Épinal - Morzine-Avoriaz-Les Gets (Ligue Magnus, 11e journée)

En haut de l’affiche !

Qu’il paraît loin le temps où Tommie Hartogs (le coach morzinois) et Stéphane Barin (l’entraîneur spinalien) faisaient front commun, performants chez les Brûleurs de Loups (1997/98) avant d’enfiler les points outre-Rhin. Les Krefeld Pinguine avaient tout simplement recruté, durant l’été 1998, le meilleur trio grenoblois dans son intégralité. Une triplette (complétée par le Franco-Canadien Robert Ouellet) qui opéra là-bas jusqu’en 2001. Le Néerlandais rejoignit alors un autre club de DEL, laissant Barin disputer deux dernières saisons à Krefeld, au sein d’une formation quittée, au printemps 2003, sur un titre de champion...

BARInStéphane HARTOGSTommieCette année-là, d’autres Pingouins (ceux de Morzine-Avoriaz) se préparaient à disputer leur dernière saison en Division 1. Une antichambre que le HCMAG, en grand besoin de points, pourrait retrouver l’an prochain s’il échoue dans sa course au maintien. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les Alpins partent de loin, avec seulement quatre petits points récoltés lors des dix premières journées...

Suivant une trajectoire opposée, les Spinaliens continuent d’engranger de leur côté. Trois précieux points viennent d’ailleurs d’être ramenés d’Angers (4-3), où un but gagnant de Maxime Moisand leur a permis d’empocher un huitième succès d’affilée. Une belle victoire en appelant logiquement d’autres. Les Gamyo, bien ancrés dans le haut du tableau, ont clairement le vent dans le dos...

C’est donc tout un défi qui attend les Pingouins, venus tout droit de Haute-Savoie pour un match qui aurait normalement dû permettre à Florian Sabatier d’affronter Jérémy, son frère aîné (parti, comme lui, de Reims cet été). Mais si Florian a réussi des débuts fracassants parmi l’élite du hockey français, Jérémy a subi deux commotions l’ayant poussé à prématurément stopper sa saison...

BESSONNuma29112015Pallié par l’arrivée du Dijonnais Geoffrey Parisot, le départ de Jérémy Sabatier est loin d’avoir été le seul mouvement enregistré dans le Chablais ces temps derniers. Le défenseur Ville-Veikko Väkeväinen (pas à la hauteur des attentes placées en lui) et l’ailier Brandon Coccimiglio (parti finir sa saison outre-Manche en dépit des deux hernies qui lui ont été diagnostiquées) ont quitté des Pingouins venant d’obtenir le renfort de Mathieu Jestin (sur le flanc depuis près d’un an). Un come-back s’ajoutant aux retours de blessure des attaquants Karel Hromas et Jakub Šindel, qui ont repris ce vendredi pour la réception de Briançon (3-5). Un match que le HCMAG avait bien abordé, menant rapidement 3-0... avant d’ensuite s’effondrer !

Si Raphaël Corriveau (blessé) fait défaut aux Morzino-gêtois, Martin Charpentier est lui le seul absent des Spinaliens, dont l’ailier torontois Dorian Peca a fait ses grands débuts vendredi au Haras. L’Italo-canadien, auteur d’un passage remarqué à Caen l’an passé (mais sans club depuis son départ des Drakkars en avril dernier), évolue au sein d’un quatrième trio partagé avec Hugo Vinatier et Yannick Offret. Deux éléments combatifs à souhait, connus pour se battre comme des morts de faim sur tous les palets.

D’un extrême à l’autre, les Gamyo passent donc d’un duel au sommet à la venue d’un mal classé, ce qui doit normalement leur permettre d’enchaîner. Mais ce qui paraît simple sur le papier ne l’est pas toujours en réalité, d’autant que les hommes de Tommie Hartogs, revanchards après leurs déboires du vendredi soir, ne sont pas venus en victimes expiatoires. L’entame est pourtant très compliquée. Les Spinaliens signent leur première présence d’un tir cadré (Klouček), repoussé sur un Anže Kuralt bousculé par Numa Besson... jugé coupable d’une obstruction (00'27") !

