Présentation NHL 2015/2016 : Division Centrale (3/4)

Suite du tour d’horizon de l’intersaison NHL avec la division Centrale : un champion affaibli, des concurrents renforcés...

 

150px Logo Blackhawks Chicago.svgLes Blackhawks de Chicago seront-ils les premiers depuis Detroit à remporter deux titres de suite ? Les Wings avaient réussi l’exploit en 1997 et 1998, mais la mission de la franchise de l’Illinois s’annonce complexe compte tenu des limitations du plafond salarial.

John Quenneville va devoir composer avec un effectif remanié quasiment à 50% depuis le titre acquis en juin contre Tampa Bay. Le manager général Stan Bowman, contraint et forcé, a procédé à des choix drastiques. Les départs de cadres se sont multipliés au cours de l’été. Patrick Sharp et Johnny Oduya, piliers des derniers titres, ont filé à Dallas. Quelques vétérans acquis pour du court terme ont eux aussi emporté leurs souvenirs victorieux sous d’autres cieux : Kimmo Timonen a pris sa retraite, Kris Versteeg, Brad Richards et Antoine Vermette sont partis. Pire, le staff n’a pas eu d’autres solutions que de céder Brandon Saad, 22 ans. Le jeune talent émergent devait devenir le leader de demain, mais, en fin de contrat, il était observé par les rivaux de Chicago, qui n’auraient pas manqué de proposer une offre hostile. Les Hawks auraient dû s’aligner, ce qui aurait rendu la mission salariale difficile. Bowman a donc envoyé Saad à Columbus, obtenant de nombreux joueurs en retour pour reconstruire.

La reconstruction n’aura pas lieu dans les cages, en tout cas. Corey Crawford est toujours là, et sera secondé par Scott Darling, victorieux de son duel avec Antti Raanta, envoyé aux Rangers. La défense s’articule toujours autour d’un axe fort, avec le meilleur joueur des derniers playoffs Duncan Keith, son compère Brent Seabrook et le défensif Nicklas Hjalmarsson. Cependant, les Hawks, qui manquaient de profondeur lors des playoffs, se trouvent dans une position inconfortable avec le départ de l’ancien Oduya. Les postes 4 à 7 sont donc occupés par des joueurs moins solides, ou en progression. Trevor van Riemsdyk recevra plus de responsabilités, après une saison de rookie prometteuse, bien que limitée par des blessures. David Rundblad, un peu juste en phases finales, va devoir franchir un palier, sous peine d’être rattrapé par Erik Gustafsson, Nicklas Svedberg ou Ville Pokka. L’acquisition de Trevor Daley dans l’échange Sharp apporte un peu d’expérience, pour un top-4 de haut niveau. L’émergence d’une troisième paire fiable est impérative pour viser la coupe.

L’attaque en est au même point. Les départs de Saad et Sharp, couplés à ceux de Brad Richards et Antoine Vermette, laissent des trous béants dans le top-9. Jonathan Toews et Marian Hossa doivent trouver un nouvel ailier : Andrew Shaw aura-t-il plus de responsabilités ? Patrick Kane, étincelant l’an passé, sera-t-il gêné par ses soucis extra-sportifs ? L’explosif buteur américain a été impliqué dans une affaire de mœurs, et, même si l’accusation ne semble pas disposer d’éléments tangibles, la star n’échappera pas au dérangement médiatique. Kane devra probablement apprendre le Russe pour trouver l’alchimie avec ses nouveaux coéquipiers de ligne : Artem Anisimov, acquis dans l’échange Saad, mais aussi deux agents libres venus de KHL, Artemi Panarin et Viktor Tikhonov. Le jeune Teuvo Teravainen, qui a franchi des paliers en playoffs, apparait comme une arme prometteuse. Andrew Desjardins a été conservé pour la quatrième ligne après le titre et sera rejoint par Ryan Garbutt, arrivé de Dallas. La clé de l’échange Saad sera sans doute Marko Dano. Le jeune Slovaque de 21 ans a montré de belles choses chez les Blue Jackets l’an dernier. Enfin, le cas Bryan Bickell continue de peser : le gros bras a capitalisé sur des bons playoffs lors du titre 2013 pour obtenir un contrat conséquent, mais il n’a pas vraiment répondu aux attentes. Les Hawks aimeraient bien alléger leur masse salariale en éliminant Bickell de l’équation, mais ne trouvent pas preneur pour l’instant.

