Épinal - Angers (Ligue Magnus, 17e journée)

La "bête noire" s'habille d'orange

Parmi les équipes réussissant le moins aux Spinaliens ont longtemps figuré les Ducs d’Angers. Mais tout a changé depuis que les Dauphins sont devenus Gamyo. Comme si le "naming" avait apporté ce surcroît de compétitivité qui manquait aux Vosgiens pour se mêler aux tous meilleurs clubs français.

PLCHJan06012015

Parvenus à soutirer deux nouveaux points aux Pingouins (le 30 décembre dernier), les hommes de Stéphane Barin suivent toujours de près le leader gapençais. Mais s’ils enchaînent les succès, les Gamyo éprouvent de souvent de grosses difficultés pour se défaire de leurs adversaires, même les moins "huppés" (cinq de leurs sept dernières victoires ont été d’ailleurs remportées sur le plus court des écarts).

Il faut dire qu’aucun match n’est facile dans ce championnat très serré, qu’ont un temps dominé les Ducs d’Angers. Leaders au soir de la neuvième journée, ceux-ci avaient toutefois dû s’avouer vaincus contre Épinal, parvenu à l’emporter (4-3) pour la quatrième fois (depuis le début de l’ère Gamyo) sur la petite glace du Haras.

Sur les douze derniers duels spinalo-angevins, huit sont d’ailleurs tombés aux mains des Lorrains, appelés à perpétuer leur invincibilité à Poissompré face à leur poursuivant direct au classement. Des Ducs privés de l’attaquant défensif Matthieu Frecon, mais aussi de leur gardien numéro un (Raphaël Girard, qui revient de blessure, n’est que remplaçant) et du buteur-vedette Josh Lunden (absent depuis cinq semaines maintenant).

L’ailier canadien a beau faire défaut aux Angevins, l’attaque n’en reste pas moins en de bonnes mains. Le meilleur compteur du championnat n’est autre que Maxime Lacroix, centre travailleur affolant actuellement les compteurs grâce à ses talents de passeur et à ce sens du but pleinement exprimé le mois dernier (comme en témoignent ses sept buts marqués lors des cinq dernières journées).

RIENDEAUYannick06012016Après avoir évolué dans l’ombre des Thinel, Desrosiers et autres Charland à Rouen, le Franco-Canadien s’est donc mué en leader offensif du côté d’Angers, où un autre ancien Dragon (Yannick Riendeau) semble également donner la pleine mesure de ses possibilités. Mais en ces premiers instants, les duettistes québécois restent en retrait, forcés de plus défendre qu’attaquer.

Les Gamyo prennent rapidement d’assaut la cage d’Alexis Neau, forcé de s’employer devant Ján Plch (bien servi par Cacciotti, 01'32") avant que Jiří Klimíček, dans la foulée, ne voit la barre transversale repousser son lancer (01'34"). Une sortie ratée au-devant d’Hordelalay laisse, ensuite, une cage ouverte à tous vents... mais ne profite pas aux attaquants présents à ce moment (02'01") !

Gardant le contrôle du palet, les Spinaliens essuient un premier contre de Walls, bien détourné du bouclier (02'09"). Un avertissement sans frais pour les locaux, qui poursuivent leur marche en avant en s’appuyant sur de bonnes individualités réparties sur quatre trios patinant (comme souvent) d’arrache-pied. Un travail d’usure s’avère payant sur un puck bien ressorti par Sabatier. Thibaut Farina, bien servi à l’opposé, s’essaie d’un slap à mi-distance filant entre les bottes du portier (1-0 à 05'03"). Une joie de (très) courte durée. Maxime Lacroix, sur le renvoi, se voyant lancé dans la profondeur par Jeff May. Le Franco-canadien s’engouffrant dans la brèche, entre Klouček et Moisand, pour s’en aller marquer d'un revers habilement glissé sous la jambière (1-1 à 05'15").

LACROIXMaxime06012016Il n’en fallait pas davantage pour totalement relancer Angers. Les Ducs exercent un échec-avant très contrariant, nourri par la détermination d’attaquants prenant, subitement, le meilleur sur les défenseurs. L’insistance de Cody Campbell lui permet ainsi de ressortir le palet sur Gary Lévêque, dont le slap dévié met Andrej Hočevar en difficulté (06'38"). Une mise au jeu remportée dans la zone de vérité, quelques instants plus tard, permet à Nolan Julseth-White d’aller contourner la cage. Le solide arrière canadien trouve Lacroix au premier poteau, qui bute sur le duo Sabatier-Charpentier (08'16"). La rondelle finit par revenir sur Jeff May, bien placé entre les cercles, mais qui voit sa frappe s’envoler (08'22").