ODROBNYPrzemyslaw29112015N’ayant pas encore touché un palet, les Pingouins se retrouvent donc rapidement assiégés, contraints de faire bloc devant leur portier polonais. Un Przemysław Odrobny faisant figure de gardien numéro un dans son pays, mais lâchant énormément de rebonds. Comme sur cette frappe tendue d’un Maxime Moisand (00'40") jouant, plus que jamais, les canonniers du powerplay.

Morzine prend les devants...

L’emprise vosgienne est totale sur cette première supériorité, toutefois inexploitée. Les visiteurs, au courage, tuent cette pénalité avant de jeter un premier froid. Jiří Klimíček voit sa longue relance interceptée en zone neutre par Peter Holečko, qui remet aussitôt sur Josselin Besson. Le rapide ailier se joue de Klimíček en flippant son palet, qu’il parvient à rapidement récupérer. Un trois-contre-un se dessine alors face au gardien, avec le seul Vojtěch Kloz pour faire opposition. Mais au lieu de trouver Laplace à l’opposé, le centre de Besson se voit dévié au premier poteau. Kloz prend involontairement Hočevar à contre-pied (0-1 à 04'02")...

PLCHJan29112015Piqués au vif, les Spinaliens réagissent sans tarder, sans qu’Odrobny soit puni de son rebond concédé sur un tir excentré de Vinatier (06'20"). Mais au lieu d’égaliser, les locaux vont encore se faire piéger sur un trois-contre-deux rondement mené. Mathieu Jestin s’engouffre dans la brèche pour mieux remiser sur Peter Holečko. L’imposant attaquant, bien servi entre les cercles, nettoie le haut du filet d’un maître-tir du poignet placé hors de portée du portier, côté bouclier (0-2 à 06'46")...

Les Pingouins, pas manchots, ont refroidi Poissompré, qui attendait beaucoup mieux de ses Gamyo. Et il suffit d’une relance mal assurée pour que Nicolas Deshaies ramène le danger. L’ancien Caennais voit son tir, bloqué, aussitôt repris par McIntosh, qui expédie son lancer dans la mitaine (08'16") d’un Hočevar repoussant ensuite l’incursion d’Homjakovs (08'26"). Mais s’ils peinent à serrer les rangs (en dépit d’un Moisand toujours taille-patron), les Spinaliens, comme à leur habitude, vont retrouver toute leur solidité en infériorité (pendant la pénalité infligée à Sabatier, 08'31"), faisant preuve d’abnégation pour bloquer un maximum de lancers.

Certains, comme McIntosh, parviennent néanmoins à passer entre les mailles du filet. Une vivacité partagée par un Josselin Besson aussi remuant qu’un Ján Plch s’évertuant, du haut de ses 41 ans, à débloquer une situation très compliquée. Mais loin de chercher l’exploit individuel, le vétéran tire profit de sa dexterité (il est toujours aussi difficile de lui prendre le palet) pour faire valoir son intelligence de jeu. Plch n’a pas son pareil pour mettre ses coéquipiers en bonne position, comme sur cette échappée avortée par Numa Besson. Ce bon retour n’empêche pas le Slovaque de remiser sur Cacciotti, qui échoue dans son entreprise d’aller glisser la rondelle entre les grands compas d’Odrobny (11'23").

Gêné sur cette action par le repli d’HolečkHOCEVARAndrej29112015o, l’Italo-Canadien obtient une pénalité. Et la lumière jaillit d’un renversement de Fujerik décalant imparablement Moisand. L’international français, en tête de cercle (côté gauche), tire sur réception pour expédier, d’une belle frappe croisée, la rondelle dans le bas du filet (1-2 à 12'30").

Les pénalités vont dès lors pleuvoir sur les Haut-Savoyards. Les deux minutes d’infériorité découlant d’une obstruction d’Hugues Cruchandeau (13'25") sont presque écoulées lorsque Vojtěch Kloz, sur jeu placé, dribble habilement Nicolas Deshaies. Un "café crème" que ce dernier sanctionne d’une charge dans le dos du défenseur tchèque, qui sera néanmoins parvenu à trouver Sabatier, bien placé, dont la reprise appuyée heurte Odrobny de plein fouet (15'11").

