Suisse - États-Unis (Deutschland Cup 2015, 2e journée)

L'équipe américaine est peut-être la plus imprévisible de toutes. L'annonce, voici deux semaines, de la sélection de Cole Gunner (Klostersee, Oberliga) avait donné le sentiment qu'elle raclait les fonds de tiroir pour la Deutschland Cup, alors même que les joueurs américains ne manquent franchement pas en DEL. Un joueur de troisième division sélectionné par un grand pays de hockey, cela aurait été du jamais vu !

Gunner, opéré d'une bursite, a cependant dû renoncer. Et en regardant la sélection, s'il n'y a que cinq joueurs de DEL, c'est parce que les autres évoluent dans de meilleurs championnats, en Suisse, en Suède, en Finlande et en Russie. Certains observateurs allemands ont même fait des États-Unis le favori de ce "tournoi aux quatre entraîneurs débutants" (c'est aussi une première pour Mark Osiecki aux commandes de l'équipe à la bannière étoilée). Dans les faits, les Américains ont été nettement dominés au premier match par la Slovaquie... mais ils ont gagné.

CUNTI Luca 130518 350Ce match est donc une "finale avant la lettre". La jeune Suisse, elle aussi à 3 points, a perdu sur blessure Timo Helbling et Julian Walker, deux de ses joueurs chevronnés. Luca Cunti fait en revanche sa rentrée. Comme d'habitude, elle fait tourner ses gardiens, et Sandro Zurkichen prend place dans les cages. Quant à Reto Suri, après son expulsion hier, il a perdu le statut de capitaine, confié à Simon Moser.

La Suisse craint la fatigue car ce match reprend 16 heures seulement après la fin de sa rencontre d'hier soir. Elle est un peu décontenancée par le rythme élevé des Américains, et elle est prise de vitesse sur le palet. Le "local" Ben Hanowski, qui joue à Ausgbourg, se crée la meilleure occasion du début de match. Mais quand le tempo américain décroît, les bonnes passes suisses permettent de franchir rapidement la zone neutre et la tendance se renverse. Il manque cependant un peu de conviction dans la conclusion, notamment pour que le tir de Lino Martschini franchisse les jambières de Ryan Zapolski sur le dernier avantage numérique.

Le deuxième tiers-temps commence par des occasions enchaînées de part et d'autre, Stapleton d'un côté, Lammer de l'autre qui est repris in extremis par Blake Kessel. C'est en infériorité numérique que Jim Slater ouvre le score. La Suisse réagit en une minute : Romain Loeffel centre pour la reprise directe de Luca Cunti entre les bottes du gardien (1-1).

À la mi-match, Drew LeBlanc est expulsé pour une charge à la tête. Zalewski est pénalisé à son tour, et Grégory Hoffmann marque à 5 contre 3. Une obstruction de Loeffel rééquilibre les forces à 4 contre 4, et Lino Martschini ajoute un but supplémentaire (3-1). Hoffmann et Martschini, joueurs techniques et rapides qui avaient été laissés de côté par Glen Hanlon, semblent profiter à plein du nouveau départ de la Nati.

Comme hier, l'intenable Grégory Hoffmann s'échappe en solitaire et se fait accrocher (par Brennan). Comme hier, il transforme le pénalty qui lui est accordé, feintant Zapolski avec beaucoup de patience (4-1, 42'13"). Le match semble plié... mais il ne l'est jamais avec des Américains. Leur capitaine Adam Burish réplique aussitôt en déviant un tir de la bleue de Brian Connelly. Ils tuent ensuite une pénalité de Connolly, et au retour au complet, ils marquent deux fois en 27 secondes, par Ben Hanowski et Casey Wellman (4-4, 52'40"). John Fust, dont l'équipe a tout perdu en dix minutes, est obligé de demander son temps mort. Ses joueurs subissent désormais totalement le jeu. Ils résistent à une prison de Loeffel, mais encaissent le but gagnant de Chad Billins en prolongation (4-5).

Désignés joueurs du match : Gregory Hofmann pour la Suisse et Ben Hanovski pour les États-Unis.

Commentaires d'après-match (dans la Tribune de Genève)

John Fust (entraîneur de la Suisse) : "On a perdu deux joueurs (Helbling et Walker) qui ont beaucoup de glace. Mais j'ai vu du positif avec des garçons comme Hofmann ou Baltisberger. On a provoqué des pénalités par notre vitesse. C'était notre plan pour utiliser au mieux le potentiel des forces en présence. Et contre la Slovaquie, les joueurs n'utiliseront pas l'excuse de la fatigue. Ils se donneront à 100%."

 

Suisse - États-Unis 4-5 a.p. (0-0, 3-1, 1-3, 0-0)
Samedi 7 novembre 2015 à 14h00 au Curt Frenzel Stadium d’Augsbourg. 4739 spectateurs.
Arbitrage de Stefan Bauer et Marc Iwert assistés de Lukas Kohlmüller et Jonas Merten (ALL)
Pénalités : Suisse 8' (4', 2', 2', 0') ; États-Unis 35' (4', 4'+5'+20', 2', 0').
Tirs : Suisse 35 (11, 15, 19, 0) ; États-Unis 46 (14, 10, 19, 3).

Évolution du score :
0-1 à 24'50" : Slater (inf. num.)
1-1 à 25'45" : Cunti assisté de Loeffel (sup. num.)
2-1 à 33'26" : Hofmann assisté de Frick et Stoop (double sup. num.)
3-1 à 34'37" : Martschini assisté de Cunti et Chiesa
4-1 à 42'13" : Hofmann (tir de pénalité)
4-2 à 43'49" : Burish assisté de Connelly et Broadhurst
4-3 à 52'13" : Hanowski assisté de Gilroy et Butler
4-4 à 52'40" : Wellman assisté de Kessel et Little
 

Suisse

Attaquants
Reto Suri (A, -1) - Luca Cunti (-2) - Lino Martschini (-2)
Killian Mottet (-1) - Vincent Praplan - Simon Moser (C)
Gregory Hofmann (-1) - Etienne Froidevaux (-1) - Inti Pestoni (-1)
Dominic Lammer (-1) - Jason Fuchs (-1) - Mike Künzle (-1)

Défenseurs
Larri Leeger (2') - Romain Loeffel (-2, 4')
Alessandro Chiesa (-1) - Robin Grossmann (A, -2, 2')
Lukas Frick (-2) - Lukas Stoop (-1)
Phil Baltisberger

Gardien
Sandro Zurkirchen

Remplaçant : Benjamin Conz (G). Blessés : Timo Helbling, Julian Walker.

États-Unis

Attaquants
Adam Burish (C, +2) - Jim Slater (A, +2) - Terry Broadhurst (+1)
Ryan Stoa (+2) - Casey Wellmann (2') - Broc Little
Bobby Butler (+1) - Tim Stapleton (A, +1) - Ben Hanowski (+2, 2')
Steven Zalewski (2') - Drew LeBlanc (5'+20') - Travis Turnbull

Défenseurs
Brian Connelly (+2, 2') - Matt Gilroy (+2)
Chad Billins (2') - Sam Lofquist (+1)
Mike Brennan (+1) - Cade Fairchild
Blake Kessel (+2)

Gardien
Ryan Zapolski

Remplaçant : Calvin Heeter (G).