Les Gamyo subissent, mais sortent finalement indemnes de ces temps forts, restés inexploités. Et comme l’étreinte s’est desserrée, Hordelalay (bien lancé par Peca) parvient à s’échapper. Véritable "fusée sur patins", l’ailier spinalien résiste à Busto, mais rate la finalisation de son action (en glissant la rondelle au ras de la cage d’Alexis Neau, 09'18").

La rapidité d’Anže Kuralt sème elle aussi la zizanie dans la zone défensive d’Angers, à l’image de cette poussée mettant Ograjenšek en bonne position. Nolan Julseth-White limite toutefois les dégâts. Mais en déséquilibrant l’international slovène, le joueur de l’Ouest canadien écope d’une pénalité (11'04") exposant particulièrement Neau, qui repousse un slap de Sušanj (11'17") avant de frustrer Kuralt, pourtant parfaitement décalé par Plch (12'22"). Ce lancer de bottes spectaculaire retarde simplement l’échéance. Dominik Fujerik reprend, dans l’enclave, son propre rebond pour faire trembler les filets (2-1 à 12'37").

HOCEVARAndrej06012016Touchés, mais loin d’être coulés, les Ducs réagissent sans tarder. Il s’en faut d’ailleurs de peu pour qu’une tentative d’Henderson, déviée de près par Walls, ne file entre les jambières d’Hočevar (12'55"). Un gardien livré à lui-même sur une incursion de Lacroix, parvenu à combiner avec Riendeau pour s’ouvrir le chemin des filets. Mais le fils de Pierre (ex-NHLer passé par Villard-de-Lans, Tours et Viry au tout début des années 90) rate cette fois son revers (qu’il glisse juste à côté, 13'43").

S’ensuit un forcing angevin ne restant pas totalement vain. Dimitri Thillet finit par trouver Cody Campbell démarqué, ce qui pousse Maxime Moisand à un "sauve qui peut" logiquement sanctionné d'une pénalité (14'47").

Un raté cher payé

Repoussant une reprise de Julien Albert à bout portant (16e), Andrej Hočevar voit ensuite Yannick Riendeau reprendre, en one timer, dans le petit filet extérieur (16'24"). Mais un mauvais contrôle de Lacroix, en toute fin de supériorité, permet à Sušanj de trouver Cacciotti. L’Italo-canadien lance aussitôt Dorian Peca côté droit. L’ancien caennais passe la bleue avant d’adresser un slap filant, à la surprise générale, par-dessus la mitaine d’Alexis Neau (3-1 à 16'53").

NEAUAlexis060120161Le jeune gardien angevin peut s’en vouloir d’avoir mal apprécié la trajectoire flottante de ce lointain lancer, qu’il a forcément vu arriver. Ce "mauvais but" complique la tâche de ses coéquipiers, loin d’être résignés mais tombant sur un Hočevar autrement plus inspiré. Le Slovène brandit sa mitaine sur un shoot d’Henderson (17'21") avant de repousser, malgré le trafic régnant sous son nez, un slap tendu de Raphaël Faure (17'39"). Cette première période, bien plus équilibrée que le score ne le laisse à penser, s’achève sur un ultime temps fort du premier bloc spinalien. Une présence qui aurait été couronnée d’une quatrième réalisation si un défenseur angevin n’était pas venu à la rescousse de son gardien en dessoclant une cage s’étant entièrement ouverte à Dominik Fujerik (19'52")...

Menés sans démériter, les Ducs reviennent des vestiaires animés d’une ferme intention de marquer. De bonnes dispositions rapidement concrétisées. Yannick Riendeau, ligne de fond, trouve Maxime Lacroix démarqué dans le slot, qui reprend d’un tir puissant faisant poteau rentrant (3-2 à 20'20"). Le top-scoreur de Ligue Magnus (seul joueur du championnat à dépasser les deux points par match), en trouvant le bas du filet, soigne ses statistiques tout en remettant les siens dans le droit chemin. Un slap de Jeff May et une percée de Yannick Riendeau (débouchant sur un tir non cadré, 22'29") démontrent que la tendance s’est effectivement inversée.