Quenneville dispose encore d’un effectif de très haute qualité, plein de promesses, mais surtout sérieusement rajeuni. La grande question sera la répartition des rôles. Si la colonne vertébrale de l’équipe (Toews, Hossa, Kane, Keith, Seabrook, Hjalmarsson, Crawford) est toujours là, l’entourage des joueurs vedettes a évolué. Il faudra déployer des trésors d’imagination pour trouver le bon rôle à chacun et travailler les automatismes avant les phases finales.

Arrivées : C Artem Anisimov, D Trevor Daley, C Marko Dano, AG Artemi Panarin, AD Ryan Garbutt, D Erik Gustafsson Bartkowski

Départs : C Patrick Sharp, AD Brandon Saad, D Johnny Oduya, C Brad Richards, C Antoine Vermette, AD Kris Versteeg, AD Joakim Nordstrom, D Kimmo Timonen

Alignement prévisionnel
Attaquants
Andrew Shaw - Jonathan Toews - Marian Hossa
Artemi Panarin - Artem Anisimov - Patrick Kane
Bryan Bickell - Teuvo Teravainen - Ryan Garbutt
Andrew Desjardins - Marcus Kruger - Kyle Baun
Viktor Tikhonov, Tanner Kero, Vince Hinostroza
Défenseurs
Duncan Keith - Brent Seabrook
Trevor Daley - Nicklas Hjalmarsson
Trevor van Riemsdyk - David Rundblad
Michal Rozsival
Gardiens
Corey Crawford
Scott Darling

****

150px Logo Stars Dallas.svgL’un des principaux rivaux des Blackhawks ? Les Stars de Dallas. Si vous ne pouvez pas les battre, achetez-les... C’est un peu la conclusion de l’été des Texans, qui ont fait leur marché chez le récent champion NHL en s’offrant les services de Patrick Sharp et Johnny Oduya.

Lindy Ruff dispose donc d’éléments d’expérience dans un effectif globalement assez jeune, mais qui reste encore déséquilibré. Dallas a marqué beaucoup l’an passé. L’attaque n’a pas suffi à décrocher une place dans le top-8 à l’Ouest, et les Stars ont regardé les phases finales à la télévision...

Le staff a bien évidemment cherché à renforcer le secteur faible : le poste de gardien. Kari Lehtonen s’est montré très décevant l’an dernier, et il est donc mis en concurrence avec un nouvel arrivant, Antti Niemi, qui gardait les cages des Sharks après avoir gagné un titre avec... Chicago bien sûr. Au final, Dallas dépensera près de 10 millions de dollars pour le poste de gardien, avec des contrats de 5 et 3 ans ! Malgré tout, on peine à imaginer que ce changement suffise. Même le remplacement de l’entraineur des gardiens Mike Valley par Jeff Reese ne semble pas suffisant. Le problème est plus vaste qu’un simple problème dans les cages. Il tient aussi à des soucis défensifs profonds.

L’expérimenté Johnny Oduya se sentira bien seul avec Alex Goligoski. Sorti de cette paire fiable, Dallas intègre une cascade de joueurs de moins de 25 ans, peut-être de futurs joyaux, mais pas vraiment encore taillés. John Klingberg a brillé offensivement l’an dernier, et sera une arme précieuse en avantage numérique. Jason Demers reste sur des prestations correctes depuis son arrivée de San José. Derrière ? Il y aura l’embarras du choix, entre Jordie Benn, Jyrki Jokipakka, Patrick Nemeth, Jamie Oleksiak. Au final, la défense passoire de l’an dernier est quasiment de retour au complet, Oduya remplaçant Daley poste pour poste. Pas vraiment rassurant.

