Lyon – Grenoble (Ligue Magnus, 11e journée)

Les Brûleurs continuent sur leur lancée

Après leur brillante victoire face à Bordeaux vendredi (7-2), les Brûleurs de Loups complètent leur week-end avec un (court) déplacement à Lyon. L’objectif d’Edo Terglav est bien entendu d’instaurer une dynamique positive pour son groupe qui semble avoir trouvé ses repères, notamment sur le plan offensif. Mais il sera également question de revanche car les Grenoblois gardent un très mauvais souvenir de leurs confrontations face à Lyon en coupe de la ligue (défaites 1-3 et 2-4) qui avaient précipité leur élimination.

2015 11 29 Lyon Grenoble1Depuis, les Lyonnais ont été éliminés en quart de finale de la compétition par Dijon et sont rentrés dans le rang en championnat alors que les Brûleurs de Loups occupent le haut du tableau. Après une victoire importante face à Chamonix la semaine dernière (3-0), les Lions ont offert une belle résistance à Gap vendredi (défaite 3-5), ne lâchant prise que lors de la troisième période. Auteur d’un gros match (47 arrêts), Tommi Virtanen est laissé au repos ce soir, et c’est Landry Macrez qui débute dans les cages lyonnaises. Côté grenoblois, Sébastien Bisaillon, absent vendredi contre Bordeaux, effectue son retour. Ce match est l'étape lyonnaise de la tournée « Ensemble pour 2017 »

Plus tranchants, les Brûleurs de Loups semblent sur leur lancée de la rencontre face à Bordeaux en mettant un gros pressing sur la cage lyonnaise. Grenoble domine globalement ce premier-tiers temps. Après une première supériorité numérique infructueuse (pénalité de Galbraith), les Isérois ouvrent logiquement le score par Jordann Perret (0-1, 10'27"). Les Lyonnais, apathiques en ce début de match, tardent à réagir. Alors qu’une pénalité est appelée contre Savolainen, Sébatien Thinel double la mise pour Grenoble sur un bon service d’Eric Chouinard (0-2, 14'01"). Les Grenoblois donnent l’impression de maîtriser le match alors qu’Ervīns Muštukovs est solide dans ses cages pour neutraliser les opportunités adverses. L’avance de deux buts des Grenoblois à la fin de la première période est plutôt logique.

2015 11 29 Lyon Grenoble2On attend une réaction lyonnaise au début de la deuxième période mais à l’inverse Grenoble creuse l’écart grâce à un but opportuniste de Chouinard qui profite des errements de la défense lyonnaise dès le retour au jeu (0-3, 20'32"). Ce but met un coup au moral des Lions qui ne parviennent pas à déstabiliser une défense grenobloise bien positionnée.

Une charge de Labrecque, sanctionnée par M.Fabre, offre à Lyon une première supériorité numérique. Mais les joueurs de François Dusseau n’en profitent pas et Grenoble tue assez facilement la pénalité. À l’inverse, lorsque Breton est sanctionné à son tour, Grenoble installe rapidement le power-play. Le décalage de Labrecque pour Gauthier est parfait et ce dernier n’a plus qu’à marquer dans le but grand ouvert (0-4, 29'00"). Cette fois les Lions prennent l’eau. Sur le coup d’envoi, un tir de Bisaillon est contré par un défenseur lyonnais, Macrez est de nouveau battu (0-5, 29'21").

2015 11 29 Lyon Grenoble3À la mi-match, les Brûleurs de Loups ont semble-t-il déjà tué tout suspense en faisait preuve d’une réussite maximale en attaque. La deuxième partie du match promet d’être longue pour les hommes de François Dusseau mais ceux-ci doivent une réaction à leur public. Julien Correia, complètement isolé face à la cage, parvient à réduire le score sur une grosse erreur de marquage de la défense grenobloise (1-5, 33'59").

Un but qui redonne du baume au cœur des Lyonnais et qui réveille le public de Charlemagne. Une faute de Burlin en fin de tiers offre une supériorité numérique à Grenoble mais celle-ci est écourtée par une autre pénalité de Chouinard. Les deux équipes terminent le tiers à quatre contre quatre sans que cela ne profite à l’une ou l’autre.

2015 11 29 Lyon Grenoble4Avec quatre buts d’avance au début de la troisième période, les Brûleurs de Loups semblent pouvoir gérer tranquillement leur victoire. Mais ils tombent justement un peu trop dans la facilité en se contentant de laisser venir une équipe lyonnaise qui a retrouvé son tonus et son envie. Conor O’Donnell marque un deuxième but synonyme d’espoir pour Lyon alors que la défense grenobloise montre des signes de relâchement (2-5, 42'32").

Un retard de trois buts semble plus facile à combler, surtout lorsque Bisaillon et Tartari partent simultanément en prison. En évoluant pendant deux minutes à cinq contre trois, les Lions ont une occasion inespérée de revenir dans le match. Ils ne la laissent pas passer, et sur une belle combinaison entre O’Donnell et Correia, la défense grenobloise finit par craquer (3-5, 47'54"). Alors que tout suspense semblait tué à la mi-match, désormais tout redevient possible.

2015 11 29 Lyon Grenoble5Portés par leur public qui se remet à y croire, les Lyonnais ont le momentum et mettent la pression sur des Grenoblois obligés de s’employer de nouveau pour ne pas voir fondre complètement leur avance. Un autre match commence, beaucoup plus crispant, disputé, bien différent du cavalier seul grenoblois des deux premiers tiers. Une pénalité de Burlin aurait pu permettre aux Grenoblois de se mettre définitivement à l’abri mais ceux-ci ne profitent pas du power-play. Les débats sont plus âpres à l’image d’une friction entre To Landry et Barlock.

