Angers - Dijon (Ligue Magnus, 14e journée)

Un vrai duel de Ducs

Le Haras est plein comme un œuf pour cette 14e journée de Ligue Magnus. Angers se présente sans trois joueurs majeurs : le défenseur Raphaël Faure, l'attaquant Josh Lunden et le portier titulaire Raphaël Girard. Au contraire de leurs adversaires du soir, les Ducs de Dijon. Les Bourguignons alignent même les recrues Timo Kuuluvainen et Michal Jeslinek.

Angers commence le match pied au plancher et accule les Dijonnais sur leur but. Matija Pintaric, le gardien visiteur, est mis à contribution dès le début de la rencontre mais tient bon. À force d'être dominés, les joueurs de Jonathan Paredes commettent des fautes. Marek Maslonka fait un tour en prison mais la supériorité angevine ne donne rien.

Quelques instants plus tard, son coéquipier Benoît Quessandier l'imite. Cette supériorité est la bonne pour les Angevins puisque Maxime Lacroix, bien servi par Robin Gaborit, ne laisse aucune chance à Matija Pintaric (1-0, 08'31").

L'engagement suivant est gagné par les Angevins et Braden Walls lance Cody Campbell à la bleue. Ce dernier "grille" toute la défense dijonnaise et vient défier victorieusement le portier visiteur ; son tir anodin finit le long du poteau gauche d'un Pintaric loin d'être impérial sur ce coup-là (2-0, 8'44"). En treize secondes, les Angevins viennent de faire le break. Et, il faut bien l'avouer, c'est entièrement mérité.

Angers continue d'imposer son rythme et les Bourguignons s'en remettent essentiellement à leur dernier rempart qui ne sait plus où donner de la tête. Celui-ci cèdera une nouvelle fois cinq minutes après le second but. Après avoir repoussé coup sur coup les tentatives de Maxime Lacroix et de Yannick Riendeau, Matija Pintaric ne pourra rien sur le troisème tir de Robin Gaborit (3-0, 13'29'').

Le portier de Dijon est énervé contre sa défense (à juste titre, tant elle l'a abandonné sur ce dernier but) et tape de nombreuses fois sa crosse contre les poteaux de sa cage, traduisant son mécontentement et sa frustration.

On s'achemine tranquillement vers la fin de ce tiers sur ce score de 3-0 mais les Dijonnais vont réduire la marque sur une de leur rare incursion dans le camp adverse. Après un beau jeu de passes, Marek Maslonka sert idéalement Alexandre Mulle au second poteau qui conclut victorieusement dans une cage ouverte (3-1, 17'20"). Un but pas forcément mérité mais qui laisse les Dijonnais dans la partie.

RIENDEAUYanick31020151Jonathan Paredes a dû élever la voix dans le vestiaire mais son équipe semble métamorphosée en seconde période. Plus appliqués et plus impliqués dans le jeu, les Bourguignons dominent légèrement ce deuxième acte. Portant le palet rapidement vers l'attaque, ils mettent en danger régulièrement Alexis Neau, le gardien angevin.

Même si leur domination est stérile, ils vont finir par être récompensés par un tir de pénalité lorsqu'un avant dijonnais est littéralement plaqué au sol alors qu'il allait pousser la rondelle dans le but. Savice Fabre, le zèbre de la rencontre, siffle logiquement un tir de pénalité.

Yanick Riendeau se prépare donc à exécuter la sentence... mais ce n'est pas du goût du banc angevin. Jean-François Jodoin, le coach des Ducs d'Angers, proteste et explique – en vain – à l'arbitre que Riendeau n'était pas sur la glace lorsque le tir de pénalité a été appelé.

L'arbitre de la rencontre ne veut rien savoir et autorise donc Yanick Riendeau à tirer le pénalty. L'attaquant-vedette de Dijon s'avance et voit Alexis Neau s'avancer vers lui en laissant un trou béant sur sa droite. Riendeau n'en demande pas tant et place la rondelle tranquillement dans cet espace (3-2, 34'01"). Les Angevins sont toujours en colère et le font encore savoir par l'intermédiaire de Lauri Lahesalu. L'Estonien, d'ordinaire si discret, ne cache pas sa colère et son incompréhension d'avoir vu Yanick Riendeau exécuter ce tir de pénalité.

Les Ducs n'arrivent pas à passer à autre chose et cette déconcentration leur sera fatale... 14 secondes après le deuxième but dijonnais ! Yanick Riendeau – encore lui – sert de derrière la cage Romain Gutierrez qui fusille Alexis Neau dans le petit filet opposé (34'15").

Tout est à refaire pour les Angevins. Heureusement pour eux, ils n'auront pas à gamberger longtemps puisqu'ils s'offrent un deux contre un. Brian Henderson s'avance avec le palet, suivi de près par Jimmy Jensen. L'international français choisit l'option individuelle et place la rondelle en lucarne au premier poteau (4-3, 35'01"). Le Haras respire un peu plus.

Le troisième tiers est assez anecdotique. Le jeu est haché est les pénalités sont légion. Le seul fait marquant important est la bagarre entre Jeff May et Filip Björk. Un pugilat comme on en voit rarement en Ligue Magnus. Le bouillant Suédois tombe les gants en premier et Jeff May, passablement énéervé également, lui emboîte le pas. La bagarre est largement à l'avantage de l'Angevin qui assène deux droites impressionnantes à Björk !

Jeff May se dirige alors vers les vestiaires sous la standing ovation du Haras ! Mais – à la surprise générale – l'arbitre verbalise avec des pénalités mineures les deux protagonistes de cette rixe. Jeff May peut donc revenir sur la glace sous une nouvelle ovation de son public.

Plus rien ne sera marqué dans cette rencontre et Angers repart avec les trois points. Ce qui, sur l'ensemble de la rencontre, est logique.

Étoiles du match : *** Robin Gaborit (Angers), ** Yanick Riendeau (Dijon), * Maxime Lacroix (Angers).

 

Angers - Dijon 4-3 (3-1, 1-2, 0-0)
Mercredi 23 décembre 2015 à 20h30 à la patinoire du Haras. 1100 spectateurs.
Arbitres : Savice Fabre assisté de Charles-Édouard Salmon et Jérémie Douchy.
Pénalités : Angers 34' (0', 4', 30') ; Dijon 48' (6', 6', 36').
Tirs cadrés : Angers 33 (15, 8, 10) ; Dijon 24 (5, 14, 5)

Évolution du score :
1-0 à 08'31" : Lacroix assisté de May et Gaborit (sup. num.)
2-0 à 08'44" : Campbell assisté de Walls et Lévèque
3-0 à 13'29" : Gaborit assisté de Lacroix et Riendeau
3-1 à 17'20" : Mulle assisté de Maslonka et Chabert
3-2 à 34'01" : Riendeau (tir de pénalité)
3-3 à 34'15" : Gutierrez assisté de Riendeau et Björk
4-3 à 35'01" : Henderson