L’attaque va devoir compenser, et fort heureusement pour Dallas, il y a de quoi faire. Le duo magique Jamie Benn-Tyler Seguin, qui a écœuré les défenses adverses l’an passé, est reconduit. Benn, auréolé d’un titre de meilleur pointeur acquis à la dernière journée, arrive au sommet de sa carrière. Le duo bénéficiera d’un ailier de premier plan, Patrick Sharp, certes vieillissant mais toujours efficace. Le champion du monde Jason Spezza glissera au centre de la deuxième ligne avec Ales Hemsky et le jeune Valeri Nichushkin, de retour après une saison quasi blanche pour cause de blessure. Le populaire Antoine Roussel a perdu son compère Ryan Garbutt, mais aura sans doute plus de responsabilités aux côtés de Cody Eakin et Patrick Eaves. Le premier choix 2013 Radek Faksa, auteur d’un bon camp, devrait pouvoir jouer sa carte. Trois lignes capables de marquer n’importe quand : le public texan peut s’attendre à des matchs spectaculaires et à des gros scores !

Pour retrouver les playoffs, les Stars devront compter sur une meilleure prestation de leurs gardiens et des équipes spéciales. Il ne manque pas grand-chose pour que Dallas vienne jouer les trouble-fêtes à l’Ouest...

Arrivées : G Antti Niemi, D Johnny Oduya, AG Patrick Sharp, Jeff Reese (entraîneur des gardiens)
Départs : D Trevor Daley, G Jhonas Enroth, AG Ryan Garbutt, C Shawn Horcoff, Mike Valley (entraîneur des gardiens)

Alignement prévisionnel
Attaquants
Jamie Benn - Tyler Seguin - Patrick Sharp
Ales Hemsky - Jason Spezza - Valeri Nichushkin
Antoine Roussel - Cody Eakin - Patrick Eaves
Curtis McKenzie - Vernon Fiddler - Colton Sceviour
Radek Faksa, Travis Moen
Défenseurs
Alex Goligoski - John Klingberg
Johnny Oduya - Jason Demers
Jyrki Jokipakka - Jordie Benn
Patrick Nemeth, Jamie Oleksiak
Gardiens
Kari Lehtonen
Antti Niemi

****


st louis blues 150x150Mais que s’est-il passé chez les Blues de St. Louis ? La franchise du Missouri a éclaboussé la ligue de son talent l’an dernier, avant de disparaitre piteusement en playoffs.

Quatre années de Ken Hitchcock, 389 victoires en saison régulière, un sommet dans la ligue. Les Blues apparaissent comme l’une des plus grosses puissances de la NHL ces dernières années, mais n’ont aucun succès en playoffs dans l’intervalle : une seule série gagnée ! De quoi s’arracher les cheveux. Problème mental ? Physique ? Profondeur de banc ? Les questions ne manquent pas et le staff y réfléchit de plus en plus. L’intersaison n’a en tout cas pas vraiment apporté de grands changements, avec le seul départ de TJ Oshie vers Washington.

Jake Allen et Brian Elliott vont encore se partager la tâche dans les buts, couverts par une défense de haute qualité, la quatrième de la ligue. L’expérimenté Jay Bouwmeester mène un top-4 de qualité, avec Alex Pietrangelo, Kevin Shattenkirk et Carl Gunnarsson. Les vétérans Barrett Jackman et Zbynek Michalek partis, il reste des places à prendre aux postes 5 à 7. Robert Bortuzzo, acquis de Pittsburgh avant les phases finales, luttera pour du temps de jeu avec Petteri Lindbohm et les rookies Joel Edmundson et Colton Parayko. Parayko, surtout, a impressionné lors des camps d’été et en septembre. L’ancien défenseur universitaire pourrait bien être l’arme secrète des lignes arrières des Blues cette saison...

