Épinal - Strasbourg (Ligue Magnus, 9e journée)

Une reprise laborieuse... mais victorieuse !

On les avait quittés triomphants, tout auréolés d’un sixième succès de rang. On retrouve les Gamyo assoiffés de victoires, trois semaines plus tard, à l’heure d’affronter l’Étoile noire. Un derby sonnant comme un retour aux affaires pour les partenaires de Maxime Moisand... qui n’ont pas eu le moindre match à se mettre sous la dent ces derniers temps !

MOISAND pressé par BAEUMLINDevant l’horreur et la barbarie des attaques terroristes ayant ensanglanté Paris vendredi dernier, le hockey français s’est en effet mis au diapason de l’actualité en observant un repos forcé. La série d’invincibilité d’Épinal (qui devait être mise à l’épreuve du leader rouennais) est donc toujours d’actualité. Mais cette dynamique positive résistera-t-elle à la venue d’un "voisin" alsacien faisant également figure de poursuivant direct au classement ?

Force est toutefois de constater que ce déplacement ne réussit généralement pas aux Strasbourgeois, qui n’ont remporté qu’un seul des huit derniers matchs officiels à Poissompré. Reste que ce voyage dans la Cité des Images s’est effectué sans absents ni blessés. Un avantage certain au moment de défier des Spinaliens pouvant compter sur Tomáš Klouček (qui purgera, comme prévu, son dernier match de suspension à Rouen), mais devant encore se passer des services de leur tout nouvel attaquant. La licence de Dorian Peca, l’ancien Caennais, n’a pas été délivrée à temps...

Venu dernièrement gonfler les rangs vosgiens, l’Italo-canadien observera religieusement, depuis les gradins, cette minute de silence aussitôt suivie d’une "Marseillaise" de circonstance. Un moment de recueillement qu’auront partagé tous les acteurs de la soirée, réunis autour du rond central avant d’entrer dans le vif du sujet. Une entame marquée par l’envie de bien faire de Spinaliens entreprenants et tout près de marquer sur un palet mal contrôlé par Vladimír Hiadlovský derrière son filet. Florian Sabatier, bien parti pour en profiter, verra toutefois Joey de Concilys rattraper, in-extremis, l’erreur de son portier (01'05")...

Le BAEUMLINJulien21112015danger ne va pourtant pas tarder à se déplacer de l’autre côté, sous l’impulsion d’attaquants qui tirent dès qu’ils en ont l’occasion. La tentative de Julien Burgert (01'13") est la première d’une longue série. L’engagement qui suit immédiatemment débouche sur un lointain lancer de Pierrick Hoehe, capté sans coup férir par un Andrej Hočevar concédant ainsi une nouvelle mise au jeu. Un face-off remporté par Élie Marcos au profit de Sébastien Trudeau qui bute sur un gardien n’ayant visiblement rien perdu de sa propension à limiter les rebonds (01'27").

Les hommes de Daniel Bourdages, qui ne laissent passer aucune occasion de lancer, voient pourtant leur élan freiné par une première pénalité (03'23"). Une supériorité restée inexploitée malgré la vista d’un Gašper Sušanj parvenu à trouver Ján Plch démarqué sur la gauche d’un portier très avancé. Le vétéran va bien tenter de le dribbler. Mais c’est sans compter sur Matt Bruneteau, qui éloigne le danger (04'48"). 

Cette intervention contribue à tuer une pénalité n’ayant pas franchement mis Hiadlovský en difficulté, contrairement à ce palet lancé derrière sa cage, qu’il ne pourra de nouveau pas contrôler. Un raté profitant à Maxime Martin, qui remet aussi tôt devant une cage ouverte à tous vents. Mais Hugo Vinatier, pourtant bien placé, trouve la base du montant (06'29")...

Duel devant la cageSeul rouage défaillant d’un ensemble se montrant de plus en plus conquérant, le jeu à la crosse du Slovaque a bien failli coûter cher aux Alsaciens, qui ont fini par prendre l’ascendant. Il faut dire que le manque de rythme est flagrant côté spinalien, où l’on peine autant à faire du jeu qu’à se montrer dangereux. Des difficultés matérialisées par les approximations répétées d’un Anže Kuralt qu’on a connu beaucoup plus inspiré ou les nombreux lancers envoyés en direction d’une cage bien gardée.

