Grenoble - Bordeaux (Ligue Magnus, 10e journée)

Bordeaux prend l’eau à Pôle Sud

Après avoir acquis leur qualification pour les demi-finales de la coupe de France à Strasbourg, les Brûleurs de Loups se sont relâchés à Briançon, s’inclinant aux tirs au but (4-3) après avoir pourtant compté une avance de deux buts après quinze minutes de jeu. Mais les Diables Rouges sont revenus au score à un peu plus de deux minutes de la fin avant de s’imposer au cours d’une séance de tirs au but controversée, le premier tir au but grenoblois qui semblait valable, n’ayant pas été accordé par l’arbitre. Frustrés des deux points perdus, les Brûleurs de Loups sont donc revanchards ce soir face à Bordeaux, un promu aux dents longues qui compte dans ses rangs les ex-Grenoblois Charland, Petit, Besch, Gillet et Dusseau.

2015 11 27 Grenoble Bordeaux1Mais les Brûleurs de Loups ne se présentent pas dans les meilleures conditions puisque Bisaillon, touché au dos à Briançon, ne figure pas dans la composition grenobloise. Un coup dur pour la défense grenobloise, déjà privée de Harty mais qui peut compter sur le ‘joker’ Jakob Milovanovic. Kalus est lui aussi toujours blessé.

Les jeunes Faure et Scolari devront se montrer solides pour contrer la puissance offensive des Bordelais, lesquels sortent d’un gros match face à Gap en demi-finale aller de la coupe de la ligue (victoire 3-2 mardi). Reste à voir si les Boxers ont suffisamment récupéré de leurs efforts.

Et le moins que l’on puisse dire est que les Bordelais sont pris à froid. Christophe Tartari gagne un engagement en zone offensive et sert Sébastien Thinel sui surprend Ylönen (1-0, 00'40"). Une pénalité contre Gervais permet aux Boxers de se remettre dans le bon sens. Charland puis Besch lancent de la ligne bleue au milieu du trafic mais Muštukovs repousse les assauts bordelais pendant le power-play.

2015 11 27 Grenoble Bordeaux2Les Brûleurs de Loups reviennent à cinq contre cinq et tentent à nouveau de prendre l’ascendant. Installé derrière la cage bordelaise, Thinel tire dans les bottes d’Ylönen un peu trop avancé et le palet glisse derrière la ligne de but (2-0, 04'53"). Un but malheureux pour le portier bordelais.

Les Bordelais tentent de réagir mais leurs attaques sont brouillonnes et ne mettent pas Muštukovs en danger. À l’inverse, la défense bordelaise est fébrile. Sur un lancer de Barlock depuis la ligne bleue, Lamboley reprend le rebond pour inscrire son premier but en Magnus (3-0, 09'01").

Leçon de réalisme d’une équipe grenobloise qui ne s’attendait sûrement pas à une entame aussi parfaite. Les Boxers laissent des boulevards en défense et Chouinard en profite en à son tour en bonifiant un palet qui traînait devant la cage (4-0, 13'57"). C’est la douche froide pour des Bordelais rarement malmenés de la sorte cette saison

Martin Lacroix prend un temps mort pour essayer de remobiliser son équipe qui a laissé sa concentration au vestiaire. L’effet est bénéfique même si Chouinard aurait pu inscrire un cinquième but sur une échappée. Mais cette fois Ylönen réalise son premier arrêt important du match, avant de sortir indemne d'une pénalité de Besch. Que peut bien espérer Bordeaux avec déjà quatre buts de retard ?

2015 11 27 Grenoble Bordeaux3bMartin Lacroix tente de réveiller son équipe en lançant Mickael Gasnier devant la cage à la place de Sebastian Ylönen. Un changement qui n’a pas de grandes conséquences sur la physionomie du jeu. Les Grenoblois ont toujours l’initiative avec Perret puis Labrecque qui profitent des espaces dans la défense bordelaise mais Gasnier évite le pire à son équipe.

Un but bordelais pourrait relancer la partie et cela est tout près de se produire lorsqu’un palet traîne devant la cage grenobloise, mais ni Petit ni Desrosiers ne parviennent à en profiter et Muštukovs réalise un arrêt décisif. Sur la contre-attaque, Gauthier lance Chouinard qui ajuste Gasnier au grand désespoir des Bordelais à qui rien ne réussit décidément ce soir (5-0, 28'56").

Cette fois les carottes semblent cuites pour les visiteurs qui se relâchent et encaissent un nouveau but dans la foulée sur un lancer de Favarin dévié par Baylacq (6-0, 30'29").

