Brest – Rouen (Ligue Magnus, 7e journée)

Brest largement surclassé 

On se demande ce qu’il faut pour faire revenir le public en masse au Rïnkla Stadium. Malgré un adversaire de rêve bourré de talents, les gradins n’affichent que 737 spectateurs, et encore, heureusement que les supporters rouennais sont venus en nombre. Même des affiches de Division 2 amenaient plus de monde dans la patinoire brestoise. Les amateurs de hockey brestois, eux, ne louperaient pour rien au monde la venue d’une équipe au palmarès et à l’effectif aussi prestigieux.

Cela fait toujours drôle de voir en chair et en os des joueurs qu’on a pu admirer, il y a quelques années certes, sur le petit écran. C’est le cas avec Jason Krog vu à plusieurs reprises sur la quatrième chaine lors de la finale de Coupe Stanley 2003 lorsque ses Mighty Ducks avaient poussés jusqu’au septième match la bande de Martin Brodeur. Douze ans après, le voilà patinant tranquillement à la pointe bretonne !

Krog n’est qu’un membre (pas le plus manchot il est vrai) d’un effectif gorgé de joueurs talentueux où Sacha Treille manque à l’appel ce soir. Rien que le fait d’aligner l’international Damien Raux sur le dernier bloc en dit long sur les choix luxueux dont disposent le neo-entraîneur Fabrice Lhenry. En face d’eux se dressent des Albatros amoindris par les absences d’Alexandre Quesnel et de Michal Dian. Les Bretons jouent certes dans le même championnat, mais vraisemblablement pas dans la même catégorie. Après de longues absences, les retours de Nicolas Motreff et Quentin Berthon sont les bienvenus.

Pour cette fête d’Halloween, les Albatros sont raccords avec l’ambiance en démarrant de la manière la plus effroyable qui soit. Qui se cache derrière le masque du gardien brestois ? Jason Voorhees ? Difficile de croire en tout cas que ça soit Léo Bertein en le voyant se faire trouer deux fois en 1’33’’ chrono sur des tirs lointains et à priori anodins de Treille et du jeune Gourre (0-2). Sébastien Oprandi n’hésite pas et change de gardien après 1’47’’ seulement de jeu !

KROGJason011102015Antoine Bonvalot tient le choc plus longtemps, mais Guenette le déjoue en hauteur dès la huitième minute (0-3 à 7’27’’). Le coach local ne sait plus où donner de la tête pour ralentir l’humiliation qui se profile à l’horizon et pose son temps mort. Ce dernier doit apprécier enfin la réaction de ses hommes qui profitent efficacement de leur première supériorité suite à une prison de Dan Koudys (16’19’’).

Sur un lancer de Charles Landry, l’ancien Penguin de Pittsburgh, Dany Sabourin, laisse un énorme rebond que Martin Hujsa concrétise (1-3 à 16’49’’). On commence à croire aux miracles en voyant Brest effectuer une superbe contre-attaque peu après le coup d’envoi qui mystifie des Dragons coupables d’un relâchement. Lukas Kralik, toujours à la recherche d’un contrat, choisi l’angle le plus difficile et dribble audacieusement Sabourin sur la gauche pour un beau but (2-3 à 17’16’’).

Vingt-sept secondes de folie… et puis c’est tout. Brest rentre généreusement aux vestiaires avec un petit retard d’un but, mais le leader rouennais semble largement en mesure de se ressaisir. La dynamique bretonne est pourtant meilleure dans le tiers médian mais elle va être sabrée par l’indiscipline. Thinel punit une prison de Landry (27’02’’) par une déviation sur un lancer de Coulombe, son successeur au titre de capitaine (2-4 à 27’31’’).

Ce but du break remet Brest en dedans. Les fautes se succèdent, y compris les plus grotesques comme ce surnombre où le corps arbitral met plusieurs dizaines de secondes à s’apercevoir que les Albatros sont à six sur la glace en plus de leur gardien. La pénalité fini par être attribuée malgré des sifflets du public complètement injustifiés (33’44). Cela commence à jaser sur le banc local où on entraperçoit notamment un Jérémy Romand fou de rage. Bonjour l’ambiance.

