Rouen - Strasbourg (Ligue Magnus, 17e journée)

Une coupe et ça repart !

Les Dragons démarrent l’année 2016 bien mieux qu’ils n’aient terminé 2015 et se remettent la tête à l’endroit en enchaînant deux bons résultats avant la finale de la coupe Continentale ce week-end.

illus20160105038Battu à Dijon, le dernier du championnat, pour inopportunément terminer 2015, Rouen a commencé 2016 par un triomphe en finale de Coupe de France face à l’ogre grenoblois dimanche, et ce soir en ligue Magnus par un succès devant un candidat aux play-offs, Strasbourg, privé de palet sur l’île Lacroix. Sacha Treille, auteur d’un tour du chapeau, a tiré sa formation vers une ample victoire qui met Angers, en déplacement demain à Epinal, sous pression.

Les recrues, l’arrière Mark Matheson (+5) et l’attaquant Joël Perrault (5 tirs), venues palier respectivement aux départs de Manavian et Whitecotton, disputent leur premier match à domicile. Florian Chakiachvili, touché au dos, d’abord annoncé au repos, est finalement présent sur la glace. Tout comme Patrick Coulombe, tout jeune papa d’un petit garçon né dans la journée. À Strasbourg, il n’y a pas d’absent non plus.

Les Alsaciens ont été les premiers dangereux. De Concilys, très offensif (0’32) et Petrak (1’12), ont éprouvé Quentin Papillon, placé devant la cage pour préserver Sabourin en vue de la finale européenne à venir.

illus20160105052Malgré un jeu au rapide patinage, les Normands ont mis du temps à entrer dans le match. Mais sur leur première occasion, lors d’une pénalité différée, Sacha Treille, d’un tir frappé du cercle gauche, a ouvert le score dans le haut des filets (1-0 à 06'28").

Les joueurs du tandem Lhenry-Salo ont ensuite eu un moment fort qu’ils n’ont pu concrétiser à cause d’imprécision dans leurs tirs (11e).

Toujours en possession de la rondelle et en mouvement, les locaux ont lancé de nombreuses fois sans trembler, mais sans se créer de véritable chance, jusqu’à moins d’une minute de la première pause, où Sacha Treille a doublé logiquement la marque d’un nouveau tir frappé du haut du cercle gauche (2-0 à 19'27").

Le RHE76 a mieux démarré le deuxième tiers que le précédent, sans subir, au contraire de l’AENS qui s’est incliné de nouveau après tout un festival de Marc-André Thinel qui a fini par provoquer Hiadlovsky et gagner son duel (3-0 à 26'32").

illus20160105142Les hommes de Daniel Bourdages ont eu deux opportunités pour revenir au score. Une échappée pendant que Labelle cirait le banc des pénalités et un deux-contre-un à quatre-contre-quatre où le porteur du palet, De Concilys, préférait tirer sur un Papillon remarquable tout au long du match d’ailleurs (31’56). Auparavant, Olivier Dame-Malka était intervenu avec brio sur Suter lors d’une contre-attaque surnuméraire (31’32).

Même si Léo Guillemain a brillamment défendu sur Saint-André (34’25), après la mi-match, les visiteurs ont souffert et Hiadlovsky a retardé l’échéance au moins à deux reprises. Stoppant un lancer de Konttinen (32’36) et un autre à bout portant (35’09, de Coulombe ?), le gardien strasbourgeois a dû aussi souffler en voyant un palet de Loïc Lampérier en bonne position passer à côté de sa cage (38’20).

Le portier slovaque, abandonné par sa défensive affolée par le travail de la quatrième ligne rouennaise, s’est trop cabré devant Dan Koudys qui a bien fixé le rempart avant de délivrer une offrande à Raux pour que le joueur de centre enfile dans une cage ouverte moins de trente secondes avant la pause (4-0 à 39'35").

illus20160105202La dernière période a vu le changement de gardien et l’alignement de Baptiste Goetz devant le but de Strasbourg donner un semblant de choc psychologique à l’Etoile Noire. De Concilys (40’21) puis le tandem Trudeau-Sullivan (40’45) se sont heurtés à un très solide Quentin Papillon. Tarik Chipaux a remarquablement surgi pour contrecarrer le néo-Rouennais Perrault (42’17).

Malheureusement pour les Alsaciens et Baptiste Goetz, l’arbitre a accordé un but litigieux aux Normands. Suite à un plongeon désespéré d’un Strasbourgeois après que le duo agressif, Raux-Koudys, a encore désemparé l’arrière-garde adverse, le palet était-il rentré ? Si oui, l’a-t-il été avant que la cage ne bouge ? M. Gremion a validé le but (5-0 à 42'59").

