments venus d'Amiens, et doit progresser en vue des séries. [Sur un plan personnel] Je dois m'adapter à certaines règles, notamment au niveau des changements. Je pense que les joueurs français ont un bon bagage, on peut vraiment travailler avec eux. Les adversaires sont compétitifs, les matchs sont plus serrés peut-être dans notre poule."
 
 
Wasquehal – Asnières 6-7 (1-2, 2-2, 3-3).
Samedi 24 octobre 2015 à 18h30 à la patinoire Serge Charles. 294 spectateurs.
Arbitrage de Julien Peyre assisté de Samuel Fessier et Alban Delsarte.
Pénalités : Wasquehal 42' (2’, 10’+10', 10'+10'), Asnières 51' (8’, 2'+5'+20', 10'+10').
Tirs : Wasquehal 41 (11, 15, 15), Asnières 40 (12, 15, 13).
 
Évolution du score :
1-0 à 06’14" : Domian assisté de Piquet et N'Guyen
1-1 à 07’33" : Bogus assisté de Josse et Coulaud
1-2 à 11’07" : Rhéaume assisté de Rouyer et Blackburn
1-3 à 21’39" : Sevcik assisté de Archambault et Stalin (sup. num.)
2-3 à 25’18" : N'Guyen assisté de Herbet et Domian
3-3 à 30’49" : Canaguier assisté de Zajac et Cvejn
3-4 à 39’54" : Rhéaume assisté de Aurat et Stalin
4-4 à 46’21" : Canaguier assisté de Zajac et Marcos
4-5 à 46’48" : Archambault assisté de Rhéaume et Blackburn
4-6 à 48’50" : Archambault assisté de Josse et Merbah
5-6 à 49’23" : Marcos assisté de Zajac et Herbet
5-7 à 58’06" : Proutat assisté de Pfeiffer (sup. num.)
6-7 à 59’17" : Di Pietro assisté de Canaguier et Domian (inf. num.)
 
 
Wasquehal
 
Attaquants :
Martin Domian -  Benjamin N’Guyen (C) – François Piquet
Anthony Kiffer (puis Robin Morvan) – Benjamin Turpin - Simon Angielczyk
Charley Marcos - Aurélien Zajac - Axel Canaguier (A)
 
Défenseurs :
Lukas Cvejn - Marc-Antoine Herbet
Joe Di Pietro -  Thibault Verschaeve
Sébastien Fronty (A) - Benjamin Louf
 
Gardien :
Gilles Beck (sorti à 59’49")
 
Remplaçant : Jean-Christophe Rohart (G). Absents : Jakub Mencik (problème musculaire), Thomas Fauchart (genou).
 
Asnières
 
Attaquants :
Thomas Merbah - Guillaume Pfeiffer (C) - Benoît Proutat
Michael Rhéaume - Émilien Rouyer [Coulaud à 26’38"] - Simon-Claude Blackburn
Adrien Josse - Daniel Sevcik - Loïc Coulaud
Jason Thorrignac – Bruno Rivero – Yanis Hadjali
 
Défenseurs :
Christophe Archambault - Robin Stalin
Mickaël Fillion - Dimitri Bogus
Antoine Buriez - Florian Aurat
 
Gardien :
Corentin Cunsolo
 
Remplaçant :Pierre Marciniak (G).