Un bon duo dans les cages, qui doit se montrer désicif en playoffs ; un bon groupe d’arrières, avec quelques jeunes prometteurs. Que manque-t-il alors ? Une ligne d’attaque qui ne s’arrête pas de jouer après le 82e match... A ce titre, Vladimir Tarasenko, resigné pour 8 ans et 60 millions de dollars, devrait ressentir une pression très importante. A lui de mener l’offensive dans les moments-clés. Son entente avec Alex Steen ou le revanchard Paul Stastny pourrait bien tourner le destin des Blues. A moins qu’il ne retrouve Jaden Schwartz et Jori Lehtera, opéré de la cheville en août ? Ken Hitchcock a des choix à faire. Le départ d’Oshie ouvre une place dans le top-6 et les candidats ne manquent pas. Le jeune Dmitrij Jaskin ou le rugueux vétéran Troy Brouwer, arrivé cet été contre Oshie ? A moins que le rookie Robby Fabbri ne vienne brouiller les cartes. Fabbri avait manqué de peu une place l’an dernier, et l’enthousiaste et travailleur ailier n’a pas laissé sa chance passer deux fois. Il rejoindra le capitaine David Backes et sans doute Brouwer sur une ligne très physique. Patrick Berglund opéré de l’épaule cet été, les Blues ont signé le vétéran Scott Gomez après un essai.

St. Louis a donc fait du ménage sur ses lignes d’échec et compte sur le tempérament combatif des nouveaux arrivants pour sortir l’attaque de sa léthargie quand l’enjeu monte d’un cran. Les Blues ont une obligation de résultats cette saison : Hitchcock, aussi brillant soit-il, n’aura pas un poste confortable en cas d’échec...

Arrivées : AD Troy Brouwer, C Kyle Brodziak, C Robby Fabbri
Départs : AD T.J. Oshie, D Barret Jackman, D Zbynek Michalek, AG Chris Porter, C Marcel Goc, C Olli Jokinen

Alignement prévisionnel
Attaquants
Alexander Steen - Paul Stastny - Vladimir Tarasenko
Jaden Schwartz - Jori Lehtera - Dmitrij Jaskin
Robby Fabbri - David Backes - Troy Brouwer
Steve Ott - Kyle Brodziak - Ryan Reaves
Scott Gomez, Patrik Berglund
Défenseurs
Jay Bouwmeester - Alex Pietrangelo
Carl Gunnarsson - Kevin Shattenkirk
Colton Parayko - Robert Bortuzzo
Petteri Lindbohm, Joel Edmundson
Gardiens
Jake Allen
Brian Elliott

****

 

minnesota wild logoLe Wild du Minnesota affiche lui aussi ses ambitions à l’orée de la saison 2015-2016. La franchise du nord des Etats-Unis reste, il est vrai, sur deux saisons convaincantes, avec deux éliminations au deuxième tour.

Le staff n’a procédé à aucun changement d’envergure au cours de l’été, visant simplement une progression de nombreux jeunes talents. La clé du succès du Wild reposera sur les épaules de Devan Dubnyk. Arrivé en cours de saison après deux années noires, Dubnyk a réalisé une spectaculaire fin de saison, le propulsant parmi les trois finalistes du trophée Vezina. Prolongé pour six ans, il va devoir confirmer, lui qui n’a jamais vraiment montré de la constance dans sa carrière. Niklas Backstrom tout juste opéré du poignet, Darcy Kuemper débutera en numéro 2.

Devant, la défense revient au complet. Ryan Suter, fiable et au temps de jeu record, encadre des valeurs montantes de la ligue : Matt Dumba, Jonas Brodin, Marco Scandella, Jared Spurgeon et Christian Folin. Le Wild a même « volé » Mike Reilly, grand espoir universitaire, qui a refusé de signer avec l’équipe qui l’avait drafté, Columbus. Reilly, qui portait les couleurs de l’université du Minnesota, a démontré qu’il était prêt pour le haut niveau en décrochant le bronze au mondial de Prague. Une escouade défensive au fort potentiel, mais qui va devoir confirmer.

Offensivement, le Wild dispose d’un solide réservoir de joueurs de 20 buts et plus. Le combatif Zach Parise, toujours irréprochable et décisif dans toutes les configurations de jeu, devrait finir les actions de centres clairement orientés « passe » tels que Mikael Granlund ou Mikko Koivu. Avec Jason Pominville, Thomas Vanek mais aussi les jeunes purs finisseurs Jason Zucker et Nino Niederreiter, Minnesota dispose d’un groupe à l’efficacité démontrée. Tout se jouera sur la profondeur de banc. Justin Fontaine, Erik Haula, Charlie Coyle ou encore Ryan Carter doivent impérativement produire pour relayer les stars, si celles-ci sont muselées par l’adversaire.