Lyon pousse dans les dix dernières minutes, Grenoble plie mais s’accroche à son avance de deux buts. Perret, en break, a l’occasion de tuer définitivement le suspense mais il perd son duel face à Macrez. Dans les deux dernières minutes, Dusseau décide de jouer son va-tout et sort son gardien. Par deux fois, les Brûleurs de Loups ont l’occasion de marquer dans la cage vide, mais ni Tartari, ni Bouchard ne parviennent à cadrer leur tir. Grenoble parvient quand même à préserver son avantage jusqu’au bout.

Apathiques en début de rencontre, les Lions peuvent regretter de ne pas s’être réveillés plus tôt. L‘écart de cinq buts était difficile à combler, et le remonter aurait été un sacré exploit. Mais ils n’en étaient pas si loin au troisième tiers, parvenant à faire douter une équipe grenobloise jusque-là très sereine. À l’inverse, les Brûleurs de Loups semblaient sur leur lancée de la rencontre face à Bordeaux avec un festival offensif. Mais comme face aux Boxers, ils se sont relâchés, perdant l’ultime période. Sans conséquence encore une fois mais cette mauvaise habitude est à corriger pour les prochaines échéances car les Grenoblois n’auront pas toujours une telle avance pour les protéger. Malgré tout, l’objectif est atteint pour Grenoble qui a fait le plein de points ce week-end, contrairement à Lyon qui stagne à la onzième place du classement.

Désignés meilleurs joueurs du match : Conor O’Donnell (Lyon) et Ervīns Muštukovs (Grenoble)

(Photos Philippe Crouzet : http://www.ipernity.com/doc/182273/album/847590)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « Match difficile à Lyon, on a vu une patinoire remplie, les partisans étaient derrière eux même à 5-0... Après, ils ont marqué un premier but, ils sont revenus dans le match et ont eu le momentum. On a tenu le match jusqu’à la fin, on est satisfait du comportement des joueurs. On a bien joué défensivement, c’est une victoire méritée. Ça fait du bien, c’est une fin de semaine importante. Maintenant un peu de repos et retour au boulot mardi pour préparer le match de vendredi. »

Sébastien Bisaillon (défenseur de Grenoble) : « Avec le classement qui est serré, on veut bien performer, ce sont des points qui comptent, on est content que ça continue. En plus, on marque des buts, donc c’est bien pour la confiance offensive. Je marque un but un peu chanceux, le tir est dévié par un défenseur de Lyon, mais quand on ne tire pas, on n’a pas de chance de marquer donc on le prend. »

 

Lyon – Grenoble 3-5 (0-2, 1-3, 2-0).
Dimanche 29 novembre 2015 à 17h à la patinoire Charlemagne de Lyon. 3356 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre assisté de Jérémy Métais et Sébastien Geoffroy
Pénalités : Lyon 12' (4’, 4’, 4’), Grenoble 12' (0’, 4’, 8’)
Tirs cadrés : Lyon 43 (14, 12, 17), Grenoble 22 (9, 8, 5)

Évolution du score :
0-1 à 10'27" : Perret assisté de Barlock
0-2 à 14'01" : Thinel assisté de Chouinard et Bouchard
0-3 à 20'32" : Chouinard assisté de Labrecque et Perret
0-4 à 29'00" : Gauthier assisté de Labrecque et Milovanovic (sup. num.)
0-5 à 29'21" : Bisaillon assisté de Tartari et Gervais
1-5 à 33'59" : Correia
2-5 à 42'32" : O’Donnell assisté de Galbraith et Laberge
3-5 à 47'54" : Correia assisté de O’Donnell et Lehericey (double sup. num.)

 

Lyon

Attaquants :
Conor O’Donnell – Jonathan Laberge (C) – Eric Galbraith (2’)
Julien Lebey – Maxime Langelier-Parent (A) – Vikhael To-Landry (2’)
Julien Correia – Loup Benoît – Fabien Métais
Mathieu Touveron – Jani Savolainen (2’) – Damien Bourguignon

Défenseurs :
Jarno Lippojoki – Cédric Custosse
Nicolas Lehericey – Johan Burlin (4’)
Olivier Styf – Jules Breton (A, 2’)
Victor Vitton Mea

Gardien :
Landry Macrez [sorti à 58'07"]

Remplaçant : Tommi Virtanen (G). Absents : Slavomir Tomko, Mitja Sivic (blessés)

Grenoble

Attaquants :
Eric Chouinard (C, 2’) – Dave Labrecque (2’) – Jordann Perret
Sébastien Thinel – Christophe Tartari (A, 2’) – Julien Baylacq
Romain Chapuis – Sébastien Gauthier – Danick Bouchard
Robin Lamboley – Julien Guillaume – Antoine Torres

Défenseurs :
Jakob Milovanovic – Nicolas Favarin
Ryan Barlock (2’) – Quentin Scolari
Sébastien Bisaillon (A, 4’) – Stéphane Gervais

Gardien :
Ervīns Muštukovs

Remplaçants : Victor Goy (G), Arnaud Faure. Absents : Petr Kalus (genou), Jonathan Harty (tendon de la cheville), Arthur Montenoise