Wasquehal - Évry/Viry (Division 2, poule A, 13e journée)

Évry/Viry continue sur sa lancée
 
La large défaite infligée par les Taureaux de Feu a laissé des traces à Wasquehal, et pas seulement au tableau d'affichage, remis de sa panne de fin de match. Trop véhément à l'encontre du trio zébré, Frédéric Nilly, suspendu, doit céder sa place derrière le banc au jeune retraité Fabien Chardon. Si Aurélien Zajac est puni pour deux matchs à cause d'une charge trop appuyée, l'attaque enregistre le retour d'un autre enfant de Jean Bart, Simon Angielczyk. Elle compte aussi sur Trent Ruffolo, auteur d'une charge à la tête de Mihalik non préjudiciable pour sa participation, au contraire de son compatriote Joe DiPietro, dont l'absence affaiblit la défense.
 
Les Peaux-Rouges d'Évry/Viry ont également connu des troubles pour constituer leur formation, devant se passer cette semaine encore de Mans Papaux, dont l'intégration au groupe avait été éclatante avant qu'une blessure à la main ne freine l'ancien Tourangeau. Thomas Gautron et Éric Blossier également sur le flanc, les visiteurs comptent donc également peu de solutions de rechange pour leur dernière sortie de 2015. Leur dynamique est toutefois telle qu'il en faut plus pour freiner les velléités des hommes de Sébastien Roujon, battus à une seule reprise depuis le match aller.
 
Les deux premières incursions de Martin Domian dans leur zone digérées, les Essonniens prennent rapidement les devants sur un bon travail dans le coin droit de la paire Zeman – Juan, conclu au centre par Matus Hanes, laissé seul face à un Gilles Beck dont il anticipe bien l'intervention de la crosse (0-1 à 03’18"). Le gardien local se rassure sur un débordement de Benjamin Tellier ponctué d'un tir croisé, car l'EVH91 maintient la pression et le capitaine Zeman est accroché par N'Guyen. Le jeu de puissance permet à Yvan Kerneis de faire apprécier sa force de frappe. Lukas Cvejn tente de donner de l'air aux Lions mais manque son dégagement et accroche à son tour un assaillant (06’39"). En double supériorité, seul un lancer sur réception de Tomáš Meciar vient toutefois employer Beck. Un raté de Kevin Ledoux est même exploité par Trent Ruffolo, parti défier Malmquist, dont la botte empêche la rondelle de franchir la ligne.
 
Revenus au complet, les Nordistes haussent le rythme. Leur défenseur belge Verschaeve lance de la bleue, le palet dévié par Morvan arrive sur Benjamin N'Guyen, bien placé devant la cage ouverte (1-1 à 11’28"). Un slalom d'Axel Canaguier est ensuite repoussé par le haut du corps du gardien suédois, battu quelques secondes plus tard lorsque Benjamin Louf adresse une passe millimétrée dans la palette de Benjamin Turpin, lancé dans l'espace pour ajuster Malmquist sur sa droite (2-1 à 13’25"). Sonné, l'ancien cerbère de Meudon perd même un temps ses appuis.
 
Et si Lukas Zeman croit profiter d'une erreur d'inattention face à un Beck convaincant, les Franciliens courbent à nouveau l'échine sur une pénalité infligée à Thomas Said en fin de période. Les Lions font appel à cinq attaquants pour mener le jeu de puissance, sans succès dans un premier temps. Ils reviennent alors à un schéma classique : Trent Ruffolo s'empare du palet dans sa zone, alerte Domian, en débordement sur Radolanirina côté droit, et Benjamin Louf conclut face au but (3-1 à 19’38").
 