Fidèle à sa réputation d’équipe difficile à manœuvrer, l’Étoile noire fait donc tout son possible pour marquer, portée par l’incessante activité de ses joueurs français. Parmi lesquels Anthony Gonçalves, qui se montre le plus rapide pour gratter un palet aussitôt transmis à Valentin Michel. Bien placé dans la zone de vérité, le remuant attaquant tente une reprise, mais rate son geste, qui se transforme en caviar... pour lui-même ! La rondelle, effleurée, prend Hočevar à contre-pied pour ouvrir une cage béante au second poteau. Une opportunité que Michel, du revers, ne laisse évidemment pas passer (0-1 à 12'50")...

Sur leur lanCACCIOTTISteven21112015cée, les Strasbourgeois tentent d’enfoncer le clou, comme sur cette frappe de Goldberg difficilement repoussée (13'14"). Mais Joey de Concilys, d’un cross-check sur Ken Ograjenšek (14'13"), va rapidement concéder sa deuxième pénalité. Un temps faible dont les Alsaciens auraient pu sortir renforcés si leur carré défensif, si solidement établi devant Hiadlovský, ne s’était pas fissuré sur une triangulation rondement menée. Florian Sabatier, servi par un Kloz venant de récupérer le rebond d'un tir non cadré, renversant totalement sur Ján Plch. Le Slovaque remisant instantanément au second poteau, vers un Steven Cacciotti n’ayant plus qu’à la mettre au fond (1-1 à 16'08")...

Un but égalisateur que Poissompré n’a pas vraiment le temps de savourer : la trajectoire du lancer adressé par Jake Goldberg (excentré en tête de cercle) se voit déviée, petit côté, par un Élie Marcos fort bien placé (1-2 à 16'49")...

Pas de quoi, toutefois, entamer la détermination des locaux, emmenés par un Hordelalay combatif à souhait. L’ex-Rémois provoque d’ailleurs l’emprisonnement d’un Jake Suter pris de vitesse dans un tour de cage rapidement réalisé (18'06"). Une opportunité encore inexploitée par un jeu de puissance bien installé, mais manquant désespérément de mouvement, d’imagination et de spontanéité. Aucun tir cadré ne sera d’ailleurs recensé durant cette supériorité...

Des cadeaux àHIADLOVSKYVladimir21112015 gogo

Trop souvent imprécis dans leurs transmissions (Le Blond et Hordelalay peinent notamment à se trouver ), les attaquants spinaliens se voient régulièrement interceptés dans la zone de vérité. Mais il suffit d’un revirement pour qu’Anthony Rapenne se retrouve lancé face au portier, qui s’impose sans trembler (22'26"). Cacciotti, mis sur orbite par Kloz (sur lequel venait de buter Michel), voit lui son tir à mi-hauteur paré du bouclier (24'55").

Hiadlovský, solide sur ces actions, va toutefois retomber dans ses travers du premier tiers. Sorti derrière sa cage pour bloquer la course du palet, le Slovaque voit la rondelle lui échapper au profit de Plch qui remise aussitôt sur Sabatier, trop bien placé pour ne pas en profiter (2-2 à 25'20").

Ce but égalisateur, inscrit dans des filets désertés, change un temps la donne d’une partie qu’Épinal tente désormais d’emballer. Ce soufflé va néanmoins vite retomber. Martin Charpentier se rend coupable d’un faire trébucher sur Julien Baeumlin, qui s’était retrouvé biePARDAVyJan211120151n placé dans le slot (27'11"). Mais hormis cette frappe surpuissante de Pardavý (qu’Hočevar détourne de la crosse, 27'25"), le jeu de puissance alsacien ne se montre guère plus menaçant que son homologue spinalien.

Une deuxième chance, accordée suite à un accrocher d’Offret (32'51"), permet toutefois aux Strasbourgeois de toucher du bois. Michal Petrák, sur jeu placé, renversant en direction d’un Ján Pardavý reprenant de volée. Un one timer heurtant la barre de Hočevar (33'02") qui s'est déplacé suffisamment rapidement pour capter la reprise de Petrák (33'30"). L’excellent Jake Goldberg a, entre-temps, coupé la passe d’Hordelalay à destination de Le Blond sur un deux-contre-un, en infériorité (33'10")...