Les choses se déroulent plus tranquillement jusqu’à la fin du match. Le temps pour les impériaux Rouennais de donner au score une allure de gifle tout à fait méritée. Loïc Lampérier se distingue par un doublé dans la dernière période malgré un Antoine Bonvalot qui ne ménage pas ses efforts.

7-2 pour les Normands score final. La leçon a été donnée. Sera-t-elle retenue ?

Hormis un petit relâchement coupable en fin de premier tiers, Rouen n’a jamais été véritablement inquiété et a offert du bon spectacle à ses supporters ayant fait le déplacement mais aussi aux supporters brestois. Les Dragons assoient confortablement leur place de leader. Tout le contraire d’une équipe brestoise en pleine spirale négative.

Cette période de fin octobre - début novembre est souvent difficile pour Brest depuis son retour en Ligue Magnus. Eliminés de toutes les Coupes, ils peuvent se focaliser sur le championnat où ils viennent d’enchaîner trois défaites dont deux à domicile. Il est sûr que les blessures que connaît actuellement l’équipe n’arrangent pas les choses. Il y a pourtant un changement de discours dans le staff. Après avoir pointé après certains matchs l’arbitrage et les absences, on sent poindre des reproches internes (notamment le peu d’engagement des joueurs pour l’entame de ce match).

La trêve est la bienvenue pour stopper cette pente descendante dangereuse et panser les plaies physiques et mentales. Jérémie Romand promet de bonnes choses avec un effectif au complet. Reste à passer des paroles aux actes.



Brest – Rouen 2-7 (2-3, 0-2, 0-2)
Samedi 31 octobre 2015 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 737 spectateurs
Arbitrage de Jérémy Rauline assisté de Charles Edouard Salmon et Yann Furet.
Pénalités : Brest 14' (0', 8', 6'), Rouen 6' (2', 0', 4').
Tirs : Brest  19 (9, 4, 6), Rouen 33 (10, 13, 10)

Évolution du score :
0-1 à 01’10’’ : Y. Treille assisté de Chakiachvili et Guenette
0-2 à 01’33’’ : Gourre assisté de Arrossamena et Whitecotton
0-3 à 07’27’’ : Guenette assisté de Y.Treille et Lampérier
1-3 à 16’49’’ : Hujsa assisté de Landry et Prosvic (Sup. num)
2-3 à 17’16’’ : Kralik assisté de Romand et J. Avenel
2-4 à 27’31’’ : Thinel assisté de Coulombe et Krog
2-5 à 38’41’’ : Y. Treille assisté de Chakiachvili et Guenette
2-6 à 46’30’’ : Lamperier assisté de Dame-Malka et Guenette
2-7 à 58’53’’ : Lamperier assisté de Treille


Brest

Attaquants :
Christian Ouellet - Roman Vondracek - Graham Avenel
Martin Hujsa - Jaroslav Prosvic (C) – Dimitri Motreff
Jonathan Avenel - Lukas Kralik - Jérémie Romand
Doug Jessey - Nicolas Motreff - Quentin Berthon

Défenseurs :
Mathieu Gagnon - Charles Landry (A)
Gaëtan Cannizzo - Edgars Dikis
Aurélien Gréverend (A) - Florent Aubé  

Gardien :
Léo Bertein remplacé à 1’47’’ par Antoine Bonvalot

Remplaçants : Cody Mathieu, Jérémy Cormier. Absents : Alexandre Quesnel, Michal Dian.

Rouen

Attaquants :
Marc-André Thinel – Jason Krog – Olivier Labelle
Loïc Lampérier – François-Pierre Guénette (A) – Yorick Treille (A)
Dan Koudys – Dustin Whitecotton – Nicolas Arrossamena
Fabien Colotti – Damien Raux – Vincent Nesa

Défenseurs :
Patrick Coulombe (C) – Antonin Manavian
Florian Chakiachvili – Léo Guillemain
Olivier Dame-Malka – Pierrick Gourre

Gardien :
Dany Sabourin

Remplaçant : Julien Gaubert (G). Absents : Tero Konttinen (genou), Sacha Treille, Aurélien Dorey.