Épinal - Chamonix (Ligue Magnus, 13e journée)

Et à la fin, c’est Épinal qui gagne !

Cela devait bien finir par arriver. Après neuf succès d’affilée en championnat, la belle série du leader spinalien s’est arrêtée - vendredi dernier - chez son poursuivant grenoblois (0-1 t.a.b.). L’issue fatale de cette fusillade n’aura toutefois pas fait perdre la tête aux Vosgiens, restés premiers jusqu’à qu’une mise à jour du calendrier ne permette aux Gapençais (vainqueurs de Chamonix mardi, aux penalties) de les détrôner.

BUYSSEHenriCorentin12122015Faire le plein de points à chaque journée est donc une nécessité si l’on aspire à rester bien placé. Les positions sont d’ailleurs si resserrées en haut de tableau que le fauteuil de leader a pris des allures de siège éjectable. Mais voilà, si les six premiers se tiennent en quatre points, un grand écart s’est creusé avec les plus mal classés. Quinze points séparent ainsi les Gamyo de leur adversaire du soir. Les Chamoniards n’ont jamais aussi peu gagné depuis l’arrivée de Stéphane Gros au pied du Mont-Blanc (le plus titré des clubs français, souvent battu de peu, comptant seulement deux petits succès en douze journées)...

Après avoir si souvent joué les trouble-fêtes ces dernières années, les Alpins (toujours privés de Joris Bedin, qui s’est tout de même échauffé) semblent donc aujourd’hui réduits à jouer le maintien. Il serait toutefois malvenu d’imaginer qu’une victoire facile attend les Spinaliens, apparus régulièrement malmenés à Poissompré... où perdure néanmoins leur invincibilité !

Cette "citadelle imprenable" finira pourtant bien par tomber. Et peut-être même dès ce soir en cas d’exploit des Chamois, dépourvus de gros scoreurs étrangers mais comptant en leurs rangs le meilleur buteur français de Ligue Magnus (Matthias Terrier). Mais surtout, Cham’ peut compter sur un solide portier (Henri-Corentin Buysse) régnant sur une défense s’étant visiblement fait une spécialité de tuer les pénalités.

Selon Epinal Chamles statistiques officielles, le CHC n’a encaissé qu’un seul but en désavantage numérique lors des douze dernières journées. Suffisamment remarquable pour être signalé, tout comme la présence d’une grosse cylindrée (une Ferrari 458 Speciale) venue se montrer sur la glace de Poissompré. De quoi donner des idées aux Gamyo, qui en ont eux-aussi sous le capot !

Les hommes de Stéphane Barin partent d’ailleurs pied au plancher, bien décidés à déstabiliser des Chamois subissant de longs instants avant de voir l’étreinte se desserrer. Le jeu s’équilibre progressivement à mesure que les visiteurs, emmenés par un fougueux Hascoët, intensifient leur échec-avant. Un pressing s’accompagnant d’une présence suffisante en zone neutre pour limiter les espaces et freiner l’élan des attaquants spinaliens. Il faudra pourtant attendre cinq bonnes minutes pour voir les Chamoniards inquiéter Andrej Hočevar, parvenu à garder son angle fermé sur deux tentatives successives d’un Randy Cameron très excentré (04'42" et 04'53").

hascher alfred DELSi Buysse joue du bouclier devant Rapenne (05'11"), Klouček fait lui preuve d’habileté en éliminant Salmivirta (venu le presser très haut) pour relancer le jeu (6e). Une action qui en dit long sur les possibilités du grand défenseur tchèque, dont la présence est aussi rassurante pour ses coéquipiers qu’intimidante pour ses adversaires.