Cette avance est réduite à une unité dès la reprise, non pas sur un lancer rapide de Kévin Ledoux vers l'épaule de Gilles Beck, mais sur un palet expédié de la gauche par son centre Alexis Gautron, détourné devant la cage (3-2 à 21’42"). Pour ne pas arranger les affaires des Wasquehaliens, ils perdent Robin Morvan, sérieusement blessé à la cheville après avoir heurté la balustrade sur l'action. Gilles Beck met ensuite fin à un échange Hanes – Juan pour ne pas voir l'avantage réduit à néant. Une obstruction sifflée à l'encontre de Guillaume Jeannette n'étant pas exploité par Domian, remuant mais imprécis dans le dernier geste, les Peaux-Rouges rétablissent enfin l'égalité grâce à leur premier trio. Lukas Zeman accélère, lance dans le plexiglas, Hanes récupère la rondelle et sert son défenseur Meciar venu l'expédier en force au fond des filets (3-3 à 29’38").
 
À mi-chemin, l'issue de la rencontre est d'autant plus indécise que les deux formations se répondent coup pour coup. À un missile de Domian écarté par la botte et une passe de Marcos, posté derrière le but pour servir un Ruffolo lui aussi déjoué par Malmquist, ripostent une nouvelle incursion du trio Hanes-Juan-Zeman, et un deux-contre-un mené par Benjamin Tellier, qui oublie Thomas Said au centre. Sur ces deux occasions, les attaquants franciliens ont manqué de lucidité dans la finition, au contraire de leur défenseur Tomáš Meciar, monté sur la gauche réclamer le palet à son compère Kerneis, qui a bien senti le coup et l'alerte d'une passe transversale bien dosée (3-4 à 35’41").
 
L'Entente ne peut toutefois conserver bien longtemps son avance. Un exploit personnel de Trent Ruffolo remet les pendules à l'heure. L'Américain accélère à l'abord de la zone, évite deux adversaires pour se déporter à droite et trouve le dessous de la barre d'un Karl Malmquist pantois (4-4 à 36’50"). Le Floridien n'est pas loin de signer le doublé quand, servi devant l'enclave par N'Guyen, il rate la cible, regagnant le banc courroucé.
 
Comme à l'aller, les protagonistes entament le dernier acte sur un score de parité, que les Peaux-Rouges tentent à nouveau de briser. Oublié par l'arrière-garde locale, Alexis Gautron trouve une mitaine sécurisante sur son passage. Le même sort poursuit l'offensif Tomáš Meciar, à l'affût d'une mauvaise relance de Verschaeve, et Kevin Ledoux, précieux tout au long du match dans le pressing. L'attaquant revenu des Français Volants se casse par deux fois les dents sur son ancien partenaire en équipe de France U18. La deuxième sur une pénalité différée sanctionnant un cinglage de Fronty, doublement puni (2'+2').
 
Avec moins d'un quart d'heure à faire, Gilles Beck redouble de vigilance ; il ferme d'abord la porte à Zeman, isolé à l'abord du poteau, puis capte le tir dans le trafic de Guillaume Jeannette. Et quand le palet, repoussé par sa botte revient sur Kerneis, Domian revient à temps priver le défenseur d'une occasion en or. Les quatre minutes d'infériorité passées, l'attaquant slovaque a lui aussi une chance d'apporter à sa formation un avantage capital, lorsque Jeannette chute en position de dernier défenseur, mais il s'emmêle les pinceaux au moment de défier Malmquist.
 
L'indiscipline de Wasquehaliens pourtant sanctionnés à deux uniques reprises en deux tiers-temps par le trio suédois-belgo-français a finalement raison de leur sort. Benjamin Louf fait trébucher Kévin Ledoux à l'approche de sa zone. Le jeu de puissance paraît plutôt statique, Meciar n'ayant d'autre choix que de lancer vers la botte du gardien adverse… jusqu'à une inspiration de Matus Hanes, dont la passe de la droite trouve la palette de Lukas Zeman (4-5 à 53’48"). Auteur d'un quadruplé en septembre dernier pour sortir Valenciennes de la Coupe de France, le capitaine de l'Entente est à nouveau décisif aux dépens d'un club nordiste.
 
