Wasquehal - Amnéville (Division 2, poule A, 15e journée)

La victoire à Asnières a permis aux Lions de terminer l'année civile à la septième place, avec un point d'avance sur la lanterne rouge chambérienne. Qu'ils tenteront de distancer en cette reprise, les Éléphants étant exempts, à condition de prendre une revanche sur Amnéville. Larges vainqueurs à l'aller (7-3), les Galaxians précèdent leur adversaire de six points mais lui avaient concédé une défaite en amical au cours de l'été. 
 
Un signe d'espoir pour les Lions, dont quatre jeunes pousses ont au préalable arrimé la bannière relative aux Mondiaux de 2017 au-dessus de leurs têtes ? Hélas, les bonnes résolutions semblent être restées dans le vestiaire nordiste, car le premier jeu de puissance est très mal négocié. Les Wasquehaliens tergiversent au centre du glaçon, Louf et Ruffolo en perdent l'équilibre et Petr Zib lance son buteur Herman, seul face à Gilles Beck, qu'il feinte pour mieux trouver le fond de la cage (0-1 à 02’38").
 
Le défenseur tchèque, passé à l'attaque sur un trio 100% tchèque, récidive de la gauche pour employer le gardien alsacien, contraint de relâcher le palet puissamment expédié à la cage. Les locaux pêchent dans la relance et ont déjà concédé deux dégagements interdits lorsque la passe de Zajac est interceptée par Arnaud Disnard, impitoyable au moment d'ajuster le dernier rempart (0-2 à 05’20"). Pour ne rien arranger, après une relance ratée cette fois par N'Guyen, un surnombre est sifflé à l'encontre des hommes de Frédéric Nilly. Idéalement lancé par Trent Ruffolo, Axel Canaguier croit renverser le cours d'une rencontre mal engagée, mais Adam Casensky fait l'arrêt. L'attaque massive mosellane reprend les choses en mains. Une passe transversale de Kobes arrive sur Dutkovic, dont la reprise est repoussée, mais le palet demeure proche d'une cage que Radim Herman contourne avec aisance (0-3 à 07’21").
 
Un but en infériorité, un à égalité numérique et un en supériorité, le tout en à peine sept minutes, les Lorrains ne pouvaient mieux commencer ce déplacement. Ils auraient pu corser la note sur une erreur d'appréciation de Joe DiPietro, dont le Spinalien Maxime Martin ne profite pas. L'autre Américain, Trent Ruffolo, est plus inspiré, récupérant un deuxième palet dans les crosses des visiteurs, mais il n'est pas toujours suivi. En manque de solutions, Benjamin N'Guyen lance bien avant la ligne bleue, une aubaine pour le portier tchèque. Dans une situation comparable en position de dernier défenseur, DiPietro pressé par Munch et Maccioni voit avec soulagement l'arbitre sanctionner le second.
 
Ce deuxième avantage numérique n'est pas mieux négocié par des Métropolitains au moins satisfaits de ne pas avoir encaissé de but, Munch lancé en profondeur par Disnard voyant son essai heurter le métal de la cage. Lancé par DiPietro, Ruffolo est accroché par Jenista. Le Floridien profite de la supériorité pour faire trembler Casensky d'un lancer tendu, imité dans les secondes suivantes par Cvejn, de volée. Le tir est repoussé par la botte mais reste dans les crosses wasquehaliennes. Sur la droite du but, dans un angle difficile, Benjamin Louf parvient à réduire l'écart (1-3 à 13’33").
 
La suite est plus difficile pour les rouges, encore acculés par le premier trio des visiteurs. Derrière le but, Petr Kobes délivre une bonne passe à Herman, qui attendra pour le triplé, puis le premier croit marquer avant de voir Marc-Antoine Herbet suppléer son portier. Une obstruction de Charley Marcos sur Herman rend la fin de tiers encore plus difficile, tout comme la reprise, moment choisi par Dutkovic pour tenter par deux fois sa chance de loin. Le fidèle et dernier Slovaque de la formation venue de la cité thermale laisse le soin à son « cousin » tchèque Jan Jenista de creuser l'écart, d'un essai sur lequel Gilles Beck, peut-être masqué par la présence de Canaguier devant le but, est surpris (1-4 à 21’59"). Les Mosellans ne relâchent pas la pression, par Maxime Martin, avancé pour défier Gilles Beck, auteur d'une parade salutaire du bâton.
 
Les Lions ont enfin l'occasion de sortir la tête de l'eau à la faveur d'une faute de Munch sur leur capitaine N'Guyen. Aurélien Zajac est servi devant la cage, mais Casensky fait l'arrêt sur le seul tir des Lions. Les deux équipes ne restent pas longtemps au complet ; Stroppolo et Piquet s'accrochent mutuellement et les espaces s'ouvrent, notamment à Axel Canaguier, plus rapide que Dutkovic, parti dribbler Jenista et tenter de tromper Casensky à ras glace, mais la réussite fuit les attaquants nordistes ensuite privés d'Aurélien Zajac. Suspendu deux matchs après la rude réception de Limoges, le Dunkerquois d'origine est renvoyé au vestiaire pour harponnage. Une demi-minute ne s'est pas encore écoulée que la crosse de Martin Domian heurte le visage de Petr Zib, puis Axel Canaguier en fait de même sur Dutkovic, parti contourner la cage…
 
La situation est idéale pour mettre fin au semblant de suspense encore vivant. L'angle est trop fermé pour Petr Kobes ? Qu'importe, Petr Zib trouve le dessous de la barre sur un service de Herman (1-5 à 35’25"). Au retour à égalité numérique, Radim Herman profite des espaces pour nettoyer la lucarne de la droite (1-6 à 38’00") et ainsi signer un triplé après un match aller à cinq points.
 
