Une micro-sieste fatale aux Suédois

Dans le cadre de la deuxième journée de la Coupe Karjala, la Suède et la Russie se retrouvaient ce samedi avec de la revanche dans l'air.
 
KOSHECHKIN Vasili 130504 257La dernière fois que les deux nations se sont affrontées, c'était en quart de finale des Championnats du monde à Prague, la Sbornaïa s'imposant 5-3. Si la Suède remportent désormais régulièrement les matches hors compétition, la tendance est inverse durant les Mondiaux. Car outre le Mondial 2015, la Russie avait déjà éliminé les Suédois un an avant à Minsk (3-1) après les avoir ridiculisés en 2012 au Globen de Stockholm (7-3). Or, Russes et Suédois se retrouveront dans le même groupe l'année prochaine à Moscou...
 
L'heure est encore à la préparation. Pär Mårts a vu son ailier Anton Rödin quitter le tournoi après avoir été touché à la clavicule contre les Tchèques. C'est l'attaquant de Skellefteå John Norman qui a été rappelé, il fait ses débuts en Tre Kronor senior. Norman avait particulièrement brillé lors des play-offs de SHL en inscrivant 5 buts, soit autant qu'en saison régulière. 
 
Côté russe, un autre joueur effectue ses débuts en équipe nationale. Et il a dix ans de plus que Norman puisque l'attaquant du Dynamo Moscou, Aleksei Tvetskov, a été appelé à 34 ans. Oleg Znarok l'apprécie et le connaît bien pour l'avoir entraîné au Dynamo. Mais qu'un joueur embarque sur le navire russe à cet âge, cela témoigne d'un grave symptôme de la Russie : le manque de profondeur au centre.
 
Devant les filets, c'est Vassili Koshechkin qui s'y colle pour la Russie. Le gardien du Metallurg Magnitogorsk est aligné face à un autre gardien KHL, Henrik Karlsson. Le portier de "Magnitka" voit de l'action rapidement puisque Kovalchuk commet une crosse haute après seulement 38 secondes de jeu. Une pénalité qui n'aura aucune incidence, et ce sont même les Russes qui ouvrent le score. Henrik Karlsson est débordé sur la première tentative de ses adversaires et, dans la confusion, Daniil Apalkov marque dans la cage délaissée (1-0).
 
La Suède répliquera au tableau de marque, mais en deuxième période après un nouveau tour de magie de Linus Omark. Posté sur l'aile droite, Dick Axelsson glisse dans l'axe à Omark qui prend tout le monde de vitesse et marque... entre les jambes (1-1). Par la suite, Daniel Rahimi, pénalisé, donne une chance aux hommes de Znarok de reprendre l'avantage. La pénalité est tuée mais la possession continue et Sergei Mozyakin, devant l'enclave, trompe Karlsson après avoir contrôlé du patin (2-1). La Russie reprend les devants, mais pas pour longtemps, puisque deux minutes plus tard, Andreas Engqvist dévie un lancer de Jonas Ahnelöv (2-2).
 
Le match est serré et les équipes répondent du tac au tac. Mais deux bourdes successives vont faire basculer la rencontre avant la fin de la deuxième période. C'est d'abord Erik Gustafsson qui loupe sa couverture sur Nikolai Prokhorkin, le jeune ailier d'Oufa part dans son dos et bat Karlsson (3-2). Puis une avancée brouillonne en zone neutre d'Ahnelöv est stoppée par Evgeny Dadonov qui lance Vadim Shipachyov, à son tour seul face à Karlsson (4-2).
 
Robert Rosén entretiendra un mince espoir au début du troisième tiers-temps, servi après un geste technique remarquable de Johan Fransson. Le défenseur de Genève réalise une feinte de corps à la ligne bleue avant de délivrer une passe millimétrée pour l'attaquant des Lakers de Växjö, qui n'a plus qu'à marquer dans un boulevard (4-3). Un but qui ne servira à rien puisque Sergei Mozyakin épate la galerie. Lui aussi sait faire une feinte de corps, il s'ouvre le chemin du but et tire en déséquilibre, Mozyakin manque de force mais Vadim Shipachyov veille à achever le travail (5-3). Enfin, Ilya Kovalchuk marque en cage vide après un formidable travail d'Apalkov le long de la bande (5-3).
 