Ses équipiers font preuve de métier pour préserver le court avantage, ne tremblant que sur une incursion de Lukas Cvejn, trop déséquilibré au moment de repiquer vers la cage. Ils auraient même pu conforter leur avance car le remuant Ledoux se heurte une dernière fois au gant de Gilles Beck, dont la sortie prématurée s'avérera vaine pour Wasquehal, désormais lanterne rouge.
 
Mis à mal au cours du premier tiers-temps, Évry/Viry aura su faire preuve d'expérience et de solidité défensive pour préserver sa belle série et grimper sur le podium.
 
Commentaires d’après-match
 
Sébastien Roujon (entraîneur d'Évry/Viry) : "On s'en est bien sorti, en faisant preuve de caractère. On a pris des buts que l'on n'a pas l'habitude de prendre et connu quelques problèmes de placement. L'équipe a montré son caractère pour créer cette différence, à la fin du deuxième tiers on revient gagnant. Nous savions que Wasquehal a du mal à finir ses matchs ; le scénario est idéal avec ce but à la fin, à la faveur des pénalités. Les joueurs sont à féliciter. On essaie d'être en supériorité numérique dans notre jeu défensif. Je suis un peu surpris de n'avoir connu qu'une défaite depuis novembre, après avoir joué les gros et sans plusieurs joueurs blessés."
 
 
Wasquehal – Évry/Viry 4-5 (3-1, 1-3, 0-1)
Samedi 12 décembre 2015 à 18h35 à la patinoire Serge Charles. 273 spectateurs.
Arbitrage de Jesper Ek (Suède) assisté de Marine Dinant (Belgique) et Aurélien Smeeckaert.
Pénalités : Wasquehal 12' (4', 0', 8'), Évry/Viry 6' (2', 2', 2').
Tirs : Wasquehal 29 (10, 11, 8), Évry/Viry 33 (11, 8, 14).
 
Évolution du score :
0-1 à 03’18" : Hanes assisté de Zeman et Juan
1-1 à 11’28" : N'Guyen assisté de Morvan et Verschaeve
2-1 à 13’25" : Turpin assisté de Angielczyk
3-1 à 19’38" : Louf assisté de Domian et Cvejn (sup. num.)
3-2 à 21’42" : Gosset assisté de Berardet et Ledoux
3-3 à 29’38" : Meciar assisté de Hanes et Juan
3-4 à 35’41" : Meciar assisté de Kerneis
4-4 à 36’50" : Domian
4-5 à 53’48" : Zeman assisté de Hanes et Meciar (sup. num.)
 
 
Wasquehal
 
Attaquants :
Martin Domian - Benjamin N’Guyen (C) - Robin Morvan
Charley Marcos - Axel Canaguier (A) – Trent Ruffolo
Benjamin Turpin – François Piquet – Simon Angielczyk
Anthony Kiffer à 21’42"
 
Défenseurs :
Marc-Antoine Herbet - Lukas Cvejn
Sébastien Fronty (A) - Benjamin Louf
Thibault Verschaeve
 
Gardien :
Gilles Beck (sorti 59’28")
 
Remplaçant : Jean-Christophe Rohart (G). Absents : Joe Di Pietro (commotion), Aurélien Zajac (suspendu), Jakub Mencik, Thomas Fauchart (genou).
 
Évry/Viry
 
Attaquants :
Lukas Zeman (C) - Dimitri Juan - Matus Hanes
Geoffrey Berardet - Alexis Gautron - Kevin Ledoux
Nicolas Gosset - Benjamin Tellier - Thomas Said
 
Défenseurs :
Tomáš Meciar - Guillaume Jeannette (A)
Clément Radolanirina - Yvan Kerneis
Paol Turpin
 
Gardien :
Karl Malmquist
 
Remplaçants : Gaëtan Melin (G), Francesco Massara. Absents : Mans Papaux (main), Thomas Gautron (convalescent), Eric Blossier (acromio-claviculaire).