JULSETHWHITENolan06012016Une faute de Robin Gaborit sur Anthony Rapenne (22'52") freine toutefois l’élan des visiteurs, qui parviennent toutefois à retarder l’installation d’un powerplay multipliant les ratés. Une récupération de Braden Walls en zone neutre lui permet ainsi d’entrer en zone par le côté avant de repiquer vers la cage. Le natif de Calgary, après s’être joué de Sabatier, s’offre un duel singulier finalement remporté par le portier slovène (24'01"). Andrej Hočevar paraît bien plus rassurant qu’Alexis Neau, loin d’afficher une grande sérénité dans ses interventions.

Pas franchement inquiétés par des Spinaliens peinant, étonnement, à se remettre du deuxième but encaissé, les Ducs accentuent leur domination sans pour autant parvenir à se créer de vraies occasions. Et ce malgré l’incessante activité d’un duo Lacroix-Riendeau se démenant pour apporter le danger.

Il suffira toutefois d’une obstruction de Gaborit (devant la cage d’Hočevar, 31'00") pour que la menace du powerplay vosgien revienne hanter Angers. Une chance qu’Ograjenšek ne va pas laisser passer. L’ailier slovène, après s’être appuyé sur Moisand, décoche en tête de cercle un maître-tir nettoyant la lucarne (côté bouclier) d’un Neau masqué au départ du lancer (4-2 à 31'59").

Trois buts qui changent tout

Sonnés, les Ducs s’accrochent, s’en remettant comme bien souvent à ces diables de Yannick Riendeau et Maxime Lacroix. Mais le vent a tourné, gonflant à présent les voiles de Gamyo reprenant inexorablement le contrôle des opérations. Les assauts spinaliens, qu’ont beaucoup de mal à contenir les Angevins, prennent la forme de vagues orange déferlant sur une cage particulièrement exposée. Un trois-contre-deux mené par Hordelalay manque ainsi de profiter à Sušanj, qui voit le cadre se dérober (33'57"). Offret, de près (34'33"), est lui aussi bien près d’enfoncer le clou, imité par un Klouček voyant son lancer balayé repoussé du bouclier (35'28"). Un nouveau surnombre débouche sur une tentative de Sabatier, qui trouve la botte du portier (37'14").

KURALTAnze06012016À force de plier, le "roseau" angevin finira toutefois par céder sous l’insistance des coups portés. Gašper Sušanj, en contre, renverse sur Anthony Rapenne, qui rate son contrôle mais parvient tout de même à lancer (avant de se faire tamponner). Un tir qu’Hugo Vinatier, très bien placé, dévie au fond des filets (5-2 à 38'43").

Anže Kuralt, sur un énième surnombre, porte l’estocade d’un tir sur réception complètement excentré trouvant la lucarne opposée, côté mitaine d’un Alexis Neau qui sest trop rapidement placé au premier poteau (6-2 à 39'05").

Les Ducs ont donc sombré en même temps qu’Alexis Neau aura pris l’eau, sous les yeux d’un Raphaël Girard forcé de ronger son frein sur le banc. Nul ne sait ce qu’il serait advenu de cette partie si le diplômé d’Harvard avait pu officier devant le filet. Mais il y a fort à parier que ce match n’aurait pas été si rapidement plié.

Le troisième tiers n’offre plus guère de suspense aux spectateurs de Poissompré. Les hommes de Stéphane Barin, toujours aussi appliqués, font le nécessaire derrière tout en essayant de rester menaçants. L’addition, déjà très salée, est ainsi corsée par Pierre-Charles Hordelalay, à la conclusion d’une belle triangulation (7-2 à 45'20").

Sept buts marqués par sept buteurs différents, voilà qui en dit long sur la qualité de ces Gamyo disposant de quatre excellents trios. Quatre lignes remarquables d’homogénéité, qui patinent d’arrache-pied et prennent toutes régulièrement part au pointage. Le danger, qu’on se le dise, peut venir de partout... même d’un Thibaut Farina qu’on n’attendait pas à ce niveau-là !