À la suite d'une charge avec la crosse de Verschaeve, les Galaxians gèrent une supériorité numérique ponctuée de quelques coups d'éclat encouragés par leur banc, bien plus bruyant désormais. Leurs hôtes n'ont lancé qu'à une reprise depuis la mi-match et mettent fin au calvaire de Gilles Beck, suppléé dans le dernier vingt par Jean-Christophe Rohart. Lui aussi pris d'assaut, le jeune cerbère sort d'entrée un palet d'Arnaud Disnard, à l'affût d'un bon travail de ses partenaires Munch et Maccioni, vainqueurs comme souvent d'une lutte contre la balustrade. Auteur d'une quinzaine d'arrêts, Rohart doit toutefois concéder un rebond à Dutkovic, sur l'une des quatre infériorités subies dans le dernier tiers-temps. Sacha Maccioni hérite du palet pour donner à la marque son ampleur finale (1-7 à 52’05").
 
Les Lions ne pourront en effet réduire un écart trop important pour eux. Benjamin N'Guyen, lancé par Angielczyk, ne peut tromper Casensky entre les bottes. Puis, sur une rare situation d'avantage numérique, Trent Ruffolo et Charley Marcos entendront les poteaux sonner le glas d'une rencontre ratée. À la veille du coup d'envoi, les deux formations avaient chacune inscrit 44 buts. Cependant, Wasquehal possède la plus mauvaise défense de la poule. Les fers de lance de l'attaque des Galaxians en ont bien profité, pour regagner la Lorraine avec trois points importants dans la course à la quatrième place.
 
Commentaires d’après-match
 
Arnaud Disnard (entraîneur-joueur d'Amnéville) : "Il était important de bien démarrer la partie. L’équipe a été constante et a su gérer son avance, en étant efficace. Je mets l’accent sur la responsabilité de chacun défensivement. On n’a pas trop l’habitude de jouer sur une petite glace mais en étant soudés on y arrive. Petr Zib est un défenseur offensif capable de jouer à l’attaque. Je l’utilise en défense sur les unités spéciales. Un palet n’est jamais perdu avec lui, il est capable de le récupérer et de revenir aider derrière. La fin d’année a été difficile pour mes joueurs qui doivent marquer (Radim Herman et Petr Kobes), il fallait les relancer. Le bilan est pour l’instant mitigé, j’espérais un peu plus. On peut encore atteindre des objectifs raisonnables, car le calendrier nous opposera à nos adversaires directs Asnières et Evry/Viry, même si cela ne va pas être facile. Face à Limoges on s’est relâché après la première période. On prend quatre buts, sur le premier nos deux défenseurs étaient montés à l’attaque et derrière cela s’enchaîne très rapidement. Il y a des regrets, c’est pourquoi j’ai envie de me relancer en ce début d’année 2016 pour ne pas regretter les points perdus contre Marseille ou à Asnières. Je sais que l’équipe est capable de faire mieux, mais elle a manqué de régularité et n’a pas réussi à enchaîner les victoires, à jouer soixante minutes à chaque match."
 
 
Wasquehal – Amnéville 1-7 (1-3, 0-3, 0-1).
Samedi 9 janvier 2016 à 18h30 à la patinoire Serge Charles. 330 spectateurs.
Arbitrage de Pierre Dehaen assisté de Samuel Fessier et Maxime Laboulais.
Pénalités : Wasquehal 43' (4’, 8’+5'+20', 6'), Amnéville 14' (6’, 4’, 4’).
Tirs : Wasquehal 35 (17, 10, 8), Amnéville 48 (13, 18, 17).
 
Évolution du score :
0-1 à 02’38" : Herman assisté de Zib (inf. num.)
0-2 à 05’20" : Disnard
0-3 à 07’21" : Herman assisté de Jenista et Dutkovic (sup. num.)
1-3 à 13’33" : Louf assisté de Canaguier (sup. num.)
1-4 à 21’59" : Jenista assisté de Kobes et Zib
1-5 à 35’25" : Zib assisté de Herman et Jenista (double sup. num.)
1-6 à 38’00" : Herman assisté de Stroppolo
1-7 à 52’05" : Maccioni assisté de Disnard et Dutkovic
 
 
Wasquehal
Attaquants :
Charley Marcos - Aurélien Zajac -  Benjamin Turpin
Martin Domian -  Benjamin N’Guyen (C) -  Simon Angielczyk
François Piquet -  Axel Canaguier (A) - Trent Ruffolo 
Anthony Kiffer à 40'00"
 
Défenseurs :
Benjamin Louf - Sébastien Fronty (A)
Marc-Antoine Herbet -  Lukas Cvejn
Thibault Verschaeve - Joe Di Pietro
 
Gardien :
Gilles Beck puis  Jean-Christophe Rohart à 40'00"
 
Absents : Robin Morvan (blessé), Thomas Fauchart (genou).
 
Amnéville
 
Attaquants :
Petr Zib - Petr Kobes - Radim Herman
Maxime Martin - Alexandre Baron - Adrien Maurer (A)
Arnaud Disnard - Mathieu Munch - Sacha Maccioni (A)
 
Défenseurs :
Jan Jenista - Franck Stroppolo
Lucas Catelli - Sacha Grimshaw
Bryan Leheron - Lubomir Dutkovic (C)
 
Gardien :
Adam Casensky (Alexis Laufray de 09’34" à 11’58")
 
Absents : Antoine Thomas (entorse du genou), Charly Aubry, Florian Dars (épaule), Jérémy Tisselin (obligations professionnelles).