Wasquehal - Marseille (Division 2, Poule A, 8e journée)

Wasquehal ouvre son compteur
 
Six mois après la rencontre du printemps dernier, synonyme de sésame pour la Division 2, Marseillais et Wasquehaliens se retrouvent à l'échelon supérieur, avec des fortunes pour le moins diverses. Là où les Phocéens ont enchaîné les performances encourageantes et su glaner plusieurs points, les Nordistes restent englués à la dernière place avec un compteur inexorablement bloqué à zéro. Vaincus à Amnéville, les Lions retrouvent leur petite patinoire avec l'envie de relever la tête. Et, avec leurs adversaires du soir, le désir de rendre hommage par une minute de silence à Madame Audrey Breistroff, épouse de leur ancien président, qui les a accompagnés durant de longues années sur le bord de la glace.
 
Les Marseillais se déplacent en effectif restreint : Julien Rives est suspendu à titre conservatoire suite à la défaite face à Limoges et Lucas Orts ne peut faire le déplacement. Enfin, l'international espagnol Jordy Anglés dispute au même moment, à Valdemoro, un tournoi de qualification olympique avec la sélection de Luciano Basile, au cours duquel il a d'ailleurs marqué lors de la large victoire face à la Chine. Ce sont donc huit attaquants qu'alignent les Spartiates, soit un de moins que les Nordistes, privés de leur défenseur tchèque Jakub Mencik et de l'attaquant Simon Angielczyk, défaillances venues s'ajouter à la longue absence de Thomas Fauchart.
 
Les joueurs de Frédéric Nilly démarrent bien et Benjamin N'Guyen, posté devant la cage, dévie un premier lancer de Lukas Cvejn, mais Niclot capte. Mieux, comme lors des deux premières rencontres à domicile, ils ouvrent rapidement la marque : accompagné au centre de Robin Morvan, Martin Domian s'échappe sur la gauche et choisit le lancer, dirigé vers le dessous de la barre (1-0 à 02’11").
 
Les Lions continuent sur leur lancée par Joe Di Pietro, habile avec la rondelle et dont l'essai en hauteur occasionne un rebond dangereux. Plus appliqués dans le repli défensif, ils laissent en outre moins d'espaces à leurs adversaires.
 
Toutefois, la qualité technique du trio Tardif-Novotny-Coufal permet aux blancs de refaire surface. Les deux Tchèques s'échangent le palet sur une action où Viktor Coufal a le temps de lancer de près deux fois de suite vers un Gilles Beck sécurisant. Si ce dernier met fin à une échappée de Morgan Pagni dans le dos de Cvejn, il s'incline sur une relance rapide des deux attaquants slaves : sans contrôle, Coufal, posté le long de la balustrade, transmet le palet à Luc Tardif, intraitable dans le dernier geste (1-1 à 07’19").
 
Rejoints quelques minutes après leur ouverture de la marque, les Wasquehaliens vont-ils baisser pavillon, comme ce fut le cas à l'occasion des visites de Cergy et Asnières ? Ils concèdent la première pénalité par Turpin, sur un faire-trébucher à l'abord de la zone, mais résistent bien et se procurent la meilleure occasion par Axel Canaguier, plus vif que Vivien Huerta, mais le numéro 8 lance à gauche du but. Un surcroît de vigilance les anime lorsque les trois principaux animateurs de l'attaque spartiate sont sur la glace ; ainsi Benjamin Louf plonge pour gêner Luc Tardif.
 
Une mésentente entre Benoït Niclot, sorti derrière le but, et Filip Vychodil, pressé par Robin Morvan, permet même à Martin Domian de signer le doublé dans la cage vide (2-1 à 11’37"). Wasquehal pousse encore par l'offensif Joe Di Pietro, monté pour offrir une solution à Canaguier et tenter de battre Niclot du revers. Marseille répond à nouveau par Viktor Coufal, qui tente de surprendre Beck en contournant la cage, et Novotny, en débordement sur la droite.
 
