La Liiga et ses Bleus en chiffres

La Liiga a repris ses droits avec quatre joueurs français engagés dans la ligue élite finlandaise. On fait le point en chiffres après un mois et demi d'activité.

AUVITU Yohann 140512 1059 : le nombre de victoires du Tappara en 10 parties de ce mois d'octobre. Avec 39 points, le club de Tampere a pris ses distances, poursuivi par une meute de cinq équipes : Lukko (36), Kärpät (34), HIFK (34), TPS (31) et SaiPa (30). Défait ces deux dernières années après deux finales épiques par Kärpät, serait-ce l'année de Tappara ?

4 : le HIFK de Yohann Auvitu est donc quatrième de la Liiga mais avec un ou deux matches en moins par rapport à ses plus proches concurrents. Quelque peu couvé au début de l'exercice, le patron défensif de l'équipe de France a repris depuis sa place sur le premier bloc. Il est toujours associé à Daniel Grillfors, un duo qui a été exemplaire la saison dernière. Auvitu est pour le moment crédité de 2 buts et 1 passe.

30 : le nombre d'années consécutives de présence du JYP de Jyväskylä en élite finlandaise, autant dire un bail ! Un anniversaire gâché lors du premier match de la saison par le Vaasan Sport et Charles Bertrand, auteur d'un doublé qui a permis une victoire 3-2.

40 : à 40 ans, Jussi Markkanen est devenu le gardien le plus âgé de la ligue finlandaise à réaliser un blanchissage. C'était le 1er octobre, SaiPa écrasant le TPS 5-0. Markkanen, élu meilleur gardien 2014, effectue sa troisième saison consécutive avec le SaiPa de Lappeenranta.

7 : le nombre de buts encaissés samedi dernier par le TPS Turku face à Tappara. L'équipe de Tampere a beau être le cador de la Liiga, cela fait désordre quand on sait que celle de Turku a lourdement investi durant l'intersaison avec 1 million d'euros de dépenses supplémentaires pour retrouver le haut du tableau. L'entraîneur du TPS Ari-Pekka Selin s'est alors empressé de s'excuser à l'issue de la rencontre, jugeant la performance de ses joueurs "pathétique et ridicule". Le TPS Turku a tout de même réagi mardi soir en allant battre JYP 0-4 à Jyväskylä avec 3 points dont 1 but de l'infatigable Éric Perrin.

19 : en minutes, le temps de jeu moyen de Charles Bertrand, toujours l'un des joueurs les plus mobilisés du Vaasan Sport qui a remporté jusque-là sept victoires. Auteur d'une saison 2014/2015 explosive, l'ailier tricolore, qui compte déjà 223 matches de Liiga à 24 ans, confirme encore sa grande forme cette saison avec 5 buts et 8 passes en 18 journées, dont 7 points à ses 7 derniers matches.

DA COSTA Teddy 140517 3778 : le nombre de points (3 buts, 5 passes) déjà récoltés par Teddy Da Costa. Bourlinguant entre Tappara, LeKi puis les Pélicans la saison dernière, "TDC" devrait réaliser sa meilleure saison en terre "suomi" sous les couleurs des Pélicans de Lahti cette année. Cette cadence, ralentie dernièrement par une blessure, lui a permis de consolider sa place de centre en deuxième ligne.

5 : le nombre de défaites consécutives subies dernièrement par le nouveau venu de la Liiga, le KooKoo de Kouvola, après un début de saison convaincant. Vendredi soir, KooKoo a toutefois stoppé cette série noire en battant Vaasa 4-3 grâce à un but gagnant marqué à 2'07" du terme. Tout comme Teddy Da Costa, Anthony Guttig était auparavant un top scorer de la Mestis. Tout comme lui, il est parvenu à s'adapter à la Liiga en occupant le deuxième trio. Mais tout comme lui, il a été éloigné des glaces, blessé. En 9 parties, Guttig a obtenu 4 points (1+3) tout en conservant une fiche positive (+2).

24 : le numéro porté autrefois par Sami Kapanen, hissé au sommet de l'arène de Kuopio samedi 24 octobre. Outre 12 années et 918 parties de loyaux services en NHL, à Hartford, en Caroline puis à Philadelphie, l'ailier de 42 ans est devenu une icône dans la grande ville de Savonie du nord et son club local, KalPa, formé et y jouant l'essentiel de sa carrière finlandaise. Désormais, une nouvelle vie s'ouvre pour Sami Kapanen, retraité à l'issue de la saison 2014/2015, qui souhaiterait entraîner à l'étranger. La relève est déjà assurée avec le fiston Kasperi, très prometteur, repêché par Pittsburgh au premier tour en 2014 mais devenu une des monnaies d'échange pour Toronto cet été après le transfert de Phil Kessel.

259 : 259 minutes et 28 secondes, c'est le record d'invincibilité en Liiga détenu par le gardien Kimmo Lecklin avec le TPS Turku durant la saison 1997/1998. Eero Kilpeläinen, portier de KalPa, avait l'opportunité de briser ce record avec 209 minutes de jeu sans prendre de but. Souffrant, il a dû renoncer à sa tentative samedi dernier mais il était en piste mercredi pour un rendez-vous avec l'histoire... qui ne se fera pas ! La faute au Vaasan Sport de Charles Bertrand et surtout à Jake Newton. Préservant malgré tout sa cage inviolée durant le premier tiers, Kilpeläinen s'est incliné face au défenseur américain après 23'23" de jeu. Le record reste donc à Turku mais Eero Kilpeläinen aura tout de même porté son invincibilité à 232 minutes.

