Impossible n'est pas bleuet

Ils ne pouvaient pas mieux finir. Poussée dans ses retranchements et condamnée à l'exploit, l'équipe de France des moins de 20 ans est parvenue à réaliser l'impossible en se qualifiant pour le Mondial D1A l'année prochaine.

Logo FFHG Portrait QuadriOmbre1Trois ans. Cela faisait trois ans que les Bleuets évoluaient en Division 1B depuis leur relégation à Amiens en décembre 2012. De retour à la maison, l'équipe de France U20 misait beaucoup sur ce Championnat du monde à Megève pour retrouver un niveau plus proche de la réalité alors que la Lettonie, l'Allemagne, l'Autriche, l'Italie, le Kazakhstan et la Norvège, adversaires habituels des Seniors, bataillent en D1A. On disait ces Bleuets mieux préparés, plus aptes à franchir ce pallier avec un noyau talentueux sous la houlette de Dany Gélinas. Le Québécois, derrière le banc des Bleuets il y a dix ans, avait accepté de revenir après avoir officié souvent auprès des plus jeunes, pour la Slovénie, à Lausanne ou Fribourg.

Les Bleuets ont réalisé un départ canon au Mondial de Megève en battant en prolongation l'Ukraine 3-2 avant de disposer de la Slovénie 4-1. A mi-parcours, les jeunes Français défiaient une équipe de Grande-Bretagne détruite 9-3 par la Pologne mais qui avait réussi à surprendre les Lynx slovènes dès la première journée (3-2). Mais malgré une avance rapide de 2-0, les Bleuets ont finalement basculé dans un match cauchemardesque. Les pénalités se sont enchaînées, dont une dernière fatale qui a permis aux Britanniques de marquer le but gagnant (4-3) à seulement 31 secondes du terme.

Après cet échec frustrant, il fallait réaliser un véritable exploit pour la France U20 : s'imposer contre la Pologne, l'un des favoris à la montée, par 4 buts d'écart. Les Bleuets y sont parvenus grâce à une performance sensationnelle, menant 1-0 en première période avant de passer la seconde dans le deuxième tiers-temps. Après 40 minutes de jeu, les Français menaient 4-1, il fallait donc encore une unité. A dix minutes de la fin, les Bleuets en étaient à 6-2, donc potentiellement en or, avant de subir une double infériorité numérique. Une phase critique finalement gérée avec application avant que Bastien Maïa ne libère son équipe et tout le public avec un septième but.

L'équipe de France des moins de 20 ans est donc devenue championne du monde junior D1B et rejoint donc la D1A. Le pari Dany Gélinas a fonctionné avec un groupe talentueux. Fabien Colotti (3 buts, 6 points, +4) a été élu meilleur joueur de l'équipe de France par les entraîneurs, Guillaume Leclerc (5 passes, 6 points, +4) a lui été élu meilleur attaquant de la compétition. Avec 11 points dont 6 buts, Bastien Maïa, le fils de l'ancienne gloire des Dragons rouennais Pierrick, a largement dominé les compteurs de ce Mondial D1B. Soutenu en défense par les Hugo Gallet, Thomas Thiry et cie, le gardien rouennais Quentin Papillon, qui a partagé la tâche avec Raphaël Garnier, a conservé la moyenne de buts alloués la plus basse.

Avec un noyau prometteur encore éligible la saison prochaine, les Bleuets seront parés pour défendre leur nouvelle place en Division 1A. Avant d'afficher un objectif légitime à moyen terme qui constituera un sacré défi : pérenniser cette place dans le top 16 mondial.

 La composition de l'équipe de France U20 :

Gardiens :
Quentin Papillon (Rouen)
Raphaël Garnier (Fribourg-Gottéron)

Défenseurs :
Loïc Chapelier (Gap)
Hugo Gallet (Minnesota)
Brieuc Houeix (Rouen)
Vincent Melin (Dijon)
Arthur Monteoise-Oudot (Grenoble)
Tom Pajonkowski (Collège Lionel-Groulx)
Thomas Thiry (Genève-Servette)

Attaquants :
Justin Addamo (Rouen)
Robin Colomban (Briançon)
Fabien Colotti (Rouen)
Loïc Coulaud (Amiens)
Jérémy Delbaere (Rouen)
Julien Guillaume (Grenoble)
Guillaume Leclerc (Madison)
Bastien Maïa (IFK Helsinki)
Kévin Marion (Genève-Servette)
Rudy Matima (Amiens)
Vincent Nesa (Rouen)
Antoine Torres (Grenoble)
Gabin Ville (Northwood School)

Entraîneur :
Dany Gélinas assisté d'Alexis Billard.