La fin de premier tiers est plus favorable aux locaux, privés un temps de Martin Domian, heurté par un palet. Benjamin Turpin tente de se racheter en contre-attaque mais ne trouve que l'armature du but, avant d'intercepter un dégagement de Tardif pour lancer en force vers la botte de Niclot, par ailleurs vigilant du gant face à Marcos.
 
La reprise est plus compliquée pour l'ancien portier de Morzine-Avoriaz. Il oppose à nouveau le gant au même Marcos, dont l'essai filait vers la lucarne, mais perd des yeux un palet repris par sa défensive Il s'incline sur une action de Robin Morvan, lancé sur sa droite par Domian avant d'effacer un arrière et trouver le haut du but (3-1 à 23’01"). Le portier marseillais se rattrape de la crosse devant Axel Canaguier, bien lancé par Lukas Cvejn.
 
Gilles Beck est pour sa part épargné par un gros travail défensif, capable de repousser les assaillants à la périphérie. Il doit cependant veiller sur une passe de Coufal, très actif derrière la cage, d'où il attend l'arrivée de son compatriote Jan Kolibar, côtoyé précédemment au deuxième niveau tchèque. L'ancienne doublure de Vladimir Hiadlovsky fait front, après une rare frayeur causée par une bonne déviation de Luc Tardif. Ses défenseurs font le reste, n'hésitant pas à se sacrifier au passage, comme Benjamin Louf, touché au visage par un tir de Morgan Pagni.
 
Le défenseur passé par les Boûches-du-Rhône reprend vite sa place et se trouve à la réception d'une accélération de Turpin devant Huerta, étant trop excentré pour tromper Niclot. Les occasions se suivent pour les Lions, peu en réussite au moment de conclure : Joe Di Pietro sème le trouble dans la défense, Vychodil repousse, mais l'Américain ne profite par de sa deuxième chance, tout comme Marcos sur un écran d'Axel Canaguier, posté dans l'enclave. Les Méridionaux disposent d'une belle opportunité à quelques secondes du deuxième coup de sirène, la passe de Fronty étant interceptée par l'omniprésent Viktor Coufal. Une perte de palet avait permis deux semaines plus tôt à Asnières de saper le moral des hommes de Frédéric Nilly, au même instant. Cette fois, Gilles Beck écarte la salve de l'attaquant marseillais, pour permettre à ses couleurs de reprendre le jeu avec deux longueurs d'avance.
 
Avance proche d'être amplifiée sur une deuxième action malencontreuse pour les visiteurs, un centre de Joe Di Pietro ricochant sur la crosse de Niclot sans pour autant franchir la ligne fatidique.
 
La pause n'a pas freiné l'élan de Coufal, nullement rebuté par un angle très fermé. Benjamin Louf supplée alors son gardien, à la manière d'un joueur de base-ball. Plus en vue à mesure que le match avance, le deuxième trio maintient la pression, d'un lancer instantané de Pagni sur la mise au jeu, écarté du bâton, avant un missile de Vivien Huerta et un autre lancer lointain décoché par Kolibar. La ligne de Luc Tardif multiplie quant à elle les présences : Novotny en profite pour s'infiltrer dans la défense et servir Coufal, encore déjoué à deux reprises.
 
Agissant pour leur part en contre-attaque, les Lions ne peuvent creuser l'écart : la perte de palet de Niclot derrière son but n'est pas profitable à Marcos, ni à Cvejn, dont le tir heurte le casque du gardien. Après un cinglage de Roman Novotny sur une montée de Louf, Benjamin Turpin manque un rebond, tout comme Marcos sur un lancer puissant de Zajac. Revenus au complet, les Spartiates reprennent espoir. Marc-Antoine Herbet est contrarié dans sa relance par Coufal, Luc Tardif a bien suivi pour signer le doublé de près (3-2 à 52’37").
 
