Wasquehal - Chambéry (Division 2, 10e journée)

Wasquehal est sorti soulagé de la réception de Marseille, synonyme de premier gain de la saison, Chambéry a dans le même temps, sur la glace d'Evry-Viry, retrouvé le goût d'une victoire qui lui échappait depuis le 19 septembre… date de la réception des Lions. À l'époque, un quadruplé de Dmitri Lavrov avait coupé l'élan des Lions, pour leur retour en Division 2. Seulement, les Éléphants doivent se passer de leur buteur estonien, plâtré, de même que du Suédois Bergkvist, victime d'une commotion, et de Clément Ramos, malade. Ajoutons le départ de Peter Lietava et on comprend que Rémy Enselme a eu du mal à constituer son équipe, où de nouvelles têtes se mettent en évidence.
 
Du défenseur Guillaume Bourgain vient le premier lancer, tendu, vers Gilles Beck et son gant salvateur sur une reprise de Thomas Levet au cœur d'une défense lente à se mettre en ordre de marche. La première erreur est cependant fatale aux Savoyards car Kévin Martenon est surpris par Turpin derrière son but, ce dont profite François Piquet pour ajuster, sans opposition, le gardien suédois Filip Hjorth, qui ne peut que ralentir la course de la rondelle (1-0 à 04’32").
 
Le gardien de Wasquehal demeure le plus employé, encore par Levet, auteur d'un lancer astucieux face à plusieurs adversaires, et s'attend à souffrir car son entraîneur conteste avec trop de véhémence un surnombre. Curieusement cette double supériorité coïncide avec une baisse de régime des Chambériens ; seul Kemi, à la bleue, parvient à lancer, Benjamin Louf se permettant même une échappée. Au retour des bannis, les Lions, qui se sont échauffés avec des tenues tricolores, profitent de leur troisième occasion pour se détacher, sur un centre millimétré de Domian vers Robin Morvan, habile dans le dernier geste (2-0 à 10’04").
 
Mal en point, les visiteurs perdent l'un de leurs cinq défenseurs, Kévin Martenon, expédié dans la balustrade par Canaguier. La supériorité consécutive ne donne toujours rien de probant, mais Kevin Grabit remonte ensuite le palet sur la gauche, tente de surprendre Gilles Beck de l'arrière du but, le disque revenant sur Emmanuel Rol, à l'affût (2-1 à 12’56").
 
La percée du dernier arrivé Jonas Nilsson met encore à mal la défensive nordiste, soulagée de voir le trio arbitral invalider un but car la cage a été dessoclée. Beck est encore là sur un essai de Levet, lui aussi posté derrière la cage, et doit à nouveau affronter une double infériorité causée par deux obstructions de Zajac et Fronty aux abords de l'enclave. Décalé par Philip Kemi, Marcon expédie le disque sans contrôle vers un portier tout aussi vigilant devant le Suédois, par ailleurs désespéré de voir le manque de réussite du jeu de puissance : le palet sort de la zone sur un engagement pourtant remporté par les Alpins, Levet oublie ses partenaires et Leavitt perd le contrôle du palet à la ligne bleue.
 
Plus incisive, la première ligne nordiste porte vite le danger sur la cage de Hjorth ; N'Guyen trouve Domian sur la droite, pour un centre vers Robin Morvan, cette fois déjoué à bout portant. Il s'agit de l'une des rares actions construites par les hommes de Frédéric Nilly au premier tiers-temps. Le danger est plus souvent l’œuvre des Savoyards, qui gâchent une situation de 2 contre 1 par leur capitaine Escolier, peu avant un nouveau tir côté gauche de l'Américain Leavitt, terminé dans le gant de Gilles Beck.
 
Quelque peu soulagés d'entendre le premier coup de sirène, les Wasquehaliens reprennent le jeu avec un tout autre visage. Le nouvel arrivé Trent Ruffolo récupère le caoutchouc, qu'il transmet à Charley Marcos, parti l'expédier en force vers une cage bien gardée par Hjorth, le rebond échappant à Canaguier. Disciplinés jusque-là, les Éléphants concèdent par Philip Kemi leur première pénalité. Wasquehal punit ses visiteurs en moins de trente secondes. Hjorth repousse difficilement un palet expédié de l'entrée de zone, Ruffolo bien place préfère céder le rebond à Axel Canaguier dans son dos, face à une cage ouverte (3-1 à 24’24").
 