Avec un écart incroyable de six buts à la mi-match, tout suspense a définitivement disparu. La deuxième partie du match sera bien plus pauvre, faute d’enjeu réel surtout que les deux équipes rejouent dimanche. On assiste dès lors à une grosse rotation des deux effectifs avec un gros temps de glace pour les quatrièmes lignes, rarement à pareille fête. Quelques frictions apparaissent çà et là, notamment entre Besch et Gervais, ce dernier étant sanctionné par deux minutes de pénalité. Mais Bordeaux ne parvient pas à profiter de l’occasion pour réduire l’écart en power-play. Les Boxers ont trop subi dans ce tiers, concédant vingt tirs cadrés grenoblois !

2015 11 27 Grenoble Bordeaux4Dès le début de la troisième période, Dave Labrecque passe en revue toute la défense bordelaise et vient ajuster Gasnier, concluant son action de façon magnifique (7-0, 40'23").

Pourtant les Boxers ont de meilleures intentions dans ce dernier tiers. À défaut de ramener un point, ils tentent au moins d’éviter une plus grosse correction. Face à une équipe grenobloise qui s’est arrêtée de jouer en pensant au match de dimanche à Lyon, les hommes de Martin Lacroix se montrent plus entreprenants à l’image de Jean-Christophe Gauthier qui entre en contact avec Muštukovs. Finalement, Bordeaux marque sur un deux contre un rondement mené entre Charland et Petit (7-1, 48'00").

La réaction grenobloise vient de Chapuis dont la tentative heurte le montant de la cage bordelaise. Mais la défense iséroise est moins concentrée et laisse Thomas Decock s’approcher tout près du slot sans la moindre opposition pour finalement ajuster tranquillement Muštukovs (7-2, 50'01").

Un relâchement coupable qui ne dure pas plus longtemps. La « remontée » bordelaise s’arrêtera là même si Bordeaux se montre encore dangereux alors que Nicolas Besch est en prison. Labrecque aurait pu avoir le dernier mot dans cette rencontre mais manque son face-à-face avec Gasnier. Bordeaux remporte le troisième tiers-temps, maigre consolation pour les visiteurs.

2015 11 27 Grenoble Bordeaux5Les Brûleurs de Loups ont su rendre cette rencontre piège très facile en marquant deux buts au cours des cinq premières minutes. Obligés de se découvrir, les Bordelais ont laissé des boulevards en défense dont les Grenoblois ont su profiter avec une réussite maximale. À la mi-match, tout suspense était déjà tué et les deux équipes pouvaient déjà penser au match de dimanche.

Les nouvelles associations en attaque ont fonctionné au-delà des espérances avec un but de Labrecque et un doublé de Chouinard pour une doublette testée pour la première fois ce soir et qui semble très prometteuse. Trois buts également pour la ligne Thinel-Tartari-Baylacq qui a été très en réussite à l’image de Sébastien Thinel dont l’efficacité s’améliore de match en match. Même si la ligne de Gauthier et Bouchard fut plus en retrait, l’offensive grenobloise a été à la fête ce soir.

Quant à la défensive, elle n’a finalement pas souffert de l’absence de Bisaillon et Harty. Scolari, Faure et Montenoise ont pu bénéficier de beaucoup de temps de glace compte tenu de l’ampleur du score. Un bon moyen de préserver les forces vives avant le « derby » à Lyon dimanche.

Pour la première fois de la saison, Bordeaux est passé complètement à côté de son match. En manque de concentration dès le début, les Boxers ont semblé hors du coup pendant trente minutes. Fébriles défensivement, transparents offensivement, ils ont connu un jour « sans » qui appellera sans doute une réaction, peut-être dès dimanche contre Chamonix.

Désignés meilleurs joueurs du match : Christophe Tartari (Grenoble) et Félix Petit (Bordeaux)

(Photos Philippe Crouzet : http://www.ipernity.com/doc/182273/album/846946

Commentaires d’après-match :

2015 11 27 Grenoble Bordeaux6Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « On a une équipe qui travaille énormément et cela n’a pas toujours payé, mais les gars n’ont jamais abandonné. Après la défaite à Briançon qui a fait chier tout le monde, on voulait garder notre identité face à Bordeaux. C’est ce que l’équipe a fait. Tout le monde a participé avec les jeunes qui ont pris leur part, ils ont fait du bon boulot. De notre côté, on était prêt car Bordeaux a fait un bon début de saison avec des gros matchs, ce n’est pas une petite équipe. On a simplement bien fait les choses et dominé ce match. Quand tu mènes par 7 buts, même sans tricher, avec un match dimanche, tu peux lâcher un peu. »