S’il n’est pas dans un grand soir, Anže Kuralt n’en reste pas moins capable, sur un accélération, d’amener le danger. L’international slovène, parvenu à s’échapper côté gauche, provoquera une pénalité à défaut d’aller au bout de son action, contrariée par plusieurs slashings d’Élie Marcos (35'22"). Plusieurs failles seront trouvées durant ce powerplay, qu’anime un Florian Sabatier trouvant la déviation d’un Vojtěch Kloz filant de peu à côté (36'53"). Ján Plch, du revers (et en pivot), verra lui-aussi sa tentative glisser hors du cadre (36'59")... au grand soulagement d’un gardien retardé dans son déplacement !CHARPENTIERMartin21112015

La physionomie de ce derby change radicalement au retour des vestiaires, à l’entame d’un troisième tiers que les Gamyo, animés des meilleures intentions, abordent de belle façon. Pierre-Charles Hordelalay attaque la cage, rattrapé tant bien que mal par une défense gelant "illégalement" le palet (42'08"). Dans ces conditions, un tir de pénalité est accordé à ce grand spécialiste du breakaway, qui s’en ira tenter un revers à mi-hauteur bien suivi par Hiadlovský...

HORDELALAYPC21112015À la lutte avec Tomáš Klouček dans le slot, Julien Burgert se verra ensuite sanctionné pour un cross-check consécutif à l'obstruction du Tchèque (43'32"). Un double emprisonnement libérant des espaces (à quatre-contre-quatre), mais n’apportant rien de concret.

S'il estima que la charge de Jake Suter dans le dos de Ján Plch ne valait pas une pénalité, Jimmy Bergamelli n'aura en revanche pas hésité à sanctionner Tomáš Klouček à l’issue d’un duel (avec Petrák) durant lequel les deux Tchèques semblaient s’être mutuellement déséquilibrés (46'00"). Un tournant bien négocié par des Alsaciens arrivant à leurs fins sur une frappe excentrée de Goldberg. Un lancer peu appuyé, mais filant entre les jambières d’un Hočevar croyant l’avoir bloqué (2-3 à 47'00")...

Loin de se laisser abattre, les Spinaliens vont dès lors tout tenter pour égaliser. Une obstination récompensée, suite à une frappe non cadrée. Un tir de Sabatier, parti par-dessus la barre d’Hiadlovský, mais revenu devant la cage sous forme d’un rebond favorable à ce diable de Cacciotti (3-3 à 51'19")...

Se coiffant depuis le début de la saison du cPETRAKMichal21112015asque jaune de l’Étoile noire, l’ancien Spinalien Michal Petrák va ensuite faire le bonheur de ses anciennes couleurs. Le centre tchèque, après avoir résisté au pressing d’un attaquant dans son camp, le renvoie plein axe, pensant trouver Bruneteau ou Pardavý. Mais ni l’Américain (trop reculé), ni le Slovaque (trop éloigné) ne pourront récupérer cette passe atterrissant directement dans la palette de Thibaut Farina, qui fera se lever Poissompré en glissant la rondelle entre les bottes du portier (4-3 à 53'27").

Tout aura donc basculé sur cet énorme raté d’un Petrák coutumier du fait. Un véritable cadeau du Tchèque à ses anciens coéquipiers, qui n’en demandaient assurément pas tant. Mais malgré ce coup de massue, les Strasbourgeois ne s’avouent pas si facilement vaincus, comme lors de cette échauffourée née d’une échappée d’Hordelalay. Poussé par de Concilys, le Spinalien percutera involontairement Hiadlovský, qui sortira de ses gonds (54'10"). Bruneteau et Moisand s’empoignant, loin du regard d’arbitres occupés à séparer les autres belligérants...

SABATIERFlorian211120151Passé cet aparté, le jeu reprend ses droits, jusqu’à ce qu’Hordelalay soit puni d’un faire trébucher (56'43"). La pénalité de la dernière chance pour les Bas-Rhinois, qui jettent leurs dernières forces dans la bataille. Un ultime assaut restant vain. Les Gamyo, remarquables d’abnégation, tiennent bon jusqu’au bout en faisant bloc devant leur solide portier (à l’image de Cacciotti bloquant une tentative de Marcos à bout portant).