Minnesota apparait comme un sérieux prétendant cette saison pour déboulonner les favoris. Le Wild affiche des armes offensives nombreuses, une solidité défensive, mais doit impérativement travailler son jeu de puissance, 27e l’an passé. Le meilleur jeu en infériorité numérique de la ligue ne suffira pas à faire la différence en playoffs.

Arrivées : D Mike Reilly
Départs : D Keith Ballard, AG Sean Bergenheim, C Kyle Brodziak, C Matt Cooke, D Jordan Leopold, AD Chris Stewart

Alignement prévisionnel
Attaquants
Zach Parise - Mikael Granlund - Jason Pominville
Jason Zucker - Mikko Koivu - Nino Niederreiter
Thomas Vanek - Charlie Coyle - Justin Fontaine
Ryan Carter - Erik Haula - Jordan Schroeder
Chris Porter
Défenseurs
Ryan Suter - Jared Spurgeon
Jonas Brodin -Matt Dumba
Marco Scandella – Christian Folin
Mike Reilly, Nate Prosser
Gardiens
Devan Dubnyk
Darcy Kuemper


****

 

Winnipeg Jets New LogoLes Jets de Winnipeg ont surpris leur monde en se qualifiant pour les playoffs l’an dernier. Devant un public bouillant, les Jets ont fait leur possible, mais n’ont pas réussi à décrocher la première victoire en phase finale de l’histoire de la franchise.

Malgré tout, avec un record de franchise de 41 victoires et 99 pts, l’optimisme est de mise. L’approche patiente par la draft et le développement des jeunes, entamée depuis le retour dans le Manitoba, commence à porter ses fruits. Le système tactique mis en place par Paul Maurice a proposé du beau jeu. Dans une division Centrale particulièrement relevée, l’équilibre reste cependant fragile et la qualification loin d’être acquise.

Les Jets ont pu compter sur un duo de gardiens assez solide l’an passé. La progression de Michael Hutchinson a poussé Ondrej Pavelec : la concurrence a joué à plein, et les deux hommes devraient se partager le temps de jeu – le rookie Connor Hellebuyck, décisif pour les Etats-Unis à Prague, patientant dans l’ombre...

La défense s’appuie sur un groupe homogène. L’expérimenté Mark Stuart joue le rôle du défenseur pur, en soutien de joueurs plus offensifs, tels Jacob Trouba, Tyler Myers, Tobias Enström et surtout le grand gabarit de Dustin Byfuglien, archétype de ces défenseurs costauds polyvalents – catégorie dont il est l’un des rares représentants, avec Brent Burns. Le groupe mise sur ses qualités de vitesse et de relance pour porter le danger, faisant des Jets une formation particulièrement dangeureuse en contre-attaque.

Devant, il y a du beau monde : pas de véritable star planétaire, mais des attaquants de niveau équivalent, faisant de Winnipeg une formation difficile à manœuvrer, chaque ligne pouvant contribuer. Le capitaine Andrew Ladd reste sur une très bonne saison aux cotés de Blake Wheeler et Bryan Little, un centre largement sous-estimé. Drew Stafford, arrivé avec Myers en cours de saison, est conservé, et a beaucoup apporté dans le sprint final. Matthieu Perreault apparait lui aussi comme un bon joueur de soutien, tout comme le deuxième année travailleur, Adam Lowry. La clé du succès des Jets cette saison pourrait bien venir de deux nouveaux arrivants. Alex Burmistrov revient au bercail après quelques saisons en KHL : plus mûr, plus expérimenté, il devra toutefois se ré-adapter aux petites glaces. Le Danois Nikolaj Ehlers intrigue. Drafté au premier tour en 2014, le sniper de la ligue du Québec fait partie des rookies les plus prometteurs de la ligue. Ehlers n’hésite pas à lancer au but, et ses qualités de finisseur pourrait bien constituer la pièce manquante de l’équipe.