Cette réussite en supériorité numérique se poursuit pour des Lions qui ont déjà lancé plus souvent qu'au cours du premier acte. Un cinglage de Romain Broyer permet à la paire Ruffolo-Canaguier de faire chauffer la mitaine de Filip Hjorth. Kevin Grabit pense se donner de l'air en dégageant le long de la bande, mais Benjamin N'Guyen intercepte et lance en force, Axel Canaguier héritant du rebond (4-1 à 27’18").
 
Chambéry réagit rapidement. Frachon dribble Verschaeve pour s'ouvrir le chemin du but, avant de rater la cible, puis Cizek abandonne le palet à Marcon, qui se heurte à Beck, vite collé à son poteau pour empêcher Nilsson de ponctuer victorieusement son tour de cage. Dans un scénario de déjà-vu, les Savoyards semblent moins incisifs au cours de la pénalité de Domian (faire-trébucher). Kemi et Marcon manquent tour à tour la cage. Chambéry frôle la correctionnelle sur un slalom d'Axel Canaguier, dont la feinte prend à revers Filip Hjorth, auteur en dernier recours d'une parade désespérée autant que salutaire. Bourgain se présente seul devant Gilles Beck. Tout aussi inflexible sur le coup qu'à l'occasion d'un double arrêt causé par une mine de Philip Kemi, le portier ne contrôle toutefois pas un palet expédié de la neutre par Brendan Leavitt, mauvaise appréciation bien suivie par Thomas Levet (4-2 à 32’14").
 
Trois fautes consécutives de Cizek, Marcon et Rol peuvent ternir la fin de tiers des visiteurs, soulagés de voir Ruffolo, plus rapide que Kemi, butter sur leur dernier rempart. Les deux Américains Di Pietro et Ruffolo combinent pour employer le Suédois, en suris sur un tir puissant de Benjamin Louf, prétexte à une échauffourée devant la cage. Il met fin à une dernière situation à 3 contre 5 en repoussant la percée de François Piquet. Wasquehal n'est pas plus heureux à la reprise, les deux formations s'échangeant les pénalités. La passe de Ruffolo vers Di Pietro, monté aux avant-postes, est trop appuyée ; Axel Canaguier attend un soutien qui n'arrive pas et tente un revers trop à gauche.
 
Chambéry est alors plus incisif, sous la houlette de Fabien Marcon. Positionné derrière le but, le grand numéro 10 à la moustache guette le soutien de son capitaine Escolier, dont la reprise est bien captée par Beck. Puis il trouve Jonas Nilsson, empêché de tirer par une faute de Piquet. L'attaque massive trouve enfin la bonne carburation : Kemi à la bleue expédie un lancer sur le poteau, Nilsson monte et s'appuie sur Cizek pour décocher un tir dans la mitaine du gardien, connaissant le même sort que Marcon. À 24 secondes de la fin de la sentence, les Éléphants sont récompensés de leurs efforts sur un tir hors cadre de Kemi, qui rebondit derrière la cage et parvient à Martin Cizek (4-3 à 45’28").
 
Vexé, Martin Domian multiplie les lancers (trois en quelques secondes) et reste sur la glace au moment où son défenseur Sébastien Fronty est invité à séjourner longuement en geôle. L'attaquant slovaque s'empare de la rondelle dans sa zone et s'approche de la ligne rouge, d'où il l'expédie vers le haut de la cage, la déconcentration de Hjorth faisant le reste (5-3 à 48’11").
 
Les Métropolitains doivent toutefois faire face à plusieurs assauts de Chambériens qui tentent de tirer profit de la présence massive de David Escolier dans l'enclave. Masqué par le capitaine adverse, Gilles Beck ne voit pas le lancer de Kemi frôler le cadre, mais oppose la botte à Thomas Levet. Wasquehal doit effacer une dernière pénalité, née d'un cinglage de Morvan sur Hjorth. Cette fois Marcon est trop excentré pour trouver le fond des filets et Grabit voit son lancer échouer dans le gant de Beck. Sa dernière intervention, car la fin de match sera à sens unique.
 
Servi sur la droite, Charley Marcos décoche un lancer victorieux côté plaque (6-3 à 54’53"). En infériorité du fait d'un cinglage de Piquet, Axel Canaguier, lancé par Trent Ruffolo dans le dos de Cizek, lance vers le gardien suédois, qui semble faire l'arrêt mais ne fait que freiner la course du disque (7-3 à 57’14"). Les Lions finissent en double supériorité à la suite d'une charge appuyée de Grabit sur Piquet et d'une intervention trop flagrante de Kemi, couché sur le palet. Ils ponctuent leur festival offensif par un dernier filet de Charley Marcos, trouvé à gauche du but, d'où il ajuste Hjorth (8-3 à 59’23").
 