Mais s’il est un qui va rapidement faire parler de lui, c’est bien Alfred Hascher, l’arbitre allemand de la soirée. Ce référé rompu aux joutes de la DEL (mais qui opère désormais au second échelon allemand) se montre très pointilleux lors des mises au jeu. Tout comme ses assesseurs (parmi lesquel son jeune compatriote Tobias Gazzo, qui n’arbitre au mieux qu’en Oberliga), qui n’hésitent jamais à "chasser" les centres qu’ils jugent un peu trop nerveux. Aussi Anže Kuralt va-t-il se faire sanctionner d’un retard de jeu (06'06"). Une pénalité ne s’imposant pas forcément, mais qui mettra paradoxalement Épinal sur de bons rails. Hugo Vinatier, après s’être adjugé une mise au jeu effectuée en zone neutre, jaillit des starting-blocks pour foncer droit devant. Jalbert, surpris, ne parvient pas à poke-checker l’ancien Nocéen, qui s’en ira nettoyer la lucarne opposée d’une frappe croisée filant sous la barre d’un Buysse médusé (1-0 à 06'28").

Comme un seul homme, Poissompré s’est levé. Une joie de courte durée. Le powerplay chamoniard, qui s’est rapidement ré-installé, trouve aussitôt la faille sur une action rondement menée. Cameron trouve Bissonnette ligne de fond, sur la droite du portier, qui remet en première intention au second poteau, vers un Silvennoinen n’ayant plus qu’à la mettre au fond (1-1 à 07'08").

HASCHER AlfredCe n’est dès lors plus tout à fait le même match. Chamonix, sous l’impulsion d’un Masson débordant d’énergie, prend possession de la rondelle tout en se montrant régulièrement menaçant. Un débordement rageur d’Ilpo Salmivirta, l’ancien "Dauphin", manque d’ailleurs de profiterà Clément Masson (côté fermé). Mais Hočevar veille au grain, frustrant le "lutin" (07'23"), puis l’ailier finlandais dans la foulée (07'30"). Bien en place, les Chamois sont de plus en plus mordants manquent de se faire piéger sur une sortie de zone mal assurée. Un revirement permettant à Cacciotti de lancer Plch, qui s’en ira fixer Buysse... sans parvenir à cadrer (08'39") !

Laissant un gros rebond sur une frappe de Jordan Mugnier, Andrej Hočevar est sauvé par l’incapacité du jeune ailier à reprendre le palet (09'20"). Buysse, de son côté, réagit bien en verrouillant son poteau droit, attaqué par Peca qui s’est jeté sur le rebond d’un tir de non cadré de Le Blond (09'53"). L’ancien portier dijonnais se montre tout aussi décisif en bloquant, sous son bras droit, la tentative d’un Yannick Offret parvenu à s’échapper sur le côté (10'28").

Gênés par l’échec-avant d’attaquants s’évertuant à bloquer les espaces au centre pour forcer le porteur du palet à aller s’enfermer dans les côtés, les Vosgiens éprouvent néanmoins les pires difficultés à se montrer dangereux. Mais l’abatage d’Ilpo Salmivirta, qui se bat comme un mort de faim sur tous les palets, est à double tranchant. En laissant traîner la crosse, le Finlandais se rend coupable d’un faire trébucher (13'16") mettant à l’épreuve ses coéquipiers. Lesquels, bien en place, parviennent à contrecarrer les vélléités d’un powerplay n’ayant jamais vraiment pu se montrer menaçant.

VINATIERHugo12122015Sitôt cette pénalité tuée, Dominic Jalbert s’échappe sur le côté et fait parler son poignet pour déclencher un lancer bien bloqué (15'28"). Une action voyant Kloz pénalisé d’une obstruction.

L’occasion, pour Chamonix, d’investir la zone offensive au moyen d’un powerplay bien huilé, qui fait rapidement circuler le palet. En cherchant Ilpo Salmivirta dans le slot, Clément Masson voit toutefois sa passe coupée par Pierre-Charles Hordelalay, qui éloigne ainsi le danger (17'01"). Hugo Vinatier, profitant d'un revirement, se retrouve ensuite lancé, seul face à Riku Silvennoinen, qui parvient à bloquer son premier lancer. Mais pas le second, qui termine dans le haut du filet, côté mitaine d’un Buysse à nouveau fusillé de près (2-1 à 17'25").

