La Coupe d'Italie pour un surprenant Valpellice

Les pronostics étaient tous en leur faveur : Renon et Val Pusteria, les deux équipes du Haut-Adige qui dominent le championnat, celles qui sont mentalement plus outillées et avec l'avantage de jouer sur la glace de Brunico, au cœur du Val Pusteria.

Asiago, champion d'Italie en titre et néo-finaliste de la Coupe Continentale, ne donnait pas l'impression d'être au top : une attaque parfois impossible à contenir, parfois distraite et peu disposée à se sacrifier ; une défense pas encore parfaitement par le coach Lefèvre. Dernier prétendant, Valpellice : une équipe née tordue dans une saison tordue avec le changement contraint d'entraîneur en novembre (Pat Curcio appelé comme second à Lugano et l'arrivée de Tom Barrasso, un grand gardien, mais débutant comme head-coach). Les malheurs de la Valpe (les tifosi appellent ainsi l'équipe piémontaise) ne s'arrêtent pas là : une préparation hâtive, un début désastreux, le "peuple Valpe" en polémique avec le président du club, l'attaque qui marque au compte-gouttes, les choix discutables du mercato (il manque quelqu'un pour mettre des buts et les défenseurs continuent à arriver...).

MadoloraTout cela pèse et les tribunes le confirment. Arriver dans le carré final pour la quatrième année consécutive était déjà une réussite ! Et ce fut le déclic. Peut-être que Barrasso a amené de la tranquillité, a enseigné à ne pas commettre de fautes inutiles, a corrigé cette idée malsaine selon laquelle le hockey se joue en jetant le palet au petit bonheur en zone offensive. Peut-être que les difficultés aident et que l'esprit d'équipe fait des miracles, ou que l'ex-Briançonnais Shane Madolora - photo - s'est révélé le meilleur gardien depuis l'époque de Regan, ou encore que savoir mettre en avant les qualités particulières vaut plus que les qualités des joueurs individuels. Le fait est qu'à Brunico on a vu une grande Valpe.

Demi-finale contre le premier du classement. Les précédents cette saison ont tous tourné en faveur des "Rittner Buam" (les gars de Renon), mais quelques absences supplémentaires rendent la confrontation moins déséquilibrées ; et puis il y a le dernier match, sur la piste de Torre Pellice, où les chroniques narrent un Renon victorieux en prolongation, mais grâce à quelques fourberies et à des déplacements de cage impunis de la part d'Engelange. Pour la faire courte : Renon qui pousse, Valpe consciente de devoir éviter d'encaisser le premier but, Madolora enthousiasmant, et puis Beca qui trouve la faille peu après la mi-match. L'égalisation de Spinell deux minutes plus tard ne fait que reproposer un beau match parce que Valpellice progresse au point de prendre l'avantage en début de troisième période, quand Della Rovere dévie un tir de Johnson de la bleue. Une perle de Pozzi à dix minutes de la fin donne un double avantage à la Valpe, Cook oublié devant le but durcit encore l'échine des Piémontais, mais Nicoletti, en cage vide, rétablit les distances à 2'20 de la fin et le but conclusif de l'entêté Tudin ne sert à rien.

L'autre demi-finale. Chaque fois que Val Pusteria et Asiago se rencontrent, une pensée va au 31 mars 2011 quand les joueurs du Haut-Adige, alors guidés par Stefan Mair, pour un oubli réglementaire (deux gardiens étrangers, Stromberg et Nikkola, sur la feuille de match), ont jeté aux orties, justement contre les Vénètes, un titre de champion pratiquement gagné. Depuis lors, les tifosi jaune et noir de Brunico ont l'esprit de revanche : coupe ou championnat, peu importe, il faut battre Asiago. Actuellement, les deux équipes sont sans doute équivalentes : toutes deux ont un grand potentiel, toutes deux peinent à trouver la continuité nécessaire pour contester Renon. Asiago n'est jamais équilibré, très bon ou très mauvais. Val Pusteria a une attaque de fable qui souvent décharge par salves. La partie est serrée, mais ne se bloque pas. Les locaux se rappellent qu'ils ont le meilleur powerplay du championnat et marquent en deux occasions consécutives autour de la mi-match. Les champions d'Italie montent à l'assaut dans la dernière période, mais les Pusteresi gèrent bien et, même s'ils concèdent un but d'Ulmer sur la fin, vont en finale.

La patinoire est garnie pour la grande finale : la Valpe a fait la faveur d'éliminer l'épouvantail Renon et le public local pense festoyer en conquérant la deuxième Coupe d'Italie de son histoire. La Valpe pense également à sa deuxième Coupe d'Italie, mais il faudrait que tout se passe comme la veille, et le début n'est pas des plus prometteur. Tout de suite, le trafic est élevé devant Madolora, et Boucherd marque à la septième minute ; les giallo-neri insistent, les bianco-rossi résistent, mais, peu à peu, et à quatre lignes, gagnent peu à peu de la glace et terminent la période sans trop souffrir.