Avec une quatrième ligne plus physique et traditionnelle, Winnipeg aligne un effectif équilibré donc dangereux. La marge n’est pas très haute, mais les Jets devraient être dans le coup pour intégrer le top-8. Avant, enfin, de remporter leur premier match de playoffs de l’histoire ?

Arrivées : C Alexander Burmistrov, C Andrew Copp, AD Nikolaj Ehlers
Départs : AD Michael Frolik, C Jim Slater, AD Lee Stempniak, AG Jiri Tlusty

Alignement prévisionnel
Attaquants
Andrew Ladd - Adam Lowry - Bryan Little
Drew Stafford - Mark Scheifele - Blake Wheeler
Matthieu Perreault - Alex Burmistrov - Nikolaj Ehlers
Chris Thorburn - Andrew Copp - Anthony Peluso
Défenseurs
Dustin Byfuglien - Jacob Trouba
Tobias Enström - Tyler Myers
Mark Stuart - Ben Chiarot
Gardiens
Ondrej Pavelec
Michael Hutchinson


****


nashville predatorsLes Predators de Nashville ont retrouvé les playoffs en 2014-2015 après deux saisons d’absence. La deuxième place de la division Centrale (104 pts) était prometteuse, mais affronter Chicago dès le premier tour... Pas vraiment le cadeau idéal ! Malgré cet échec, le staff n’a procédé qu’à très peu de modifications.

L’entraîneur Peter Laviolette a redonné un peu d’allant à une attaque assez modeste sous l’ère Barry Trotz, tout en conservant la fondation défensive de l’équipe. Dans les cages, Pekka Rinne reste l’incontournable n°1, après une saison remarquable. Carter Hutton a su assurer un intérim honnête et se trouve confirmé dans son statut de remplaçant.

La défense s’appuie toujours sur le capitaine Shea Weber et son binôme Roman Josi, qui a fini 5e au vote du trophée Norris l’an dernier. Le duo, peut-être le meilleur de la NHL, dispose de relais intéressants, tels l’offensif Ryan Ellis ou le plus défensif Mattias Ekholm. Le jeune Seth Jones poursuit son apprentissage pour devenir la prochaine star de la ligue. Les Predators ont enfin recruté de l’expérience, avec le rugueux Barret Jackman, qui a passé toute sa carrière à St. Louis. Il remplace poste pour poste Anton Volchenkov, qui n’a pas été conservé.

L’attaque a donc mieux paru et cherchera à confirmer. Le top-6 propose deux pivots d’expérience, Mike Ribeiro et Mike Fisher, et des ailiers rapides et explosifs : le sniper James Neal, le polyvalent Craig Smith, le grand gabarit de Colin Wilson et le fantasque Filip Forsberg, brillant pour sa première saison, qui devra éviter le « sophomore slump », ce déclin de performance en deuxième année. La clé des Predators se situera donc sur les lignes d’échec. Si Paul Gaustad reste une référence aux mises au jeu, surtout défensives, il n’apporte plus autant qu’avant offensivement. Eric Nystrom, Gabriel Bourque ou le débutant Victor Arvidsson ne sont guère connus pour leur apport offensif. L’inconnu réside donc sur Calle Jarnkrok et Cody Hogdson, aux carrières juniors prometteuses, mais qui n’ont jamais vraiment confirmé en NHL. Franchiront-ils enfin un cap ? Les rookies Austin Watson et Colton Scissons pourraient jouer les troubles fêtes en cours de saison, tout comme le petit sniper de KHL, Steve Moses, qui débutera la saison en ligue mineure. Un effectif stable, donc, qui devra apprendre à mieux jouer en équipe spéciale (25e en supériorité, 18e en infériorité) pour viser plus haut.
Les Predators n’ont donc quasiment rien changé : ils comptent toujours sur une défense intraitable, un gardien all-star et espèrent que leurs attaquants passeront un palier. Dans une division de plus en plus relevée, le pari n’est pas gagné.

