16000 spectateurs n'aident pas à marquer un but

La République Tchèque essaie de surfer sur le succès populaire de son Mondial à domicile pour aider son équipe nationale aux résultats moribonds. Ce match à Prague, en marge de la manche russe de l'Euro Hockey Tour, est ainsi un franc succès : 16257 spectateurs se sont pressés pour voir la sélection tchèque, et les débuts "à la maison" du nouvel entraîneur Vladimir Vujtek.

KOLAR Jan 140509 522Après la dernière place lors de la manche finlandaise en novembre, Vujtek avait prévu de rappeler ses cadres. Koukal et Zatovic font ainsi leur retour après un très bon Mondial sur la quatrième ligne. Néanmoins, le centre-clé Vladimir Sobotka a des problèmes de dos. En son absence, on pouvait imaginer que le vétéran Roman Cervenka, actuel meilleur marqueur de l'Extraliga tchèque, ferait un capitaine logique. Mais il a décliné pour se remettre de problèmes de santé persistants. C'est donc Jan Kovar qui hérite du capitanat, en plus du poste de premier centre.

L'équipe tchèque ne devait initialement comporter qu'un seul débutant : Jan Rutt doit amener une dimension plus physique à une défense aux gabarits modestes, la même que celle alignée le mois dernier. Vujtek voulait aussi y rappeler Krajicek, qui s'est excusé pour raisons de santé. Les autres forfaits de Marek Kvapil (Medvescak) puis de Dominik Kubalik - tombé malade le week-end dernier - ont conduit à rappeler deux attaquants de la liste des remplaçants, Tomáš Urban et Richard Jarušek (tous deux de Mlada Boleslav).

En comparaison, la sélection finlandaise, si elle diffère de celle de novembre car la rotation est entrée dans la culture, a été une formalité pour Kari Jalonen : il n'y a eu qu'un forfait, le défenseur Joonas Järvinen, remplacé par Ilari Melart. Recette bien connue et toute simple : le système est au point, et les hommes le connaissent... Les Finlandais sont venus venger leur défaite "injuste" en quart de finale du Mondial contre ce même adversaire et sur cette même glace.

La première période est équilibrée. Le gardien Dominik Furch - déjà battu par la Finlande le mois dernier à son premier match international - n'est mobilisé que quatre fois, mais récolte des applaudissements justifiés pour son intervention sur un tir dévié d'Olli Palola. Son vis-à-vis Harri Säteri réalise six arrêts, la meilleure occasion étant à mettre à l'actif de Tomáš Vincour.

PALOLA Olli 140518 159Au deuxième tiers-temps, poussés par leur public, les Tchèques dominent franchement pendant dix minutes, sans concrétiser. Excellement placé, le défenseur Jan Kolar lance ainsi au-dessus de la cage. Mais après la mi-match, Furch encaisse un but malheureux sur un palet traînant qu'il ne voit jamais, a contario du buteur Palola. Les Tchèques continuent de pousser jusqu'à la pause, notamment pendant la seule pénalité finlandaise de la partie, mais en vain : ils sont menés contre le cours du jeu.

Les Finlandais n'ont plus qu'à gérer leur victoire dans la dernière période. Elle ne fait rapidement plus de doute quand Markus Nutivaara - qui débute en équipe nationale - marque juste sous la barre après un une-deux avec Ilari Filppula. On remonte rarement deux buts à la Finlande. Le 0-3 en cage vide en est la conséquence logique.

En comptant la demi-finale et le match pour le bronze du championnat du monde, cela fait trois rencontres de suite dans l'O2 Arena que les Tchèques perdent sans réussir à marquer le moindre but. À chaque fois, plus de quinze mille spectateurs poussent, mais leur ferveur ne suffit pas à surmonter cette inefficacité offensive tchèque, de plus en plus problématique.

Commentaires d'après-match

Vladimir Vujtek (entraîneur de la République Tchèque) : "Nous avons installé notre jeu dans le patinage, dans le combat. Malheureusement, nous n'avons pas réussi à nous créer des occasions. Nous avons beaucoup joué dans les coins, nous sommes peu allés à la cage. Même les défenseurs ont peu lancé au but, et quand ils l'ont fait, ce n'était vraiment pas précis. La Finlande a un système défensif sophistiqué qu'elle joue depuis trois ou quatre ans, et qui est difficile à passer. Elle s'y tient et elle espère exploiter une ou deux opportunités qui se présenteront. C'est leur façon de jouer, et l'ouverture du score n'a fait que la confirmer. Peut-être avions-nous même une supériorité optique, mais ça ne compte évidemment pas."

 

République Tchèque - Finlande 0-3 (0-0, 0-1, 0-2)
Jeudi 17 décembre 2015 à 18h30 à la O2 Arena de Prague. 16257 spectateurs.
Arbitrage de Tobias Björk et Linus Öhlund (SUE) assistés de Rudolf Tošenovjan et Vit Lederer (TCH).
Pénalités : République Tchèque 6' (0', 2', 4') ; Finlande 2' (0', 2', 0').
Tirs : République Tchèque 28 (6, 12, 10) ; Finlande 20 (4, 10, 6).

Évolution du score :
0-1 à 32'46" : Palola
0-2 à 42'04" : Nutivaara assisté de I. Filppula
0-3 à 57'27" : Enlund assisté de Sallinen (cage vide)


République Tchèque

Attaquants :
Martin Zatovic (-1) - Jan Kovar (-1) - Milan Gulas (-1)
Tomas Zohorna - Tomas Filippi - Lukas Radil (-1)
Tomas Vincour - Petr Koukal (-1) - Jakub Valsky (-1)
Jan Buchtele - Roman Horak (-1) - Richard Jarusek (-1, 2')
Tomas Urban (-1, 2')

Défenseurs :
Milan Doudera (-1) - Jakub Jerabek (-1)
Michal Kempny (2') - Tomas Kundratek
Jan Kolar (-1) - Jan Rutta (-1)
Tomas Voracek (-1) - Radim Simek (-1)

Gardien :
Dominik Furch [sorti de 57'15" à 57'27"]

Remplaçant : Pavel Francouz (G).

Finlande

Attaquants :
Jonas Enlund (+1) - Tomi Sallinen (+1) - Kristian Kuusela
Toni Koivisto - Mika Niemi - Eero Elo
Antti Pihlström (+1) - Jani Lajunen (+2) - Ilari Filppula (+1)
Artturi Lehkonen (+1) - Joonas Nättinen (+1) - Olli Palola (+1)
Jesse Saarinen - Tuomas Kiiskinen

Défenseurs :
Tommi Kivistö - Juuso Hietanen (+1, 2')
Janne Niskala - Ville Lajunen
Tuukka Mäntylä (+2) - Mikko Kousa (+2)
Markus Nutivaara (+1)

Gardien :
Harri Säteri

Remplaçant : Jussi Rynnäs (G).