Les Lions sont sur le point de céder dès l'engagement. Robin Garnier sort vainqueur d'une lutte pour le palet en fond de zone et trouve Anton Ingam au centre. Le Suédois prend le temps de contrôler avant de lancer mais Gilles Beck fait l'arrêt. La prudence des Métropolitains et la capacité de certains (Domian, N'Guyen) à monopoliser la rondelle pour gagner du temps précieux permettent à Gilles Beck de souffler. Il doit faire face à une dernière salve de Coufal, décalé à droite sur une montée de son inséparable défenseur Kolibar. Les Marseillais terminent la partie frustrés, Coufal commettant une faute derrière le but wasquehalien et Novotny jetant sa crosse de rage pour mettre fin à une dernière action nordiste, peu après avoir vu son lancer échouer sur la jambe d'Herbet.
 
Dernière formation des trois principaux championnats encore en attente de victoire, les Lions ont donc dû patienter jusqu'à la venue des Spartiates pour débloquer leur compteur. S'ils restent à la dernière place, ils peuvent sortir optimistes d'une rencontre indécise et avare en coups de sifflets.
 
Commentaires d’après-match
 
Frédéric Nilly (entraîneur de Wasquehal) : "Nous avons changé de système pour parer aux difficultés rencontrées antérieurement. Les joueurs sont restés concentrés face à la première ligne de Marseille et ses présences longues, sans aller se perdre dans des zones trop éloignées de la cage. L'équipe a fait preuve d'un surcroît de vigilance, même si les deux buts viennent de palets rendus à l'adversaire. En menant 3-1 assez tôt, elle a de sérieuses chances de but, mais le quatrième n'arrive pas, et on continue à travailler fort. Nous n'avons pas connu de trous d'air comme ce fut le cas face à Cergy, Asnières ou Amnéville. Le match référence arrive enfin au niveau de l'attitude et de la discipline, même si les arbitres ont plus laissé jouer et ont sifflé de façon de juste."
 
 
Wasquehal – Marseille 3-2 (2-1, 1-0, 0-1).
Samedi 7 novembre 2015 à 18h30 à la patinoire Serge Charles. 355 spectateurs.
Arbitrage de Thierry Fraysse assisté de Maxime Laboulais et Alban Delsarte.
Pénalités : Wasquehal 4' (2’, 2’, 0’), Marseille 6' (0’, 2’, 4’).
Tirs : Wasquehal 40 (14, 12, 14), Marseille 35 (13, 8, 14).
 
Évolution du score :
1-0 à 02’11" : Domian assisté de Cvejn
1-1 à 07’19" : Tardif assisté de Novotny et Kolibar
2-1 à 11’37" : Domian assisté de Morvan
3-1 à 23’01" : Morvan assisté de Domian
3-2 à 52’37" : Tardif
 
 
Wasquehal
 
Attaquants :
Robin Morvan -  Benjamin N’Guyen (C) - Martin Domian
Charley Marcos - Aurélien Zajac - Axel Canaguier (A)
Anthony Kiffer – François Piquet - Benjamin Turpin.
 
Défenseurs :
Marc-Antoine Herbet -  Lukas Cvejn
Joe Di Pietro -  Thibault Verschaeve
Sébastien Fronty (A) - Benjamin Louf
 
Gardien :
Gilles Beck
 
Remplaçant : Jean-Christophe Rohart (G).
Absents : Simon Angielczyk (pouce), Jakub Mencik, Thomas Fauchart (genou).
 
Marseille
 
Attaquants :
Luc Tardif - Roman Novotny (C) - Viktor Coufal
Morgan Pagni - Anton Ingham - Robin Garnier
Grégory Trucy, Audrick Alga
 
Défenseurs :
Jan Kolibar - Andrea Ricca
Thomas Lebailly (A) - Baptiste Schmittlin
Vivien Huerta (A) - Filip Vychodil
 
Gardien :
Benoît Niclot (sorti de sa cage de 58'47" à 59'39").
 
Remplaçant : Cyprien Bautru (G). Absents : Julien Rives (suspendu à titre conservatoire), Lucas Orts, Jordy Anglés (sélectionné en équipe nationale d'Espagne).