Mis en lumière par ces deux jolis buts marqués en infériorité, cet homme de l’ombre qu’est Hugo Vinatier joue les héros de Poissompré. Un rôle qu’il aurait pu partager avec Pierre-Charles Hordelalay si celui-ci avait su convertir son penalty. Un tir de réparation généreusement accordé par Alfred Hascher, pour qui la perte de contrôle d’Hordelalay, parvenu à s’échapper, était imputable au repli d’Hascoët (19'20"). Tout est parti d’un gros effort du petit ailier, parti chercher un puck envoyé en fond de zone par Bissonnette. Hascoët finit par perdre le palet au profit d’Hordelalay. Lequel manquera son penalty en échouant dans son entreprise de glisser la rondelle entre les jambes du portier...

KLOUCEKTomas12122015Ce premier tiers alerte et rythmé laisse place à une deuxième période beaucoup plus compliquée pour les Spinaliens, pris de vitesse au retour des vestiaires sur un enchaînement Masson-Salmivirta décalant Andersén. Le Suédois, bien servi, bute toutefois sur Hočevar, qui a bien suivi (20'13").

Ne lésinant ni sur le patinage, ni sur l’échec-avant, les hommes de Stéphane Gros font le nécessaire en zone neutre pour contenir les assauts des Gamyo, considérablement gênés par cette trappe les privant d’espaces, de vitesse et de solutions. Ce jeu de contre-attaque finit par porter ses fruits. Matthias Terrier, bien servi en entrée de zone par Matt Bissonnette (à l'extrême limite du hors-jeu), filant sur le côté gauche. Le top-scoreur des Chamois, après avoir éliminé ses vis-à-vis, fait ensuite parler ses poignets pour expédier la rondelle sous la barre d’Hočevar. Difficile, dans le feu de l’action (et sans assistance vidéo), de savoir si le puck a franchi la ligne fatidique. Mais en levant les bras, puis en serrant le poing, Terrier ne laissera pas le doute d’insinuer longtemps dans l’esprit de l'arbitre allemand (2-2 à 23'49")...

Loin de faire une bonne image de l’arbitrage pratiqué outre-Rhin, Alfred Hascher (souvent trop mal placé, loin des actions) poursuit sur sa lancée, oubliant des fautes grossières pour sanctionner des actions ne le méritant pas forcément. De quoi accentuer la frustration de spectateurs assistants, impuissants, au déroulement d’une partie désormais dominée par cette solide équipe de Chamonix. Une formation faisant particulièrement bien circuler la rondelle en supériorité et défendant parfaitement à forces égales sous l’impulsion d’éléments mettant suffisamment de cœur à l’ouvrage pour gratter un nombre élevé de palets. Quelques occasions viennent agrémenter cette domination, sans qu’Hočevar n’ait toutefois à se démultiplier.

TERRIERMatthias12122015Longtemps inoffensifs, les Gamyo vont finir par sortir la tête de l’eau. Un poke-check de Sušanj permet de lancer Hordelalay, qui part en deux-contre-un, flanqué de Le Blond. Mais comme trop souvent, ce dernier voit le cadre se dérober (34'44").

Yannick Offret, en débordement, tente lui le tir de contournement (36'23"). L’ex-Amiénois fait preuve de spontanéité, contrairement à un Klimíček préférant passer en retrait plutôt qu’exploiter une bonne fenêtre de tir (37e). Et que dire de ce missile expédié par Gašper Sušanj, pourtant très excentré, qui aura fait tinter le montant droit du portier (38'16"). Buysse devant, pour terminer, sortir sa plus belle mitaine sur une frappe tendue d’Hordelalay (39'10"). L’acte médian s’achève par une pénalité infligée à Klimíček, coupable d’une charge dans le dos (39'22").

Un accouchement dans la douleur

Dans l’intimité du vestiaire, Stéphane Barin va ensuite trouver les mots justes pour remettre les siens dans le droit chemin. La troisième période commence, il est vrai, parfaitement avec l’emprisonnement d’Ilpo Salmivirta (qui, en voulant dévier une longue relance vers l’avant, aura surtout fait trébucher Moisand, 40'39"). La mise au jeu en zone offensive qui en découle, remportée par Ken Ograjenšek, permet à Gašper Sušanj d’adresser un lointain lancer qu’Anže Kuralt parvient à dévier dans le petit côté (3-2 à 40'45").