En infériorité, Nicolas Arrossamena n’a eu besoin de personne pour récupérer le puck, partir en breakaway et tromper Baptiste Goetz du revers dans le haut des filets (6-0 à 46'07"). Il n’y avait plus de match quand, moins d’une minute plus tard, pendant ce même jeu spécial, Jan Pardavy a foncé à la cage et a glissé le caoutchouc derrière Papillon (6-1 à 47'06"). Avec ce huitième but, le vétéran slovaque de 44 ans devient le meilleur buteur de son équipe avec Trudeau.

illus20160105070Le jeu de la fin du match reste rapide. Yorick Treille fait une belle déviation (47’50). Mais c’est son frère qui réalise un exploit en inscrivant un triplé. Sacha Treille, après avoir contourné dans le cercle droit un défenseur en faisant circuler le palet entre ses jambes, passe devant Goetz et glisse la rondelle sous le gardien (7-1 à 48'10"). C’est le onzième but de la saison du cadet des Treille, ce qui en fait le meilleur buteur des Dragons ce soir, sur la 20e passe de Krog, leur meilleur passeur.

Malgré le sort de la rencontre scellé, le match reste agréable. Florian Chakiachvili laisse sa place à Aurélien Dorey pour les dix dernières minutes. Dès qu’ils le peuvent (rarement) les Strasbourgeois (Petrak) foncent à la cage, pendant que les héroïques vainqueurs de la coupe de France arrachée aux terribles Brûleurs de Loups se créent, jusqu’à la fin du match, encore pas mal d’opportunités, souvent endiguées par Goetz. Raux (49’49), Perrault (53’07), Thinel (53’50), Koudys (54’53) et Sacha Treille (56’25) auraient pu augmenter le score.

Au coup de sifflet final, on n’aura pas totalement compris pourquoi Mme Boniface, bousculée sans intention sur la dernière remise en jeu de la partie, après sa lourde chute, a mis autant de temps pour accepter les excuses de Yorick Treille.

Sans droit à l’erreur en ligue Magnus, le succès rouennais est presque parfait avant d’aller tenter de rivaliser, pour la conquête d’un plateau européen sur lequel les Dragons, eux, auront, le cas échéant, déjà, une coupe à installer.

 

Rouen – Strasbourg 7-1 (2-0, 2-0, 3-1)
Mardi 5 janvier 2015 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 1961 spectateurs.
Arbitrage de Benjamin Gremion assisté d'Anne-Sophie Boniface et Aurélien Smeeckaert.
Pénalités : Rouen 6' (0', 4', 2') ; Strasbourg 4' (2', 2', 0')
Tirs : Rouen 36 (15, 9, 12) ; Strasbourg 22 (6, 5, 11)
Chances : Rouen 12 (1, 4, 7) ; Strasbourg 6 (2, 2, 2)

Évolution du score :
1-0 à 06'28" : S. Treille assisté de Krog et Raux
2-0 à 19'27" : S. Treille assisté de Y. Treille et Krog
3-0 à 26'32" : Thinel assisté de Chakiachvili
4-0 à 39'35" : Raux assisté de Koudys
5-0 à 42'59" : Raux assisté de Colotti et Koudys
6-0 à 46'07" : Arrossamena (inf.num.)
6-1 à 47'06" : Pardavy assisté de Trudeau (sup.num.)
7-1 à 48'10" : S. Treille assisté de Krog et Y. Treille

Rouen

Attaquants :
Sacha Treille – Jason Krog – Yorick Treille (A)
Loïc Lampérier – François-Pierre Guénette (A) – Marc-André Thinel
Nicolas Arrossamena – Joel Perrault – Olivier Labelle
Fabien Colotti – Damien Raux – Dan Koudys

Arrières :
Tero Konttinen – Mark Matheson
Olivier Dame-Malka – Patrick Coulombe (C)
Florian Chakiachvili puis Aurélien Dorey à 51’23 – Léo Guillemain

Gardien :
Quentin Papillon (21 arrêts)

Remplaçants : Dany Sabourin (G) et Vincent Nesa.

Strasbourg

Attaquants :
Kevin Sullivan – Elie Marcos (C) – Sébastien Trudeau
Jan Pardavy (A) – Michal Petrak – Valentin Michel
Thomas Mathieu – Tarik Chipaux – Julien Burgert (A)
Anthony Goncalves – Julien Baeumlin – Johan Saint-André

Arrières :
Joseph De Concilys – Jacob Suter
Matthew Bruneteau – Jacob Goldberg
Maxim Belov – David Striz

Gardien :
Vladimir Hiadlovsky (20 arrêts) puis à 40’00 Baptiste Goetz (9 arrêts)

Remplaçants : Pierrick Hoehe et Nathan Grabherr.