À la parade devant le meilleur compteur français de Ligue Magnus, l’international polonais n’aura en revanche pas à trop s’employer sur cette pénalité. Le jeu de puissance vosgien trouve, comme souvent, peu de possibilités d’adresser de bons lancers. Kuralt et Ograjenšek, s’ils apportent de la percussion et du mouvement, ont - il est vrai - parfois beaucoup de mal à lâcher leur palet, ce qui nuit à la spontanéité d’un powerplay gagnant à s’appuyer sur le gros slap de Moisand.

ODROBNYPrzemyslaw291120151Reste qu’à force de plier, "roseau" morzinois va finir par céder. La troisième supériorité d’affilée (née d’un cinglage de Jestin sur Plch, 17'16") est la bonne pour les favoris de Poissompré. Cacciotti, servi par Plch au premier poteau, remisant dans le slot sur Sabatier. Ce dernier, dans le trafic, parvient à remettre sur l’Italo-canadien, qui s’est fait oublier sur la gauche du portier. Un angle qu’Odrobny n’a pas le temps d’entièrement boucher, ce qui permet à Cacciotti d’enfiler la rondelle dans un petit trou de souris (2-2 à 18'55"). Ján Plch signe, au passage, son 400e point en saison régulière de Ligue Magnus...

Poissompré peut souffler. Les Gamyo, sans briller, ont rétabli la parité. De bon augure avant ce deuxième tiers-temps débuté sur un bon pressing exercé par ce duo Kuralt-Ograjenšek n’ayant pas son pareil pour les mettre les défenses en difficulté. Mais s’ils ont pris possession du palet, les Spinaliens butent sur un adversaire bien regroupé, comme s’il laissait venir pour mieux contre-attaquer. Le HCMAG s’emploie à repousser les vagues orange, ne se faisant que rarement submerger. Un surnombre sera toutefois crée par Florian Sabatier, qui remettra derrière lui, sur Steven Cacciotti, pour une tentative bien repoussée par Przemysław Odrobny (24'20"). Rien de bien menaçant, toutefois, comparé à ce que va devoir subir Andrej Hočevar...

...mais Hočevar tient bon la barre...

CESCONCraig et KLOUCEKTomasTout bascule sur une belle incursion d’Hordelalay, qui aura parachevé son accélération d’un bon coup d’épaule sur Papa. Lequel ne manque pas de s’écrouler, incitant Benjamin Gremion à sanctionner l’ailier spinalien (25'52"). Une décision lourde de conséquence, car elle ramène immédiatement le danger devant la cage d’un Andrej Hočevar repoussant, on ne sait comment (car tombé à la renverse), la tentative de Karel Hromas à bout portant (26'04"). Un début d’incendie parfaitement circonscrit par un gardien s’érigeant, dès lors, en muraille infranchissable devant le filet.

Le meilleur gardien de Ligue Magnus montre, à qui pouvait encore en douter, qu’il est bien ce qui se fait actuellement de mieux devant les filets français. N’en déplaise aux Pingouins, qui auront essayé de le déstabiliser par tous les moyens. Les attaquants alpins entreront d’ailleurs plusieurs fois en collision avec le portier, sans donner l’impression de vouloir l’éviter comme sur ce slap de Craig Cescon repoussé sur un Karel Hromas finissant par emboutir l’homme masqué (26'32"). Cette étincelle manque de mettre le feu aux poudres, d’autant que Cescon, connu pour son jeu rugueux (il dépasse régulièrement les 150 minutes de pénalité, quel que soit le championnat fréquenté), est allé provoquer Klouček...

Aucune pénalité ne sera toutefois appelée sur cette action, suivie d’un deux-contre-un Peca - Le Blond parfaitement enrayé par un très solide Numa Besson (27'22"). Hočevar joue de la botte devant Josselin Besson (27'47") avant qu’un petit pont d’Ograjenšek sur Jestin ne mette le Slovène en bonne situation. Mais comme trop souvent, l’ailier international ne cadre pas (27'55"), laissant plutôt Cacciotti (suite à un bon relais entre Plch et Sabatier) inquiéter Odrobny (28'20")...