MAYJeff06012016Mais qu’en serait-il sans un Hočevar aussi régulier, qui répond présent sur tous les lancers ? Avare de rebonds sur les tentatives de Gaborit (46'32") et Lahesalu (46'50"), le Slovène détourne en effet la tentative de May en supériorité (49'01") avant de s’y reprendre à deux fois devant Lacroix (51'47"), maintenant ainsi le grand écart creusé par ses coéquipiers.

Les Spinaliens sont privés d’une pénalité justifiée au regard de la faute commise par Busto (encore pris de vitesse par Hordelalay, 55'48"). Mais Alexandre Bourreau, l’arbitre en chef de la soirée, fermera ensuite les yeux (sûrement dans un soucis de compensation) sur un faire trébucher ayant eu raison d’une belle incursion de Yannick Riendeau (56'00").

Économisant ses cadres en vue du prochain derby (à Strasbourg ce vendredi), Stéphane Barin laisse ses troupes terminer "tranquillement" cette partie, achevée sur un slap de Jeff May dévié par Walls sur le poteau (56'37") et une dernière mitaine d’Alexis Neau (sur une reprise appuyée de Kuralt (58'28"). Les Gamyo, comme à leur habitude, se font ensuite un plaisir d’aller communier avec leurs nombreux supporters, comblés par cette équipe surfant plus que jamais sur la vague du succès. Une formation sans faille apparente, invaincue depuis plus de trois mois à Poissompré... et venant tout simplement de remporter son quatorzième match en seize journées !

S’il convient de ne pas tout mettre sur le dos d’Alexis Neau, il faut bien reconnaître qu’un solide gardien aura cruellement manqué aux Ducs d’Angers, qui ne méritaient pas une telle "fessée"...

action devant la cage

 

Épinal - Angers 7-2 (3-1, 3-1, 1-0)
Mercredi 6 janvier à 20h15 à la patinoire de Poissompré. 1 686 spectateurs.
Arbitrage d’Alexandre Bourreau assisté de David Courgeon et Thomas Caillot.
Pénalités : Épinal 18’ (2’+10’, 0’, 6’) ; Angers 10’ (2’, 4’, 4’)
Tirs : Épinal 30 (10, 11, 9) ; Angers 28 (12, 10, 6).

Évolution du score :
1-0 à 05'03" : Farina assisté de Sabatier et Plch
1-1 à 05'15" : Lacroix assisté de May et Julseth-White
2-1 à 12'37" : Fujerik assisté d'Ograjenšek et Klouček (sup. num.)
3-1 à 16'53" : Peca assisté de Cacciotti et Sušanj
3-2 à 20'20" : Lacroix assisté de Riendeau et May
4-2 à 31'59" : Ograjenšek assisté de Moisand et Fujerik (sup. num.)
5-2 à 38'43" : Vinatier assisté de Rapenne et Sušanj
6-2 à 39'05" : Kuralt assisté de Klimíček et Ograjenšek
7-2 à 45'20" : Hordelalay assisté de Le Blond et Peca

Épinal

Attaquants :
Anže Kuralt - Dominik Fujerik - Ken Ograjenšek
Steven Cacciotti - Florian Sabatier - Ján Plch (A)
Dorian Peca - Matthieu Le Blond - Pierre-Charles Hordelalay
Anthony Rapenne - Hugo Vinatier - Yannick Offret (A)
Maxime Martin

Défenseurs :
Tomáš Klouček - Maxime Moisand (C)
Jiří Klimíček - Vojtěch Kloz
Gašper Sušanj - Thibaut Farina
Martin Charpentier

Gardien :
Andrej Hočevar

Remplaçant : Pierre Mauffrey (G). Absent : Lucas Savoye (cheville).

Angers

Attaquants :
Yannick Riendeau - Maxime Lacroix - Robin Gaborit
Julien Albert (C) - Cody Campbell - Dimitri Thillet
Brian Henderson [ou Walls] - Braden Walls [ou Henderson] - Jimmy Jensen

Défenseurs :
Jeff May - Nolan Julseth-White
Gary Lévêque (A) - Michael Busto (A)
Raphaël Faure - Lauri Lahesalu

Gardien :
Alexis Neau.

Remplaçants : Raphaël Girard (G), Maxime Griet, Gautier Alvau, Gauthier Gibert, Augustin Nalliod-Icazard. Absents : Josh Lunden (adducteurs ?), Matthieu Frecon.