HOCEVARAndrej12122015Un but libérateur, mais que les Chamois vont réussir à annuler. Les visiteurs profitent d’un cross-check de Klouček (41'38") pour égaliser en supériorité. Matthias Terrier, après avoir remonté le palet, s’appuie sur Pierre-Luc Lessard en entrée de zone, qui remet dans sa course. L’ailier chamoniard s’engouffre dans la brèche et poursuit son déboulé sur le côté avant de centrer dans le paquet, trouvant le patin d’un Sušanj déviant involontairement au fond de ses filets (3-3 à 43'07")...

Tout est à refaire pour les "orange", qui vont rapidement bénéficier d’une généreuse supériorité (44'01") restant inexploitée. Ilpo Salmivirta, emporté par son élan, est lui déséquilibré, ce qui vaut à Gašper Sušanj d’aller chauffer les banc des pénalités (45'21"). Le Finlandais, sur jeu placé, trouve ensuite Masson, très bien placé. Le lutin contraint Hočevar à sortir un double arrêt à bout portant (47'09") dans les instants précédant l’échappée d’Hordelalay (47'37"). Henri-Corentin Buysse ne fait que retarder l’échéance en repoussant du bouclier. Anže Kuralt, depuis le long de la bande, parvient finalement à trouver Dominik Fujerik, démarqué dans la zone de vérité. Le Slovaque se jette alors pour couper ce centre et scorer de près (4-3 à 49'09").

C’est le tournant de la soirée. Mais loin de s’avouer vaincus, les Chamois vont tout tenter pour égaliser. Bénéficiant d’une nouvelle supériorité (51'22"), ils font parler la poudre... sans parvenir à marquer. La faute à ce diable d’Hočevar, qui bloque la frappe de Mielonen (51'42") et sort la mitaine devant Bissonnette (52'09"). 

SALMIVIRTAIlpo12122015L’international slovène, surpris par la trajectoire flottante d’un tir déclenché par Silvennoinen, parvient néanmoins à repousser (52'50") avant de capter, sans coup férir, une reprise appuyée de Terrier (52'59").

Deux minutes de présence ininterrompue dans le camp spinalien n’auront donc pas permis aux Alpins d’arriver à leurs fins. Ce forcing est resté vain. Clément Masson et les siens ont beau se démener, rien n’y fait. Andrej Hočevar démontre (à qui pouvait encore en douter) qu’il n’est pas le meilleur gardien du championnat pour rien. L’assaut conjointement mené par Arès et Hascoët sur le côté ne profite pas à Biscard, qui voit Hočevar geler le palet sous son nez (54'04"). Le Slovène peut également compter sur Farina, parvenu à gêner un Bissonnette bien lancé dans la profondeur (56'55").

D’un subtil contrôle orienté, Ján Plch enrhume Juho Mielonen. Le défenseur finlandais, en tentant de se rattraper, écope d’une pénalité (57'47") qui complique grandement la tâche d’un CHC essayant par tous les moyens d’égaliser. Après une belle mitaine d’Hočevar consécutive à un slap de Jalbert (58'53"), un temps mort débouche sur la sortie du gardien. C’est donc dans une cage désertée que sera inscrit l’ultime but de la soirée. Kuralt remet sur Ograjenšek, qui fera trembler le haut du filet (5-3 à 59'10")...

MASSONClément12122015Touchés, mais pas encore tout à fait coulés, les Haut-Savoyards pousseront jusqu’au bout. Jetant leurs dernières forces dans cette bataille, ils feront briller une dernière fois cet Hočevar des grands soirs, auteur d’un superbe réflexe sur un slap de Cameron ne demandant qu’à filer entre ses jambières (59'52").