Bien iHOCEVAR et BESSONnspiré de s’avancer pour fermer tout angle de tir à Craig Cescon (29'18"), Andrej Hočevar finit par perdre son sang-froid. Josselin Besson, en se ruant au rebond, s’empalant volontairement (?) sur le portier (29'48"). Lequel sort de ses gonds, toisant l’imprudent avant que Besson, en se rebiffant, ne déclenche les hostilités. Les esprits s’échauffent en même temps que les coups pleuvent et que les gants tombent, générant plusieurs pénalités sans influence sur la suite des événements. Les Hromas, Homjakovs et autres Besson, passée cette échauffourée, continuent à tenir tête la dragée haute aux Gamyo en jouant tous les coups à fond.

... et les Spinaliens tiennent bon le vent !

Mais dans les secondes suivant une grosse occasion de Karel Hromas (parvenu à récupérer un palet qu’il n’aura pu cadrer, 32'27"), Pierre-Charles Hordelalay s’échappe sur le côté. Le rapide ailier, aux prises avec Numa Besson, s’en joue habilement pour mieux continuer son action. Hordelalay amorce un tour de cage avec l’idée de rapidement transmettre le palet au premier poteau. Ce qu’il fait, en trouvant Dorian Peca, idéalement placé face au portier, qui reprend à bout portant pour scorer petit côté (3-2 à 32'42").

L’Italo-canadien ne pouvait pas trouver meilleur moment pour débloquer son compteur sous ses nouvelles couleurs. Un but d’autant plus important qu’il n’a en rien freiné les ardeurs de Pingouins toujours plus insistants, à l’image d’un Jakub Šindel se procurant deux belles occasions en un rien de temps (34e).

TensionsJusqu’alors très discret, cet ancien grand espoir du hockey tchèque, qui arbore une protection au niveau d’une mâchoire doublement fracturée en début de saison, se signale d’un faire trébucher (34'02"). Une faute permettant aux Gamyo d’investir le camp morzinois, faisant vite et bien tourner un palet qu’Odrobny voit souvent venir à lui. Autant de frappes cadrées (signées Fujerik, Sušanj ou Sabatier) repoussées par l’international polonais.

Mais s’il est un gardien qui aura fait parler de lui durant ce tiers médian, c’est bien Andrej Hočevar. Au plus fort de la tempête, le Slovène a en effet su garder la porte fermée, maintenant les Gamyo à flot avec brio. Il y a donc fort à parier qu’Épinal, sans un Hočevar des grands soirs, serait tombé dans le piège haut-savoyard. C’est qu’ils donnent du fil à retordre aux Spinaliens, ces valeureux Pingouins, qui ne lâchent rien et ne manquent pas de répondant à défaut d’avoir une grande profondeur de banc.

Puni d’un pressing trop insistant, Karel Hromas écope d’une nouvelle pénalité (42'55"), compliquant ainsi la tâche de ses coéquipiers. Les Morzinois s’en sortent toutefois grâce à un solide Odrobny, présent sur tous les lancers et bien aidé, il est vrai, par l’étonnante maladresse d’un Cacciotti ratant un but tout cuit (44'42"). Colin McIntosh, en coupant le centre tendu d’Edgars Homjakovs au second poteau, lève les bras, certain d’avoir marqué (46'03"). Mais aucun but égalisateur ne viendra de la palette du Canadien venu des Bisons de Neuilly. Ni, d’ailleurs, de celle d’aucun autre "Pingouin"...

CACCIOTTI HCMAGMike Schwindt parviendra toutefois à glisser le palet au fond des filets. Mais c’est bien involontairement que le grand défenseur canadien trompera son propre gardien en déviant le centre d’Ograjenšek au lieu de le bloquer (4-2 à 54'41"). Maxime Moisand, auteur d’une belle remontée, avait auparavant parfaitement renversé sur l’ailier slovène, qui avait bien remarqué Fujerik, totalement démarqué à l’opposé.

Hissez haut, les Gamyo !

Poissompré, pleine à craquer, peut maintenant savourer. Et pour que la fête soit encore plus belle, Hugo Vinatier lance Dorian Peca dans l’intervalle, qui s’excentre côté droit pour expédier la rondelle entre les jambières du portier (5-2 à 56'06"). Le point final d’une belle soirée, tout bénéfice pour des Spinaliens signant un neuvième succès d’affilée... et profitant de l'incroyable faux-pas de Rouen pour prendre la tête du classement !