Ce succès longtemps contesté par des Chambériens en baisse de régime sur la fin de rencontre permet aux Lions d'abandonner la dernière place avant un déplacement difficile sur la glace de Cergy-Pontoise.
 
Commentaires d’après-match
 
Rémy Enselme (entraîneur de Chambéry) : "C'était un peu difficile de composer l'équipe à cause des absences, mais avec des « si » on peut refaire le monde. L'équipe a tenu jusqu'à environ dix minutes de la fin. On prend un but un peu gag en infériorité qui fait mal au moral. Les doubles supériorités numériques mal gérées et leurs deux avantages numériques du deuxième font mal. La réussite nous fuit en ce moment, on est dans le dur depuis le début de saison entre les blessés, la malchance. Ce soir on n'est pas loin de faire pencher la balance de notre côté, on est à deux doigts de marquer un but et on en prend un de l'autre côté. En ce moment la spirale est négative, en début de match on perd encore un joueur, notre gardien a été un peu dans le dur. La longue période sans victoires n'a pas joué dans les têtes, même si le match d'Evry a fait du bien. Les absences ne sont pas une excuse. À 4-3 les gars sont dedans. Ce sont des faits de match qui entraînent le cinquième but ; on est sur un momentum, ils ont un peu de pression, prennent des pénalités et le quatrième n'est pas loin."
 
 
Wasquehal – Chambéry 8-3 (2-1, 2-1, 4-1).
Samedi 21 novembre 2015 à 18h30 à la patinoire Serge Charles. 300 spectateurs.
Arbitrage de Armand Bornais assisté de Nicolas Dessaint et Maxime Laboulais.
Pénalités : Wasquehal 32' (10’, 2’, 10’+10'), Chambéry 16' (0’, 10’, 6’).
Tirs : Wasquehal 36 (6, 19, 11), Chambéry 44 (18, 15, 11).
Évolution du score :
1-0 à 04’32" : Piquet assisté de Turpin
2-0 à 10’04" : Morvan assisté de N'Guyen et Domian
2-1 à 12’56" : Rol assisté de Broyer et Grabit
3-1 à 24’24" : Domian assisté de N'Guyen et Canaguier (sup. num.)
4-1 à 27’18" : Canaguier assisté de N'Guyen (sup. num.)
4-2 à 32’14" : Levet assisté de Leavitt et Broyer
4-3 à 45’28" : Cizek assisté de Kemi (sup. num.)
5-3 à 48’11" : Domian assisté de N'Guyen (inf. num.)
6-3 à 54’53" : Marcos assisté de Canaguier et Ruffolo
7-3 à 57’14" : Canaguier assisté de Ruffolo et Cvejn
8-3 à 59’23" : Marcos (double sup. num.)
 
 
Wasquehal
 
Attaquants :
Martin Domian -  Benjamin N’Guyen (C) - Robin Morvan
Trent Ruffolo - Charley Marcos - Axel Canaguier (A)
Benjamin Turpin - Aurélien Zajac - François Piquet.
 
Défenseurs :
Marc-Antoine Herbet -  Lukas Cvejn
Thibault Verschaeve - Joe Di Pietro
Benjamin Louf - Sébastien Fronty (A)
 
Gardien :
Gilles Beck
 
Remplaçants : Jean-Christophe Rohart (G), Anthony Kiffer. Absents : Simon Angielczyk (pouce), Jakub Mencik, Thomas Fauchart (genou).
 
Chambéry
 
Attaquants :
David Escolier (C) - Fabien Marcon (A) – Jonas Nilsson
Thomas Levet - Brendan Leavitt - Renaud van den Abbeele
Emmanuel Rol - Romain Broyer - Thibaut Frachon
 
Défenseurs :
Kévin Martenon - Philip Kemi
Guillaume Bourgain - Martin Cizek
Kevin Grabit
 
Gardien :
Filip Hjorth
 
Remplaçant : Rodolphe Brunetti (G). Absents : Dmitri Lavrov, Jonas Bergkvist (blessés), Clément Ramos (malade), Romain Sadoine (épaule).