Brest – Chamonix (Ligue Magnus, 10e journée)

Course-poursuite 

Week-end très important pour les Albatros avec la réception de deux équipes, Chamonix puis Strasbourg, proches au classement. Les Bretons n’ont guère le choix et doivent s’imposer face à ces concurrents directs qui ont le gros handicap d’avoir un long voyage dans les jambes pour se rendre jusqu’en Bretagne.

À la traîne en championnat, le club le plus titré de France ne s’attendait probablement pas à une telle galère cette saison. L’attaque semble assez irrégulière et a été blanchie la semaine dernière à Lyon. Les Chamois éprouvent en effet de grandes difficultés en dehors de leurs bases.

On espérait voir une équipe brestoise au complet pour la première fois de la saison. Peine perdue puisque Graham Avenel est logiquement suspendu après sa mauvaise charge dans le dos face à Dijon tandis que Nicolas Motreff s’est blessé à nouveau. Mathieu Gagnon est de retour en défense et est toujours à la recherche de son premier point cette saison.

Juste avant le match, on apprenait le départ du géant Cody Matthieu. Il est vrai que lorsqu’une recrue a moins de temps de jeu à Brest qu’un jeune formé au club (le prometteur Dimitri Motreff en l’occurrence), cela est rarement très bon signe pour lui. Un départ qui ouvre la porte à une arrivée éventuelle. Il reste encore quelques semaines avant la date limite des transferts.

Malgré deux matchs en trois jours, les deux équipes tournent à trois blocs. Les Chamoniards ne semblent pas avoir les jambes lourdes et sont les plus entreprenants après le coup d’envoi. C’est pourtant Quentin Berthon, aligné au centre de la deuxième ligne, qui profite de l’excellent travail de Michal Dian derrière le but de Henri-Corentin Buysse pour ouvrir la marque (1-0 à 4’10’’).

Cela n’arrête pas vraiment l’élan des Chamois qui se font pressant sur un Léo Bertein qui répond présent face à Ilpo Salmivirta (6’25’’) puis aux attaquants de poche Arnaud Hascoët et Clément Masson (7’40’’). Tout va très vite en hockey et les visiteurs le prouvent en basculant la marque en une demi-minute.

Henric Andersen est tout d’abord l’auteur d’une égalisation splendide. L’attaquant suédois, malgré un défenseur sur le dos qui l’accroche, parvient à trouver la lucarne brestoise (1-1 à 13’21’’). Une pénalité était d’ailleurs appelée sur l’action mais annulée par le but. Trente secondes plus tard, Matthias Terrier profite d’un cafouillage dans le slot (1-2 à 13’51’’).

Le coach Sébastien Oprandi remanie ses lignes à l’entame du deuxième tiers. Il reconstitue le trio slovaque en replaçant Jaroslav Prosvic au centre de la paire Dian-Hujsa. Berthon recule entre Jonathan Avenel et Jérémy Romand.

Les Albatros sont une des pires équipes du championnat en supériorité numérique (avec Dijon) et il n’est pas étonnant que le staff brestois souhaite voir ses joueurs plus « tueurs » dans ces situations. Chamonix à l’inverse est la meilleure équipe de Ligue Magnus en infériorité. C’est donc avec une certaine surprise qu’Edgars Dikis égalise sur un rebond laissé par Buysse alors que Brest évoluait en jeu de puissance (2-2 à 23’13’’). Néanmoins la feuille de match attribue le but à égalité numérique… De quoi soigner les statistiques des visiteurs en infériorité.

Avec le casque bleu de top scorer juché sur sa tête depuis plusieurs journées, le vétéran Martin Hujsa monte en puissance. Mettant à mal la défense adverse, il obtient un lancer de pénalité sur une faute de Clément Colombin qu’il se charge de transformer impeccablement du revers (3-2 à 25’26’’).

Regonflés par ce retournement de situation, les Chamois repartent de l’avant. Bissonnette levait presque déjà les bras au ciel mais Bertein arrête son tir à bout portant (27’29’’). Les pénalités pleuvent sur les Bretons qui sont même réduits à trois pendant 1’04’’ (28’25’’) et 0’45’’ (29’41’’). La situation tourne au vinaigre pour Chamonix. Non seulement les doubles supériorités ne sont pas concrétisées, mais en plus l’écart se creuse par l’intermédiaire de Vondracek qui troue Buysse entre les jambières alors que Brest évoluait à quatre (4-2 à 31’40’’).

Un tiers remporté 3-0 par les locaux, l’opération est belle mais cela est plus difficile qu’il n’y paraît. Il y a des choses à revoir comme ces deux (!) pénalités pour surnombre totalement évitables (28’25’’ et 38’41’’).

Brest ne doit pas faire l’erreur de se relâcher. Ils amorcent l’ultime tiers dans une situation analogue à celle de la semaine passée face à Dijon, à savoir une avance de deux buts. Cela n’avait pas empêché les Ducs de revenir. Ont-ils retenu la leçon ? Les spectateurs se disent que oui en voyant Christian Ouellet retrouver enfin le chemin des filets d’un beau lancer-frapper excentré (5-2 à 42’49’’).