Les Chamois, qui ont vendu chèrement leur peau, ne seront donc pas les premiers à marquer plus de quatre buts aux Gamyo à Poissompré. Bien en place, ils n’auront pourtant pas démérité, empêchant notamment les deux premiers trios spinaliens de trop peser sur le jeu. Mais comme bien souvent cette saison, les hommes de Stéphane Barin ont su trouver les ressources pour forcer la décision. S’appuyant sur un gardien répondant immanquablement présent, ils auront pourtant souffert avant de sortir victorieux de cet énième bras de fer. Mais Dieu que ce fut laborieux... 

Réactions d'après-match (dans Vosges Matin)

Stéphane Barin (entraîneur d'Épinal) : "Ouf... Je crois que c'est notre plus mauvais match de la saison et le plus compliqué à jouer. On n'a pas été dedans dès le début. On a peut-être un peu pensé aux vacances ou accusé le coup. Il faut rendre hommage à Chamonix, qui nous a agacés humainement sur le plan du jeu. À la fin du deuxième tiers, j'ai eu un discours constructif car je savais que l'on pouvait aller les chercher."

Clément Masson (attaquant et capitaine de Chamonix) : "Ce match à Épinal est un peu le résumé de notre début de saison. On a laissé échapper le match dans le troisième tiers-temps en faisant beaucoup d'erreurs individuelles. À 2-2, on a eu les occasions pour marquer mais on n'a pas réussi à le faire. C'est ce qui a fait la différence. On aurait pu prendre les devants alors qu'on a couru derrière le score tout au long du match. On manque énormément de confiance et cela se ressent. Il faut que cela revienne et j'espère que cela va finir par tourner."

 

Épinal - Chamonix 5-3 (2-1, 0-1, 3-1)
Samedi 12 décembre 2015 à 18h00 à la patinoire de Poissompré. 1 800 spectateurs.
Arbitrage d’Alfred Hascher (ALL) assisté de Tobias Gazzo (ALL) et Joris Barcelo.
Pénalités : Épinal 26’ (4’, 4’+10’, 8’) ; Chamonix 8’ (2’, 0’, 6’).
Tirs : Épinal 28 (9, 8, 11) ; Chamonix 33 (9, 9, 15).

Évolution du score :
1-0 à 06'28" : Vinatier (inf. num.)
1-1 à 07'08" : Silvennoinen assisté de Bissonnette et Cameron (sup. num.)
2-1 à 17'25" : Vinatier assisté d'Offret et Moisand (inf. num.)
2-2 à 23'49" : Terrier assisté de Bissonnette
3-2 à 40'45" : Kuralt assisté de Sušanj et Ograjenšek (sup. num.)
3-3 à 43'07" : Terrier assisté de Cameron et Lessard
4-3 à 49'09" : Fujerik assisté de Kuralt et Moisand
5-3 à 59'10" : Ograjenšek assisté de Kuralt et Fujerik (cage vide)

 

Épinal

Attaquants :
Anže Kuralt - Dominik Fujerik - Ken Ograjenšek
Steven Cacciotti - Florian Sabatier - Ján Plch (A)
Dorian Peca - Matthieu Le Blond - Pierre-Charles Hordelalay
Anthony Rapenne - Hugo Vinatier - Yannick Offret (A)

Défenseurs :
Tomáš Klouček - Maxime Moisand (C)
Jiří Klimíček - Vojtěch Kloz
Gašper Sušanj - Thibaut Farina

Gardien :
Andrej Hočevar

Remplaçants : Nicolas Ravel (G), Maxime Martin, Thomas Léonard. Absents : Martin Charpentier (doigts fracturés), Lucas Savoye (cheville).

Chamonix

Attaquants :
Henric Andersén - Clément Masson (C) - Ilpo Salmivirta (A)
Matt Bissonnette - Matthias Terrier (A) - Arnaud Hascoët
Jérémy Arès - Randy Cameron - Patxi Biscard
Lou Bodganoff - Jordan Mugnier - [alternance d’ailiers]

Défenseurs :
Dominic Jalbert - Juho Mielonen
Pierre-Luc Lessard - Damien Torfou
Riku Silvennoinen - Clément Colombin

Gardien :
Henri-Corentin Buysse (sorti de sa cage sorti de sa cage de 58'53" à 59'10")

Remplaçants : Jimmy Darier (G), Joris Bedin.