Bordeaux et Martin Lacroix en veulent encore plus

Auteurs d'un excellent début de saison avec une 6e place en Magnus et aucune élimination en coupe, les Boxers de Bordeaux ne sont pas prêts d'en rester là, comme l'a prouvé notamment l'arrivée de Radim Valchar. C'est donc l'occasion de s'intéresser à la riche actualité du club ces derniers jours avec Martin Lacroix, le coach bordelais, juste avant la réception de Strasbourg en Coupe de la Ligue ce mardi.

Onze victoires en seize rencontres, une 6e place en championnat, et des Coupes de France et de la Ligue encore totalement envisageables. Deux mois après le début de la saison, les résultats sont au rendez-vous pour les Boxers. Promu au printemps dernier, le club de Bordeaux a depuis fait des pas de géant pour s'installer comme l'une des places fortes de Magnus. Avec son recrutement cinq étoiles et une cohésion qui se renforce au fil des semaines, les Bordelais ont déjà rassuré sur leur niveau, et ce n'est pas fini.

Martin Lacroix - Bordeaux

Un champion de France en titre à Mériadeck

Déjà capable d'aligner deux premières lignes impressionnantes, les Boxers n'ont pas hésité à renforcer encore plus leur secteur offensif en faisant signer il y a une dizaine de jours Radim Valchar. Bien connu dans le hockey sur glace français, l'attaquant tchèque a disputé les deux dernières saisons à Gap, avec qui il a été champion de France il y a quelques mois, terminant au passage meilleur buteur des séries. Depuis le début de la saison, il évoluait en Mestis (D2 finlandaise) avec le club de Hokki. Mais cette expérience n'a pas été une réussite : « Le Hokki est une très bonne équipe mais je ne me sentais pas à l'aise, je n'étais pas heureux, alors j'ai fait un autre choix. » Bordeaux en a donc profité pour aller chercher cet attaquant solide et buteur qui fera ses débuts ce mardi contre Strasbourg, dont parle son entraîneur, Martin Lacroix :

« C'est un attaquant qui a prouvé pas mal de choses en Ligue Magnus. Il a aussi été champion de France l'an dernier et c'était l'un des meilleurs attaquants de Gap, surtout en Play-Offs. C'est un joueur qui est aussi très solide physiquement, donc dès qu'il a le palet en zone offensive, c'est très difficile de lui enlever, il a une bonne protection. On l'a fait venir aussi simplement pour renforcer l'attaque, pour essayer d'augmenter notre production offensive. Ca nous donne l'occasion d'avoir encore plus de combinaisons et on avoir deux avantages numériques redoutables. En ce moment, notre premier marche dans l'ensemble assez bien. Pour le deuxième j'essaye des combinaisons et il y a eu du bon et du moins bon. Quand on nous a proposé Radim, c'est certain qu'on a réfléchi et on s'est dit pourquoi pas. Ca nous apporte une superbe profondeur de banc et ça crée de la compétition.

Ce mardi, il sera accompagné sur son trio par Peter Valier et Jean-Christophe Gautier. Ca fait un deuxième trio qui peut apporter beaucoup même s'ils n'ont pas joué de match ensemble et ont eu peu d'entraînements. J'espère qu'ils vont trouver des moyens de se trouver, et ça va faire une équipe encore plus redoutable. »

Ainsi, l'arrivée a été opérée dans le but de renforcer un secteur offensif qui était déjà bien fourni, et qui comporte désormais 14 éléments. Désormais, les Boxers sont donc en capacité d'aligner deux premières lignes de très haut niveau capables de terrasser n'importe quelle défense de Magnus. (Charland-Petit-Desrosiers / Valier-Gautier-Valchar), sans oublier les joueurs de qualité qui peuvent composer les deux derniers trios à l'image de Decock, Cyr ou Mariage.

Un jeu à peaufiner

Si tout le monde a été plus ou moins au niveau, Martin Lacroix met la barre plus haute pour cette équipe tellement redoutable sur le papier après ces deux premiers mois.

« Dans l'ensemble, il y a beaucoup de positif. Il y a aussi beaucoup de choses à améliorer mais dans le jeu ce n'est pas mal. Je pense qu'on peut encore s'améliorer, notamment au niveau des automatismes ou du positionnement, des capacités qui viennent avec de l'entraînement. Au niveau comptable ce n'est pas trop mal. On est toujours vivants dans les deux coupes, et en championnat à la 3e place ex-aequo avec trois autres équipes dans un classement très serré avec Rouen et Angers devant. Pour le moment c'est satisfaisant mais on peut faire encore mieux dans le jeu. Et puis on sait que ce sera serré à la fin de la saison, donc tous les points à prendre seront très importants. »

Du mouvement en coulisses

Si tout se passe bien sur la glace, il y a eu un peu plus de remue-ménage dans les coulisses ces derniers jours. Comme souvent, ce sont les problèmes concernant l'utilisation de la patinoire Mériadeck qui ont été mis en lumière par la démission de Thierry Brotons, et celle de son adjoint Stéphane Mazuques, du poste de coordinateur sportif. Pour le remplacer, c'est Alexandre Pré, déjà préparateur physique du club, qui prend la suite. Malgré ces problèmes en coulisses, tout le monde reste concentré sur les objectifs du club :

« C'est quelque chose dont on a beaucoup parlé dernièrement et que j'essaye d'éviter. Sur le coup ça a été un gros sujet de conversation mais on a remédié à la situation. Thierry c'est quelqu'un qui a apporté beaucoup à l'équipe, il a décidé d'arrêter et on respecte cette décision. Il était respecté et très apprécié des joueurs et du staff. C'est Alexandre Pré qui prend les commandes de la coordination sportives et je suis certain que ça va très bien se passer. Je pense qu'on est bien en ce moment. »

Après deux premiers mois de bonne facture, Bordeaux a connu ces derniers jours un peu d'agitation qui ne devrait pas perturber un groupe de plus en plus solide semaine après semaine. Avec le temps qui va permettre d'améliorer encore la complicité et l'ajout de Radim Valchar, les Boxers semblent encore en capacité de faire d'énormes progrès. Dans un championnat très serré et juste avant un match couperet face à Strasbourg, il est temps de passer à la vitesse supérieure pour franchir un palier supplémentaire.

Maxime Cazenave