Ce but scelle le sort de Buysse qui est sorti par Stéphane Gros. Le gardien exprime sa frustration en faisant tomber son but par-terre. Le réveil espéré par l’entraîneur chamoniard (qui remanie lui aussi ses lignes offensives) se produit assez rapidement. Réduit à quatre après un retard de jeu (43’32’’), Brest ne peut empêcher Matthias Terrier de marquer sur déviation (5-3 à 44’31’’). C’est ensuite Matt Bissonnette qui jette la patinoire dans un silence complet (à l’exception du banc de son équipe) avec une infiltration tout en vitesse ponctuée par un tir foudroyant (5-4 à 47’13’’).

Où s’arrêtera cette course-poursuite folle ? Chaque équipe semble à réaction. Roman Vondracek redonne un bol d’air aux noirs. Il intercepte un palet dans l’axe et finit par marquer en deux temps après avoir touché le poteau de Barrier (6-4 à 50’35’’). Mais rien n’arrête les Chamois qui reviennent à un petit but après un beau mouvement collectif qui débouche sur un débordement à l’aile gauche d’Andersen qui repique vers le centre et signe un doublé (6-5 à 54’25’’). Les deux buts inscrits ce soir par le Suédois sont de vrais chefs-d’œuvre.

La fin de match est très difficile pour les locaux qui passent la plupart du temps dans leur zone défensive face à des Chamoniards déterminés. Hascoët prend une mauvaise prison à trois minutes du terme du temps réglementaire mais elle est compensée par une obstruction de Ouellet (58’03’’). Gros sort Barrier mais malgré un gros pressing de son équipe, y compris à 6 contre 4, l’égalisation espérée ne viendra pas. À cinq secondes près cela avait fonctionné l’an passé, pas cette fois.

C’est Jean qui pleure et Jean qui rit au gong final. Brest fait une splendide opération comptable en prenant les trois points qui étaient impératifs. De l’autre bord, Chamonix est très clairement déçu en repartant bredouille alors qu’un point n’aurait pas été immérité. Ils n’ont jamais lâché et ont inscrit des buts spectaculaires mais le mauvais deuxième tiers a été rédhibitoire.

Les Albatros s’en sortent bien et ils espèrent bien remettre le couvert dimanche face aux Alsaciens.

 

Brest – Chamonix 6-5 (1-2, 3-0, 2-3)
Vendredi  27 novembre 2015 à 20h00 au Rïnkla Stadium. 847  spectateurs.
Arbitrage de Alexandre Bourreau assisté de Charlotte Girard et Jérémy Douchy.
Pénalités : Brest 14' (2', 8', 4'), Chamonix 10' (0', 8', 2').
Tirs : Brest 28 (14, 10, 4), Chamonix 30 (10, 8, 12)
 
Évolution du score :
1-0 à 04’10’’ : Berthon assisté de Dian et Dikis
1-1 à 13’21’’ : Andersen assisté de Hascoet et Masson
1-2 à 13’51’’ : Terrier assisté de Ares et Jalbert
2-2 à 23’13’’ : Dikis assisté de Hujsa et Dian (sup. num)
3-2 à 25’26’’ : Hujsa (tir de pénalité)
4-2 à 31’40’’ : Vondracek assisté de Ouellet et Dikis (inf. num)
5-2 à 42’49’’ : Ouellet assisté de Vondracek et Landry
5-3 à 44’31’’ : Terrier assisté de Salmivirta et Hascoet
5-4 à 47’13’’ : Bissonnette assisté de Terrier et Mielonen
6-4 à 50’35’’ : Vondracek assisté de Hujsa et Greverend
6-5 à 54’25’’ : Andersen assisté de Salmivirta et Hascoet


Brest

Attaquants :
Alexandre Quesnel (A) - Roman Vondracek - Christian Ouellet
Martin Hujsa - Quentin Berthon [puis Prosvic à 20’] - Michal Dian
Jonathan Avenel  - Jaroslav Prosvic (C) [puis Berthon à 20’] - Jérémie Romand
Dimitri Motreff [à partir de 36’]

Défenseurs :
Mathieu Gagnon - Charles Landry
Aurélien Gréverend (A) - Edgars Dikis
Charlie Doyle - Doug Jessey
 
Gardien :
Léo Bertein

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G), Florent Aubé, Gaëtan Cannizzo, Thibault Kervella, Jérémy Cormier. Absents : Graham Avenel (suspendu), Nicolas Motreff.

Chamonix

Attaquants :
Matt Bissonnette – Randy Cameron [puis Terrier] – Ilpo Salmivirta (A) [puis Hascoet]
Henric Andersen – Clément Masson (C) – Arnaud Hascoët [puis Salmivirta]
Jérémy Ares – Matthias Terrier (A) [puis Cameron] – Patxi Biscard

Défenseurs :
Riku Silvennoinen – Juho Mielonen
Pierre-Luc Lessard – Damien Torfou
Dominic Jalbert – Clément Colombin
 
Gardien :
Henri-Corentin Buysse puis Jimmy Darier à partir de 42’49’’ (sorti à 58’03’’)

Remplaçants : Pierrick Magnien, Florian Portier, Lou Bogdanoff, Jordan Mugnier. Absent : Joris Bedin.