États-Unis – Slovaquie (Deutschland Cup 2015, 1re journée)

Les choses se sont quelque peu calmées depuis deux mois et le lancement de l’Extraliga, mais le retour aux affaires de l’équipe nationale à la Deutschland Cup a rappelé ô combien le hockey en Slovaquie venait de traverser des zones de turbulences dans sa plus haute hiérarchie.

Il y a d’abord eu l’énième fiasco à Ostrava lors du dernier Mondial à l’issue duquel Vladimír Vůjtek, le coach tchèque de la Double-Croix, a jeté l’éponge. Mais avant de trouver son successeur, il a fallu régler la question de la présidence de la fédération, le dirigeant sortant Igor Nemeček se représentant avec comme adversaire le populaire Richard Lintner, ancien défenseur de renommée internationale bien décidé à mettre un coup de pied dans la fourmilière du hockey slovaque et de ses accointances avec les milieux obscurs.

La Révolution en marche n’a pas eu lieu. Lintner, soutenu par les grands joueurs anciens et récents (notamment le très actif Michal Handzuš), est reparti la queue entre les jambes et a accepté de prendre les rennes de la Ligue nationale en guise de consolation. Les vieilles habitudes sont toujours de rigueur, donc, mais la médiatisation de son élection a contraint Nemeček à l’ouverture : Zdeno Cíger, plutôt critique vis-à-vis du pouvoir en place, a été nommé entraîneur de la sélection nationale le 18 août dernier. La recherche de compromis ne semble pourtant pas porter ses fruits, les grands noms slovaques rejetant toujours le dialogue avec Nemeček.

La prise de fonction de Cíger s’est effectuée dans un contexte hostile, mais il en faut plus pour déstabiliser ce caractère bien trempé, respecté des acteurs comme des suiveurs malgré des antécédents sulfureux ; rappelons qu’il a agressé physiquement un arbitre après un match de play-off slovaque 2003, qu’il a été arrêté en mai 2006 pour avoir frappé un juge, ou bien qu’il a publiquement insulté le corps arbitral au micro de la chaîne publique STV alors qu’il était coach de Slovan Bratislava en finale de l’édition 2008… Son passé d’ailier droit, en revanche, fait l’unanimité. Quatre fois champion national avec les "Aigles" de la capitale, il compte 365 matches en NHL (New Jersey, Edmonton, New York Rangers et Tampa Bay). En représentation (106 sélections, 34 buts), il a ramené trois médailles de bronze des Mondiaux et participé aux Jeux olympiques de Nagano. Il est, enfin, le premier entraîneur à avoir conservé le titre en Extraliga (succès en 2007 et 2008), toujours avec le Slovan.

Le changement se fait de suite ressentir sur la glace. La Slovaquie, d’ordinaire timide en attaque, fait preuve contre les États-Unis d’un séduisant engagement offensif. Cet élan reste pourtant vain en première période, malgré la belle remontée de Marek Ďaloga (6'42), la frappe de Pavol Skalický entre les deux cercles (17'12) ou bien la puissante tentative de Marek Bartánus dans le rond droit (18'34). La sélection américaine, composée d’éléments évoluant exclusivement en Europe, menace plus rarement le gardien adverse : seul Ryan Stoa, qui fait écran devant le débutant Samuel Baroš alors que l’Oncle Sam évolue en supériorité, se montre en position favorable, mais le jeune portier slovaque reste vigilant (12'42).

Les Slaves profitent d’un power-play en entame de deuxième période pour intensifier leur pression devant Ryan Zapolski. Le goalie américain casse la baraque et est même aidé par son poteau droit sur un nouveau tir du bombardier Bartánus (22'51). Dans la foulée, Little Broc, qui vient juste de sortir de prison, intercepte une mauvaise relance dans le cercle droit slovaque et sert Ben Hanowski qui transforme au second poteau contre le cours du jeu (1-0, 23'31). La Double-Croix ne baisse pas les bras et domine toujours la rencontre mais ne parvient pas à égaliser, malgré un beau numéro de Andrej Šťastný, un peu court pour reprendre alors que Zapolski déserte son flanc gauche (36'01). 

En début de troisième acte, les Américains trouvent à leur tour les montants alors que la Slovaquie évolue en infériorité. La partie s’équilibre alors, le palet passe d’un camp à l’autre sans réel temps mort et chacun y va de sa tentative. Adam Jánošík, depuis la ligne bleue, et Martin Réway, en solitaire, ne sont pas loin de remettre les compteurs à zéro, alors que Steven Zalewski à l’occasion de doubler la mise pour les joueurs d’Outre Atlantique. La formation des Tatras accentue sa présence dans la zone américaine en fin de rencontre, Baroš vidant sa cage, mais les États-Unis préservent tant bien que mal un succès étriqué. 

Désignés joueurs du match : Ryan Zapolski (États-Unis) et Samuel Baroš (Slovaquie)

Réactions d’après–match

Zdeno Cíger (entraîneur de la Slovaquie) : « J’aurais été content de gagner ce match. Nous avons toutefois livré une prestation sur laquelle nous pouvons construire. Nous avons joué avec beaucoup d’envie et nous avons réalisé un tas de belles choses. Il faudra être plus efficace lors des prochaines rencontres. »

 

États-Unis – Slovaquie 1-0 (0-0, 1-0, 0-0)

Vendredi 6 novembre 2015 à 16h00 au Curt Frenzel Stadium d’Augsbourg.

Arbitrage de Marc Iwert et Marian Rohatsch assistés de Thorsten Lajoie et Jonas Merten (tous ALL)

Pénalités : États-Unis 6' (2', 4', 0') ; Slovaquie 14' (2', 10', 2')

Tirs : États-Unis 25 (7, 7, 11) ; Slovaquie 33 (8, 12, 13)

 

Évolution du score :

1-0 à 23'31" : Hanowski assisté de Little 

 

États-Unis

 

Attaquants 

Ryan Stoa – Casey Wellmann – Bobby Butler

Broc Little (2', +1) – Tim Stapleton (A, +1) – Ben Hanowski (+1) 

Adam Burish (C) – Jim Slater – Terry Broadhurst

Steven Zalewski – Drew LeBlanc – Travis Turnbull

 

Défenseurs 

Brian Connelly – Matt Gilroy (+1)

Chad Billins (2') – Sam Lofquist

Mike Brennan – Cade Fairchild

Blake Kessel (2', +1)

 

Gardien

Ryan Zapolski

 

Remplaçant : Calvin Heeter (G).

 

Slovaquie

 

Attaquants 

Martin Réway (2') – Roman Kukumberg (A) – Michel Miklík 

Vladimír Dravecký (A, -1) – Tomáš Marcinko – Marek Bartánus

Martin Bakoš – Miroslav Preisinger – Michal Hlinka

Patrik Lušňák – Andrej Šťastný (-1) – Pavol Skalický (-1)

 

Défenseurs

Ján Brejčák – Michal Čajkovský 

Milan Jurčina (C, -1) – Marek Ďaloga (10')

Adam Jánošík – Martin Štajnoch 

Eduard Šedivý (-1) – Oldřich Kotvan (2')

 

Gardien 

Samuel Baroš [sorti à 59'26"]

 

Remplaçant : Michal Dzubina (G). En réserve : Patrik Luža (D), Tomáš Hrnka (A), Tomáš Zigo (A).