Eric Chouinard (capitaine de Grenoble) : « C’était réellement une très belle victoire pour l’équipe, qui fait énormément de bien. Tout le monde a joué et bien joué. Il faut noter également une belle ambiance dans la patinoire. Nous redoutions cette équipe de Bordeaux, mais on était préparé, on avait hâte que ça commence même, on est parti fort sans leur laisser de chances. Il fallait relever la tête depuis Briançon, dans le hockey et dans la vie il faut savoir tourner la page après les échecs. »

Christophe Tartari (attaquant de Grenoble) : « Le mot d’ordre était de les prendre à la gorge d’entrée, car depuis le début de l’année, nous n’avons jamais imposé vraiment notre jeu et notre rythme à la maison. On voulait montrer qu’on jouait à domicile. Au troisième tiers l’émotion et le score fleuve ont un peu fait relâcher la pression. Souvent, dans les dernières rencontres, nous avons mené avant de nous faire remonter, Je pense qu’on avait besoin de montrer qu’on peut tuer un match en prenant quatre ou cinq buts d’avance dans ce championnat dense, où les points sont importants. J’essaie de donner le meilleur à chaque fois. Les points, pour moi, ça veut tout et rien dire. Ce n’est jamais trop facile, il faut garder les pieds sur terre, demain on se remet au travail et dimanche on enfile le bleu pour aller à Lyon. »

Martin Lacroix (entraîneur de Bordeaux) : « Il y a eu un manque de concentration en début de match. Notre confiance n’est déjà pas au top depuis un certain temps malgré notre gros match mardi contre Gap en coupe de la ligue, match qu’on a remporté avec la manière. Et là sur le deuxième shift du match, on se fait surprendre à l’engagement. Le deuxième but, c’est un tir de derrière qui frappe la jambière de notre gardien de but. Il y a rien qui fonctionnait. Mais je ne mets pas ça sur le compte de la malchance, Grenoble a mérité son succès haut la main. J’espère que cette défaite lourde et très insultante va créer un réveil pour le prochain match. À 4-0, ce n’était pas fini, dans le hockey tout peut s’inverser. Mais on savait qu’on devait marquer le but suivant et c’est Grenoble qui a marqué le cinquième but. On doit déjà penser à Chamonix dimanche. C’est la première fois de la saison qu’on perd de cette façon, on espère que cela nous servira de leçon. »

 

Grenoble – Bordeaux 7-2 (4-0, 2-0, 1-2).

Vendredi 27 novembre 2015 à 20h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3500 spectateurs.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli assisté de Guillaume Gielly et Matthieu Barbez
Pénalités : Grenoble 4' (2’, 2’, 0’), Bordeaux 4' (2’, 0’, 2’)
Tirs cadrés : Grenoble 40 (13, 20, 7), Bordeaux 30 (14, 9, 7)

Évolution du score :

1-0 à 00'40" : Thinel assisté de Tartari
2-0 à 04'53" : Thinel assisté de Tartari et Barlock
3-0 à 09'01" : Lamboley assisté de Barlock et Guillaume
4-0 à 13'57" : Chouinard assisté de Scolari
5-0 à 28'56" : Chouinard assisté de Gauthier et Faure
6-0 à 30'29" : Baylacq assisté de Favarin et Tartari
7-0 à 40'23" : Labrecque assisté de Chouinard et Perret
7-1 à 48'00" : Petit assisté de Charland et Desrosiers
7-2 à 50'01" : Decock assisté de Valier et Paquin

Grenoble

Attaquants :

Eric Chouinard (C) – Dave Labrecque – Jordann Perret
Romain Chapuis – Sébastien Gauthier – Danick Bouchard
Sébastien Thinel – Christophe Tartari (A) – Julien Baylacq
Robin Lamboley – Julien Guillaume – Antoine Torres

Défenseurs :

Jakob Milovanovic – Nicolas Favarin
Ryan Barlock – Quentin Scolari
Arnaud Faure – Stéphane Gervais (4’)
Arthur Montenoise

Gardien :

Ervīns Muštukovs

Remplaçant : Victor Goy (G). Absents : Sébastien Bisaillon (dos), Petr Kalus (genou), Jonathan Harty (tendon de la cheville)

Bordeaux

Attaquants :

Julien Desrosiers (A) – Félix Petit – Francis Charland
Radim Valchar – Peter Valier – Lionel Tarantino
Jean-Christophe Gauthier – Mathieu Cyr – Thomas Decock (A)
Gautier Lafrancesca – Vincent Cadren – Nicolas Mariage

Défenseurs :

Nicolas Besch (4’) – Jonathan Janil
Kévin Dusseau – François Paquin (C)
Jan Majercak – Aymeric Gillet
Aina Rambelo

Gardien :

Sebastian Ylönen puis Mickaël Gasnier à 20'00"

Absents : Andrei Esipov, Romain Horrut