0 : Zéro jupe ! Si les Pélicans de Lahti ont désormais l'habitude de poster des vidéos humoristiques pour promouvoir leur équipe, c'est une décision sérieuse qu'ont prise les danseuses de l'équipe pour ne plus être objet de sexisme : se vêtir avec des tenues plus couvertes (en l’occurrence un pantacourt) plutôt que de se trémousser en mini-jupe. Le club de danse local, dont sont membres ces danseuses, a donné son approbation pour faire face à certaines dérives : remarques désobligeantes, photos prises "dans le dos" et, phénomène plus récent, harcèlement sur les réseaux sociaux. Un problème que reconnaît Essi Fromodig, une des "Go go Girls" de KooKoo, qui avoue voir circuler régulièrement des messages inappropriés et des photos obscènes. Pour autant, elle comme encore beaucoup ne sont pas prêtes à mettre aux vestiaires leurs tenues traditionnelles de pom-pom girls, même si d'autres équipes songent à s'inspirer des danseuses des Pélicans.

Meeri Räisänen27 : c'est le 27 septembre dernier que Meeri Räisänen a fait ses débuts parmi les hommes, et avec une victoire qui plus est : 8-5. Cet été, la gardienne de 25 ans avait signé un contrat double : avec la section féminine du JYP mais aussi en tant que renfort pour le D-Kiekko évoluant en Suomi-Sarja, le troisième niveau national. Un parcours semblable à celui de l'autre star du hockey féminin finlandais : Noora Räty, première femme de l'histoire à avoir défendu des filets de Mestis et en Suomi-Sarja, c'était la saison dernière. À défaut d'avoir pu garder du temps de jeu en Mestis, Räty est toujours engagée en Suomi-Sarja cette saison. Gageons que si les deux jeunes femmes devaient s'affronter face à face cette saison, voilà qui serait encore plus insolite.

42 : Revenons à Noora Räty qui est de nouveau rentrée dans l'histoire du hockey finlandais, mais cette fois-ci en dehors de la glace. 42 ans après sa création en 1973, Noora Räty est devenue la première femme membre de l'association des joueurs du hockey finlandais. Syndicat visant à défendre les droits des joueurs, son président Sinuhe Wallinheimo lui avait soumis une proposition l'année dernière, qu'elle a acceptée, moyennant des frais d'adhésion de 80 euros. Sa nomination ouvre de nouvelles perspectives puisque Noora Räty souhaite évidemment s'orienter vers le hockey féminin et ses questions contractuelles.

2 : on parle beaucoup en NHL de la rivalité Jack Eichel / Connor McDavid, deux talents rares qui ont fait autant saliver les médias que les fans. À moindre échelle, les Finlandais scrutent deux nouveaux surdoués du hockey, deux "top prospects" made in suomi : Patrik Laine (Tappara) et Jesse Puljujärvi (Kärpät). Ils effectuent tous deux leur première saison complète au sein de leurs équipes respectives et seront également éligibles pour le prochain repêchage NHL, certains spécialistes les classant déjà dans le top 5. En liiga, avantage à Puljujärvi avec 8 points (4 buts / 4 aides) contre 6 pour Laine.

5375 : la moyenne de spectateurs qui assistent aux rencontres des Ässät de Pori. C'est d'autant plus remarquable que le club ressort de deux saisons très décevantes après le titre de champion acquis en 2013, exclu des play-offs. Surtout que la moyenne la saison dernière s'élevait à 3988 ! L'Isomäki Areena de Pori est actuellement la troisième enceinte la plus remplie derrière le Helsingin jäähalli du HIFK (6364) et la Oulun Energia Areena de Kärpät (5476).

mikkelinjukuritlogo2016 : c'est en 2016 que les Jukurit de Mikkeli feront leurs débuts en Liiga. Le championnat élite demeure un circuit fermé mais, en réponse au départ des Jokerit d'Helsinki pour la KHL, un processus d'expansion a été enclenché,  permettant d'ouvrir les portes de la Liiga au Vaasan Sport (2014), au KooKoo de Kouvola (2015) et donc aux Jukurit. Vainqueurs de la Mestis au printemps dernier avec dans leurs rangs Ronan Quemener et Anthony Guttig, les Jukurit étaient prioritaires pour soumettre une candidature, qui a finalement été retenue pour concourir parmi les meilleurs l'année prochaine. Cette expansion aurait pour but de valoriser et restructurer une Liiga dont le nombre d'équipes va se porter bientôt à 16. La validation des Jukurit est méritée en constatant leur palmarès : six fois champion de Mestis et onze médailles glanées depuis 2001. Mais elle soulève beaucoup d'interrogations, notamment de la part des dirigeants des clubs de Mestis, particulièrement inquiets quant à l'avenir de leur championnat, car c'est une autre force vive du second échelon qui est absorbée par l'élite finlandaise. Le fossé ne risque-t-il pas de se creuser encore davantage entre les deux échelons ?