Boston Bruins

L'année dernière, pour la 1ère fois en 8 ans, les Bruins n'ont pas accédé aux playoffs - au grand soulagement de la plupart des équipes qualifiées, qui n'auraient pas aimé se retrouver contre eux...
Cette désillusion a engendré de nombreux changements dans l'effectif, mais le noyau dur de vétérans reste intact. Rien n'est plus dangereux qu'une bête blessée : Boston peut encore croire à la Stanley Cup.
Certes, deux joueurs importants de l'effectif ne sont plus là : Milan Lucic a rejoint les Kings de Los Angeles pour des raisons de plafond salarial, et la franchise n'a pas pu retenu le très prometteur Dougie Hamilton, qui voulait changer d'air...
Des bonnes recrues sont arrivées pour compenser ces pertes, notamment Matt Beleskey et Jimmy Hayes (en échange de Reilly Smith). On peut mentionner également Brett Connolly : il n'est pas à proprement parler une recrue, mais il n'a joué que 5 matchs la saison dernière à cause d'une blessure à la main, et sa présence peut changer beaucoup de choses au sein de l'attaque des Bruins.

Cependant, les principales incertitudes des Bruins sont liées à la défense : depuis l'arrivée de Claude Julien, elle est l'un des points forts des Bruins, la raison principale pour laquelle ils ont remporté la Stanley Cup en 2011 et sont parvenus en finale en 2013. A l'inverse, leurs problèmes défensifs apparus l'an dernier les ont privé des playoffs.
Le départ de Hamilton est évidemment préjudiciable, mais un Adam McQuaid en pleine forme et Kevan Miller ont le niveau pour compenser cette perte. La principale incertitude est liée aux blessures : celle au dos de Dennis Seidenberg, mais surtout l'état de santé général du capitaine Zdeno Chara. Après avoir manqué une partie de la saison l'an dernier à cause d'un genou récalcitrant, il avait profité de l'absence des playoffs pour se refaire une santé. Hélas, il rechute lors du premier match de présaison... On espère qu'il reviendra en forme, tant les Bruins ont besoin de sa solidité pour espérer renouer avec le succès.

L'autre incertitude majeure pour Boston est l'identité du coach : après 9 années de bons et loyaux services à la tête des Bruins, Claude Julien a failli être renvoyé au printemps dernier, mais la direction s'est contentée de limoger le GM Peter Chiarelli. Même si Patrice Bergeron assure que l'équipe croit en lui et que les médias de Boston plaident sa cause, il demeure plus que jamais sur la sellette...

Malgré ces quelques heurts, force est de contaster que les atouts ne manquent pas : la colonne vertébrale de l'équipe a fière allure, du gardien Tuukaa Rask jusqu'aux attaquants Bergeron et David Krejci, en passant par Chara dont on a déjà parlé. Si l'équipe peut compter sur ces 4 joueurs en pleine santé, elle ne craint pas grand monde dans la Ligue. Mais Zdeno Chara n'est pas le seul à connaître des pépins de santé : Krejci n'a participé qu'à 47 matchs lors de la saison 2014-2015 en raison de nombreuses blessures.

Pour résumer, cette saison s'apparente à un "tout ou rien" pour les Boston Bruins, à l'image de leur passé récent : la franchise peut s'effondrer comme l'année dernière en raison de la méforme de ses joueurs cadres et à cause de nombreux départs, mais elle peut tout aussi bien remporter une Stanley Cup 5 ans après son exploit de 2011, si tout le monde parvient à rester en bonne santé et soudé autour de Claude Julien.
Les parieurs peuvent se laisser tenter : les Bruins sont donnés vainqueurs de la prochaine Stanley Cup à 26 contre 1 sur PMU, loin derrière les Rangers ou les Blackhawks par exemple.

Arrivées :
• Joonas Kemppainen (Kärpät)
• Martin Jones (Los Angeles)
• Zac Rinaldo (Philadelphie)
• Jimmy Hayes (Florida)
• Matt Beleskey (Anaheim)
• Matt Irwin (San Jose)

Départs :
• Niklas Svedberg (Salavat Yulaev)
• Dougie Hamilton (Calgary)
• Milan Lucic (Los Angeles)
• Martin Jones (San Jose)
• Matt Bartkowski (Vancouver)
• Matt Lindblad (New York Rangers)
• David Warsofsky (Pittsburgh)
• Reilly Smith (Florida)
• Marc Savard (Florida)
• Gregory Campbell (Columbus)
• Rob Flick (Florida)
• Justin Florek (New York Islanders)
• Daniel Paille (Chicago)