À la reprise, c'est encore Madolora qui tient à flot les Piémontais. Les locaux semblent des lions en cage et, comme des lions en cage, donnent des coups de patte qui n'arrivent pas à destination. La Valpe gère, puis, tout doucement, se fait plus audacieuse ; Petrov défend bien un palet derrière la cage de Riksman, le passe à Della Rovere et, sur le centre de ce dernier, le défenseur serbe Stefan Ilic fait irruption pour son premier but de la saison, un très important 1-1.

Il faut encore souffrir, mais la première ligne de Valpellice contrôle à merveille le super-trio Oberrauch-DeVergilio-Scandella et c'est avec stupeur que l'on voit la Valpe croître, imposer une suprématie territoriale, porter le barycentre du jeu dans la zone défensive des "Loups". Le but du 2-1 en est la conséquence logique : Canzanello repart et donne à Caletti, celui-ci sert Marco Pozzi et l'attaquant met son sceau sur le match 24 heures après en avoir fait de même contre Renon. Le but suivant de Petrov en cage vide sert à former un tas, à libérer les émotions, à graver des résolutions pour le championnat qui reprendra bientôt. Grande Valpe.

Le Val Pusteria perd avec les honneurs et je reste convaincu qu'il est plus fort que l'actuel leader du classement. Si la Valpe confirme et qu'Asiago s'encadre, ce sera un beau championnat. Nonobstant les efforts de beaucoup pour le rendre ennuyeux, répétitif, appétissant seulement en play-offs comme s'il s'agissait d'un caramel à la menthe craché et resucé 42 fois.

Italie2016

 

COUPE d'ITALIE 2015/16

Quarts de finale (A/R)
Gherdeina - Renon/Ritten Buam 0-4 (0-1, 0-1, 0-2) et 2-3 (1-1, 0-2,1-0)
Valpellice - Fassa 5-3 (3-3, 1-0, 1-0) et 4-4 (1-1, 1-2, 2-1)
Asiago - Vipiteno 6-1 (3-1, 3-0, 0-0) et 6-4 (1-2, 2-1, 3-1)
Cortina - Val Pusteria 5-5 (3-1, 1-3, 1-1) et 0-0 (0-0, 0-0, 0-0)
Val Pusteria qualifié par le nombre de buts marqués à l'extérieur

Carré final (12 et 13 décembre à Brunico - Stadio Lungo Rienza)

Demi-finales (appariements 2/3 et 1/4 d'après les résultats des quarts)

Renon/Ritten - Valpellice 3 - 4 (0-0, 1-1, 2-3)
Arbitres Lazzeri et Gamper ; juges de ligne Pardatscher et Pace.
Buts : 32'18 (V) Beca (Della Rovere, De Biasio), 34'21 (R) T. Spinell (Tudin), 40'54 (V) Della Rovere (Johnson, Beca), 49'56 Pozzi (Petrov, Silva), 55'10 (R) Cook (F.Ebner), 57'40 (VI Nicoletti (c.v.), 58'38 (R) Tudin (Ebner, T. Spinell).

Asiago - Val Pusteria 1 - 2 (0-0, 0-2. 1-0)
Arbitres Ferrini et Marri ; juges de ligne Unterweger et Gruber.
Buts : 27'05 (VP) Helfer (Hofer, Andergassen) s.n.; 35'13 (VP) Andergassen (Maylan, Hofer) s.n.; 58'36 (A) Ulmer (Lutz).

Finale

Val Pusteria - Valpellice 1 - 3 (1-0, 0-1, 0-2)
Val Pusteria : Riksman (Kosta); Hofer-Helfer (C), Kavanagh-Glira, Willeit-Elliscasis, Althuber, F. Oberrauch ; M. Oberrauch-DeVergilio-Scandella, Maylan-Andergassen-Bouchard, Obermair-Tauber-Rizzo, Bona-Erlacher-Schweitzer. Coach : Mario Richer.
Valpellice : Madolora (Bertin); Johnson (C)-Nicoletti, Schina-De Biasio, Ilić-Michelin Salomon ; Della Rovere-Petrov-Beca, Pozzi-Caletti-Canzanello, Mondon Marin-Nicolao-Canale, Olivero-Silva-Durand Varese. Coach : Tom Barrasso.
Arbitres : Cassol et Pianezze ; juges de ligne Zatta et De Toni.
But: 6'21 (VP) Bouchard (Andergassen, Maylan); 35'18 (Valpe) Ilić (Della Rovere, Petrov); 56'12 (Valpe) Pozzi (Caletti, Canzanello); 59'38 (Valpe) Petrov (c.v.).

La Coupe de 2000 à nos jours

2000/01 Asiago, 20001/02 Asiago, 2002/03 Milano Vipers, 2003/04 Bolzano, 2004/05 Milan, 2005/06 Milan, 2006/07 Bolzano, 2007/08 Pontebba, 2008/09 Bolzano, 2009/10 Renon/Ritten, 2010/11 Val Pusteria, 2011/12 Cortina, 2012/13 Valpellice, 2013/14 Renon/Ritten, 2014/15 Renon/Ritten, 2015/16 Valpellice, (auparavant, deux victoires de Cortina et une chacune pour Asiago et Courmaosta).

En championnat (après 21 journées)

Renon/Ritten 54 points, Val Pusteria 45, Vipiteno 40, Asiago 31, Fassa 26, Valpellice 22, Gherdeina et Cortina 17.