Brest - Amiens (Ligue Magnus, 19e journée)

Les Albatros sur le podium !

Premier match de l’année 2016 pour Brest à domicile après près d’un mois d’absence où les Albatros n’auront pas chômé. Cinq matchs disputés à l’autre bout de la France et onze points ramenés sur quinze possibles. Le bilan est éloquent et fait des Albatros la grosse sensation du moment. Seul le leader gapençais s’en est (difficilement) sorti en l’emportant d’un petit but à quelques minutes de la fin.

Le public ne s’y est pas trompé avec une affluence remarquable pour un mardi soir au-dessus des 1200 spectateurs. C’est bien supérieur à la plupart des matchs disputés le samedi depuis le début de saison. À croire que la belle dynamique de dix succès en douze matchs a ramené quelques curieux, même si les résultats du début de saison étaient déjà encourageants.

La rencontre de ce soir est un peu particulière car, il ne faut pas se le cacher au vu de la dynamique actuelle, les Albatros partent favoris face aux Gothiques d’Amiens pour la première fois depuis bien longtemps. C’est d’ailleurs la victoire 4-1 des Bretons au Coliséum qui avait été le premier véritable coup de Tonnerre brestois début décembre. Un match charnière puisque depuis, on l’a vu, les Albatros sont euphoriques tandis que les Picards sont plus à la peine avec deux succès pour quatre revers.

La fraîcheur physique peut être un facteur ce soir, étant donné qu’Amiens était au repos forcé ce week-end. Les hommes de Sébastien Oprandi s’attendent à un gros défi face à une équipe « épaisse, physique » dixit leur entraîneur. Un bon test pour observer si ses joueurs assument ce nouveau statut « d’épouvantail » devant leur public et donc avec un peu plus de pression.

Une belle surprise attend les supporters puisque la mise au jeu fictive est donnée par Vladimir « Bobby » Holik, actuellement défenseur à Clermont-Ferrand mais avec 6 saisons, 177 matchs et 107 points sous le maillot brestois. Il a tout le loisir d’admirer l’incroyable confiance qui émane de ses anciens coéquipiers à l’issue d’un tiers initial rondement mené.

Après avoir très sereinement tué une pénalité de Jonathan Avenel (1’52’’), ce sont les Bretons qui ouvrent les hostilités. Et c’est fait de main de maître suite à un palet bloqué juste après la ligne bleue en zone neutre. Alexandre Quesnel s’engouffre vers le côté gauche de la cage de Mitch O’Keefe et temporise parfaitement en situation de deux contre un. Son centre trouve la palette de Roman Vondracek plein axe qui n’a plus qu’à pousser au fond (1-0 5’17’’).

Les Brestois sont très dynamiques et imposent un bon pressing à l’adversaire. David Bastien n’est pas loin de jouer un mauvais tour à son ancienne équipe après une belle interception mais son lancer frappé passe au-dessus (6’55’’). Les mouvements collectifs des locaux sont d’un niveau rarement vu au Rïnkla Stadium, Quentin Berthon et autre Michal Dian gratifient le public de passes aveugles (12’) qui trouvent systématiquement preneurs.

Cependant, cela a beau être agréable à regarder, la différence à la marque ne reste que d’un but. Le premier jeu de puissance offert à Brest (pénalité de Zbynek Hrdel à 8’23’’) en est une belle illustration avec un palet qui circule très bien mais peu de tirs. Amiens s’offre quelques incursions, et sa plus grosse occasion est à l’actif de Shane Luke. Son tir à bout portant passe à côté de la cage de l’ex-Amiénois Léo Bertein (14’30’’). Le score en reste là malgré un véritable tir au pigeon sur la cage picarde dans la dernière minute.

Barry Smith a dû donner de la voix dans le vestiaire à la pause car son équipe ne peut continuer à jouer ainsi. Les joueurs de la Somme bénéficient rapidement d’occasions à la reprise à l’image de Rémi Thomas après une remise astucieuse devant la cage de Bertein par Hrdel (21’20’’). Amiens pousse davantage après que Dimitri Motreff a fait trébucher Nicolas Leclerc (21’44). Mais les Albatros effectuent un travail remarquable pour tuer la pénalité. Soulignons la prestation marathon d’Alexandre Quesnel, Gaëtan Cannizzo et Edgars Dikis qui ont passé 1’51’’ sur ce box-play.

Même à égalité numérique, Amiens a pris l’avantage sur son adversaire en terme d’occasions depuis la pause. Le jeu se durcit clairement avec quelques solides tampons donnés de part et d’autre. Les Albatros montrent qu’ils sont capables de répondre à ce défi physique mais doivent faire attention à ne pas trop rester sur ce terrain où les Gothiques veulent volontairement les mener.

Une mauvaise charge de Kevin Bruijsten sur Dimitri Motreff en plein déséquilibre met davantage le feu aux poudres, et le Néerlandais se retrouvent à se chicaner avec les frères Avenel. Les escarmouches (Ouellet/Beron, Romand/Smith) ponctuent la fin de cette période globalement à l’avantage des Gothiques. Les visiteurs ont réussi à instaurer une dimension physique dans cette rencontre qui leur convient bien mieux, sans toutefois parvenir à déjouer des Brestois rigoureux défensivement malgré quelques situations chaudes.