54 secondes de micro-sieste de la Suède lui aura été fatale durant une rencontre que la Russie avait tout de même dominée.
 
Commentaires d'après-match
 
Staffan Kronwall (défenseur de la Suède) : "Nous avons joué contre une équipe bien organisée. Nous perdons au final car nous avons perdu trop de palets en zone neutre. Nous avons fait dix fois plus d'erreurs que la normale. Aujourd'hui, nous avons perdu, nous ne méritions pas de gagner, mais je suis content pour mes coéquipiers qui jouent en équipe de Russie."
 
Pär Mårts (entraîneur de la Suède) : "Le score aurait dû être de 2-2 avant la dernière période mais nous leur donnons deux cadeaux en zone neutre, ce qui ne devrait pas se produire à ce niveau. Je suis extrêmement déçu. Nous étions motivés pour ce combat mais nous devons apprendre à battre les Russes."
 
 
Russie - Suède 6-3 (1-0, 3-2, 2-1)
Samedi 7 novembre 2015 à 13h00 à la Hartwall Areena d'Helsinki. 4377 spectateurs.
Arbitrage de Mikko Kaukokari et Stefan Fonselius (FIN) assistés de Hannu Sormunen et Henri Neva.
Pénalités : Russie 4' (2', 0', 2'), Suède 4' (0', 4', 0').
Tirs : Russie 37 (12, 11, 14), Suède 25 (10, 4, 11).
 
Évolution du score :
1-0 à 09'03" : Apalkov assisté de Gusev et Kartaev
1-1 à 21'51" : Omark assisté d'Axelsson et Kronwall
2-1 à 28'19" : Mozyakin assisté de Shipachev 
2-2 à 30'03" : Engqvist assisté d'Ahnelöv et Omark
3-2 à 38'43" : Prokhorkin assisté de Zaripov
4-2 à 39'37" : Shipachev assisté de Dadonov
4-3 à 43'26" : Rosén assisté de Fransson et Lundberg
5-3 à 46'55" : Shipachev assisté de Mozyakin et Dadonov
6-3 à 58'51" : Kovalchuk assisté d'Apalkov
 
 
Russie
 
Attaquants :
Ilya Kovalchuk (C, +2, 2') - Nikolaï Prokhorkin (+1) - Sergei Andronov 
Sergei Mozyakin (A, +2) - Vadim Shipachyov (+2) - Evgeny Dadonov (+2)
Danis Zaripov (-1) - Aleksei Tsvetkov (-2) - Sergei Shirokov (-1)
Nikita Gusev (+1) - Vladislav Kartaev (+2) - Daniil Apalkov (+2)
Anton Burdasov
 
Défenseurs :
Nikita Zaitsev (-1, 2') - Bogdan Kiselevich (+2)
Viktor Antipin (+1) - Maksim Chudinov (-1)
Dmitri Vishnevsky (-1) - Denis Denisov (A, +1)
Mikhaïl Pashnin (+1) - Yegor Yakovlev (+3)
 
Gardien :
Vassili Koshechkin
 
Remplaçant : Ilya Sorokin (G).
 
Suède
 
Attaquants :
Linus Omark (+2) - Andreas Engqvist (-1) -Nicklas Danielsson
David Ullström (-2) - Robert Rosén (-2) - Richard Gynge (-2)
Dick Axelsson (-1) - Joel Lundqvist (A, -2) - Martin Johansson (-2)
Marcus Sörensen - Jimmie Ericsson (A, +1) - Martin Lundberg
John Norman.
 
Défenseurs : 
Patrik Hersley (2') - Staffan Kronwall (C, -1)
Daniel Rahimi (-2, 2') - Jonas Junland (-1)
Erik Gustafsson (-1) - Magnus Nygren (-1)
Johan Fransson (-1) - Jonas Ahnelöv
 
Gardien :
Henrik Karlsson [sorti à 57'31"].
 
Remplaçant : Viktor Fasth (G).