Arrivées : C Cody Hodgson, D Barret Jackman

Départs : D Cody Franson, C Mike Santorelli, C Matt Cullen, D Anton Volchenkov, AD Taylor Beck

Alignement prévisionnel
Attaquants
Filip Forsberg - Mike Ribeiro - James Neal
Colin Wilson - Mike Fisher - Craig Smith
Victor Arvidsson - Cody Hodgson - Calle Jarnkrok
Eric Nystrom - Paul Gaustad - Gabriel Bourque
Austin Watson, Colton Scissons
Défenseurs
Roman Josi - Shea Weber
Mattias Ekholm - Ryan Ellis
Barret Jackman – Seth Jones
Gardiens
Pekka Rinne
Carter Hutton

 

****


colorado avalanche logoL’Avalanche du Colorado jouera-t-elle comme en 2014 ou comme en 2015 ? C’est la grande question à l’orée de la 20e saison à Denver. En 2013-2014, Patrick Roy remportait le trophée d’entraîneur de l’année et menait ses hommes en playoffs. En 2014-2015, la franchise a terminé dans les profondeurs du classement, déclinant à tous les postes...

Pour remonter la pente, l’Avalanche a tenté de recruter du costaud, mais a perdu du lourd... Les arrivées du vétéran François Beauchemin, du centre Carl Soderberg et de l’ailier fort Blake Comeau ne font que remplacer poste pour poste les départs de Jan Hedja, Jamie McGinn et Ryan O’Reilly... des remplacements « en moins bien » !

L’effectif de Colorado interroge. Dans les cages, Semyon Varlamov n’a pas totalement confirmé l’an passé, gêné par des blessures en début de saison, avant de bien finir l’année. Ses remplaçants, Reto Berra et Calvin Pickard, ne paraissent pas apporter de grandes garanties.

En défense, Beauchemin montrera l’exemple à un groupe de défenseurs qui laisse une impression mitigée. Erik Johnson reste une valeur sûre et Tyson Barrie l’étoile montante des défenseurs offensifs. Derrière, Zach Redmond, Nate Guenin, Nick Holden ou l’ancien Brad Stuart paraissent limités. Quant aux jeunes Nikita Zadorov, 20 ans, et Brandon Gormley, 23 ans – acquis contre Stefan Elliott –, on ne sait pas trop s’ils sont vraiment prêts pour leur rôle...

Le succès de l’équipe passera par un travail compact des avants pour aider leurs défenseurs. Mais la 22e attaque de la ligue l’an dernier aura fort à faire pour remplacer le départ à la retraite de Daniel Briere, et surtout l’envoi de Ryan O’Reilly à Buffalo. La première ligne devrait ainsi permettre à Matt Duchene de s’appuyer sur les expérimentés Alex Tanguay et Jarome Iginla. Le capitaine Gabriel Landeskog servira de rampe de lancement pour le rapide Nathan MacKinnon, vainqueur du trophée Calder 2014, et le buteur suédois Carl Soderberg, acquis à prix d’or de Boston dès le départ d’O’Reilly. Derrière ces deux lignes crédibles, les deux lignes d’échec restent peu emballantes. Blake Comeau, Cody McLeod, John Mitchell et Dennis Everberg sont là pour apporter de l’énergie et du physique. L'incertitude viendra de Mikhail Grigorenko. L’ancien premier choix russe des Sabres de Buffalo, arrivé dans l’échange O’Reilly, retrouve en Patrick Roy son entraîneur des Remparts de Québec. Le grand pivot a peiné à s’imposer aux Sabres : il reçoit là une chance en or de creuser sa place en NHL.
Au final, Colorado apparait bien en dessous des adversaires de cette division Centrale. Les chances de retrouver les playoffs restent maigres...

Arrivées : C Connor McDavid, G Cam Talbot, D Andrej Sekera, C Mark Letestu
Départs : C Derek Roy, C Boyd Gordon, G Viktor Fasth

Alignement prévisionnel
Attaquants
Alex Tanguay - Matt Duchene - Jarome Iginla
Gabriel Landeskog - Carl Soderberg - Nathan MacKinnon
Blake Comeau - Mikhail Grigorenko – Mikko Rantanen
Cody McLeod - John Mitchell - Dennis Everberg
Défenseurs
François Beauchemin - Erik Johnson
Zach Redmond - Tyson Barrie
Brad Stuart - Nick Holden
Nikita Zadorov
Gardiens
Semyon Varlamov
Reto Berra