L’ultime période redémarre sur les mêmes bases : une grosse charge du géant Jeffrey Smith sur l’attaquant de poche Roman Vondracek (41’50’’). C'est pourtant Rémi Thomas qui est pénalisé sur l'action. Une faute qui offre l’opportunité aux noirs de creuser l’écart. Sur une tentative amiénoise de s’extirper de la zone défensive, Roman Vondracek lit bien le jeu et intercepte le disque juste avant qu’il ne franchisse la ligne bleue au nez et à la barbe de Paul Crowder qui était le destinataire initial de la passe. Ce dernier transmet immédiatement à Michal Dian qui était oublié dans le dos de la défense. O’Keefe est battu en duel par un tir tout en finesse, dans le haut du but, de l’attaquant slovaque (2-0 à 42’58’’).

Nouvelles frictions par la suite avec David Bastien qui charge correctement mais avec puissance Romain Carpentier. L’Amiénois en souffrance reste de longs instants à terre, sans doute pour reprendre son souffle tandis que Jeffrey Smith s’en va s’expliquer avec le Brestois. Bien mal lui en prend puisqu’il écope de deux minutes pour dureté tandis que Bastien est totalement blanchit (44’51’’).

On rentre peu à peu dans le « money time » et les Albatros défendent toujours aussi efficacement. Lorsque la défensive est prise à défaut, Léo Bertein s’érige en véritable mur. Les nerfs de l’équipe bretonne et de ses supporters sont néanmoins mis à rude épreuve puisque Doug Jessey commet un retard de jeu à deux reprises (!) en dégageant le palet directement dans les gradins en l’espace de trois minutes (55’18’’ et 58’04’’).

La première pénalité est tout juste tuée mais les Gothiques sont installés et profitent d’un cafouillage pour briser le blanchissage de Bertein par l’intermédiaire de Shane Luke (2-1 à 57’26’’). Réduits de nouveaux à quatre après le mauvais remake de Jessey et devant faire face à six joueurs de champ amiénois déterminés après la sortie d’O’Keefe (58’56’’), les Finistériens tiennent bon et s’accrochent à leur trois points jusqu’au bout.

La série de victoires se poursuit pour les Albatros. C’est un parcours tout à fait exceptionnel et remarquable qu’ils sont en train de réaliser. Les voilà sur le podium après les matchs de ce soir avec certes des poursuivants angevins, grenoblois et rouennais qui comptent moins de matchs mais tout de même ! Compte tenu de la différence des moyens l’exploit est à souligner pour le plus petit budget de la Ligue Magnus.

Après une amorce laborieuse où ils auront limité la casse, les Gothiques ont montré quelques belles choses, notamment Mitch Fillman, mais se sont cassé les dents sur des Albatros très bien organisés et homogènes. Leur ancien portier Léo Bertein s’est montré extrêmement solide une nouvelle fois. La dimension physique de l’équipe est assez impressionnante mais ce style de jeu n’est pas toujours opportun. Le match de vendredi avec la réception de Bordeaux s’annonce crucial pour assurer une participation aux play-off.

Bien qu’euphoriques, les Albatros ont encore du travail devant eux. Les play-off ne sont pas encore atteints mais ils sont sur la bonne voie. Le week-end prochain sera l’occasion de tester un peu plus les limites de cette surprenante équipe avec un déplacement à Rouen avant un autre voyage périlleux à Épinal. La victoire de ce soir enlève une grosse pression pour aborder ces deux gros défis l’esprit léger. Comme l’a dit Mathieu Gagnon après la rencontre : « préparez-vous pour les play-off parce qu’on s’en vient ». Reste à savoir s’il s’adressait au public brestois ou à ses adversaires…


Brest – Amiens 2-1 (1-0, 0-0, 1-1)
Mardi 12 janvier 2016 à 20h00 au Rïnkla Stadium. 1206 spectateurs
Arbitrage de  Laurent Garbay et Alexandre Bourreau assisté de Anne Sophie Boniface et Jérémie Douchy.
Pénalités : Brest 10' (2’, 4‘, 4’), Amiens 10' (4’, 0’, 6’).
Tirs : Brest 23 (9, 6, 8), Amiens 23 (7, 8, 8)
Évolution du score :
1-0 à 05’17’’ : Vondracek assisté de Quesnel et Dian
2-0 à 22’58’’ : Dian assisté de Gganon (Sup. num)
2-1 à 57’26’’ : Luke assisté de Kazarine et Carpentier
 
Brest

Attaquants :
Alexandre Quesnel (A) - Roman Vondracek - Michal Dian
Martin Hujsa - Jaroslav Prosvic (C) - Christian Ouellet
Jonathan Avenel  - Graham Avenel - Dimitri Motreff
Quentin Berthon – David Bastien - Jérémie Romand

Défenseurs (rotation à sept) :
Mathieu Gagnon - Charles Landry
Gaëtan Cannizzo - Edgars Dikis
Doug Jessey - Charlie Doyle
Aurélien Gréverend (A)

Gardien :
Léo Bertein

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G), Florent Aubé. Absent : Nicolas Motreff.

Amiens

Attaquants :
Shane Luke - Joël Champagne (C) - Tim Crowder
Fabien Kazarine - Paul Crowder - Kevin Bruijsten (A)
Rémi Thomas - Marius Serer - Romain Carpentier
Zbyněk Hrdel - Jaka Ankerst - Quentin Fauchon

Défenseurs :
Grégory Beron (A) - Fabien Bourgeois
Mitch Fillman - Tim Carr
Nicolas Leclerc - Jeff Smith
Loïc Coulaud

Gardiens :
Mitch O’Keefe (sorti de sa cage à 58'56").

Remplaçants : Guillaume Duquenne (G), Rudy Matima. Absents : Adrien Josse, Romain Bault