Jamais depuis l’instauration des "week-ends à l'allemande" dans le championnat français (depuis 2011), Épinal n’avait fait carton plein en remportant ses matchs du vendredi et du dimanche. C’est maintenant chose faite, même s’il aura fallu batailler pour venir à bout de coriaces morzino-gêtois. Un HCMAG qui aurait mérité mieux, à une semaine de son match télévisé (contre Bordeaux), que cette défaite "encourageante" ne lui apportant rien de plus au classement...

PECADorian291120151C’est donc en leaders que les hommes de Stéphane Barin s’en iront défier les Brûleurs de Loups vendredi prochain, avec la ferme intention de ne pas s’arrêter en si bon chemin... 

Réactions d'après-match (dans Vosges Matin)

Florian Sabatier (attaquant d'Épinal) : "Cela n'a pas été facile. On le savait mais on s'est compliqué la vie en prenant deux buts assez vite. Après, on a su faire les efforts pour revenir dans le match et le gagner. Cela a payé et on prend ces trois points. C'est très bien pour le mental et la confiance. Ce soir, c’est un peu l’euphorie dans le vestiaire. Il faut en profiter et vite se remettre au boulot pour Grenoble. On ne se prend pas la tête. On sait que l’on perdra bien un jour mais on n’a vraiment pas envie que ça s’arrête."

Yann Diaferia (attaquant de Morzine-Avoriaz-Les Gets) : "C'est rageant de perdre ce match, nous n'étions pas loin. L'arbitrage n'a pas été trop pour nous. Épinal a su profiter des powerplay et pas nous. Dans notre situation, cela nous aurait fait beaucoup de points de ramener un point. On est dans la spirale de la défaite et ce n'est pas facile. On doit continuer à travailler et on sait que cela va bien finir par tourner."

 

Épinal - Morzine-Avoriaz-Les Gets 5-2 (2-2, 1-0, 2-0)
Samedi 29 novembre à 18h15 à la patinoire de Poissompré. 1800 spectateurs.
Arbitrage de Benjamin Gremion assisté d'Anne-Sophie Boniface et Aurélien Smeeckaert.
Pénalités : Épinal 12’ (2’, 6’, 4’) ; Morzine-Avoriaz-Les Gets 30’ (10’+10’ ,6’, 4’)
Tirs : Épinal 39 (14, 11, 14) ; Morzine-Avoriaz-Les Gets 32 (8, 16, 8)

Évolution du score :
0-1 à 04'02" : J. Besson assisté d'Holečko
0-2 à 06'46" : Holečko assisté de Jestin et Hromas
1-2 à 12'13" : Moisand assisté de Fujerik et Klouček (sup. num.)
2-2 à 18'55" : Cacciotti assisté de Plch et Sabatier (sup. num.)
3-2 à 32'42" : Peca assisté d'Hordelalay
4-2 à 54'41" : Ograjenšek assisté de Moisand (sup. num.)
5-2 à 56'06" : Peca assisté de Vinatier

 

Épinal

Attaquants :
Anže Kuralt - Dominik Fujerik - Ken Ograjenšek
Steven Cacciotti - Florian Sabatier - Ján Plch (A)
Anthony Rapenne [ou Peca] - Matthieu Le Blond - Pierre-Charles Hordelalay
Dorian Peca - Hugo Vinatier - Yannick Offret (A)

Défenseurs :
Tomáš Klouček - Maxime Moisand (C)
Jiří Klimíček - Vojtěch Kloz
Gašper Sušanj - Thibaut Farina

Gardien :
Andrej Hočevar

Remplaçants : Lucas Savoye (G), Maxime Martin, Damien Bégel. Absent : Martin Charpentier (doigts fracturés).

Morzine-Avoriaz-Les Gets

Attaquants :
Deivids Sarkanis - Cyril Papa (C) - Jakub Šindel
Josselin Besson - Peter Holečko (A) - Karel Hromas (A)
Colin McIntosh - Edgars Homjakovs - Yann Diaferia
Julien Laplace

Défenseurs :
Numa Besson - Mike Schwindt
Hugues Cruchandeau - Mathieu Jestin
Nicolas Deshaies - Craig Cescon
Théo Lanvers

Gardien :
Przemysław Odrobny

Remplaçants : Jérémy Rava (G), Geoffrey Parisot. Absents : Raphaël Corriveau (épaule), Hugo Casini (retour à Briançon).