Rien ne semble pouvoir arrêter ces Spinaliens continuant à faire le plein de points. Ce soir, il leur a pourtant fallu s’accrocher, et surtout ne rien lâcher, pour venir à bout d’un adversaire tout aussi déterminé.

Gagner sans convaincre étant la force d’une grande équipe, on ne peut maintenant plus nier que ce contingent a tout d’un grand. Mais que serait-il advenu si Petrák n’avait pas offert, sur un plateau, le but de la victoire aux Gamyo ? Il n’aura, en tout cas, pas manqué grand-chose aux Strasbourgeois, qui peuvent enrager d’avoir ainsi laissé filer un match à leur portée.

Impliqué sur trois des quatre buts vosgiens de la soirée, le trio réunissant Ján Plch (qui ne fait vraiment pas ses 41 ans ), Florian Sabatier (qu'on attendait pas à pareille fête en ce début de saison) et Steven Cacciotti (passé tout près du triplé après sa cage vide ratée) aura donc tiré l’ICE d’un bien mauvais pas. En sera-t-il de même vendredi prochain, sur la petite glace du nouveau leader angevin ? 

Réactions d'après-match (dans Vosges Matin)

Steven Cacciotti (attaquant d'Épinal) : "Cela n'a pas été simple. On savait que ce serait compliqué après trois semaines sans matchs. Les joueurs de hockey ont besoin de rythme et de compétition. En plus, les matchs face à Strasbourg sont toujours difficiles. On voulait faire une première période sans avoir trop de pente à remonter. C'est ce que l'on a fait. On a encore trouvé le moyen de gagner en se battant. On voulait prendre les trois points, et ce peu importe la manière."

Daniel Bourdages (entraîneur de Strasbourg) : "On a fait un très bon match à l'extérieur en jouant une grosse équipe. C'est ce que je souhaitais, et je le sentais, mais on s'est mis des bâtons dans les roues. C'est malheureux pour nous."

 

Épinal - Strasbourg 4-3 (1-2, 1-0, 2-1)
Samedi 21 novembre à 18h00 à la patinoire de Poissompré. 1 600 spectateurs.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli, assisté d’Aurélien Smeeckaert et Charles-Édouard Salmon.
Pénalités : Épinal 12’ (0’, 4’, 8’) ; Strasbourg 14’ (6’, 2’, 6’)
Tirs : Épinal 28 (8, 11, 9) ; Strasbourg 36 (17, 12, 7)

Évolution du score :
0-1 à 12'40" : Michel assisté de Gonçalves et Mathieu
1-1 à 16'08" : Cacciotti assisté de Plch et Sabatier (sup. num.)
1-2 à 16'49" : Marcos assisté de Goldberg et Trudeau
2-2 à 25'20" : Sabatier assisté de Plch et Cacciotti
2-3 à 47'00" : Goldberg assisté de Petrák et Pardavý (sup. num.)
3-3 à 51'19" : Cacciotti assisté de Sabatier et Plch
4-3 à 53'27" : Farina

 

Épinal

Attaquants :
Anže Kuralt - Dominik Fujerik - Ken Ograjenšek
Steven Cacciotti - Florian Sabatier - Ján Plch (A)
Anthony Rapenne - Matthieu Le Blond - Pierre-Charles Hordelalay
Maxime Martin - Hugo Vinatier - Yannick Offret (A)

Défenseurs :
Tomáš Klouček - Maxime Moisand (C)
Jiří Klimíček - Vojtěch Kloz
Gašper Sušanj - Thibaut Farina
Martin Charpentier

Gardien :
Andrej Hočevar

Remplaçant : Lucas Savoye (G). Absent : Dorian Peca (pas qualifié).

Strasbourg

Attaquants :
Julien Baeumlin - Tarik Chipaux - Johan Saint-André
Ján Pardavý (A) - Michal Petrák - Julien Burgert (A)
Sébastien Trudeau - Élie Marcos (C) - Kevin Sullivan
Anthony Gonçalves - Valentin Michel - Thomas Mathieu

Défenseurs :
Matt Bruneteau - Jake Goldberg
Joey de Concilys - Jake Suter
Pierrick Hoehe - David Stríž

Gardien :
Vladimír Hiadlovský (sorti de sa cage à 58'34").

Remplaçants : Baptiste Goetz (G), Maxim Belov.